Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Notre troisième mois ensemble


Publié le 22 janvier 2016 par Urbanie

Me revoilà, pour continuer le récit de nos premiers mois de vie ensemble.

Dans ce nouveau chapitre de notre vie à trois, je vais aborder deux sujets principaux : les bobos de bébé, et la culpabilité.

Les bobos de bébé

Jusqu’ici, à part quelques pleurs nocturnes, Kate nous a plutôt épargnés : pas de visite en urgence chez le pédiatre, pas de souci particulier.

Et, si elle n’aime pas être posée la journée, la nuit, en revanche, elle accepte de dormir dans son petit matelas physiologique, où elle parvient même parfois à s’endormir seule. Depuis son retour de la maternité, on peut même dire qu’elle dort plutôt bien, vu son âge : de minuit à 5h du matin, d’une traite. Je jubile : je fais partie des parents chanceux !

Jusqu’à ce que la machine se grippe, au début de ses 2 mois.

Kate va en effet faire l’expérience des coliques du nourrisson. Si chez elle, ces coliques n’ont pas l’air trop douloureuses, elles la gênent tout de même énormément. Et ça la réveille très fréquemment.

Sur les conseils de copines jeunes mamans, je prends deux résolutions : je change l’eau de ses biberons pour une eau réputée donner moins de coliques, et je réduis drastiquement ma consommation de produits laitiers (je suis en allaitement mixte, donc si je veux agir sur sa digestion, il faut que je joue sur les deux tableaux).

Je ne suis pas spécialement une flippée des produits laitiers, mais comme j’ai un terrain allergique, le pédiatre de la maternité a mis Kate sous lait hypoallergénique dès sa naissance, afin de limiter les risques d’intolérance aux protéines de lait de vache. J’ai d’ailleurs un cas avéré d’intolérance sérieuse au lactose dans ma famille.

Donc, quand je vois que Kate a du mal à digérer, je ne me pose pas trente-six questions : j’arrête fromage, yaourts, et même pâtisseries 100% pur beurre. Mais comme Kate n’a pas l’air d’être allergique, je ne supprime pas tout non plus : en effet, le lactose est présent un peu partout dans les produits industriels (même dans la charcuterie sous vide !), mais je continue à en manger. Je m’autorise également une viennoiserie une fois de temps en temps…

Je remarque des effets positifs dès les premiers jours : ma princesse a moins de gaz, et se tortille beaucoup moins.

Le petit hic, c’est que les nuits ne vont pas mieux pour autant : si Kate a moins de coliques, elle semble gênée par un autre problème. Les remontées acides. Le Fucking RGO.

Bébé 3 mois

Crédits photo (creative commons) : Art DINo

Dès qu’elle est allongée dans son lit, elle finit en effet par se tortiller dans tous les sens, ne parvient pas à se rendormir, refuse les biberons, régurgite beaucoup et semble, dans son sommeil, « mâchonner » et faire des moues de dégoût. J’essaie d’incliner son matelas, mais ça n’a pas d’autre effet que de la faire rouler dans son lit…

Je profite donc de la visite des 3 mois chez le pédiatre pour en parler. Ouf, celui-ci m’écoute et me donne un léger traitement, ainsi qu’un lait épaissi ! À l’heure où j’écris ces lignes, le nouveau protocole vient à peine de commencer, donc je te ferai un petit bilan le mois prochain.

Par contre, tout ceci a un impact sérieux sur son sommeil : elle qui parvenait à s’endormir seule n’y parvient plus du tout ! Il lui faut obligatoirement être bercée ou allaitée pour réussir à sombrer dans les bras de Morphée. Galère…

La culpabilité

Je te l’ai déjà raconté : Kate déteste être posée, même pour quelques minutes. Ce qui est, pour moi, extrêmement contraignant au quotidien. Mais comme je dois rester à la maison jusqu’à ses 5 mois, je ne panique pas tant que ça : je me dis que, d’ici là, elle aura bien le temps d’apprendre à rester un peu seule. Après tout, vu son très jeune âge, elle ne peut que progresser de façon spectaculaire.

