Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

L’allaitement, pas si évident que ça…


Publié le 7 mai 2015 par Pivoiline

Je ne pensais pas écrire cet article, car le sujet est encore un peu sensible pour moi. Mais finalement, je crois que partager avec toi mon expérience peut être une bonne chose ! Tu as peut-être toi aussi vécu la même chose que moi, et ça te soulagera de lire que tu n’es pas la seule… Ou alors tu imagines peut-être vivre ton allaitement comme je le souhaitais, et cet article sera là aussi pour te préparer à ce que les choses ne se déroulent pas comme prévu.

Dans ma tête, il était prévu que j’allaite ma fille 6 mois. Pourquoi 6 mois ? Parce que je dois reprendre le travail pour un mois en juin, et qu’ensuite je serai en vacances jusque fin aout. À cette date, ma fille aura donc 6 mois. Ça tombe bien, 6 mois, c’est ce que recommande l’OMS. Idéalement, j’aurais donc pu allaiter ma fille exclusivement au début, commencer la diversification pendant mon dernier mois de congés, et reprendre le travail ensuite !

Sauf que, les choses sont en réalité bien différentes de ce que j’avais espéré !

Comme je te le disais, ma fille est un tout petit bout de bébé, 45 cm et à peine 2,9kg à la naissance. Les premières tétées ont donc été un peu laborieuses… Elle se fatiguait énormément, et donc dormait, tout en ne réclamant que très peu. Cercle vicieux, elle a donc perdu plus des 10% « permis » à la maternité, et avait encore moins de force pour téter.

Durant mon séjour à la maternité, la pédiatre nous à conseillé (ordonné serait le terme plus juste) de lui donner du lait artificiel en complément, sans nous expliquer pourquoi c’était important, pourquoi c’était vital pour elle, et pourquoi ça n’aurait pas d’influence sur mon allaitement futur. Mais à partir de ce moment, s’est incrusté dans mon esprit cette inquiétude : il faut qu’elle prenne du poids !

Les trois premiers jours s’étaient jusque-là bien déroulés, effectivement elle perdait du poids et semblait avoir du mal à prendre le sein, mais pas plus qu’un autre bébé. Ma montée de lait est arrivée au 4ème jour, donc tout était normal. Sauf que je suis maman pour la première fois, mon mari et moi n’avons aucune expérience de grossesse et d’allaitement d’un nourrisson, nous nous sommes donc très vite inquiétés. J’ai eu le sentiment de subir une grosse pression de la part de certaines équipes soignantes, le sentiment d’être jugée, d’être une mauvaise mère qui veut à tout prix allaiter son enfant alors qu’un biberon serait bien plus simple… Nous ne sommes donc pas partis sur de bonnes bases.

allaiter mon bébé pas si simple

Crédits photo (creative commons) : Grand Street Creative

Avant notre sortie, on m’a tout de même conseillé d’essayer d’utiliser des bouts de sein en silicone. Effectivement avec ça, elle arrivait enfin à boire un peu ! Ce n’était pas encore gagné, mais il y a eu du mieux !

De retour à la maison, les choses se sont mis peu à peu en place, mais ma fille avait toujours du mal à téter correctement, et nous devions la réveiller pour qu’elle mange suffisamment. Et au fur et à mesure qu’elle grandissait, ses besoins étaient de plus en plus importants, sauf qu’elle n’avait toujours pas plus de force. Il fallait donc que je la laisse au sein pendant 1 à 2h pour qu’elle soit à peu près rassasiée, et que je tire également mon lait pour lui donner à la seringue car, tu t’en doutes, après avoir passé une à deux heures au sein à téter, à s’énerver, elle été épuisée, mais avait toujours faim ! Elle s’endormait ensuite 20 à 30 min, et se réveillait pour manger à nouveau ! Jour et nuit !

J’ai eu le soutien des deux sages femmes du cabinet où j’ai effectué ma préparation à l’accouchement. La position était bonne, on voyait qu’elle cherchait à boire, mais que c’était trop difficile pour elle.

J’ai tenu 3 semaines à ce rythme. Ajoute à ça la pression (belle-) familiale, les appels quotidiens pour me demander « Est ce qu’elle grandit? », « Est ce qu’elle a grossi? », « Tu devrais faire comme ci ou comme ça ! ». Et puis un soir, je me suis retrouvée en pleurs sous la douche lorsqu’elle s’est à nouveau réveillée.

