Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mon allaitement au tire-lait : une révélation !


Publié le 11 septembre 2015 par Doupiou

Je suis une toute fraîche maman de 25 ans. Le 1er juillet, après trente-sept heures de long et laborieux travail, et une césarienne en catastrophe, je mettais au monde une jolie PetitePerle.

Évidemment, la question de l’allaitement s’est posée pendant ma grossesse. Et c’était un sujet qui m’angoissait terriblement. À ceux qui me demandaient si j’allais allaiter, je répondais : « Je vais essayer. » C’est dire si ce n’était pas une décision définitive !

J’avais la pression familiale (dans ma famille, toutes les femmes ont allaité), et la pression des affiches placardées dans la salle d’attente du gynécologue (mauvaise mère que celle qui n’allaite pas !).

Biberon bébé

Crédits photo (creative commons) : Sander van der Wel

Les premiers jours, la cata

Lorsque PetitePerle est née, j’ai décidé d’essayer de la mettre au sein. Première tétée d’accueil, tout se passe plutôt bien, même si je suis très surprise de la puissance de la succion.

Deuxième tétée, un peu plus compliquée : le colostrum peine à venir, ma fille s’énerve sur le sein. Une sage-femme tente de me faire un massage aréolaire pour accélérer la sortie du liquide.

Puis on me laisse, avec comme conseil de mettre mon bébé au sein à la demande. OK. C’est quoi « à la demande » ? Un peu naïvement, en jeune maman novice que je suis, je propose le sein à PetitePerle au moindre gémissement de cette dernière. Et c’est le drame, ma fille s’endort sur le sein (j’ai compris plus tard qu’elle voulait juste téter, mais pas manger). En plus, mes mamelons commencent à me faire mal.

Les sages-femmes me proposent alors un bout de sein en silicone. Je le place, mets ma fille au sein, et une crevasse apparaît instantanément ! Tu l’as compris, les deux jours et deux nuits qui suivent ne sont que souffrance ! J’ai les mamelons en sang, des croûtes au bout des tétons, et chaque tétée est une véritable torture.

Une nuit, je me mets à pleurer tellement la douleur est insupportable. Je me crispe et serre ma fille contre moi. Elle hurle et rejette le sein. C’est décidé, j’arrête l’allaitement !

Le miracle du tire-lait

Dès le matin, j’en parle à une auxiliaire puéricultrice, avec qui le courant passe très bien. Elle me comprend, me soutient et me dit de ne pas culpabiliser.

Après sa naissance, on a diagnostiqué à PetitePerle deux sortes de bactéries. Elle est sous antibiotiques, et le fait de l’allaiter me donnait la conviction de l’aider dans sa guérison. Je suis anéantie, mais réaliste : je ne peux pas continuer la mise au sein.

C’est alors que cette auxiliaire me propose une alternative : le tire-lait. C’est l’ultime solution, je tente.

Premier essai, les douleurs sont quand même présentes (on ne cicatrise pas en quelques minutes, évidemment !), mais gérables. C’est plus confortable que la succion de ma fille.

Au fur et à mesure, j’apprivoise la machine. Je peux ainsi « programmer » mes traites et voir la quantité donnée à PetitePerle. Mes mamelons cicatrisent, et je prends la décision de n’allaiter qu’au tire-lait. C’est une sacrée organisation, puisque ça prend deux fois plus de temps qu’une mise au sein, mais j’y arrive.

Avant mon retour à la maison, j’envoie le papa louer un tire-lait à la pharmacie. Je suis épanouie, je peux allaiter ma fille sans douleur ! Et le papa peut lui aussi donner le biberon !

La pression

Je terminerai en disant que ça n’a pas été simple de faire accepter cette façon d’allaiter ! Certaines sages-femmes me mettaient une pression monstrueuse pour que je reprenne la mise au sein une fois mes crevasses cicatrisées. J’ai eu droit à des remarques difficiles :

  • « Vous produisez beaucoup moins de lait au tire-lait ! » Donc si ma PetitePerle ne prend pas de poids, c’est à cause de moi, et non à la canicule ou aux antibiotiques ?
  • « L’allaitement, c’est très difficile au début, toutes les mamans passent par là. » Je ne suis pas très courageuse, c’est vrai. En plus, je suis en pleine forme après un travail de trente-sept heures !
  • « J’espère qu’une fois rentrée chez vous, vous la remettrez au sein ! » Tu n’as qu’à passer voir !

