Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

L’anisocorie chez l’enfant


Publié le 16 décembre 2016 par Miss Chat

OK, JE SAIS. Taper un titre comme celui-là en espérant être lue, c’est comme penser que la plagiocéphalie est une déformation bien connue en dehors du cercle fermé des nouveaux parents (et encore).

Pourtant, je t’assure que ces articles peuvent être/sont intéressants, tout simplement parce que si un jour, tu t’y trouves confrontée, tu auras au moins un exemple sous la main pour te rassurer (ou pas). Et puis, moi, je suis curieuse de nature, et je vais partir du principe que c’est également ton cas (de toute façon, t’as ouvert l’article, c’est trop tard pour toi).

Tu m’excuseras, je ne suis pas ophtalmologue, ni médecin, donc j’essaierai de faire au plus simple. Cet article n’est pas un outil de diagnostic, mais bien une source d’informations générales et un témoignage (heureux).

Maladie yeux bébé

Crédits photo (creative commons) : Ali Moradmand

L’anisocorie, petit condensé d’encyclopédie médicale

L’anisocorie, donc, ce trouble bien connu dont tu entends peut-être parler pour la première fois, est en fait une différence de taille entre les deux pupilles d’un individu. L’une des pupilles est donc plus petite ou plus grande que l’autre.

C’est un trouble ophtalmologique qui peut apparaître dès la naissance ou se développer avec l’âge. Dans tous les cas, il est impératif de consulter un médecin spécialiste des yeux, l’ophtalmologue, pour déterminer les causes éventuelles et aviser de la nécessité d’un suivi et/ou d’un traitement.

Petite précision lexicale : l’opticien est également un spécialiste de la vision, qui évalue le degré de correction nécessaire à une bonne vue et une bonne « hygiène de la vue », et fournit le matériel optique requis (lunettes, lentilles, etc.). Il n’est pas apte à poser un diagnostic médical, mais il peut t’orienter en la matière et faire de la prévention.

Je te parle de la nécessité de consulter un médecin sans faute car, en apparence inoffensive, l’anisocorie peut cacher des troubles neurologiques graves (par exemple, le syndrome de Guillain-Barré ou la maladie de Charcot), des hémorragies cérébrales, une méningite, voire des tumeurs au cerveau. Elle peut aussi apparaître suite à un choc, une infection, être un effet secondaire de médicament ou être dite « physiologique bénigne », c’est-à-dire n’avoir aucune cause particulière, ni aucun effet autre qu’une pupille plus « fainéante » que l’autre.

Parmi les indices permettant de reconnaître une anisocorie bénigne, il y a notamment le fait que la pupille réagit normalement à la lumière (c’est-à-dire qu’elle se contracte lorsqu’elle y est exposée) et que ses réflexes moteurs sont normaux (la pupille bouge normalement en réaction à divers stimuli).

Mais l’anisocorie est plus souvent un symptôme parmi d’autres d’une maladie ou d’une condition médicale qui peut s’avérer sérieuse. 17% seulement des anisocories sont physiologiques : il ne faut donc pas prendre ce trouble à la légère, surtout s’il arrive après la naissance !

Croquette et son anisocorie : le diagnostic

Je n’avais pas juste en tête une mission d’information et de service public avec cet article, tu t’en doutes. Si je t’en parle aujourd’hui, c’est aussi parce qu’on le vit avec Croquette depuis sa naissance. Je te rassure directement : elle fait bien partie des 17% de chanceux qui n’ont « qu’ » une anisocorie physiologique.

Nous avons mis une ou deux semaines à identifier ce trouble chez elle après sa naissance. Le temps, en réalité, qu’elle se décide à ouvrir ses yeux suffisamment fort et suffisamment longtemps pour qu’on puisse plonger notre regard dans le sien !

Au-delà de toute la perplexité du nourrisson et de la faim que nous pouvions lire dans ses yeux, nous avons également découvert cette fameuse pupille un peu plus grande que l’autre. À l’époque, elle était même franchement plus grande.

Mon mari, issu d’une longue lignée d’infirmiers et de soignants et vaguement familier avec ce trouble, en a directement référé à ses parents et au pédiatre, qui ont conseillé d’aller voir un ophtalmologue quand Croquette atteindrait 10 mois.