La mort dans l’âme, toujours en pleurs, je lui ai donné un biberon de lait artificiel qu’elle a bu en 20min… Les jours qui ont suivi, j’ai voulu tenir bon et continuer de l’allaiter et de tirer mon lait, mais au bout d’un mois j’étais épuisée, triste, à bout, j’avais mal… Je commençais à me crisper à chaque fois que je l’entendais pleurer… Ce jour-là, j’ai compris que si j’insistais, c’est la relation avec ma fille, et aussi avec son père, qui allait en pâtir. Et ça, c’était hors de question !

La solution a donc été de passer progressivement au lait artificiel. J’ai tout d’abord arrêté de tirer mon lait à chaque fois, et nous avons intégré petit à petit 30, puis 60, puis 90 ml de lait artificiel, pour finir par ne lui donner que du lait artificiel au bout de 15 jours.

Aujourd’hui, elle est nourrie uniquement au biberon de lait artificiel. Nous avons eu du mal à trouver un biberon et une tétine qu’elle acceptait, nous en avons essayé 4 ou 5 différents, mais maintenant, c’est chose faite ! (Dodie Sensation+ pour information, qui reproduit la forme du sein, satisfait ou remboursé en plus !)

Elle grandi et grossi à bon rythme, et est repue après chaque biberon ! Elle dort mieux, s’éveille de plus en plus, et semble être un bébé heureux !

Mon allaitement, je l’imaginais plus « facile » que ça. Je n’imaginais pas devoir passer 1h minimum avec mon bébé accroché au sein, puis tirer mon lait (ou le faire en même temps qu’elle prenait d’un coté) et lui donner au biberon, puis redonner encore un peu de lait artificiel ensuite si elle avait encore faim… Pourtant, j’ai eu beaucoup de mal à prendre la décision d’arrêter l’allaitement, j’ai énormément culpabilisé de ne pas être capable de nourrir moi-même ma fille ! Mais pour le coup, c’est mon bébé qui a choisi.

Il y a quelques jours, j’ai voulu retenter l’expérience. On parle de relactation dans ce cas-là. Je produis encore un peu de lait, ma fille a largement dépassé les 4kg, et après avoir lu quelques témoignages sur internet, je me suis dit « Et pourquoi pas ? ». Encouragée par mon mari et par mes amies, j’ai ressorti mon tire-lait, mis ma fille au sein à chaque fois qu’elle avait faim. Mon lait est revenu peu à peu, je pense qu’en poursuivant plusieurs jours il serait revenu de plus belle et que la quantité aurait été suffisante… sauf que ma fille n’accepte toujours pas de prendre le sein. Elle me repousse, s’énerve, et pleure en me regardant avec cet air qui semble vouloir dire « Mais, pourquoi tu me fais ça ? J’ai faim moi ! ».

Alors oui, peut-être qu’en insistant encore un peu, elle aurait fini par s’y habituer et par y arriver. Mais après 3 jours d’essais, je me suis demandée pourquoi je le faisais ? Si c’était pour elle ou pour moi ? Ma fille préfère le biberon, elle n’arrive pas à téter correctement. Elle est en bonne santé et semble heureuse ainsi.

Hier, mon mari est retourné à la pharmacie pour rendre le tire-lait que nous avions loué. Ma culpabilité est toujours là, mais quand je la vois me sourire à la fin de ses biberons, je me dis que c’est la meilleure décision pour elle !

Et toi ? Ton bébé s’épuisait à téter ? Tu as tenté la relactation après avoir introduit le biberon de lait artificiel ? Est-ce que ça a fonctionné pour toi ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

35   Commentaires Laisser un commentaire ?

Julia

Bonjour pivoiline. As tu essayé de l’emmener chez un ostéopathe (spécialiste des bébés) ? Nous avions le même problème avec l’aîné. Moi aussi je pensais ne pas être à la hauteur et j’étais epuisée ( ca n’aide pas à se reposer un bébé collé au sein quasiment h24).
Mais comme il a eu une naissance un peu sportive (spatule), on a décidé de l’emmener voir un ostéopathe pour le remettre en place. Et effectivement, il avait un blocage au niveau de la mâchoire qui l’empêcher de téter correctement. Il avait 1 mois et la différence a été flagrante.
J’espère que ça pourra t’aider et te faire déculpabiliser. Il faut dire que tu n’es pas tombée sur une équipe médicale hyper conciliante.