Sauf que le temps passe, et qu’à part quelques améliorations lors de son deuxième mois (elle peut rester posée quelques minutes sans se mettre à hurler instantanément), rien ne bouge vraiment.

Donc j’en parle, beaucoup : non seulement parce que ça me pèse, mais aussi parce que j’espère trouver des conseils d’autres personnes, professionnels de la petite enfance comme jeunes mamans. Et, là où ça coince, c’est que je sens bien que, pour le reste du monde, c’est forcément un peu de ma faute. Soit c’est parce que je ne la laisse « pas assez pleurer ». Soit c’est parce que j’ai des antécédents de deuil périnatal. Soit il faudrait que j’aille en « parler à un psy » (alors que je ne suis pas déprimée, juste très très fatiguée). Mais, dans tous les cas, c’est à moi, et à moi seule, de régler le « problème ».

Et c’est lourd.

Parce que ce bébé, on l’a fait à deux (coucou Jean-Mi !), et ça me fatigue de voir que pour tout le monde, je suis la seule responsable. C’est un peu la découverte amère de ce troisième mois : je comprends que si Kate a un jour le moindre problème, je serai la première personne que l’on regardera de travers. Ayant la tête dans le guidon et seulement quelques petites heures de sommeil par nuit à mon actif, ces remarques me minent.

Je finis par essayer de rationaliser un peu : non, si Kate n’accepte pas d’être posée, ce n’est pas parce que moi, j’ai un problème. Kate a 3 mois. Kate est un nourrisson. Pas une adulte ou une grande enfant qui peut comprendre qu’il faut se détacher de ses parents. Kate a besoin de sa maman et de son papa. En fait, Kate n’a même aucun problème. Elle est en parfaite santé, RGO mis à part. Elle met simplement un peu de temps pour se séparer de moi, comme énormément d’autres bébés.

Bien entendu, je continue à lui apprendre à rester seule, sans pour autant la laisser hurler à la mort. Je la pose, je reste à côté d’elle. Je joue avec elle, je lui parle. Je lui explique que, même si elle n’est pas dans mes bras, elle n’est jamais seule.

Et ça marche. Petit à petit, je peux enfin quitter la pièce quelques minutes pour prendre une douche, ou me faire réchauffer à manger, et ce pendant des périodes de plus en plus longues. Elle et moi, on y va pas à pas. Ça ne se règle pas de façon spectaculaire, en quelques jours, non. Mais Kate progresse, à son rythme. Et au bout de plusieurs semaines, je vois une nette différence.

On n’arrive toujours pas à dîner en même temps, le soir, avec Jean-Mi. Je ne peux pas la laisser seule trop longtemps. Elle ne parvient toujours pas à dormir seule (elle se réveille dès que je quitte la pièce… à croire qu’elle a un radar intégré !). Mais je ne perds pas espoir, je sais que ce n’est qu’une question de temps, de patience, et de bienveillance (envers elle, mais aussi et surtout, envers moi-même : oui, je suis une bonne maman, quoi que les autres aient l’air de penser).

Je décide aussi de faire appel à une consultante en sommeil (oui, ça existe) dont j’ai entendu beaucoup de bien pour me filer un coup de main. Je te ferai le bilan de ma démarche le mois prochain.

Je te dis donc à très vite, pour la suite de nos aventures !

