Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

« À la fin de l’année, on ne fait plus rien ! »


Publié le 29 juin 2015 par Madame Givrée

S’il y a une phrase qui énerve la prof qui est en moi en cette fin d’année scolaire, c’est bien celle-ci : « Ça ne sert à rien d’aller à l’école/au collège les dernières semaines, on n’y fait plus rien. »

À deux semaines des vacances d’été, nombre de mes élèves avaient déjà déserté les salles de classe pour rester au lit jusque très tard le matin, et devant la console jusque très tard le soir (non, je t’assure, je caricature à peine). Quelques uns sont partis rejoindre d’autres horizons parce que « vous comprenez, c’est moins cher en juin. » Deux sont partis en vacances dans leur pays d’origine, profitant d’une opportunité qu’ils n’ont qu’une fois par an, en juin. Ça, je peux l’entendre.

Mais revenons à nos moutons. Ce fameux : « On ne fait plus rien à l’école en juin ».

Classe joyeuse

Crédits photo (creative commons) : US Department of Education

Peut-être as-tu des enfants au collège (et je ne vais parler que du collège, puisque c’est ce que je connais le mieux) qui, en rentrant le soir à la maison, te disent : « On n’a rien fait en classe ». Peut-être es-tu une de ces personnes qui ne comprennent pas ce qu’on fait réellement, en classe, au mois de juin. Peut-être te demandes-tu à quoi ça sert, d’envoyer tes enfants à l’école jusqu’au bout.

Voici quelques éléments de réponse :

  • En juin, comme le reste de l’année, on travaille le langage.

Mais différemment. À travers des jeux pour mieux se connaître, des jeux de lettres, de langue, de mimes. On approfondit le lexique de base des élèves, on ajoute des préfixes et des suffixes, on module, sans s’en rendre compte.

  • On continue à mettre des mots sur ses émotions.

Pour mieux communiquer, et ne plus considérer la violence comme la seule solution. Incroyable ce qu’un jeu de Time’s Up peut t’apprendre sur ta capacité à réagir à des stimuli émotionnels, n’est-ce pas ?

  • On travaille les compétences sociales. Comme le reste de l’année.

Attendre son tour pour parler, respecter les autres, respecter la parole des autres, écouter et réagir, adapter son vocabulaire à la situation, adapter son attitude à la situation… Tout ça dans la bonne humeur, bien sûr. Parce qu’un jeu, en groupe, ce n’est pas que pour s’amuser. C’est aussi une façon de travailler ce qu’on a bossé pendant toute l’année, de mesurer le chemin parcouru, et de discuter avec les élèves de ce qu’ils pourraient encore travailler.

« Même pas vrai. Mon fils, en histoire-géographie/anglais/français, il a regardé un film. »

Crois-moi (et, oui, je sais, tu trouveras toujours l’exception qui confirme cette règle…), il y a forcément un objectif pédagogique ou culturel derrière le choix de film du professeur. Et même si ça ne te paraît pas très culturel, je le répète, il y a forcément une raison derrière le choix.

Oui, je sais, c’est dur de faire confiance au prof de ton fiston. Surtout quand ce dernier a retenu qu’on n’a « rien fait » et qu’on a « regardé un film ». Parole de prof qui a bossé la description physique et le présent simple en anglais avec le film Transformers ! Il y a toujours une raison.

Regarder un film, c’est (aussi) s’entraîner au repérage d’informations importantes, commencer à se constituer une culture cinématographique, aborder un thème au programme d’une façon différente, amorcer le débat, amorcer une réflexion sur un thème donné, adapter sa vision de soi si le film est émotionnellement chargé, développer la capacité à faire un lien logique entre les éléments (puisque la plupart des films sont obligés de caser des idées complexes dans un temps très limité), regarder le monde à travers un filtre qu’on n’aurait pas forcément trouvé tout seul, sortir de sa bulle pour regarder autre chose, autrement.

Ce n’est pas QUE du divertissement.

« Non, mais attends, ma fille a joué à un jeu de société ! Pour faire ça, autant qu’elle reste à la maison ! »

Parce qu’en jouant à un jeu de société, ta fille n’a pas eu de contact social ? Elle n’a pas été en interaction avec les autres ? Elle n’a pas passé de temps, de façon positive, avec ses camarades et, éventuellement, l’adulte responsable ? Elle n’a pas écouté, été écoutée, n’a pas gagné ou perdu, n’a pris aucun plaisir ? Bien sûr, elle aurait pu faire tout ça chez toi, avec ses frères et sœurs, c’est ça ?