le 07/05/2015 à 08h26 | Répondre

Pivoiline

On a vu l’ostéopathe à 2 mois, mais j’étais déjà passé aux biberons donc je ne sais pas si cela aurait changé les choses.

le 07/05/2015 à 16h25 | Répondre

Jahanara

Ça me rend toujours triste ces histoires d’allaitement qui ont dû être interrompus pour des raisons qui sont souvent un manque de conseil et d’informations donnés par le personnel médical… Je n’ai pas encore été confrontée à ce problème, mais je me documente énormément sur la question pour avoir des réponses à mes futurs problèmes ! J’ai l’impression que la seule chose qu’on te propose à la maternité quand tout ne va pas comme sur des roulettes, c’est un biberon !!! Les femmes sont quand même faites pour allaiter !!
Bref, je suis désolée pour toi que ça se soit soldé par un échec. J’espère que si tu as un autre enfant tu arriveras à l’allaiter comme tu le souhaites !

le 07/05/2015 à 08h35 | Répondre

Pivoiline

Et pourtant je m’étais vraiment préparée à ce que ce soit compliqué, j’avais lu beaucoup d’articles, j’avais demandé pas mal de conseils à ma sage femme, mais voila, comme elle me dit « c’est bébé qui choisi ». Avec mon expérience d’un mois et mon bébé qui est maintenant un peu plus grand, je me dis que j’aurais du me faire plus confiance et que j’aurais fait les choses différemment (mais avec des « si », on referait le monde 😉 )

le 07/05/2015 à 16h30 | Répondre

Camomille (voir son site)

Il n’y a que celles qui ne connaissent pas (encore) l’allaitement pour croire que c’est facile et naturel… Pour ma part, ma fille a le même âge que la tienne et même si j’allaite encore, je galère toujours !
Tu as bien raison : le plus important c’est que ta fille soit en bonne santé. Et si elle ne veut pas du sein… c’est frustrant pour toi mais c’est aussi son droit ! Dis toi que ça ira mieux pour le 2ème 😉

le 07/05/2015 à 09h29 | Répondre

Pivoiline

Oui, avant d’avoir ma fille je m’imaginais l’allaitement beaucoup plus « simple » ! Mais elle se porte bien, elle a aujourd’hui largement rattrapé les courbes de taille et de poids, donc tout va bien 🙂

le 07/05/2015 à 16h31 | Répondre

sweetday

Merci pour ton témoignage intéressant, où on peut voir que l’équipe soignante est très importante dans la réussite de l’allaitement surtout au premier bébé. Par ailleurs, Jahanara parle d’échec, peut-être l’échec de l’allaitement mais pas un échec pour ton bébé qui grandit et se nourrit correctement depuis le biberon ! C’est SA santé qui est importante et son bien-être ! Quant à « les femmes sont faites pour allaiter », je dirais aussi « les femmes sont faites pour être enceintes et avoir des enfants » et pourtant certaines ont du mal à concevoir ou ne pourront jamais en avoir, donc c’est idiot de dire cela. Certaines femmes ne peuvent pas allaiter, pour des raisons physiologiques ou psychologiques? C’est naturel oui, évident non ! Alors pas de culpabilité. Et c’est une maman qui parle. Bon courage pour la suite et tu verras, tout ira bien !

le 07/05/2015 à 09h30 | Répondre

Pivoiline

Merci pour ton message 🙂

le 07/05/2015 à 16h32 | Répondre

lacafouine (voir son site)

ah oui l’allaitement c’est beaucoup moins simple que ce qu’on pense au départ; enfin pour certaines ça roule tout de suite. Mon allaitement aussi a été compliqué (https://lacafouine.wordpress.com/2015/03/19/mon-allaitement/), et n’ayant été entourée que de personnes pour qui ça c’était super bien passé tout de suite, je ne m’y attendais pas! Et je n’étais vraiment pas préparée à toutes ces difficultés.