Et toi, ton petit bébé a-t-il dû lui aussi traverser des phases douloureuses ? Comment as-tu fait pour le soulager ? Et le regard des autres, il te pèse ? Viens en parler avec nous…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Camomille (voir son site)

Grrr, ton témoignage m’énerve ! Qu’un bébé est du mal à s’endormir, qu’il réclame en permanence les bras, c’est normal !!! Que tu sois épuisée, au bord du burn out, c’est normal aussi ! Je ne comprends vraiment pas les réflexions de ton entourage.
– après l’accouchement, bébé est aussi sonné que maman, il va prendre un peu de temps pour avoir « conscience » de son entourage (et en général, il ne dort pas trop mal !)
– puis tout d’un coup, il découvre que sa maman ne fait pas partie de lui, elle peut s’en aller, et lui se retrouve perdu. Grosse panique ! (c’est la phase dans laquelle tu es)
– enfin, en grandissant, il va s’ouvrir au monde et aux autres et tout va rentrer progressivement dans l’ordre.
Ce que tu es fait est la chose à faire, ne pas la laisser pleurer, lui expliquer… Et d’ici quelques semaines voire quelques moi ça ira beaucoup mieux. (pour commencer, j’espère que le RGO va disparaître, parce que ça ne simplifie pas) Bref, tu n’as pas à culpabiliser, on passe toutes par là !

le 22/01/2016 à 09h05 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Les explications ça aura et a toujours du bon ! Tu me confortes vraiment dans cette idée.
Pour le reste malheureusement c’est comme tout, on en revient à ce que je l’écrivait, c’est tellement plus facile d’accuser la maman et un quelconque problème psychologique !
Bon courage je suis certaine que tu es sur la bonne voie.

le 22/01/2016 à 10h16 | Répondre

Urbanie

Je pense en effet que c’est un peu la « solution de facilité »: quand on ne parvient pas à expliquer quelque chose sur le plan médical, on ramène ça au psychologique. Je ne dis pas que ça ne joue pas, mais de là à dire que cela explique tout… bref, merci pour ton commentaire! 🙂

le 24/01/2016 à 22h11 | Répondre

Miss Chat

Urbanie, j’ai vraiment l’impression que ta petite Kate est une copie de ma crevette ! 🙂 RGO et coliques aussi à cette période, c’est difficile de gérer ton nourrisson quand tu vois qu’il souffre et que tu ne sais pas faire grand-chose (j’ai essayé de changer mon alimentation aussi mais ça n’a rien changé)…
Comme pour tout le reste, il n’y a que le temps qui peut arranger ça. Ces remarques sur « l’assuétude » des nouveaux-nés me saoulent ! Comme si un bébé aussi petit pouvait assimiler ce genre de choses ! J’ai lu un jour (sur ce site peut-être d’ailleurs ?) la phrase suivante et ça m’a beaucoup aidée à relativiser à l’époque : après 9 mois dans le ventre « le bébé ne s’habitue pas à être avec vous, il doit justement se déshabituer de vous ! » Ton petit bout a été 9 mois en contact permanent avec toi, il a bien le droit d’être sevré doucement 😉

le 22/01/2016 à 13h00 | Répondre

Urbanie

J’aime beaucoup cette phrase et je dois avouer que je suis assez d’accord! Sur le plateau des Maternelles, ils expliquaient un jour que, en raison de la taille de la tête du bébé, ce dernier sortait plus tôt que ce qu’il ne devrait et que les 3 premiers mois de bébé étaient un peu comme un dernier trimestre… du coup, il ne faut pas s’étonner si le bébé a besoin de fusionner avec sa maman les premiers temps. C’est bête mais ça parait évident dit comme ça!