Heureusement que les jeux existent pour développer nos compétences sociales, notre capacité à communiquer, notre aptitude à partager, à attendre son tour, à interagir avec d’autres ! Même un jeu simple peut apprendre quelque chose de primordial à ton enfant : la chance peut tourner à tout moment. Le message derrière étant : « N’abandonne jamais ». Peut-être qu’il faudra faire un effort pour regagner ce qui est perdu. Peut-être que c’est juste une question de patience, si le jeu ne demande aucune compétence en particulier. Dans les deux cas, le message reste le même.

De plus, tu n’es pas sans ignorer que tout jeu a ses règles. Les enfants (et les adolescents) ont besoin de limites claires pour évoluer en sécurité. Les règles de jeu apportent un cadre à respecter absolument, elles aident ton enfant (ou ton ado) à se construire une personnalité adaptée à notre société complexe. Ce qui vaut dans les jeux vaut dans la vraie vie, et c’est une leçon qu’il vaut mieux apprendre dans la joie et la bonne humeur que dans la douleur !

« Mes enfants ont dessiné sur le tableau pendant une heure. Pour dessiner, ils pourraient très bien rester chez moi. »

Encore une fois, ça n’engage que moi mais je suis persuadée que si j’avais écrit un peu plus souvent au tableau/à la verticale, j’aurais sûrement appris beaucoup de choses sur la façon dont mon corps s’adapte à son environnement, j’aurais su quelle position adopter dans quelle situation, et j’aurais moins d’ecchymoses. Parole de personne qui a eu énormément de mal à passer du plan horizontal au plan vertical (pour les esprits tordus : je parle du fait de passer de ma feuille de papier sur un bureau au tableau), et qui a énormément de mal, de façon générale, avec le positionnement dans l’espace. Mais ceci n’est que mon humble avis.

Et toi, tes enfants, ils vont à l’école jusqu’à la fin ? Ou ils partent en vacances plus tôt ? Allez, avoue !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

20   Commentaires Laisser un commentaire ?

isavoyage

Bonjour,
Merci pour cet article qui soulève un sujet bien intéressant ! Une question : ces activités sont formatrices, j’en suis convaincue, mais pourquoi ne sont-elles pas pratiquées tout au long de l’année ? Ne serait-il pas intéressant de les proposer, entre autre, en début d’année pour constituer le « groupe » classe, permettre aux nouveaux de s’intégrer etc ? Comme ces activités ne sont proposées qu’en fin d’année, ça donne le sentiment que le programme scolaire est bouclé et que maintenant on fait centre-aéré… Ta réponse m’intéresse, je me suis souvent demandé pourquoi ce fonctionnement (lorsque j’étais élève) !

le 29/06/2015 à 09h45 | Répondre

Madame Givrée

Bonjour,

Dans ma classe, on joue, on discute, on remédie à plein de choses toute l’année. Je suis au boulot donc je n’ai pas beaucoup de temps, je complète ce soir 🙂

le 29/06/2015 à 12h43 | Répondre

Claire Gezillig

Chez moi, on joue, regarde des vidéos, dessine toute l’année (mais je ne suis pas dans l’éducation nationale…)
Je suis persuadée que tout ça est très formatif et donc pourrait être utilisé à d’autres moment de l’année.
Mais il faudrait que tout le monde revoit la question de l’image de ce qu’est une classe, qu’on arrête de penser qu’il faut être en rang d’oignons devant un tableau avec un prof qui pose des questions (en attendant une réponse précise – pas des questions ouvertes) et des élèves qui répondent sagement pour apprendre.
Mais j’ai tellement à dire sur l’image de la classe et l’enseignement traditionnel que je reviendrais peut-être en parler dans un article à part 😉

le 29/06/2015 à 10h33 | Répondre

Mlle Mora

Oui, un peu plus de liberté ce serait chouette, mais par la suite, il faudrait aussi que le monde des adultes soit un peu plus « funky », il faut dire qu’en France, l’Education Nationale n’est pas forcément le ministère le plus « moderne », et pourtant je suis sûre que les profs ne demandent que ça…

le 29/06/2015 à 12h00 | Répondre

Mme Creamy

Pour la maternelle on peut faire sécher les enfants ? :p

Plus sérieusement , j adorais aller a l école jusqu’au bout moi ! On ramenait le gouter, des jeux de société c était très chouette !

