Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon accouchement de rêve malgré un bébé en siège !


Publié le 5 août 2015 par Claire

La dernière fois, je t’ai raconté ma grossesse et je t’ai laissée à la fin de mon troisième trimestre, alors que mon bébé s’annonçait en siège. Mais voilà, les jours passent, et toujours pas de signe que quoi que ce soit arrive.

Je me documente à fond pour savoir quand partir à la maternité. Bah oui, je n’ai pas trop envie de m’y faire refouler ou de devoir faire les cent pas dans les couloirs pendant des heures parce que je m’y serai pointée trop vite.

Après lecture et discussion avec ma sage-femme, je comprends qu’il faut que j’aie des contractions toutes les dix minutes pendant au moins deux heures. Et comment tu sais si ce sont des contractions de travail ? Et bah, tu le sais ! Si tu ne sais pas trop, c’est que ce n’est pas ça. Bon, ok.

J’ai tout ça bien en tête et comme, de toute manière, je veux éviter la péridurale, ma sage-femme me dit qu’il vaut mieux rester le plus longtemps possible chez moi. Oui, enfin, pas trop longtemps quand même, parce que même si j’ai choisi d’accoucher avec ma sage-femme, je préfère que ce soit en plateau technique, et non à mon domicile.

Enfin, de toute façon, rien ne se profile à l’horizon. Je n’accoucherai pas un mois avant le terme, c’est passé. Je suis tiraillée entre l’envie d’accoucher un peu avant les fêtes de fin d’année et à la date prévue, c’est-à-dire un peu après les fêtes.

Je ne fais que penser à cette césarienne que je souhaite éviter à tout prix. Mais de toute manière, ce n’est pas moi qui décide, les choses se passeront comme elles doivent se passer. Il faut lâcher prise ! J’essaie donc de voir le positif de chaque cas de figure. Sachant que l’essentiel, c’est que tout se passe bien pour bébé et moi.

Pieds de nouveau-né

Crédits photo (creative commons) : Tim McCune

Une semaine avant le terme, toujours rien. Je m’inquiète un peu, car je sens moins bouger bébé d’amour que d’habitude. Je vais donc faire un tour à la maternité pour faire un peu le point.

Au bilan, tout est ok : le cœur de bébé bat comme il faut. La sage-femme en profite pour regarder mon col : il est ouvert à 1. Je commence à m’enflammer. Alors, c’est que ça va être pour bientôt ? « Oui, ça peut être pour aujourd’hui, comme dans plusieurs jours ». Je suis soulagée, je vais échapper à la césarienne.

Si proche du but, je m’impatiente. Mais les jours passent, et toujours rien. Enfin, j’ai bien quelques petites contractions, qui sont parfois régulières, mais elles ne font pas vraiment mal, donc c’est que ça ne doit pas être ça.

Pour moi, quand on était à 1, ça voulait dire que le travail avait commencé. Eh bien non, chère lectrice, il faut que tu saches que ça ne veut rien dire du tout !

À deux jours du terme, je prends rendez-vous à la maternité, comme on me l’a demandé, pour faire le point le jour du terme et programmer la césarienne. Je dois faire toutes ces démarches à l’hôpital, car ma sage-femme libérale pourra être présente à mon accouchement, mais ne pourra pas m’accoucher, du fait que bébé d’amour se présente en siège. Et il est maintenant peu probable qu’elle se retourne, même si c’est toujours possible.

Le jour du rendez-vous arrive. Avec mon mari, on est un peu stressés. Je sais qu’il n’y a pas de déclenchement possible. Il faut que le travail se passe vite et bien. Ça fait pas mal de choses qui doivent être réunies pour éviter cette césarienne !

Lors du rendez-vous avec la sage-femme, elle fait un monitoring : tout va bien. Elle me fait un peu travailler le col, et elle me dit que je suis entre 1 et 2. Mais je crois que c’est pour ne pas me démotiver ! À cette vitesse, je ne suis pas près d’accoucher, moi !