Un soir, elles ont débarqué à deux dans ma chambre pour tenter de me faire comprendre que les crevasses et les douleurs aux mamelons n’étaient pas une fatalité. J’ai dû déballer mes seins pour leur faire voir que je n’exagérais pas.

Au final, je n’ai jamais remis ma fille au sein, par peur d’être à nouveau dégoûtée et de vouloir arrêter définitivement.

J’encourage toutes les mamans qui souhaitent allaiter, mais qui subissent une mise au sein douloureuse, à essayer le tire-lait. Pour les pudiques, ça permet de donner un biberon tranquillement quand on a des invités ou à l’extérieur, sans avoir à sortir son sein ou à s’exiler dans une pièce.

C’est un choix très personnel, ça demande une sacrée organisation (mais j’ai toujours au minimum un biberon d’avance, donc je ne me lève pas la nuit pour tirer mon lait), et ce n’est pas du tout glamour (j’ai un tire-lait à deux téterelles, vive l’effet vache laitière). Mais cette méthode a changé ma vision de l’allaitement.

Et toi ? Tu as connu ces soucis en mettant ton bébé au sein ? Tu as essayé le tire-lait ? Tu es finalement revenue à un allaitement classique, ou comme moi, tu l’as adopté ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

42   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fromage

Merci pour cet article !! Je n’ai pas encore d’enfant mais l’allaitement ne m’attire pas du tout cependant je souhaite quand même donner mon lait si je le peux à ce moment là… Et alors même que c’est un sujet théorique puisque je n’ai pas encore d’enfant beaucoup de mes proches trouvent cela abérant (mon mari le premier au début…) Je me suis renseigné sur les mamans « tire-laitantes » comme ils disent et même sur les articles sur ce sujet ils fournissent les raisons qui poucent à ce mode d’allaitement, comme s’il fallait avoir une excuse ! Félicitations à toi car contrairement à ce qu’on a voulu te faire penser tu es très courageuse car tu as cherché par tous moyens à donner le meilleur pour ton enfant et pour toi…

le 11/09/2015 à 09h33 | Répondre

Doupiou

Merci pour ton commentaire! Il y a beaucoup d’expériences négatives et culpabilisantes par sur le tire-allaitement. Je n’ai pas la prétention de dire que je suis un cas universel mais pour moi ça a été très positif!

le 11/09/2015 à 11h17 | Répondre

Caramelle

Merci beaucoup pour cet article qui me donne à réfléchir ! En effet, pour la naissance de mon fils, je n’ai pas allaité. J’ai essayé les premières heures mais de multiples facteurs ont fait que j’ai paniqué et que je suis passée au biberon (qui finalement m’a beaucoup soulagée). En effet j’ai ce qu’on appelle des tétons « plats » et petits, mon fils n’arrivait pas à prendre le sein, le bout en silicone ne lui convenait pas et les auxiliaires ne m’ont pas du tout aidé !
Pourtant j’aurais tout de même aimé donner mon lait… Nous voulons faire un 2e enfant et cette fois j’aimerai lui donner mon lait. Peut-être que le tire-allaitement serait une solution ! Sachant qu’en plus j’aime l’idée de partager le nourrissage avec le papa (et donc les nuits héhé). Petite question : est-ce qu’effectivement tu avais assez de lait de cette manière sans difficulté ?

le 11/09/2015 à 12h31 | Répondre

Doupiou

J’avais suffisamment de lait mais ma fille n’ était pas très vorace ! En fait, je tirais largement de lait car j’avais toujours au moins un biberon d’avance et j’avais même le luxe de congeler mon lait ! C’était très pratique car ma fille a été hospitalisée puisqu’elle n’avait pas repris son poids de naissance et tirer mon lait permettait de contrôler exactement la quantité prise.

le 11/09/2015 à 15h52 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Coucou ! Je me permets de te répondre aussi : j’ai exclusivement tire-allaité pendant deux mois et aucun problème de quantité, j’en avais même trop que j’ai fini par jeter !