Pour revenir a mon fils de 5 ans…aujourd’hui il reste avec nous car on profite d une journée de repos de mon mari pour aller pique niquer en foret et le reste de la semaine il n ira que le matin car canicule et je préfère qu il soit au frais a la maison qu en plein soleil dans la cour ( pour des courses de karts qui lui font des bleus dans le dos ) ou devant la télé pour regarder moi moche et méchant comme la semaine dernière… Mais ca n engage que moi et il n est qu en moyenne section …du coup ca compte pas trop…si ?

le 29/06/2015 à 10h45 | Répondre

Mlle Mora

Je trouve aussi que d’inciter nos enfants à aller à l’école jusqu’au bout (ma fille est trop petite, mais ma mère m’a incité quand j’étais petite), ça permet aussi d’apprendre à son enfant le respect d’un planning, de ses copains qui viennent jusqu’au bout, de ses profs qui sont présents… un élément qui servira plus tard dans le monde du travail (on vient travailler jusqu’au jour de ses congés, on ne s’arrête pas avant !!)

le 29/06/2015 à 11h57 | Répondre

Inno

Je suis tjs restée à l’école jusqu’à la fin de l’année (et on était peu, à la fin) et j’adorais ça parce que « on faisait rien » 🙂 Je ne me souvenais plus vraiment ce qu’on faisait mais mes parents travaillaient donc on ne restait pas à la maison sans adultes, c’était tout simple. Quand l’école était fini, on allait au centre de loisirs pour les mêmes raisons. Et je suis d’accord avec Mlle Mora, ça apprend aussi à respecter un planning.

Cela dit, je comprends les parents qui retirent leur enfant de l’école fin juin, et ils le feraient peut être moins si le programme du mois de juin était plus classique. Tout ce que tu dis est effectivement très formateur mais ne pas aller à l’école lorsqu’il y a ces activités n’empêchera pas les enfants/ados de réussir leurs études. D’autant que pour moi, et c’est un avis personnel, l’école a plus un rôle d’instruction que d’éducation (ce qui ne veut pas dire que l’école n’a pas du tout de rôle éducatif).

Par contre, je me demande comment font ces parents ? Ils ne travaillent pas ? Ils s’organisent comment sinon.

Bref, pour finir, je dirais que quand j’aurais des enfants, je pense qu’ils iront à l’école jusqu’au bout, et j’espère qu’ils en garderont de bons souvenirs comme moi j’ai eu.

le 29/06/2015 à 13h13 | Répondre

Sarah

Fille d’instit j’ai toujours été a l’école jusqu’au bout et j’ai l’impression que je vivais dans un autre monde car a part le tout dernier jour, le reste du temps on travaillait et on avait des exams. J’étais en privée ça vient peut être de ça? Sinon si j’ai des enfants je pense que je ferais en fonction de leur niveau, la vie est trop courte pour passer 20 ans derrière un bureau, 1 semaine de raté qu’est ce que c’est au final?

le 29/06/2015 à 15h33 | Répondre

Mlle Moizelle

tout à fait ok avec toi!!!! 😀

le 29/06/2015 à 15h43 | Répondre

Mlle Moizelle

Je suis d’accord avec le fait que les enfants apprennent à respecter un planning et les profs qui viennent jusqu’au bout. Je comprends aussi les familles qui ont peu d’argent et qui ne peuvent partir qu’en juin parce que « c’est moins cher » et qu’un voyage est aussi -voire bien plus- formateur que des heures de dessins en classe. Je rejoins totalement isavoyage dans son questionnement: toutes ces capacités développées, « mieux se connaître », la socialisation, tout ça, ça serait pas beaucoup plus constructif en début d’année? tout au long de l’année?
et je te contredis carrément sur un point: nombre de mes profs n’avaient rien envie de faire non plus, et les films que l’on regardait en classe en fin d’année étaient pour la plupart choisis par les élèves, sans conditions ni restrictions des profs (je me rappelle même avoir regardé un film « interdit -12ans fin 6è alors que tous n’avaient pas l’âge… bonjour la responsabilité du prof!)
Donc, je suis moi-même prof (doc, donc je n’ai pas de programme à boucler) et je vois de l’intérieur une réalité autre que celle que tu décris… Je dois moi-même aller jusqu’au « bout », mais si ça n’avait pas été le cas, j’aurais été la première à laisser mes enfants aller ou pas à l’école la dernière semaine.