On fait ensuite une échographie : il y a assez de liquide amniotique, le poids du bébé est ok, estimé à 3 kg. Vu mon pelviscan, elle a largement la place pour sortir. Une autoroute, qu’elles disent, les sages-femmes ! Bonne nouvelle.

La sage-femme pense qu’il est possible de m’accorder un délai supplémentaire. Elle appelle la gynéco qui m’a suivie pour avoir son feu vert. Nous gagnons deux jours ! Youpi !

On reprend rendez-vous pour dans deux jours. Si d’ici-là, rien de nouveau, une césarienne sera programmée pour le lendemain. On sait maintenant avec certitude que dans maximum trois jours, on verra notre bébé d’amour… Mais nous espérons que le travail commencera avant.

Du coup, je vais voir ma sage-femme libérale, qui suit toutes mes péripéties. Elle décide de me faire travailler le col pour accélérer un peu les choses. À la fin de la séance, elle me dit qu’il est un poil plus ouvert, mais bébé d’amour n’est toujours pas décidée à sortir.

Je prends mon mal en patience. On a rendez-vous le lendemain matin à la maternité. Je profite de ma dernière nuit pour bien dormir.

Mais vers 4h du matin, je me dis : « Mince, je me suis fait pipi dessus ! » À peine le temps de réagir que la poche des eaux se perce complètement, alors que je n’ai même pas bougé ! C’est bébé d’amour qui a dû la percer en bougeant. J’inonde le lit.

Je réveille Chéri et lui demande d’aller vite chercher des serviettes. Le pauvre ne comprend pas trop ce qui se passe et s’exécute comme il peut. Me voilà bien avancée, qu’est ce que je fais maintenant ?! Je n’avais pas prévu que ça se passe comme ça, moi, j’attendais les contractions ! Enfin, le travail commence, j’ai des contractions. Je sais que c’est pour aujourd’hui, je suis toute excitée.

Je dis à Chéri d’aller vite chercher le téléphone, et j’appelle ma sage-femme pour savoir ce que je dois faire : attendre ou partir à la maternité. J’ai beau avoir lu sur le sujet, quand on y est, on oublie presque tout ce qu’on a lu ! Le temps qu’elle émerge un peu, elle me dit de prendre une douche, de prendre ma valise et qu’on se retrouve à la maternité.

Je veux me lever du lit, mais ça ne fait que couler. Je n’avais pas vraiment envisagé ce cas de figure ! Je mets une serviette entre mes jambes, c’est trop sexy ! Mais pas vraiment pas agréable. Chéri pourra faire le ménage pendant mon séjour à la maternité !!

J’arrive dans la salle de bain, je prends ma douche. Et me pose une bonne question : je m’habille comment pour aller à la maternité ? Je ne peux pas mettre de pantalon, puisque ça continue de couler et que je dois garder une épaisse serviette éponge pour ne pas en mettre partout. J’opte pour une robe. Super sexy avec la serviette éponge que je tiens entre les jambes.

Chéri prend aussi une douche, car il se doute que le journée va être longue. Nous rassemblons nos affaires et partons pour la maternité. En sortant de la voiture, je me dis qu’heureusement, nous sommes en pleine nuit et il n’y a personne. Vu mon accoutrement, je ne fais pas la fière !

Nous rejoignons ma sage-femme pour mon admission à la maternité. Les contractions se font de plus en plus fortes. Elles ont lieu environ toutes les sept minutes. J’arrive à les gérer, je contrôle bien ma respiration, puis je fais des vocalises. Ma sage-femme me masse et appuie sur des points d’acupuncture pour me soulager un peu.

Je suis vraiment contente que ma sage-femme libérale soit avec moi, car avec Chéri, on n’y connaît rien. C’est elle qui fait le lien avec l’équipe pour le moment : moi, je peux rester dans ma bulle, car j’ai une entière confiance en elle. Chéri est aussi rassuré. Nous sommes dans des conditions optimales.