le 12/09/2015 à 13h21 | Répondre

Mme Binou

Merci pour cet article !
Mon petit bout est né le 4 aout dernier, je l’ai allaité au sein 25 jours. Et puis épuisée, ayant l’impression de n’avoir pas d’autre vie que d’être enfermée dans ma chambre à donner le sein, n’éprouvant plus de plaisir à le nourrir, j’ai fini par louer un tire lait à la pharmacie. Cela fait maintenant 14 jours que je tire mon lait pour lui donner et c’est un vrai plaisir pour lui comme pour moi. ça me permet de continuer de lui donner mon lait mais de pouvoir déleguer les repas au papa ou aux grands parents (à qui ça fait très plaisir !) et de pouvoir sortir de chez moi sans me demander quand sera la prochaine tétée.

le 11/09/2015 à 12h43 | Répondre

Doupiou

De rien ! ça fait plaisir d’avoir des échanges positifs sur le tire-lait ! J’espère que tu continueras le plus de temps possible !

le 11/09/2015 à 15h53 | Répondre

Mme Binou

Tant que j’arriverais à tirer assez de lait ! pour l’instant j’ai 24h d’avance au frigo donc ça va. Au cas où, j’ai acheté une boite de lait en poudre si la source venait à se tarir brusquement !

le 11/09/2015 à 16h13 | Répondre

Sophie

Maman tireuse au rapport 😉
Jai tiré mon lait pr ma dernière née prema pendant 8mois..et elle a bénéficié de mon lait pendant 1an, comme je congelais le surplus (et il y en a eu beaucoup, tant que ça remplissait un congélateur trois portes)
Ma fille a des tas de soucis, l’oralité compris. Même le biberon c’était compliqué, une fois quelle a commence la cuillère elle n’a plus voulu d’autre chose.
Je te souhaite un tire allaitement aussi bien que ce que j’ai vécu, parce que pour moi ça a été une très belle expérience.

le 11/09/2015 à 14h13 | Répondre

Doupiou

Top pendant 1 an ! Personnellement je me suis arrêtée bien avant, car à la reprise de la pilule, ma quantité de lait a considérablement chuté. Je devais faire 2 « traites » pour la quantité d’un biberon.

le 11/09/2015 à 15h56 | Répondre

Sophie

Oui c’était super 🙂
Mon deuxième en a profité aussi du coup, je lui donnais mon lait aussi au bib avec du chocolat. J’ai eu la chance d’avoir eu une bonne production, chose que je n’aurai pas cru possible quand j’ai voulu tire allaiter mon premier ;). En moyenne, j’avais une production de 2 à 3 l par semaine. c’était énorme! mon mari m’en parle encore en râlant parce que je monopolisais notre congel ^^

le 13/09/2015 à 10h37 | Répondre

Mme Creamy

c’est ce que j’ai fait pour mon fils pendant 5 mois et pour ma petite qui arrive en novembre je réitère !
J’ai eu la chance d’avoir toujours autant de lait pendant ces 5 mois en plus donc que du bonheur pour moi.

le 11/09/2015 à 17h02 | Répondre

dja

Moi j’ai une question idiote….
Comment ca se passe pour le conserver? Tu dis que tu as minimum un biberon d’avance. Donc ca sous entend qu’il faut le conserver (frigo? ). Est ce qu’il faut le réchauffer ou température ambiante? Dans le cas où il est congelé comme tu le dis, Tu le decongele comment?

Au et… tu fais environ un biberon par « tirage de lait »? Comment ca marche….

ça se voit que je suis totalement inculte sur ce sujet? Haha

le 11/09/2015 à 18h02 | Répondre

Mme Binou

je te conseille de lire l’article de la leche league, c’est bien fait (http://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/feuillets-de-lll-france/999-allaitement-travail-et-separation-tirer-son-lait)
en gros, tu conserves le lait :
– max 6 à 10h à température ambiante
– max 5 jours au frigo
– max 4 mois au congélateur
Moi j’ai environ 24h d’avance donc 6 biberons d’avance. Je conserve le lait au frais et le sors environ 2h max avant le prochain biberon. Je donne à température ambiance, je ne fais pas réchauffer.
En tirant mon lait entre 3 et 5 fois par jour, j’arrive à obtenir entre 120 et 300ml à chaque fois selon le moment de la journée. C’est comme l’allaitement, plus tu stimules (donc plus souvent tu tires) et plus tu produits.

le 11/09/2015 à 18h15 | Répondre

Doupiou

Divers sons de cloches pour la conservation du lait! Les indications que je donne sont celles qui étaient renseignées sur le mode d’emploi de mon tire-lait !