le 07/05/2015 à 09h58 | Répondre

Pivoiline

Je viens de lire ton témoignage, c’est une sacré aventure également, mais tu as bien fait de tenir bon !
J’ai parfois le sentiment d’avoir un peu trop vite abandonné (mais quand je dis ça, bon Homme me rappelle dans quel état de fatigue morale et physique j’étais…) mais au final, elle se porte tout aussi bien qu’un bébé allaité, alors je relativise 🙂

le 07/05/2015 à 16h39 | Répondre

Sabine

Merci pour ton article. Il est vrai que parfois on se sent un peu seule face aux difficultés de l’allaitement. Je suis désolé que tu ne soit pas tombé sur une équipe médicale à l’écoute.
Sache que parfois il y a aussi le côté des « pros » allaitement qui culpabilise tout autant. Pour ma part je l’ai pas très bien vécue non plus en partie à cause de cela. Sage femme qui ne comprenait pas pourquoi c’était aussi dur et pas super a l’écoute. Je me dis d’ailleurs que peut etre cela mériterait un article. Tout comme le sevrage car très mal passé pour ma part et j’aurai aimé lire que tout n’est pas rose comme dans les livres.

le 07/05/2015 à 10h25 | Répondre

Pivoiline

Oui tu peux proposer ton témoignage ! Tous les points de vue sont intéressants !
Mais j’ai l’impression que quoi que l’on décide, il y aura toujours une équipe pour nous juger… Et puis, mine de rien les « modes » en matière d’alimentation et d’éducation évoluent sans cesse, alors ce n’est pas toujours évident non plus pour les générations précédentes de comprendre pourquoi on souhaite faire différemment…

le 07/05/2015 à 16h42 | Répondre

FANNY

C’est toujours triste de lire des témoignages d’allaitement qui n’ont pas abouti mais je pense aussi qu’il ne faut pas culpabiliser: tu as essayé et tu as fais de ton mieux, l’essentiel c’est que ton bébé soit en bonne santé!
On est pas toujours bien accompagné dans les maternités, les nourrissons se fatiguent vite lorsqu’ils n’arrivent pas à bien téter et parfois un petit biberon de lait artificiel peut les aider à reprendre des forces pour mieux téter par la suite… Il faut le savoir car on pense à tord qu’un biberon signe la fin de l’allaitement! Il faudrait plus de personnes pour conseiller et aider les jeunes mamans, ce n’est pas évident avec les suites d’accouchement, la fatigue… Et puis on est débutante!
Je te souhaite de vivre un allaitement réussi par la suite car c’est une belle aventure, mais même avec un bébé qui tète bien, il y a aussi des jours difficiles!! Ce qui est « naturel » n’est pas toujours évident!

le 07/05/2015 à 10h35 | Répondre

Pivoiline

Oui la fatigue est la plus mauvaise des conseillères !
Et puis, si bébé 2 il y a, j’aurai déjà ma propre expérience et plus de confiance en moi !

le 07/05/2015 à 16h44 | Répondre

Salomé (voir son site)

J’ai écris un article sur la question sur mon blog : http://maisquelleidee.fr/2015/03/25/je-suis-une-maman-biberon/.

Avec le recul, je n’avais pas l’envie suffisante pour que cela fonctionne et je ne regrette pas. Mon bébé est en pleine forme et je suis heureuse que son papa ait pu aussi lui donner ses premiers repas.
Ce qui m’énerve, c’est que l’on fait croire aux primis que c’est simple comme bonjour. Non, ce n’est pas simple !

le 07/05/2015 à 13h42 | Répondre

Pivoiline

Et non, ce n’est pas simple… Parfois ça l’est, parfois ça l’est moins. (Et ça peut même être très différent du premier enfant au suivant!)
Ton article est très juste ! Je ne me sens pas moins mère pour autant parce que je donne un biberon de lait artificiel !
Je suis tout de même contente d’avoir pu allaiter, ne serait ce quelques semaines, mon corps s’est remis un peu plus vite grâce à ça. Mais pour autant, le principal reste effectivement que ma fille puisse manger et à sa faim. Lui donner le biberon n’a pas été une chose simple non plus (changement de biberon, d’eau, de lait…) maintenant que notre routine est mise en place, elle engloutit avec plaisir ses biberons de lait artificiel ! 🙂

