Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Le troisième trimestre de ma grossesse à risque : des mois très contrastés !


Publié le 2 janvier 2016 par Étoile

Petit rappel sur ma grossesse dite « à risque ». Comme je le disais dans mon article de présentation, au départ, on ne savait pas trop jusqu’où j’irai avec cette grossesse. Eh oui, j’ai la même pathologie que ma maman, et nous sommes tous prématurés dans la famille. Pour ma mère, les difficultés sont arrivées vers le cinquième, sixième mois de grossesse…

Je t’avais laissée la dernière fois en t’expliquant notre frayeur du deuxième trimestre et les problèmes de croissance de notre petit bout. Mais à la fin du sixième mois, les nouvelles étaient encourageantes : nous passions d’un bébé crevette à un bébé dans la moyenne basse. Voyons un peu comment les choses ont évolué !

Le septième mois : un mois assez zen

Mon septième mois s’est plutôt bien passé. C’est au début de ce mois-ci que nous avons bouclé la chambre en deux semaines chrono, comme tu as pu le lire précédemment.

Physiquement, j’ai découvert de nouveaux symptômes de la grossesse. Notamment les œdèmes et la prise de poids incontrôlable (trois kilos en un mois). Eh oui, nous étions en plein mois de juillet. Vive la canicule !

J’étais obligée de porter mes bas de contention pour me soulager. Ça marchait assez bien. Par contre, je ne te dis pas la tête de mes bras lorsqu’on a essayé de me faire ma prise de sang mensuelle. J’ai été bien amochée. Première fois que ça m’arrivait.

Bref, un mois assez tranquille, en dehors de la chaleur. Pour cette grossesse à risque, le repos a vraiment été le MÉDICAMENT.

Grossesse ombre et lumiere

Crédits photo (creative commons) : José Manuel Ríos Valiente

Le huitième mois : la dégringolade physique et psychologique

Un des pires mois de cette grossesse ! Oui, vraiment !

La dégringolade physique…

Dans une grossesse à risque, rien n’est jamais gagné. Ou plutôt, chaque semaine est une petite victoire, car l’équilibre est fragile.

Notre échographie des 32 SA n’a pas été très bonne. Bébé avait des percentiles de croissance encore plus bas qu’à l’échographie du cinquième mois. C’était pour nous incompréhensible, car l’échographie du sixième mois était plutôt bonne. Le gynécologue a supposé que c’était un problème de placenta et a envisagé un déclenchement à 8 mois de grossesse. Décidément… Mais quand je suis sortie de l’échographie, j’étais assez zen, car on s’éloignait doucement de la grande prématurité. Pas de stress pour moi.

Sauf que… J’ai ensuite enchaîné crise de contractions (qui a nécessité une brève hospitalisation avec un traitement en ambulatoire) et bébé qui bouge moins (donc nouveau passage aux urgences)… Bref, je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. J’ai été extrêmement fatiguée pendant ce huitième mois, alors que je dormais bien la nuit.

… suivie de la dégringolade morale !

J’avais l’impression que mon corps craquait complètement, et mon moral a pris un sacré coup. Cette période a été difficile.

Mes parents, malgré la distance et les soucis de santé de ma maman, sont venus nous aider quelques jours (j’ai des parents vraiment incroyables), alors que ma belle-famille, à proximité de chez nous, n’a rien fait du tout. Quand mes parents sont partis, nous avons dû gérer seuls avec mon mari ma fatigue, mes difficultés à marcher, mon moral qui flanchait, etc.

J’ai beaucoup délégué à mon mari, mais ça a été difficile, car il y avait quelques tâches qu’il n’assumait pas du tout avant (cuisine, certains rangements…). Dur dur d’être toujours derrière lui !

Je ne garde pas un bon souvenir de ce mois, j’ai ressenti beaucoup de solitude. J’en voulais à tout le monde… et j’étais vraiment de très mauvaise humeur.

Le neuvième mois : mais qu’est-ce qui m’arrive ? Un regain d’énergie inespéré

Dès 36 SA (donc à la fin du huitième mois), ma fatigue s’est envolée. Je faisais mes vitres, nettoyais les placards… Je me sentais super bien physiquement, quoique énervée (oui, oui, les hormones). Très active. C’était incroyable. Mon gynécologue et la sage-femme en rigolaient presque. Ils n’osaient même plus m’ausculter, par peur de provoquer l’accouchement. Il faut dire que mon col avait été bien modifié après ma crise de contractions à 32 SA…

À 37 SA, mon regain d’énergie s’est confirmé et, cerise sur le gâteau, pas de déclenchement. Bébé avait pris un kilo en un mois, ce qui est énorme. Il était toujours dans la moyenne basse pour le poids, certes, mais plus en mode crevette. Pour ce qui était de la taille, il était dans la moyenne. C’était juste incroyable. Même le médecin n’en revenait pas. C’est le mois où j’ai été le plus mal physiquement que, finalement, mon bébé a le mieux grandi.

Bref, avec tout ça, mon moral est automatiquement remonté ! Mais à l’inverse, maintenant, mon mari est très fatigué. Alors que je vais mieux, lui montre des signes de faiblesse : pas de vacances depuis novembre 2014 pour lui, gestion de mes hormones, gestion de ses angoisses… Je m’inquiète pour lui. Il faudrait vraiment qu’il se repose avant l’arrivée de notre petit bout.

Et maintenant, on compte juste les jours ensemble… Nous sommes pressés. J’en suis à 39 SA à la date d’écriture de cet article, et je suis en pleine forme ! Certes, j’ai un peu plus de contractions, quelques douleurs de temps en temps… mais globalement, rien de très gênant ! J’ai l’impression que ce bébé va rester jusqu’au bout, et je n’ai pas prévu de changer mes habitudes pour provoquer l’accouchement.

En conclusion, par rapport aux deux trimestres précédents, ce trimestre a été beaucoup plus en dents de scie. Les choses ont été vraiment très différentes d’une semaine à une autre. Comme quoi, rien n’est jamais figé ou acquis, quand on est enceinte !

Et toi, comment as-tu vécu ton troisième trimestre ? Étais-tu très fatiguée ? Ou au contraire pleine d’énergie ? Les deux ? Dis-nous !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Albertine

Wahou c’est dingue ce « revirement » de situation au dernier mois. C’est chouette que tu aies pu terminer ta grossesse dans de bonnes conditions !

le 02/01/2016 à 12h10 | Répondre

Madame D

Pas évident tout ça ! Contente que tu allais mieux a la fin (ok je suis pas sure que ma phrase soit hyper française ..)

le 05/01/2016 à 15h03 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?