C’est donc ce que nous avons fait un beau jour de mars 2016. Bon, Croquette avait alors 11 mois : peu habitués aux rendez-vous à l’hôpital, on s’était loupés sur les délais d’attente, parents indignes que nous sommes. Notre ophtalmologue attitrée préférait en effet que nous fassions examiner notre fille par une de ses consœurs, spécialisée en « nyeux-nyeux d’enfant » (comme j’ai essayé d’expliquer à Croquette : résultat plus que mitigé, forcément).

Elle a été un vrai petit ange pendant les trois longues heures qu’ont duré la visite, alors que ça l’empêchait de faire sa sieste du matin, de manger son déjeuner à l’heure et que, pour être honnête, personne n’aime qu’on lui mette des gouttes dans l’œil et qu’on lui triture le minois aussi longtemps, dans un environnement rempli d’enfants hurlant à la cantonade leur dégoût des traitements médicaux.

D’ailleurs, je te parie mon goûter qu’on ne va pas rigoler quand on devra y repasser en mars 2017. Croquette a depuis lors développé une compétence fondamentale appelée « quand je ne veux pas, tu peux toujours courir », et je n’envie pas du tout le pauvre assistant qui devra l’approcher. Bon, elle ne mord pas (encore), c’est déjà ça. En plus, je serai enceinte de 8 mois, bref, ça va être l’éclate la plus totale !

Ce long examen de trois heures comportait donc toute une série de tests, durant lesquels l’œil a été soumis à divers stimuli (mécaniques, lumineux, visuels, etc.). On a fait plusieurs fonds d’œil pour observer… ben le fond de l’œil, c’est-à-dire la rétine, la macula et les vaisseaux, mis une sorte de collyre à intervalles réguliers pendant deux heures pour tester la dilatation des pupilles, et mesuré grâce à différentes machines dont je ne connais pas le nom la taille de l’œil en général, les troubles de la vue éventuels (myopie, hypermétropie, etc.), la motricité des yeux et leur réponse aux stimuli.

Croquette et son anisocorie : et maintenant ?

Nous avons eu la chance de tomber sur une adorable ophtalmologue et son gentil (et comique) assistant, qui ont particulièrement plu à Croquette. Comme je disais, elle a été très sage et semblait plus curieuse des examens qu’on lui faisait passer qu’inquiète ou perplexe. Même l’infirmière venue pour la troisième fois lui mettre le collyre dans l’œil a eu droit à un beau sourire en repartant (bon, elle a aussi d’abord eu droit à une mini gueulante de trois secondes, on va être honnête, mais ça n’a pas duré).

Après tous ces tests, le verdict est tombé : anisocorie physiologique bénigne, a priori. Et j’insiste sur cet « a priori » : à cet âge-là, rien n’est encore définitif. L’œil humain grandit jusqu’à l’âge de 25 ans plus ou moins, et rien ne dit que son anisocorie restera sous contrôle, même si ce sera a priori le cas. Il faut savoir que ce trouble ophtalmique est très courant chez l’enfant en bas âge, car tout son petit corps est en formation, et qu’il se résorbe généralement avec le temps.

Nous allons donc devoir effectuer un contrôle annuel, au moins jusqu’à ce que le trouble disparaisse complètement, pour s’assurer que toute cause potentiellement grave est écartée. On rediscutera d’ailleurs en mars de la possibilité de mettre des lunettes à Croquette pour essayer de corriger le problème. Cela dit, on n’est pas sortis de l’auberge pour autant ! L’entretien avec la gentille ophtalmologue comprenait évidemment une vérification des antécédents familiaux en matière de vue.

Et là, mazette, elle avait de quoi noter. Je devrais penser à nous renommer la famille Taupe, en fait. Non seulement, les problèmes de vue sont un mal aussi répandu dans la famille qu’un rhume au mois de novembre dans une crèche, mais en plus, on ne fait pas les choses à moitié. Chez nous, on n’a pas un mignon 8/10 en vision, où on peut choisir quand mettre ou non ses lunettes, où on n’hésite pas vraiment à partir bosser sans son binocle, où la séance de ciné sans les verres est un peu inconfortable mais « ça va ».

Non.

Ici, on est myopes à -2/10 (si si, ça existe) ou à 4/10 avec de l’astigmatisme, ou avec les deux yeux à des degrés divers et fort éloignés. Oublier ses lentilles avant de partir ? Impossible, on ne trouverait pas la porte d’entrée. Ne pas mettre ses lunettes pour ramper jusqu’à la salle de bain le matin ? Très bonne idée, si on veut se péter un orteil contre un meuble.