le 07/05/2015 à 16h53 | Répondre

Galeopsis

Oh je suis triste de lire ton témoignage… 🙁 C’est vrai que l’allaitement est beaucoup moins facile que ce qu’on nous fait croire… 🙁 Mais tu n’as vraiment pas à culpabiliser, si quelqu’un doit culpabiliser c’est plutôt le personnel médical qui t’entourait parce qu’il a vraiment été incompétent. Effectivement on aurait dû t’orienter vers un ostéopathe ou vérifier que ton bébé n’avait pas de frein de langue…
J’allaite encore ma fille de 6 mois (mais j’ai eu beaucoup moins de problèmes que toi, ma fille avait suffisamment d’énergie pour téter) et j’ai été bien plus aidée par les forums d’allaitement sur Internet que par le personnel médical.
Pour les éventuelles nullipares (de l’allaitement) qui liraient ton témoignage, je voulais juste rectifier une chose : on ne peut pas dire que l’OMS conseille d’allaiter pendant 6 mois. En réalité, l’OMS conseille l’allaitement *exclusif* pendant 6 mois, c’est-à-dire de commencer la diversification après 6 mois. Ensuite, l’OMS préconise de continuer l’allaitement jusqu’aux 2 ans de bébé au moins.
Bon courage pour la suite ! 🙂

le 07/05/2015 à 14h55 | Répondre

Pivoiline

La pression est très forte pour les jeunes Mamans… Et il est extrêmement facile de nous faire culpabiliser ! (une simple phrase peut tourner en boucle dan sa tête pendant plusieurs jours et me faire culpabiliser!)

Je m’étais pourtant beaucoup documentée et informée, mais c’est ma fille qui a décidé !

le 07/05/2015 à 16h56 | Répondre

Mariounche

Oui pas facile l’allaitement. Pour mon premier, c’était très dur à la maternité, il ne faisait que dormir et n’avait pas la force de têter, je ne savais pas quoi faire et chaque sage-femme me donnait des conseils différents et parfois contradictoires (du lait artificiel par biberon, par pipette, non surtout pas, réveil toutes les 4heures, passer une heure au sein à essayer de le faire téter…) !!!! Bref, difficile et bien sûr je n’avais rien lu avant sur l’allaitement. Heureusement une fois que mon bébé a compris ça a été, mais le premier mois fut quand même difficile et douloureux, heureusement internet m’a bcp aidé, j’y ai trouvé bcp d’infos et ai finalement allaité jusqu’à ses 11mois (en mixte à la reprise du travail). Après j’ai eu la chance d’avoir un gros bébé qui ne demandait pas trop souvent, ça aide aussi. Alors il ne faut pas t’en vouloir, tu as fait le mieux pour toi et ton enfant à ce moment-là ! Et pour mon 2ème ça a été bien plus facile et moins douloureux ! Tu vivras peut être les choses très différemment avec ton prochain et puis chaque enfant est différent aussi.
Oui ta fille est heureuse et épanouie, c’est ce qui compte…la culpabilité n’a pas fini de nous poursuivre quand on est maman, alors que bébé en général est très heureux !

le 07/05/2015 à 16h10 | Répondre

Pivoiline

Ola oui les conseils contradictoires, rien de pire !
Au final je pense que j’aurai du me faire plus confiance, et écouter ce que mon instinct me disait de faire. A trop vouloir bien faire, on fini par s’oublier.
Si 2eme bébé il y a, les choses seront -je l’espère- différentes!

le 07/05/2015 à 16h58 | Répondre

Louna

Pour aller dans le sens de tous les autres commentaires: ne culpabilise pas ! Ta fille est épanouie et en bonne santé, c’est l’essentiel.

Je me posais beaucoup de questions sur l’allaitement: j’avais peur de ne pas vouloir, de ne pas y arriver, de trouver ça contraignant ou trop exclusif vis-à-vis du papa, d’avoir le sentiment de ne plus être maître de mon corps, etc….
Et puis, la sage-femme qui m’a fait la préparation à l’accouchement m’a complètement décomplexée en me disant: un allaitement réussi, c’est 60 à 70% de la « responsabilité » du bébé. Enfin elle l’a dit beaucoup mieux que ca, mais en gros ça voulait dire que si ça ne marchait pas, ce n’était que 30% de « ma faute »: c’est ce que j’ai retenu ! 😉
Et du coup, quand ma fille est née, j’ai juste testé en me disant: « on verra, si ça marche tant mieux, sinon ce n’est pas si grave! » Et surtout je me suis dit que dès que ça deviendrait compliqué, il ne fallait pas me morfondre et culpabiliser (plus facile à dire qu’à faire !).
J’ai pu allaiter ma fille pendant 2 mois et demi exclusivement et prendre 15jours pour le sevrage: certaines trouveront que c’est trop peu, mais moi j’en suis fière, je ne pensais pas y arriver, et même si la fin a été dure à accepter, c’était le mieux pour ma fille et pour moi.