Vers 7h du matin, ça commence à être sérieusement difficile. Ma sage-femme regarde mon col. Je suis dilatée à 4. Trop peu pour moi : je sais que je n’arriverai pas à gérer les contractions pendant encore des heures, je demande la péridurale. Seulement, ça va bientôt être le changement d’équipe. Je dois attendre la nouvelle équipe.

Lors de la relève d’équipe, je découvre que la sage-femme qui va m’accoucher est celle qui m’a fait l’acupuncture. Je suis super contente, car elle est super sympa. Elle me dit que, de toute manière, pour un siège, la péri est préconisée.

À 9h, on me pose enfin la péridurale : c’est une délivrance. Je revis et peux enfin me reposer un peu. En effet, je commençais à avoir du mal à gérer la douleur physiquement : je tremblais de tout mon corps et je vomissais le ventre vide ! Je commençais à être à bout. La péri est bien dosée : je ne sens plus rien, je ne peux plus bouger mes jambes, mais je n’ai plus mal.

Je me repose et vers 13h, je sens que quelque chose arrive. Je suis toute seule avec Chéri, car tout le monde est parti manger. Je lui dis que ça vient, qu’il faut qu’il aille chercher du monde. La moitié du service débarque. Eh oui, un accouchement en siège par voie basse, ce n’est pas si fréquent !

Je pousse, avec difficulté, car je ne sens pas grand chose, du fait de la péri. Mais je me concentre pour essayer de ressentir les contractions et de pousser à ce moment. Ce n’est pas assez efficace. La sage-femme m’aide (traduction : elle me fait une épisiotomie).

Et bébé d’amour sort d’un coup. Je la réceptionne. Je suis tellement émue de rencontrer enfin mon bébé, de voir sa petite bouille. Je suis submergée par les émotions, tellement heureuse d’avoir pu accoucher par voie basse. J’ai eu un merveilleux accouchement avec une super équipe. Je ne pouvais rêver mieux.

J’ai tellement entendu dire qu’un accouchement, c’était difficile, douloureux. Je me disais que c’était un mauvais moment à passer. Et c’est vrai, ça a été douloureux. Mais j’ai été tellement bien accompagnée par Chéri, ma sage-femme libérale et toute l’équipe de la maternité que ça a été un merveilleux moment. Accoucher ne me fait plus du tout peur.

C’est aussi le message que je voulais faire passer. Je pense que l’accompagnement est primordial, car il est évident que si je n’avais pas été accompagnée comme je l’ai été, ça aurait été une autre histoire. Je n’aurais peut-être pas eu un si bon souvenir de mon accouchement. Il est donc vraiment très important de bien le préparer.

Moi, j’ai besoin d’être en confiance. Alors j’ai fait un double-suivi. Sage-femme libérale et gynéco de l’hôpital, et je faisais mes échos à l’hôpital. Je voulais bien connaître la maternité pour être rassurée le jour J. Si j’avais tout fait à l’hôpital, je me serais retrouvée un peu seule à la sortie de la maternité, et si je n’avais vu que ma sage-femme libérale, je n’aurais pas eu suffisamment confiance en l’équipe de la maternité. Pour moi, les deux suivis ont été très complémentaires.

Je voudrais aussi t’en dire une peu plus sur l’épisio, car j’y étais véritablement opposée, je préférais une déchirure. Mais il faut savoir que dans le feu de l’action, j’ai eu entièrement confiance en l’équipe médicale. C’est sûr que c’est douloureux, surtout les dix jours après l’accouchement. Il est très important de se reposer et de rester allongée le plus longtemps possible : comme ça, ça fait moins mal, et on se remet plus vite. Pour ma part, un mois après, c’était comme si rien ne s’était passé. Finalement, ça a été moins dramatique que je ne le pensais.

Je ne t’ai pas raconté mon accouchement en détails, avec la pose de la péri, la sonde urinaire, tout ça… Sur le coup, rien ne m’a semblé bizarre, on m’a tout expliqué à chaque fois. Et comme j’étais en confiance, dans ma bulle, il n’y a rien que je n’ai mal vécu ou trouvé intrusif. Et six mois après, franchement, j’ai déjà oublié beaucoup de choses… celles qui étaient les moins importantes.