Tout ça pour dire que même si (et on croise les doigts) l’anisocorie de Croquette s’avère définitivement bénigne et disparaît un jour, il y a fort à parier qu’elle devra quand même s’astreindre à une visite annuelle chez l’ophtalmo pour contrôler sa vue de taupinette en devenir. Pour l’instant, rien n’est observable à part une hypermétropie légère (et apparemment habituelle pour un enfant de son âge), mais je ne me fais pas beaucoup d’illusions (et la doc non plus).

Bienvenue dans la famille « Chataupe » : j’espère que cet article t’aura plu !

Et toi ? Tu as été confrontée à l’anisocorie ? Connaissais-tu ce trouble ? Y a-t-il des soucis de vue dans ta famille ? Viens en parler…

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

26   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame D

Bah dis donc !!!! Pauvre croquette ! J’espère que ça restera bénin toute sa vie !!!!
Ici avec les 3 ans de Princesse il est temps que je l’emmene chez un ophtalmo aussi. Comme toi, ne pas mettre mes lentilles est impossible, je ne voit pas a 30cm … Ma sœur et mon père pareil. Pour l’instant Princesse n’a pas l’air d’avoir de problème de vue. Mais je ferais bien contrôler au cas ou !

Merci pour ce témoignage, je ne connaissait pas du tout !!!
Bon courage pour votre visite de Mars …

le 16/12/2016 à 09h43 | Répondre

Miss Chat

Oui, quand les parents ont eux-mêmes des problèmes de vue, il est conseillé de faire au moins une première visite pour vérifier qu’il n’y a pas de gros souci. Avant, on repérait souvent les problèmes avec l’entrée à l’école mais on recommande aujourd’hui de s’y prendre avant, pour que les traitements soient plus efficaces 😉
J’espère que Princesse gardera ses yeux de lynx !

le 16/12/2016 à 13h33 | Répondre

Weena (voir son site)

Je ne connaissais pas du tout comme affection.
Mais vu la famille de taupe du coté du Breton, un contrôle ophtalmique de routine me semble nécessaire pour mes garçons.
Bon, comme toi, j’ai raté le coche pour un rendez-vous à 18 mois (mais il semblerait que 12 mois soit le mieux) et FeuFolet a essayé d’éviter es gouttes à coup de bronchiolite …Ce n’est que partie remise, nous avons pu avoir un rendez-vous de remplacement « rapidement » (2 mois …)

le 16/12/2016 à 09h54 | Répondre

Miss Chat

Comme je disais à Madame D ci-dessus, en cas d’antécédents familiaux, c’est toujours intéressant de faire un premier contrôle 🙂
Je croise les doigts pour qu’aucune bronchiolite ne vienne perturber vos plans !

le 16/12/2016 à 13h54 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je dirais pas que l’article m’a plu car il m’a un peu plus flippé que je ne le suis en temps normal !
Mais très intéressant au demeurant car je ne connaissais pas ce souci là. Nous aussi on est miope tous les deux mais moi je peux choisir de mettre mes lunettes ou non ?
Même si la vieillesse aidant cest de moins en moins confortable ?

le 16/12/2016 à 09h58 | Répondre

Miss Chat

Ah la chance de pouvoir choisir ! 😀
Je suis désolée de t’avoir inquiétée avec cet article ! Mais justement, il ne faut pas, être averti permet de mieux lutter en cas de besoin 😉

le 16/12/2016 à 13h56 | Répondre

Claire (voir son site)

Je n’avais jamais entendu parler de ça. Merci pour la découverte. J’espère que pour croquette, ça passera vite.
Ma fille a développé depuis fort longtemps la même compétence que ta fille « quand je veux pas, tu peux toujours courir » 🙂

le 16/12/2016 à 10h20 | Répondre

Miss Chat

Hihihi oui et dans ces cas-là, difficile de trouver une parade avec eux 😉

le 16/12/2016 à 13h56 | Répondre

Tamia (voir son site)

Je ne connaissais pas ce problème ! Merci pour la découverte. J’espère qu’elle restera bénigne…
Concernant les problèmes de vue, il y a pas mal d’inconnus liés à notre histoire familiale…, donc on fera une visite assez tôt chez l’ophtalmo pour vérifier la vue du Petit Haricot !