Merci pour ton témoignage en tous cas, ça montre que cette histoire d’allaitement, c’est quand même pas si évident !!

le 07/05/2015 à 17h06 | Répondre

Sophie

je suis tout à fait d’accord avec ce qu’a dit ta SF 🙂
Pour ma 3e, j’avais énormément de lait (j’ai pu faire énormément de dons au lactarium de ma région, apparemment je détiens le record de l’année 2012 en don…), sans pour autant avoir de REF… et ma fille ne tétait pas. Elle n’a jamais su téter. Ben c’est comme ça, je ne me suis pas mise martel en tête et j’ai fait ce qui semblait le mieux pour elle 🙂

le 07/05/2015 à 17h26 | Répondre

Pivoiline

70% du fait du bébé, oui ça me semble être ça !
Et pour ta puce 2 mois et demi c’est déjà bien ! C’est sur qu’on peut toujours faire plus, mais personne n’est à ta place, c’est toi qui décide 🙂

le 11/05/2015 à 09h19 | Répondre

Sophie

Ce que je retiens de mes trois bébés et de mes trois allaitements différents (enfin, 2), c’est que chaque bébé est différent, et chaque allaitement aussi.
Mon 1er, raté, complètement, et je n’ai pas fait ce qu’il fallait pour entretenir la lactation.
Mon 2e je n’ai même pas essayé par peur de l’échec.
Ma troisième a bu mon lait au bib pendant 1 ans. (j’ai tiré 8 mois, et avait suffisamment de réserves). Elle n’a jamais su/pu téter au sein, mais même le bib était compliqué.
Clairement, j’aurai eu l’expérience de ma troisième pour mon premier, j’aurai pu l’allaiter comme il le fallait. Mais l’expérience, ça s’acquiert avec le temps…
Tu sais maintenant comment ça se passe, tu connais les difficultés de l’allaitement, et tu connais maintenant les « règles » et les conseils à suivre pour allaiter ton futur deuxième enfant.
Que ton premier bébé ne boive pas ton lait n’est pas du tout grave en soi. Ta puce va grandir et s’éveiller normalement, tu es/seras la meilleure maman possible pour elle, et c’est vraiment tout ce qui compte 🙂

le 07/05/2015 à 17h21 | Répondre

Pivoiline

Oui peut être qu’en ayant commencé différemment dès la maternité elle aurait finalement pu réussir à téter (mais quand je vois les difficultés qu’elle a eu même au biberon, pas si sure que ça en fait..!)
Si prochain il y a, ce sera différent !

le 11/05/2015 à 09h16 | Répondre

Loupiote (voir son site)

L’allaitement … Je voulais moi aussi y consacrer un article dans quelques temps. Parce que je te comprends. Quand ma fille est née, les sages femmes sont parties et nous ont laissés tous les trois, avec mon mari pendant plus de 2H. 2H pendant lesquelles j’ai angoissé, je me suis dis « quand et comment la mettre au sein ? ». J’ai finalement réussi tant bien que mal à la mettre sans savoir que pendant 24H, j’ai adopté la mauvaise position, ce qui a retardé ma montée de lait. En fait, ça a retardé tout le processus. Mon bébé ne tétait pas correctement, j’ai enchainé crevasses sur crevasses, si bien que lorsqu’elle pleurait pour téter, je pleurais rien que de penser à la douleur que j’allais ressentir. J’ai souffert comme ça pendant un mois. Un mois à me remettre en question tous les jours, à m’en vouloir de réagir ainsi. Quatre mois plus tard, elle tète encore et tout se passe bien. Elle tète avec un embout, seul petit « hic ». Je ne regrette pas de m’être battue, je ne regrette pas la souffrance, mais je comprends tout à fait que tu aies pu arrêter, et le fait que tu t’en sois voulu. Mais il ne faut pas. Si j’avais dû faire autrement, si ma fille n’avait pas bien grossi ou n’avait pas pris assez de lait, le bibi aurait été la solution. Et tant que le bébé va bien, tant que le bébé est épanoui, rien d’autre ne compte 🙂

le 07/05/2015 à 18h36 | Répondre

Pivoiline

Super si tu as réussi à persévérer et que ça a fini par fonctionner !
Ici pas de problème de positionnement, on m’a aidé pour la mise au sein en salle d’accouchement, juste un bébé qui n’arrivais pas à téter assez fort pour manger à sa faim (meme encore parfois avec les biberons elle a des difficultés!)