Et toi ? Tu as accouché d’un bébé en siège ? Tu redoutais aussi la césarienne ? Comment ça s’est passé ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

23   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mariounche

Quel beau récit, en effet la confiance est très importante pour bien vivre son accouchement et les accompagnements complémentaires que tu as choisis t’ont bien aidé. Heureuse pour toi que tu n’aie pas eu de césarienne malgré la présentation en siège. Pour ma part, mon premier accouchement etait assez similaire au tien (mais bébé n’était pas en siège), j’ai aussi fait confiance à l’équipe pour l’episiotomie et en effet, sur le moment tu ne réfléchis plus trop. J’ai moins bien vécu mon 2ème accouchement alors qu’objectivement il était assez similaire au premier, mais j’étais moins en confiance, peut-être le fait d’être declenché alors que j’étais réticente à joué dans cette confiance et donc dans ma façon de ressentir les choses.

le 05/08/2015 à 07h44 | Répondre

Claire (voir son site)

Oui, je crois que la confiance est la clé.

le 05/08/2015 à 16h43 | Répondre

Virginie

Félicitations ! Super que l’accouchement se soit bien passé.

En revanche, que tu aies oublié des choses, c’est normal, fatigue, douleur, émotions, etc. mais sonde urinaire, épisio, vomissements et autres joyeusetés se font en présence du papa, quel souvenir garde-t-il de cette journée ?

le 05/08/2015 à 07h57 | Répondre

Claire (voir son site)

Virginie, Le papa étais plutôt en retrait au début, mais les sages femmes l’on mis en confiance et du coup, tout ça a été assez naturel au final. Il faudrait lui demander pour être bien sur mais ce n’est pas un grand bavard mais visiblement il n’en a pas garder de mauvais souvenir.

le 05/08/2015 à 16h46 | Répondre

Madame Alsace

Moi j’ai une question! Je suis un peu étonnée quand tu dis « La péri est bien dosée : je ne sens plus rien, je ne peux plus bouger mes jambes, mais je n’ai plus mal ».

Je n’y connais pas grand chose (je n’ai jamais accouché!), mais il me semblait avoir lu un peu partout qu’au contraire, avec une péri bien dosée, on sent encore ses jambes, ses contractions… ET on n’a plus mal 🙂 (ce qui est quand même l’idée, je te l’accorde)

Alors peut-être que tu veux dire que l’important pour toi c’était de ne plus avoir mal donc le reste ne t’a pas dérangé? Mais je suis curieuse d’avoir l’avis d’autres mamans là-dessus – et surtout, je me demande de quoi ça dépend et si on peut l’anticiper (genre, savoir si l’anesthésiste qui va faire la péri est plutôt doué à ça ou pas, ou si c’est vraiment un coup de chance…)

le 05/08/2015 à 08h43 | Répondre

Camille

Je me suis aussi posé cette question en relisant… Mais j’en ai conclu que ce devait être « bien » dans le sens « beaucoup » et pas dans le sens « correctement ». Evidemment, ça reste à confirmer par l’auteure 🙂 Comme tu le dis, et pour l’avoir vécu, quand on a souffert des heures durant, on peut aussi être ravie de ne plus rien sentir 🙂

(et pour répondre au passage, à ta dernière question : il y a des mat’ où l’on sait que la péri est plus costaud que dans d’autres, je pense que ça dépend plus de la sensibilité de l’anesthésiste que de son habilité… mais il y a aussi différentes manières de réagir à la même anesthésie selon les personnes…)

le 05/08/2015 à 09h28 | Répondre

Claire (voir son site)

Madame Alsace, Camille a tout a fait raison, quand j’ai dit bien dosé, je voulais dire très dosée. Mais après chaque personne répond différemment. Pour ma part, j’aurait préféré qu’elle soit dosée moins forte que je puisse encore bien sentir les contractions. Mais a ce moment, le principal était pour moi la diminution de la douleur.