le 16/12/2016 à 10h44 | Répondre

Miss Chat

C’est une très bonne idée, surtout s’il y a des antécédents 😉 Comme disait Weena, une visite vers 1 an est indiquée. Au plus tôt on prend les problèmes, au mieux c’est !
Et sinon, demandez conseil à votre ophtalmologue, ça peut déjà servir !

le 16/12/2016 à 14h00 | Répondre

Weena (voir son site)

Et à priori, dixit mon ophtalmo, il vaut mieux un an que 18 mois car ils se laissent plus faire à un an … et après 18 mois, il vaut mieux carrément attendre qu’ils parent correctement, ce qui n’est pas encore le cas de FeuFolet

le 16/12/2016 à 15h09 | Répondre

Merry in Brittany (voir son site)

Big up pour les yeux de taupe. Beaucoup de gens ne comprennent pas à quel point les lentilles ou lunettes c’est indispensable pour moi, c’était notamment facteur de gros dilemme quand je devais rester dormir à l’improviste chez quelqu’un. Ici c’est le suspense : choupette va-t-elle hériter de ma myopie/astigmatisme sévère, ou du ratelier tout décalé de son papa ? Avec de la chance ce sera sourire colgate et yeux de lynx… mais bon 😀 ça m’étonnerait !

le 16/12/2016 à 11h08 | Répondre

Miss Chat

Hahaha tu m’as faite rire avec vos ratelier et yeux de taupe. Je prie pour qu’elle n’ait pas pris le « mauvais » de chacun ! Mais bon, tout ça se soigne quand même assez bien de nos jours, c’est déjà ça 🙂 (l’air de rien, je ne vis pas trop mal avec mes pauvres yeux)

le 16/12/2016 à 14h12 | Répondre

Swiixou

Haha, les yeux bigleux, mon quotidien depuis bon nombre d’années !! Mariée à lunettes in da place ! Du coup sais pas si bébé héritera de mes yeux de taupe ou s’il aura la chance d’y voir aussi clair que son papa… Les paris sont ouverts ! Ce qui est sûr, c’est que grâce à toi, on guettera un anisocorie potentiel !! Merci pour ces précieuses infos 🙂

le 16/12/2016 à 11h30 | Répondre

Miss Chat

J’espère que bébé n’aura pas de souci mais si c’est le cas, ravie de t’avoir orientée en la matière 😉 (problèmes de vue ne veut pas forcément dire anisocorie heureusement !)

le 16/12/2016 à 14h14 | Répondre

Madame Lavande

Et ben dis donc ! Vous avez du passer de sales moment à vous inquiéter avant de savoir que c’était « à priori » bénin ! :-/
Je ne connaissais pas du tout ce problème de vision, alors merci pour ces infos !
J’espère que tout rentrera dans l’ordre et que ta puce n’aura que des lunettes « normales » de mini-taupe ^^
Chez nous la pépette a une chance sur 2 pour les lunettes : Papa est plutôt du genre méga taupe alors que chez moi rien à signaler 😉

le 16/12/2016 à 11h46 | Répondre

Miss Chat

On n’était pas si inquiet en fait : déjà parce qu’on n’est pas d’un naturel inquiet (ça aide !) et ensuite parce que c’est un trouble fréquent chez le petit enfant et qui est souvent bien soigné 🙂
J’espère que Pépette prendra de maman dans ce cas !

le 16/12/2016 à 14h17 | Répondre

Ornella

Ah je ne savais pas qu’elle existait chez l’enfant de façon spécifique, on m’avait juste dit de vérifier si elle n’était pas présente. Pour moi elle signifiait juste: « Run fast ». Tout mes amis se moquent de moi parce que je me trimbale avec une lampe de poche.
J’espère qu’elle restera bénigne chez croquette.

le 16/12/2016 à 12h32 | Répondre

Miss Chat

Wouhou j’ai pu t’apprendre un truc médical, je suis hyper fière ! 😀
Je pense que le « run fast » est valable quand il s’agit d’une anisocorie qui se développe plus tard vu qu’effectivement, elle n’est pas arrivée là « toute seule »… Très bonne idée la lampe de poche du coup haha !

le 16/12/2016 à 14h19 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Pour avoir un bébé qui a déjà fait quelques cascades inquiétantes il y a encore mieux que la lampe de poche : le téléphone en mode lampe de poche 🙂 .
Ici en Allemagne les yeux sont systématiquement contrôlés chaque année dans ne cadre des visites de base, c’est pratique !