Beaucoup de mamans donnent le lait à température ambiante, moi je le réchauffais car ma fille aime le lait chaud ! C’est donc une affaire de bébé plus qu’un conseil de maman !

le 11/09/2015 à 18h28 | Répondre

dja

Merci pour vos réponses!
C’est vrai qu’autour de moi, Je ne connais personne qui a utilisé le tire lait donc j’étais pleine de questions! Merci!

le 12/09/2015 à 16h39 | Répondre

Doupiou

Pour répondre à toutes tes petites questions :
le lait maternel se conserve 48h au frigo et jusqu’à 6 mois au congélateur. Pour le décongeler c’est super simple, je le mettais au frigo quelques heures avant. Personnellement je réchauffais toujours mon lait (sauf lorsque je le donnais directement à mon bébé après le tirage) au chauffe-biberon.
Je crois que le lait ne se conserve que 30min à température ambiante, c’est ce que les sage-femmes m’ont dit.
Pour ma part, je tirais mon lait toutes les 3h environ, sauf la nuit car je n’avais pas beaucoup de lait (à cause de la fatigue) et ma fille a fait ses nuits très rapidement. J’avais un tire-lait de combat à deux embouts donc 15 minutes me suffisaient.
Comme le lait maternel s’adapte aux besoins du bébé, au début je tirais environ 50ml par tirage puis vers les 1mois de ma fille, c’était plus 150ml. Donc oui, un biberon de tirage suffisait pour ma fille ( j’en avais même souvent de trop).
N’hésites pas si tu as d’autres questions !

le 11/09/2015 à 18h24 | Répondre

Marina

J’ai vécu exactement la même chose pour mon deuxième. Le jour de la sortie de la mater, à bout, les seins en sang, les mâchoires contracturées à force de les serrer sous la douleur, j’ai envoyé le papa me louer un tire-lait. J’ai allaité 6 semaines. Je peux comparer puisque mon 1er a été au sein pendant deux mois. Le tire-lait c’est plus fatiguant parce qu’on est deux à se lever la nuit 😉 et la succion est quand même moins efficace, j’aurais aimé continuer encore un mois mais je ne produisais plus assez. La trayeuse çà ne m’a pas traumatisé, ni mon homme, çà nous amusait pas mal en fait… je n’ai pas retrouvé au tire lait la sensation de bien-être et d’assoupissement provoqué par la décharge hormonale quand le bébé tète le sein. J’aurai quand même toujours le regret de ne pas avoir eu cette relation privilégiée avec mon deuxième !
en tout cas, bonne continuation !

le 11/09/2015 à 19h01 | Répondre

Doupiou

Je n’ai malheureusement pas eu le temps de connaître cette sensation de bien-être lors de la tétée de bébé ! Mais je pense allaiter au tire-lait mon second tellement les douleurs de la mise en sein m’ont vaccinées ! Peut-être que je changerais d’avis plus tard !

le 11/09/2015 à 20h55 | Répondre

Marina

D’un enfant à l’autre l’histoire peut ne pas se répéter… Regarde mon 1er, çà s’est bien passé, je n’ai pas eu mal pour les premières mises au sein, et bizarrement pour le 2nd je n’ai jamais réussi à le faire correctement alors que j’avais de l’expérience…
Cà peut bien se passer pour le 2ème, ne pars pas défaitiste 😉

le 12/09/2015 à 16h37 | Répondre

Maelisa

Juste un clin d’oeil: j’ai aussi accouché de ma fille le 1er juillet, après « seulement » 28h de travail pour moi 🙂
De mon côté, toujours allaitement mais je commence à tirer mon lait pour faire des réserves pour la nounou à ma reprise du travail. J’espère pouvoir contre entre allaitement et tire allaitement encore quelques mois…

le 11/09/2015 à 19h02 | Répondre

Doupiou

Bin dis donc ! Les bébés du 1er juillet savent se faire attendre !
Du coup toi qui a connu l’allaitement au sein et au tire-lait plus longtemps que moi, quel est ton ressenti ? Le tire-lait est-il plus contraignant ?