le 05/08/2015 à 16h49 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Un témoignage positif sur l’accouchement, ça fait plaisir à lire ! J’ai moi aussi connu un accouchement « de rêve » et j’essaie d’en parler le plus possible pour rassurer les primipares : ça peut aussi très bien se passer ! Et je confirme que l’accompagnement et la confiance dans le personnel sont très très importants.

le 05/08/2015 à 09h49 | Répondre

Claire (voir son site)

Oui, il y en a quand même des accouchement qui se passent bien, c’est pour ça que j’ai voulu le raconter.
C’est vrai qu’il y a la douleur et on a trop tendance a résumer l’accouchement à la douleur, mais c’est tellement plus!

le 05/08/2015 à 16h53 | Répondre

Madame Vélo

Très beau récit ! que j’ai lu avec intérêt parce que j’ai moi aussi accouché d’un bébé en siège. Je voulais en publier le récit ici mais tu m’a devancé !!
Et je suis entièrement d’accord avec toi, la qualité de l’accompagnement est primordial et joue énormément sur le bon déroulement de l’accouchement.

le 05/08/2015 à 10h19 | Répondre

Claire (voir son site)

Madame Vélo, je serai ravie de pouvoir lire ton récit!

le 05/08/2015 à 16h50 | Répondre

Madame l'Abeille

Merci pour ton récit, et d’accord avec Die Franzoesin, c’est agréable de lire un récit positif…d’ailleurs la majorité des accouchements se passent plutôt bien! Je pense que tu as eu de la chance de tomber sur une équipe qui etait d’accord de te laisser encore 2 jours après le terme alors que le bébé etait en siège. Comme Mme Irbis, tu avais une sage femme libérale qui pouvait t’accoucher a la maternité. Je suis curieuse d’en savoir plus sur ce système: elle est prête à être dérangée par ses patientes à n’importe quel moment? Tu habites une grande ville? Ta sage femme travaille t elle à la fois dans son cabinet et à la maternité?

le 05/08/2015 à 19h43 | Répondre

Claire (voir son site)

Madame Abeille, pour répondre à tes questions, ma sage femme travaille en libérale, elle a donc son cabinet. Elle peut intervenir à l’hôpital car elle a signer une convention avec eux. En fait ils laissent à disposition tout le matériel et si jamais il y a un soucis, l’équipe de l’hôpital peut prendre le relais. C’est ce qu’il s’est passé pour moi. Elle ne pouvais pas m’accoucher en siège à l’hôpital ( non pas qu’elle ne sache pas faire mais c’est ce qui est dans le contrat avec l’hôpital).
J’habite dans une grande ville, mais il n’y a pas de rapport, il faut seulement que l’hôpital ai ouvert un plateau technique et que ta sage femme ai signé la convention.
Et sinon, quand elle s’engage à nous accoucher, elle est bien sur dispo à n’importe quel heure. Quand je suis sortie de la mater, j’ai eu un soucis, d’engorgement, elle s’est déplacé à mon domicile un dimanche soir. Après, elle a aussi sa vie. Donc on ne peux pas non plus la déranger pour tout et rien 😉
J’espère avoir répondu à tes questions.

le 06/08/2015 à 13h31 | Répondre

Madame l'Abeille

Merci pour tes explications. Je peux aussi appeler ma sage femme liberale ou sa collègue le week-end en cas de souci « urgent » comme ton problème d’engorgement. Mais la tienne doit vraiment être passionnée pour s’engager à accoucher ses patientes, parce que ca l’oblige à etre dans le coin les semaines avant la date théorique de terme et aussi à « plaquer » ses consultations si tu accouches un jour de semaine.

le 06/08/2015 à 13h59 | Répondre

Claire (voir son site)

C’est tout à fait ça. Mais avant de commencer le suivi avec elle, elle nous dit qu’en cas d’accouchement, elle peut être amener à annuler les rendez vous au dernier. Elle fait également les accouchements à domicile. Mais du coup, elle prend un nombre de patiente limité par mois.
Et c’est une passionnée de son métier.