le 17/12/2016 à 07h03 | Répondre

virginie

Merci pour cet article, je ne connaissais pas du tout. Pourtant, autant chez nous les problèmes de vue sont récurrents mais loin d’être à la hauteur des vôtres autant ma tante et moi même avons effectivement un problème aux pupilles. Chez nous, cela se manifeste par un dysfonctionnement, les miennes se rétractent trop lentement, je ne supporte pas les lumières vives, impossible de sortir sans lunette de soleil, pour ma tante c’est la stricte inverse, ce qui lui fait voir des trucs de fou la nuit (par ex impression que le panneau est au sol alors qu’il est planté bien droit). Du coup, je pense que je parlerai de ces soucis au pediatre, merci pour cet article sans lequel cela ne me serait pas forcément venu à l’esprit.
Je croise les doigts pour que ça reste bénin chez ta croquette 😉

le 17/12/2016 à 08h51 | Répondre

Mlle Mora

Et bien tu m’as appris quelque chose que je ne connaissais pas du tout !
Notre aînée a déjà été 2 fois chez l’ophtalmo à cause d’antécédent de rétinite pigmentaire dans la famille de mon mari, elle doit y retourner pour ses 3 ans. Pour te rassurer la dernière fois j’étais enceinte de 7 mois, je pensais qu’elle serait infernale, mais en fait pas du tout, elle était intriguée et de toute façon quand c’est quelqu’un d’autre que moi ou son papa qui lui demande de se tenir bien assise, bizarrement, elle le fait ! Donc je suis sûre que Croquette saura faire honneur à ses parents à la prochaine visite en mars ! 🙂

le 20/12/2016 à 15h20 | Répondre

Emma

Bjr! Merci pour cet article. Mon bébé n’a pas encore 1 mois et nous avons remarqué cette diffère de pupille! Nous avons fait des recherches sur Internet et là… horreur: Pb neurologiques, consulter d’urgence un médecin etc… pris de panique nous sommes allés aux urgences et comme bébé n’avait pas de fièvre on a été reçu par le généraliste de garde. Et la des yeux plus rien, le médecin nous a rassuré en disant que notre enfant était bien tonique, a bien hurlé aussi^^ etc… sauf que le lendemain son œil droit re belote ! Du cp, jai tel la pédiatre qui me reçoit demain en urgence. Je suis tres stressée après avoir lu tant d’horreur sur le net et ton article me rassure un peu. On imagine tjs le pire et on a peur pour notre petit bout et la je me dis que peut être ce ne sera pas aussi horrible que j’imagine. Hâte d’être à demain de voir la pédiatre qui va sûrement le diriger vers un ophtalmologue. En tt cas, article utile pour les jeunes parents comme nous.

le 08/11/2017 à 18h15 | Répondre

Miss Chat

Oula effectivement vous avez dû paniquer… Comme je disais dans mon article, chez les bébés, l’anisocorie est presque toujours bénigne. Mais ça ne coûte « rien » de vérifier 😉 J’espère que vous aurez reçu une bonne nouvelle aujourd’hui !

le 09/11/2017 à 14h01 | Répondre

Miest miouest

Bonjour,
Je suis très inquiète car la visite des 9 mois à mis en évidence une anisocorie chez mon bébé.
Depuis je patiente pour le rdv chez l’ophtalmo pédiatrique. J’en vois le bout, rdv mercredi prochain.
Le problème c’est que je n’ai rien vu avant et que sur les photos je ne remarque rien de probant.
Quand on l’observe attentivement on voit une différence « à l’ombre ».
Je suis très très inquiète car cela semble du coup évoluer puisque rien n’a été décelé au cours de nombreux examens de suivi des bébés.
J’ai hâte d’y aller et à la fois je suis terrifiée.

le 23/11/2017 à 12h10 | Répondre

Jp

Bonjour,
Attention, il y a une énorme erreur.
“17% seulement des anisocories sont physiologiques”
Pas du tout. La plupart le sont. On estime à 20% de la population ayant une Anisocorie. Dans la rue, 1 personne sur 5 que vous croiserez aujourd’hui à une anisocorie. A different niveau. Mais tout de même!
Et ce ne sont pas 17% de ces gens qui auront une anisocorie physiologique. Mais la plupart.
Attention.

le 05/02/2018 à 05h46 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?