le 11/09/2015 à 20h57 | Répondre

Pauline

Mon bébé arrive en janvier! Pour le tire-lait, avez vous des conseils concercant celui à acheter/ à louer ?
Marque à privilégier, à éviter ?
Tire-lait d’une grande surface, de pharmacie ?
Merci

le 12/09/2015 à 13h10 | Répondre

Doupiou

Personnellement je savais que je n’allais pas allaiter pendant très longtemps (j’ai allaité 1mois et demi). J’ai donc préféré louer mon tire-lait, question de rentabilité !
Je suis allée le louer à la pharmacie, moyennant une « grosse » caution de 1 200€ et une location de 10€ par semaine. La somme de la caution dépend du tire-lait. Le mien avait 2 téterelles (pour aller plus vite !) et c’était le top parce qu’à la mater, j’en avais avec un seul embout (15min de tirage x 2!).
La marque c’est Medela, le nom c’est Symphony 2.0.
Après tu dois trouver celui qui te convient !Le mien était assez encombrant donc si tu bouge beaucoup pas l’idéal !

le 12/09/2015 à 15h23 | Répondre

Doupiou

Edit :
Et puis certains tire-lait ont plusieurs « vitesses » pour se rapprocher au mieux de la succion de bébé. Celui que j’avais changeais même automatiquement la puissance de la succion au cours du tirage. Alors que celui que j’avais à la mater, je devais le faire manuellement.

le 12/09/2015 à 15h25 | Répondre

Mme Binou

Comme Doupiou j’ai loué mon tire lait en pharmacie. Et comme Doupiou toujours (!) c’est un Médela Symphony. c’est ce qu’on appelle la rolls royce des tire-lait sur le net.
J’en ai essayé un autre avant et j’ai vu la différence ! Il est beaucoup moins douloureux e le fait d’être double pompe (les deux seins en même temps) diminue le temps de tirage. Il est relativement encombrant mais moins que l’autre que j’avais eu. De mon côté, je n’ai pas eu de location à payer, ça a été pris en charge par la sécu et ma mutuelle (sous couvert d’une ordonnance). J’ai juste payé les téterelles qui servent à recueillir le lait.

le 12/09/2015 à 17h23 | Répondre

Sophie

ici j’ai utilisé le symphony de medela, j’ai attendu deux semaines pour l’avoir (pharmacie de campagne toussa toussa), mais c’est le must, utilisé aussi dans le lactarium de ma région: deux téterelles, différentes vitesses qui reproduisent un peu plus la succion d’un bébé. un peu encombrant, mais je l’emmenais quand même partout où j’allais.
Je l’ai pris en location à la pharmacie. J’ai juste du acheter les téterelles et les biberons adaptés. J’en avais un autre à la maternité qui était bien mais pas assez doux au début du tirage, de la marque medela tjs.
Et j’ai acheté en plus un tire lait manuel, lors des trajets en voiture par exemple et que ça tombait en plein dans mes heures de tirage. (celui d’avent si mes souvenirs sont bons)
J’ai rien eu à débourser pour le TL en lui même, tout était pris en charge (soit par la sécu, soit par ma mutuelle, je ne sais plus).

le 13/09/2015 à 10h20 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ton article ! J’ai moi aussi tire-allaité pendant deux mois mais j’avoue que je l’ai moins bien vécu que toi… J’avais quand même l’impression d’avoir raté mon allaitement. Mais du coup tu fais changer mon regard et qui sait peut-être que je retenterai pour le deuxième ?! Quand même, tu ne trouves pas ça hyper contraignant le temps de « tirage » et de nettoyage ? Que fais-tu de ton petit pendant le tirage, il dort ?

le 12/09/2015 à 13h25 | Répondre

Doupiou

C’est dommage que tu ai eu cette impression d’avoir raté ton allaitement ! Pour ma part, je n’avais pas le choix, c’était soit l’arrêt soit le tire-lait, c’est peut-être pour ça que je l’ai mieux vécu.
Mais je te rejoins complètement au niveau de l’organisation. C’est pour cela que je dis que ça prend 2 fois plus temps : préparer la machine, tirer ton lait, stocker ton lait, laver les accessoires… Et rebelote !
J’ai eu la chance d’avoir un bébé avec un rythme très défini dès sa naissance quasiment. Donc je savais presque au quart d’heure près quand elle avoir faim, du coup je calais le tirage un peu avant son bib ! Le temps de tirage, soit elle dormait, soit je la mettais dans sa nacelle à côté de moi.