le 24/01/2016 à 22h14 | Répondre

Lisa

C’est fou la pression que l’on peut mettre aux jeunes mamans. Tu n’as pas à culpabiliser tu fais de ton mieux avec ta puce et c’est ça le plus important. Et comme dis plus haut, bebe est reste 9 mois dans notre ventre et a donc énormément besoin de sa maman. Ce monde est tout nouveau pour eux et il amasse énormément d’informations chaque jour. Dans nos sociétés actuelles, il faudrait que bebe soit très vite autonome. d’ailleurs souvent la première question que l’on me pose c’est est qu’il fait ses nuits ? Et bien non, il n’a pas encore 3 mois et c’est pas dramatique. Ou bien, vous ne le laissez jamais pleurer ? Certaines personnes ont du mal à comprendre que bebe ne s’endorme pas tout seul, mais je préfère l’accompagner, le rassurer plutôt que de le laisser pleurer des heures jusqu’à épuisement. Je me dis qu’il est pas encore prêt. C’est sur que c’est très fatiguant pour les parents mais ce qui compte le plus pour moi c’est que bebe se sente en sécurité, rassuré. Pas facile les colliques, bebe aussi se tord beaucoup, se réveille et à énormément de gaz. Courage et dis toi que ta puce a encore beaucoup besoin de toi, mais elle progresse chaque jour et plus tu auras répondu à ses attentes lorsqu’elle était toute petite, plus elle va gagner de la confiance et deviendra autonome et pleine de vie en grandissant. Ne t’inquiètes pas 🙂 patience et avec le temps tout va d’arranger. :))

le 22/01/2016 à 14h19 | Répondre

Urbanie

Merci Lisa pour ton soutien! <3

le 24/01/2016 à 22h15 | Répondre

charlotte

Comme beaucoup de maman je pense ma petite fille a beaucoup de difficultés avec le sommeil et je ne peux pas l’a quitter. Je ne connaissais pas les consultantes en sommeil mais serait interessée de connaitre les coordonnées de celle que tu as pu consulter.merci de ce témoignage en tout cas

le 22/01/2016 à 15h11 | Répondre

Urbanie

Je te donne ça dés que je remets la main dessus!

le 24/01/2016 à 22h16 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

Quel plus dur métier que jeune maman ?? Je pense que l’on doit être nombreuse dans ton cas. Nos enfants ont passé 9 mois (ou moins) à grandir et à être rassuré dans nos bidons, quoi de plus naturel qu’aujourd’hui ils aient du mal à se séparer de nous? Et même nous d’eux?
Je vois que tu parviens à faire abstraction des « petites » (c’est un euphémisme) réflexions que l’on te fais, tant bien que mal, tu as raison de garder la tête haute. C’est ton bébé tu es sa maman et la personne la mieux placée pour savoir ce dont elle a besoin.
Elle n’a encore que 3 mois, comme tu dis l’ascension va être spectaculaire et tu verras que quand ta petite poulette qui chouine aujourd’hui pour être dans tes bras, elle chouinera pour autre chose dans 6 mois, c’est comme ça.
La patience est une vertu 😉 mais tout fini par s’arranger.
Bonne continuation 🙂

le 22/01/2016 à 15h55 | Répondre

Hermy

Peux importe ce que tu fais, les gens jugent. J ai laissé mon bébé assez tôt parce que j en avais besoin (fin de grossesse et début difficile avec bébé) et j ai eu des réflexions. Les gens critiquent peu importe la situation. Pour les coliques et le rgo, je t ai déjà donné mon avis et conseil sur ton site.
Pour le sommeil, j avoue que l on jamais vraiment eu de soucis de ce côté à part quelques petites phases qui sont vite passées en le laissant un peu pleuré (10min max). Je pense qu il faut être à l écoute de son bébé. S il a besoin de réconfort pour dormir, ben il faut lui donner. Ta fille est encore petite et quand elle sera rassurée, elle dormira très bien !

le 22/01/2016 à 17h28 | Répondre

emma_chan

je trouve que la culpabilité va dans les deux sens. A lire les commentaires j ai l impression d’avoir durablement bousillé la psychée de mon bébé parce que je la laisse pleurer sur des fréquences de 10 mn. Heureusement qu elle se porte bien ca me rassure ! Après la seule question c est est que toi tu vis bien la situation actuelle ? est ce que tu te sens suffisamment patiente pour continuer à supporter ça malgré la fatigue ? si oui, ben continue à la prendre dans les bras. Un conseil que m avais donné la psy de la mater c’était de prendre bébé dans les bras tant qu on sentait qu on avait encore suffisamment de réserve pour lui envoyer du positif. Ca m a vachement aidé!. J ai proposé un article sur tout ça d’ailleurs, peux être qu il sera publié!