le 11/05/2015 à 09h14 | Répondre

Marina

Pour mon premier, çà s’est plutôt bien passé, si ce n’est que quand j’ai demandé à l’équipe de le garder à la nurserie une nuit parce que j’étais vraiment crevée, on me l’a refusé, parce que je ne voulais pas qu’on lui donne un bib de lait artificiel et eux avaient autre chose à faire que de me l’amener au milieu de la nuit pour la tétée, véridique !! pour le second çà s’est gâté : il ne prenait pas le sein correctement, et tout ce qu’il tétait… c’était mon sang !! j’avais le bout des seins en lambeaux, j’ai tenu 5 jours avant de louer un tire lait. Quand j’ai arrêté d’essayer de lui donner le sein je me suis rendue compte que mes mâchoires étaient contracturées et douloureuses, à force de serrer les dents sous la douleur. J’ai tiré mon lait 6 semaines, pour lui. Et même si je sais que j’avais l’expérience donc effectivement « c’est le bébé qui choisit », je ne me suis jamais défait de cette culpabilité et de cette différence de traitement avec son frère. Et c’était il y a 7 ans 😉

le 07/05/2015 à 23h46 | Répondre

Pivoiline

Je n’ai pas rencontré ce problème de crevasse ou seins en sang, mais j’imagine bien la souffrance endurée 🙁 Et le tire lait j’ai tenté, mais ce n’était vraiment pas fait pour moi…

le 11/05/2015 à 09h12 | Répondre

madame marche

Coucou
Pour moi qui ai la chance d’avoir un super allaitement le plus important reste un bébé et une maman épanouie!
Que tu sois biberonnante ou allaitante tu n’a pas à culpabiliser! et Même si c’était ton choix pour moi il n’y a pas de culpabilité à avoir. Ce qui est triste c’est que tu n’ai pas pu alors que tu voulais et que l’équipe médicale ne t’ai pas plus entourée.
Quoi qu’il en soit tu as une fille en bonne santé et ça reste la seule chose qui compte!

le 08/05/2015 à 13h47 | Répondre

Pivoiline

Elle passe son temps à gazouiller et est très éveillée donc pour elle tout roule effectivement 😉

le 11/05/2015 à 09h10 | Répondre

Die Franzoesin

Ton expérience me rappelle par de nombreux points la mienne : bébé qui ne prend pas de poids, culpabilité, manque d’accompagnement. J’en ai parlé beaucoup sur mon blog et pourtant la blessure ne me semble toujours pas guérie. De mon côté je ne suis même pas sûre de vouloir retenter pour un deuxième tellement cette mauvaise expérience m’a marquée…

le 09/05/2015 à 11h08 | Répondre

Pivoiline

Je te comprends, quand j’y repense j’ai encore de la peine sur la façon dont cela s’est déroulé, la fatigue, le stress, la pression… Pour autant j’ai envie de me dire que chaque allaitement est différent, que cela pourrait très bien fonctionner avec un autre bébé 🙂

le 11/05/2015 à 09h08 | Répondre

melanie

Bonjour.
J’ai vécu des difficultés semblables pour mon premier. Il n’arrivait pas à teter (frein de langue coupé à 15 j), et l’allaitement fut une vraie galère. Pleurs, cris, énervement, et bébé au sein constamment (qd ce n’était pas le tire lait). On a du donner des compléments des 3 semaines, et.même en continuant d’allaiter, j’ai tjrs eu l’impression que c’était pour dire, et que ce qui le nourrissait vraiment, c’était les bib.
Chaque enfant est différent. Mon deuxième a bientôt 1 mois, je ne dirait pas que c’est simple, mais en tout cas c’est plus facile. Il a su teter des sa naissance, à pris rapidement du poids, j’ai plus de lait… Tu vivras peut être ça aussi

le 15/05/2015 à 06h07 | Répondre

Pivoiline

J’espère !
Elle a maintenant presque 4 mois, et c’est seulement depuis quelques jours que les biberons deviennent plus faciles à boire pour elle… Donc je pense que j’ai bien fait de ne pas m’acharner, aussi bien pour elle que pour moi.

le 05/06/2015 à 11h58 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?