le 06/08/2015 à 14h08 | Répondre

Chaperon Rouge

Passionnant! Ca donne envie d’être siiii bien encadré! c’est interessant aussi de voir qu’à un moment, tu finis par lacher prise sur tes convictions (péri, épisio etc.) mais que finalement, tu as très bien vécu tout ça 🙂

le 06/08/2015 à 14h45 | Répondre

Nilith lutine

Ha bon, la péridurale est préconisée pour un accouchement par voie basse en siège ? J’ai été surprise de lire ça, car il y a 24 ans, un bébé se présentait en siège (moi !), et ma mère n’a pas eu la possibilité d’avoir la péridurale, en raison de ce siège justement. Les choses changent ! 🙂

Merci pour ce récit, c’est super que tu aies été contente de ton accouchement. Heureusement que Bébé a décidé d’arriver tout seul ! 😉

Perdre les eaux en étant encore au lit, c’était ma hantise… (Ben oui, l’état du matelas après ça ! 😮 ) Finalement, déclenchement, donc rien de tel.

le 05/08/2015 à 20h04 | Répondre

Claire (voir son site)

Alice, oui c’est ce que m’on dit les sage femme pour la péri. J’étais étonnée aussi car je pensait que la péri ralentissait le travail. Et que pour moi, il fallait que ça aille vite et bien. Mais pendant tout le temps de la péri, j’étais allongé sur le coté pour aider la descente.

Après, pour le matelas, j’avais une alèse, donc à la machine et voilà. 😉

le 06/08/2015 à 13h34 | Répondre

Madame D

Beau récit. Captivant. J’ai toujours eu peu d’avoir un bébé en siège. Alors quand le fille s’est retourné j’étais très contente. Même si j’ai croisé les doigts que ça dure !
Et je suis d’accord, avoir une équipe que tu connais c’est génial. J’ai eu ma sage femme des cours de préparation et mon gyneco qui m’a suivi pendant 8mois. Pas un hasard. C’était le but.

le 05/08/2015 à 23h03 | Répondre

Claire (voir son site)

Merci Mademoiselle D, j’aurai effectivement préférée que ma fille se retourne mais bon, elle étais bien la tête en haut! 😉

le 06/08/2015 à 13h39 | Répondre

Cécile

J’ai aimé lire ton témoignage, merci ! Beaucoup de points communs, ma fille est née en septembre 2014 en siège et on a tenté la voie basse malgré un terme dépassé de 4 jours. Tout s’est déroulé à merveille également, si ce n’est que, l’expulsion n’étant pas assez rapide (tu l’as écrit toi-même, il y a pas mal de conditions pour un accouchement par voie basse en siège !), demi-tour bébé, césarienne d’urgence ! J’aurais préféré que ça se passe comme toi mais nous n’en sommes ressortis nullement traumatisés car nous connaissions le risque, le protocole, et surtout car nous étions en confiance et très bien entourés (je confirme que ça ramène du monde dans la salle d’accouchement, les naissances de « petits sièges » 😉 ). Mon bébé a pu venir sur moi, puis sur son papa et je n’ai pas dû la quitter une seconde. Je suis tellement d’accord avec toi, c’est la manière dont on est entourés qui détermine grandement le vécu !

Je ne regrette pas du tout d’avoir opté pour la voie basse, même si ça s’est terminé en césarienne. Et je l’écris en songeant à celles (et ceux, n’oublions pas les papas !) qui sont devant ce choix difficile et stressant.

le 06/08/2015 à 10h31 | Répondre

Claire (voir son site)

Cécile,
C’est vrai qu’on m’avais demandé en avance si je voulais programmer une césarienne. Malgré les conditions et sachant que ça pouvais tout de même finir en césarienne j’ai opté sans hésiter pour la voie basse et je ne le regrette vraiment pas.
C’est qu’il u a a quand même quelques uns des petits sièges!

le 06/08/2015 à 13h38 | Répondre

Cécile

3 % de petits sièges, apparemment 😉 ça paraît peu comme ça mais en relativisant, ça fait « un par classe », si on y pense !

le 13/08/2015 à 12h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?