le 12/09/2015 à 15h17 | Répondre

Sophie

ici j’avais un planning bien défini, surtout parce que j’avais mes deux grands qui allaient à l’école et ils rentraient à la maison pour manger le midi. J’ai acheté 6 téterelles et 8 biberons, histoire d’en avoir toujours au moins 2 de propre et stérilisés. (je stérilisais rapport au fait que ma puce était fragile, je ne sais pas s’il faut absolument stériliser les bib et les téterelles pour un bébé né à terme sans souci de santé)
je me levais à 6h30, je tirais pendant que je petit déjeunais.
je retirais à 9h, puis à midi pendant que je mangeais, à 14h, à 16h30 après l’école, puis à 19h pendant mon dîner, puis à 21h, et à 23 h. Et souvent je collais un tirage après le bib de la nuit de ma puce. Quand je voulais augmenter ma production, j’essayais de coller un tirage dans la journée. Je n’avais pas de durée définie, des fois au bout de 15 min j’avais déjà rempli mes biberons, le matin par exemple; des fois je tirais un peu plus longtemps, le soir notamment, je me collais devant une mini série et je tirais pendant tout l’épisode. J’ai eu la chance d’avoir une petite qui s’est collée à notre rythme très très rapidement, et d’avoir un chéri qui ne rechignait pas à faire la vaisselle ^^, et surtout comme j’étais en congé parental je n’avais pas le souci du boulot en plus.

le 13/09/2015 à 10h30 | Répondre

Marina

C’est un peu loin pour moi (7 ans déjà…) mais il me semble bien que la location avait été prise en charge par la secu, sur ordonnance de mon médecin…

le 12/09/2015 à 16h39 | Répondre

Mme Binou

Je confirme, mon tire lait depuis 15 jours est pris en charge. ça dépend peut être des pharmacies ??

le 12/09/2015 à 17h24 | Répondre

Soupire

oui pour moi tout a été pris en charge car j’avais une ordonnance de la sage-femme de la maternité

le 12/09/2015 à 17h36 | Répondre

Julia

Alors c’est remboursé à 100% si on a une ordonnance qui a été faite moins d’une semaine après la naissance. Après ce n’est remboursé « qu’à » 70%. Mais ta mutuelle doit pouvoir combler la différence selon ton contrat.

le 13/09/2015 à 07h18 | Répondre

Louisa

Bonjour, j’ai moi aussi la meme experience et je tire allaite ma petite depuis la maternite (elle n’a jamais pris le sein et c’est pas faute d’avoir essayer pendant plus d’un mois a chaque biberon) elle a plus de trois mois maintenant et la reprise du travail se profile…bien evidemment partir avec le symphony de medela (mon nouveau meilleur ami) est juste impensable donc je pense a acquerir son meilleur ami freestyle (dble pompage electrique mais portatif d’ou un prix plus qu’eleve et ne se loue pas…) meme si je souhaite faire un allaitement mixte (pas gagne car ma petite refuse tous les laits que j’essaye j’en suis au 6eme essai et les boites pleines s’empilent chez moi mis c’est un autre sujet…). Ma question du moment est comment avez vous gere votre baisse de production de lait au fur et a mesure du sevrage? Je ne tire que deux voire trois fois max par jour et a chaque tirage j’en ai pour 350ml les deux seins combines donc bien assez pour meme en donner au lactarium, en congeler et stocker au frigo. Par contre mes seins vacillent entre obus gonfles et petits seins vides, je n’ose penser a ma poitrine post cet petit charmant episode de ma vie! L’allaitement classique a l’avantage de pouvoir reduire la production de lait petit a petit mais le tire allaitement c’est quand meme un peu different…je suis preneuse de conseil car tirer une fois par jour me semble impossible et ne pas exprimer tout le lait me pousse a tirer plus souvent….j’ai lu qu’il y avait des pilules homeo mais je souhaiterais tout essayer avant… En tout cas merci pour cet article qui me permet de savoir que meme si autour de moi personne n’a jamais vu ca et que pour les gens je n’ai pas suffisamment force ma fille a prendre mon sein, je sais au moins que je ne suis pas seule a tire-allaiter et dans les moments de doutes et de desesperance, ca aide beaucoup!

le 27/10/2015 à 13h24 | Répondre

Doupiou

Pour ma part, le sevrage a été compliqué car je n’ai pas trouvé beaucoup d’infos sur « comment faire »! J’ai supprimé progressivement les tirages sur un vingtaine de jours environs :
Suppression du tirage de 14h, puis 3/4jours après celui de 18h, puis encore 3/4 jours après celui de 11h, puis 21h et enfin le dernier du matin.
Lorsque j’ai supprimé le dernier tirage j’ai eu très mal pendant 3jours mais je tenais bon pour ne pas tirer et ne pas restimuler! Je massais mes seins sous la douche le matin (sans toucher au mamelon) pour faire sortir l’éxcedent de lait!
En espérant avoir pu t’aider !’