le 29/06/2015 à 15h42 | Répondre

Perrine

Moi aussi je suis prof, et avec moi, les élèves « ne font pas rien » pendant le mois de juin!
Il y a juste le dernier jour où je fais du « coloriage » pour les classes de 6ème, en sachant que avant, il a fallu faire soi-même le dessin avec des triangles, des arcs de cercle… Bref révisions de l’année. En classe de 5ème, ils se mettent par groupe et ont des énigmes de maths à résoudre, et le groupe gagnant a des carambars 😉
Mais, j’ai certains collègues qui leur ont fait regardé l’age de glace juste parce qu’ils avaient acheté le dvd la semaine précédente et pas pour un quelconque intérêt pédagogique!

le 29/06/2015 à 16h55 | Répondre

Nya (voir son site)

Est-ce qu’un simple « Aujourd’hui, sans vous en rendre compte, en faisant X (jeux de société, film, dessiner au tableau…), vous avez appris à X » en fin de classe ne serait-il pas une bonne idée pour surprendre les enfants en leur faisant comprendre qu’ils ont appris quelque chose, ce qui les inciterait à répéter ça à leurs parents et donc, montrerait à ces derniers que ces classes ont été utiles ?
Une idée comme ça. En grandissant, j’ai été stupéfaite de nombre de chose qui semblaient aller de soi pour les adultes mais que je n’avais pas comprises parce qu’on ne m’avait pas dit ce qu’on faisait/attendait de moi.

le 29/06/2015 à 17h07 | Répondre

emma

ben honnêtement je comprend le sens du post mais je ne suis pas convaincue. Jouer à un jeux de société à l’école ou avec des copines/des cousines à la maison me semble mettre en jeux les mêmes capacités sociales dans les 2 cas. Partir en voyage offre de toute façon une expérience de vie qu il serait dommage de manquer…et je veux bien croire que ça soit moins cher en juin et que pour certains ça fasse la différence. Bref je trouve génial que les dernières semaines d’école apprennent aux enfants sous formes de jeux des elements de comportement d’une autre manière que dans l’année mais je n irai pas prétendre que c est la seule voie d’enrichissement qu on peut leur proposer à ce moment là.

le 29/06/2015 à 17h17 | Répondre

Sophie

Toujours restée jusque la fin de l’année scolaire, hormis en moyenne section parce que maman venait d’avoir ma petite soeur et que je voulais vraiment rester avec elles deux 😉

Ces moments de fin de classe sont des moments que j’adorais: le prof souvent inaccessible devenait plus « cool », en tout cas prenait forme humaine à mes yeux, vu qu’on n’était peu nombreuses (oui, souvent à la fin il ne restait que le même groupe de filles, de la 6e à la 3e), le prof était du coup beaucoup plus serein, on apprenait autrement.
En français, en 5è,on a,compris les enjeux de la bonne compréhension orale et mis en valeur le sens des interactions sociales en jouant au téléphone arabe.
En 4e, nous avons regardé un film (qui je crois ferait faire des cheveux blancs à beaucoup de parents aujourd’hui) dont je ne me souviens plus le nom qui nous a fait nous interroger sur notre civilisation, et notre sens de l’humanité (petit ps: c’était l’histoire d’enfants naufragés sur une ile déserte, filmé en noir et blanc, et les enfants perdent peu à peu leur humanité en provoquant des accidents sur les plus « intelligents » et doués, voilà, si vous connaissez le titre, j’aimerais à tout prix le revoir, on sait jamais ^^)
En 3e, nous avons fait un pique nique géant près du collège avec deux classes, trois professeurs, c’était génial de les voir « humains » et plus « profs ». on a passé la journée à se fabriquer de très bons souvenirs, les profs nous donnaient des conseils pour le lycée et notre futur vie de lycéen; on a compris à ce moment là qu’on allait clore un chapitre de notre vie.