le 22/01/2016 à 18h06 | Répondre

Lisa

Concernant les pleurs, je n’ai en aucun cas voulu être moralisatrice ou autre. Il m’arrive aussi de laisser bebe pleurer un peu, j’essaie d’être toujours présente lorsqu’il a besoin mais je ne me précipite pas non plus à la seconde ou minute, ce n’est pas toujours possible, j’essaye aussi de plus en plus de le rassurer en lui parlant, restant à côté de lui afin qu’il comprenne qu’il ne peut pas toujours être dans les bras mais je le fais par étape, c’est vrai que je le fais plus depuis qu’il a deux mois et demie. Avant j’avais tendance à le prendre systématiquement surtout le premier mois mais aussi parce que c’était un bebe très en demande et je pense aussi que c’est au cas par cas, chaque enfant est différent et chaque maman fait au mieux avec son bebe et c’est le plus important, car à partir du moment ou il y a de l’amour il n’y a pas de raisons que bebe ne soit pas épanouie peu importe son éducation. J’ai aussi remarqué que mon bebe a aussi besoin de pleurs de décharge parfois en fin de journée ou pour s’aider à s’endormir. Après ce qui m’avait choqué c’est une copine qui m’avait raconté que pour que son fils fasse ses nuits elle l’avait laissé pleurer pdt 3 heures un soir et elle pleurait dans une autre pièce à côté pour ne pas craquer et aller le voir. J’ai trouvé que c’était trop, c’est dur quand même, et il y’a la méthode des 10 15 min mais je ne suis pas pour tant que le bebe est tout nourrisson. c’est difficile d’être parent, on apprend tous les jours et on essaye tous de faire de notre mieux et il y a des bébés qui ont des besoins intenses qu’on nomme BABI.

le 22/01/2016 à 22h58 | Répondre

Urbanie

Ne t’inquiète pas, les lectrices ont surtout voulu me soutenir plus que de juger celles qui ne font pas le choix de prendre leur bébé dans leurs bras tout le temps! 🙂

En fait, ce qui est difficile, c’est de justement d’assumer ses choix est d’accepter ceux des autres avec bienveillance, parce qu’il y’aura toujours une maman qui aura fait différemment de toi. Si cela peut te rassurer, mon papa m’a avoué m’avoir laissée pleurer, et je me décrirais comme plutôt épanouie aujourd’hui! 😉

J’aime beaucoup ce que t’a dit ta SF, c’est plein de bon sens!

le 24/01/2016 à 22h21 | Répondre

Madame D

C’est fou … Tu as beau nous en parler depuis un moment, je viens seulement de me rendre compte que pour Princesse c’était assez identique … Va savoir pourquoi … mais j’avais complètement oublié … Je n’ai mangé avec mon mari le soir que quand Princesse a eu plus de 4 mois. Avant (même si elle faisait ses nuits) je l’endormais au sein. Et même si elle acceptait que je la pose, je devais absolument être dans son périmètre de vue. Et ça jusqu’a plus de 10 mois. Elle n’aimait pas trop son parc, ne supportait pas quand j’étais hors de vue pendant plus de 5 min et hors de mes bras : 30 min pas plus, après c’était la crise. Le plus dure a gérer c’était que les gens autour de moi ne comprennent pas pourquoi je n’avais rien le temps de faire en journée ! Ah tu ne fais pas le ménage ? Ah tu ne fais pas à manger ? Non j’ai mon bébé dans les bras toute la journée !!! Je t’avoue que la délivrance est arrivé quand elle a commencé à se déplacer seule ! Un peu de trotteur ou du quatre patte. Et même encore maintenant qu’elle marche, il y a des fois le soir ou elle ne me laisse pas m’occuper du repas, elle veut les bras. Et ça, ça ne s’est arrangé que depuis ses 18 mois … Alors je te souhaite beaucoup de courage !!! En apprenant la mobilité, Kate apprendra aussi à te lâcher.

le 25/01/2016 à 10h55 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?