le 08/11/2015 à 21h05 | Répondre

Agnès

Merci pour ce billet 🙂

Je viens laisser ma petite marque… trois adorables bébés en 4 ans, trois allaitements au sein manqués. Ma grande n’a jamais réussi à téter calmement, ma deuxième avait un souci physique (elle tétait à l’envers, la langue au-dessus du mamelon) et mon troisième arrivait à téter mais j’ai comme toi eu des crevasses impressionnantes. Tout ça pour dire que j’ai mené trois tire-allaitements (et j’en suis fière!), le dernier est encore en cours. Le tire-lait, ou plutôt les tire-lait puisque j’en utilise trois, un pour la maison quand je suis tranquille, un qui me permet de me déplacer et un manuel « de secours », m’ont sauvée. Au revoir douleurs, au revoir bébé qui pleure de faim ou qui ressent le stress de maman! Alors oui, ça fait vache laitière, oui, c’est chronophage, oui, mon frigo et mon congélateur ressemblent à une laiterie, et alors ? L’important, c’est d’avoir réussi à donner à mes enfants ce que je voulais leur donner.
Voilà… bon courage à celles qui se lanceront également dans cette aventure 🙂

le 21/11/2016 à 15h43 | Répondre

Emilie

Merci pour tous ces commentaires, ça permet de déculpabiliser un peu. Moi aussi j’ai eu 15 jours à pleurer de douleurs au sein, et nous en sommes à 15 jours au tire lait… Grosse frustration quand on a connu un allaitement réussi pour la première, et aussi… Quelle organisation !!! Mais au final ma deuxième fille aura tout le lait que je pourrai lui donner et c’est bien ca l’essentiel.

le 03/12/2016 à 21h45 | Répondre

Jeune maman aussi

Bonjour,
Merci pour cet article. Je ne fais que tirer mon lait aussi pour nourir ma petite et je rencontre des difficultés à me caler sur des horaires, savoir à quelle fréquence tirer et surtout, j’ai remarqué que je produits de moins en moins de lait. Je recherche de l’aide mais surtout des conseils car je ne sais pas quoi faire… Dois je continuer de lui donner mon lait ou passer au lait maternisé? Et la je tombe sur cet article. Magique!! Je ne suis pas la seule a faire ça!