Ce sont des moments privilégiés, que mes enfants à leur tour (moyenne section et cp) apprécient eux aussi.
Et même « regarder un film » (mon fils vient de voir le roi lion avec sa classe aujourd’hui), ils en reparlent après en classe, ils chantent, dansent, bref là ils vont louper leur tooute dernière journée parce que mon mari eet moi travaillons tous les deux et on doit les emmener chez mamie, et leur première réaction a été: « mais on va rater le dernier jouuuuuuuuuuur maman pourquoiiiiiiii? »

le 29/06/2015 à 18h52 | Répondre

Sophie

Ca y est j’ai trouvé!
C’était « Sa majesté des mouches », de Peter Brock.

le 29/06/2015 à 18h56 | Répondre

Camomille (voir son site)

Je ne suis qu’en partie d’accord avec toi : ça dépend avant tout des profs. Une fois les programmes finis, certains vont continuer à s’investir et c’est génial. Je pense à une prof de bio qui avait instauré une réflexion sur la contraception. C’est chouette. Pour d’autres (profs) ce sont des pré vacances et disons le franchement, ça ne sert à rien de venir en cours. J’ai vu oranges mécaniques en 5ème parce qu’un élève l’avait amené…

le 29/06/2015 à 21h21 | Répondre

ELFée

Je suis moi aussi prof (de bio). Avec nos gros programmes et petites heures, je fait cours « comme d’habitude  » jusqu’à la veille du brevet… Avec les rares élèves encore là!
Alors bien sur ce sont des bons cours, car ils sont peu nombreux, mais je suis frustrée car ceux qui ne sont pas là sont ceux qui en ont besoin. Et que je sais qu’ils sont simplement chez eux en train de glandouiller, ou de traîner dans la rue.
Et quand je sais que des collègues passent des films des le 10 juin, pardon, mais je n’y vois pas d’intérêt pédagogique, car il faut être honnête, ces films ne sont pas discutés ensuite… Et j’enrage parce que quand je récupère la classe
après, je suis la méchante qui veut les faire travailler!
Si le calendrier va jusqu’à la fin juin (à cause du brevet), ce est pas pour s’arrêter avant, sinon, comment je case le programme (que j’ai déjà bien du mal à caser…)
Quant aux départs en vacances, je constate de plus en plus souvent que ce ne sont pas des retours au pays. Alors bien sur les voyages sont instructifs, mais on fait comment nous? L’école à la carte? Dans l’état actuel du système (avec lequel j’ai de plus en plus de mal, mais c’est un trop vaste sujet pour l’aborder dans un commentaire) je ne sais pas faire…

le 29/06/2015 à 22h31 | Répondre

Madame Violine

Merci pour cet article ! Ces derniers moments sont des moments privilégiés pour nos enfants et nos élèves (maman et enseignante). Mon fils est parti en faisant limite la tête ce matin au collège (6ème). J’ai entendu « je vais être le seul ; ça va être nul ; de toutes façons on ne va pas travailler… »
Ce soir, je lui demande de me raconter comment cette journée s’est organisée. Enchanté, il est parti dans des explications à n’en plus finir (je vous jure, ça n’est jamais arrivé de l’année). Oui, ils ont regardé des choses à la TV : « C’est pas sorcier » pour rebondir ensuite à l’oral. Ils ont aussi fait un retour sur ce qu’ils ont aimé/moins aimé (en terme de cours) cette année, ce qui a été difficile/facile pendant cette année de 6ème… Il y retourne demain avec le sourire 😉
D’ailleurs, je remercie les professeurs qui organisent une fin d’année comme cela, car finalement, chacun y trouve son compte (élèves/professeurs).
Bonnes vacances !!!

le 29/06/2015 à 22h31 | Répondre

marmotteC

Et bien moi enfin. Nous on ne fait pas rien … Aujourd’hui en petite section on fait de la glace aux framboises, lu des histoires au frais, passé la récré sous les arbres et fait des activités de motricité autour de l’eau … Et même avec mes grands élèves nos activités de vendredi auront du sens et une utilité … ( même si j’avoue que dans certaines classes ….) !

le 29/06/2015 à 23h46 | Répondre

Floconnettebis

Je suis en grande partie d’accord avec ton post ! Non on ne fait pas rien en fin d’année je lutte pour faire rentrer cela dans la tête de mes élèves !
Et d’ailleurs avec toutes mes classes on a travaillé jusqu’à l’avant dernière heure voire la dernière même si c’était en regardant un film … par exemple sur la vie à Versailles avec mes 5eme ou des scènes de film avec les 3eme ou ils devaient retrouver les éléments du programme vus en cours d année.
Donc si si certains profs font bien travailler les élèves jusqu’au bout même si on connaît tous des collègues qui ne le font pas !
D ailleurs certains de mes élèves de 5eme m’ont dit après le film sur Versailles qu’ils etaient contents d’avoir appris plein de choses dessus et qu’ils voulaient demander à leurs parents d’y aller !
Comme quoi …!

le 15/07/2015 à 18h38 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?