Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Appréhender… et profiter de ma grossesse


Publié le 17 novembre 2018 par MamBat

Comme tu l’auras peut-être compris, MonsieurBatros et moi attendons notre troisième enfant. Cet enfant naîtra presque 2 ans après le début de mon burn-out, un peu plus d’un an après le moment où j’ai commencé à reprendre pied. Autant dire que je n’ai pas du tout appréhendé cette grossesse de la même façon que les grossesses précédentes.

Petit retour en arrière

Il y a un peu plus de 3 ans, jeunes et fous, nous nous lancions dans l’aventure bébé, sans vraiment d’a priori sur la façon dont une grossesse pouvait se dérouler. C’était une aventure toute neuve, pleine de découvertes et de désillusions, une aventure que nous voulions crier au monde tant les découvertes que nous faisions nous paraissaient incroyables (la première écho T1, les tous premiers coups, les premiers gros coups de mou aussi….).

6 mois après la naissance de Biquette, PetitChou s’est invitée plus tôt que ce qu’on pensait, et il m’aura fallu presque 6 mois pour accepter cette grossesse. De fait, j’ai eu le sentiment de subir ma grossesse jusqu’à ce que je l’accepte, puis d’être complètement fusionnelle avec mon PetitChou si fragile dont les premiers mois ont été si compliqués.

Puis il y a eu le burn-out. A touché le fond et creuse encore, encore, encore… MonsieurBatros a été le meilleur des maris et le meilleur des papas. Il a tout donné pour que je puisse m’en sortir, pour que notre couple n’en souffre pas trop et pour que nos filles puissent avoir un quotidien le plus normal possible. Cela dit, pendant un temps il n’a pas été question d’un autre enfant, parce que nous ne nous en sentions pas capables, cela semblait une épreuve insurmontable : la grossesse compliquée, puis les nuits hachées, le potentiel fucking RGO qui nous pourrit la vie à chaque naissance… Non, vraiment, ce n’était pas possible.

Photo : Pixabay – Widephish

Et un jour…

Pourtant, petit à petit, l’idée a refait son chemin. L’envie s’est installée doucement, la certitude que nous pouvions y arriver aussi, que ce bébé serait une chance pour notre famille et pas une épreuve. Et un jour, la décision a été prise. C’est sûr, ferme et définitif, on se relance dans l’aventure, conscients que cette grossesse ne sera sans doute pas idyllique, qu’on cochera peut-être de nouveau les cases hypotrophie et RGO, plein de questions quant à « l’après » et la façon dont on gérera la fatigue (le burn-out est-il automatique ? je ne l’espère pas) mais très en paix vis-à-vis de cette décision.

Et finalement, la paix, c’est vraiment ce qui marque cette grossesse, pourtant appréhendée. Pour la première fois, je n’ai envie de partager qu’avec les personnes que je choisis. Pour la première fois, je vis cette grossesse comme dans un cocon duquel je n’ai pas très envie de sortir. Pour la première fois, j’ose dire ce que je veux et ce que je ne veux pas. Et d’ailleurs, je veux qu’on nous laisse tranquilles, profiter de ce tout petit qui grandit. Pour la première fois, j’ose m’affirmer et j’ai le sentiment que cette grossesse m’appartient.

Pour la première fois, je vis ma grossesse pour elle-même.

Et toi ? As-tu remarqué des différences dans la façon dont tu vis tes grossesses ?


Guide accouchement


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?