le 20/12/2016 à 14h31 | Répondre

Alexandra

Salut les mams,
Je viens aussi témoigner après un tire-allaitement exclusif de 5 mois 1/2. Après 48h de travail qui n’était pas très efficace, j’ai finalement accouché par césarienne après une péridurale + une anesthésie du bas du corps pdt l’opération (le coeur de bébé ne supportait plus les contractions). Du coup, bébé né fatigué et maman prise de convulsions suite à une mauvaise réaction aux produits anesthésiants… Bref, première mise au sein 24h après la naissance, bouts de sein plats + bébé fatigué = allaitement mal entamé. Bébé a perdu bcp de poids et les sf ont commencé à complémenter, ce qui n’a pas aidé… Jour 4, montée de lait mais bébé ne veut plus prendre le sein et le rejette carrément, une sf à la bonne idée de m’apporter un tire-lait et là je me dis que je vais pouvoir allaiter qd même malgré ces débuts cahotiques. Sortie de maternité, direction la pharmacie pour louer le medela symphony et débit de mon tire-allaitement. Au début je produis 40 ml sur 20min de tirage donc je suis obligée de complémenter (1 bib sur 8 au LA) mais très vite (2 semaines après je crois) je tire assez pour ne donner que mon lait. À partir de là, j’établis mon rythme, 8 tirages par jour (dont 1 de nuit pour stimuler), je m’installe à chaque fois pour tirer mon lait et je donne le biberon d’avance que j’ai à bébé, donc au final je tire mon lait à chaque fois que bébé a soif. Pour faire ça il faut bien entendu un soutien-gorge adapté pour tenir les téterelles.
Après 6 semaines de tirages intensifs, je passe la barre des 1L de lait tiré par jour et décide alors de supprimer le tirage de nuit pour me reposer un peu. Bébé passe bientôt à 6 biberons par jour et fait ses nuits très tôt, qd à moi je fais 5/6 tirages par jour. À 3 mois bébé se règle sur 4 bib de 150 ml par jour et je passe donc aussi à 4 tirages (1,2L tirés par jour). Je congèle tout le surplus pour la reprise du travail qui arrive à grands pas. À 4 mois je reprends le travail et bébé est en garde mixte entre les gd parents, le papa et la crèche et grâce au tire-allaitement tout le monde peut lui donner des bib de mon lait. Oh bien sûr belle-maman y va de ses réflexions « tu penses continuer lgtps? » car elle n’a jamais allaité et trouve que je m’acharne mais elle est bien contente de pvr garder son petit-fils 1 jour / semaine. Aujourd’hui bébé a 5 mois 1/2, cela fait 1 mois que je supprime des tirages au fur et à mesure en vue d’arrêter car bébé est diversifié. J’ai supprimé le tirage du midi au boulot en 1er, puis celui du soir avant dodo, et enfin celui de 19h. À chaque fois, poitrine tendue et qq fuites (merci les coussinets) mais ma production. Diminue tout doucement et j’arrive à ne tirer que le matin. Je complète chaque matin avec le lait congelé car je ne produis plus que 350 ml sur l’unique tirage du matin. Mes stocks arrivent à épuisement et je compte donc introduire tout doucement le lait 2eme âge pour arrêter totalement d’ici 1 semaine. Au final bébé aura profité de mon lait pdt presque 6 mois et maman va pvr se reposer. Bilan de ce tire-allaitement : ce fut contraignant et fatiguant mais au fil des semaines bébé et moi avons trouvé notre rythme et tout s’est bien passé. Avantage ++: pouvoir contrôler les quantités journalières bues et reprise du boulot nickel car j’avais anticipé un rythme de tirage adapté. Inconvénients: nettoyage et stérilisation des biberons mais cela n’est rien comparé à la satisfaction de donner ce qu’il y a de mieux à son bébé.
Si j’ai un 2ème bébé, j’essaierai d’abord de le mettre au sein mais avec moins de pression car je sais désormais qu’il existe une alternative.
Désolée pour le pavé mais je voulais donner un témoignage détaillé pour celles qui souhaitent se lancer dans cette aventure gratifiante et au combien bénéfique pour bébé comme pour maman.

le 03/06/2017 à 10h34 | Répondre

Joana

Bonjour les mamans ! Un grand merci pour vos divers témoignages !!! Je viens d’accoucher d’un beau petit garçon qui tête très bien mais, probablement à cause de mauvaises positions au démarrage, j’ai de grosses crevasses. C’est mon 2ème bébé donc en me voyant serrer les dents quand il demandait à manger et à pleurer de douleur pendant l’allaitement, j’ai décidé d’investir dans un tire-lait dès la sortie de la maternité et là c’est génial !!!! Cela ne fait que quelques jours que j’ai commencé mais en voyant tous vos commentaires, cela me donne envie de continuer ! Dès que les crevasses seront guéries, je vais probablement le remettre au sein mais je peux aussi envisager d’alterner et papa ou mamie vont pouvoir m’aider de temps de temps, grâce au tire-lait 😉 Bonne continuation à celles qui tire-allaitent encore !!!

le 30/01/2018 à 09h46 | Répondre

Mme Grenouille

Team tire-allaitement ici aussi ! La crevette a une force de succion tellement importante que j’ai eu des crevasses dès la tétée d’accueil ! Du coup sortie de la maternité avec un tire-lait pour soulager le sein en sang + bébé qui perd du poids et qu’on doit gaver après la tétée avec une petite paille (au lait maternel) = j’ai tenu 3 semaines avant d’abdiquer et de passer directement au biberon. Depuis 1 mois, je tire donc mon lait pour nourrir la crevette au biberon. C’est une organisation certes mais c’est aussi un grand soulagement et je ne trouve pas ça plus compliqué finalement que l’allaitement au sein directement (peut-être à cause des soins des mamelons que je devais faire et du gavage…). Par contre, pour l’instant difficile de s’eloigner plus de 4h (5 grand max) du tire-lait.
A noter que la crevette est vorace et avale plus d’un litre par jour, il faut donc suivre en production !!!

le 07/03/2018 à 12h35 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?