Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Maman, mode d’emploi ?


Publié le 2 juillet 2015 par Maman Louve

Du jour au lendemain, on devient maman, et du jour au lendemain, on endosse les responsabilités qui vont avec… C’est comme un nouveau boulot en somme ! Oui, mais être maman, c’est bien le seul « job » qui n’a pas de formation.

Alors oui, bien sûr, il y a la préparation à l’accouchement, où on nous explique comment on fait un biberon. Il y a les copines qui nous donnent quelques astuces. Et il y a la famille, qui donne un coup de main de temps en temps. Mais au quotidien ? Il y a nous, seulement nous, et ce bébé.

Maman et bébé

Crédits photo (creative commons) : Travis Swan

Il y a ce bébé dont on doit s’occuper, ce bébé qu’on ne comprend pas forcément au début. Il y a ce bébé dont la vie dépend de nous. Il y a cette vie entre nos mains, et pourtant on n’a aucun mode d’emploi pour s’occuper d’une autre vie que de la nôtre.

Demain, je serai maman depuis onze mois, et quand je regarde en arrière, je me dis qu’on a abattu un sacré travail. Et je suis fière de nous, parce que tout ce que nous avons construit, on l’a fait à l’instinct. Alors oui, il y a les bouquins et les conseils avisés… Mais 90% de ce que je fais avec mon fils, je ne l’ai appris nulle part : j’ai juste fait, comme ça, comme je le sentais.

A-t-il trop chaud, trop froid ? Comment dois-je l’habiller ?

Souffre-t-il ? Dois-je lui donner un médicament ? Et si la fièvre ne baisse pas, je fais quoi ?

Est-ce qu’il mange assez, pas assez ?

Je le couche trop tôt, trop tard ?

Est-ce qu’il a l’âge de faire telle ou telle chose ?

En onze mois, j’ai eu le temps de me poser mille et une questions, et bien sûr, plus le temps passe, plus je suis à l’aise.

Mais être maman n’est pas tout rose : c’est la chose la plus difficile que j’ai jamais eue à faire, et je me sens parfois fatiguée de devoir sans cesse remettre en question les choix que je fais pour lui. Je fais tout à l’instinct, certes, mais le plus dur, c’est, en réalité, de faire confiance à cet instinct.

Les gens me disent souvent : « Il grandit trop vite, profites-en ! » Mais moi, je suis heureuse de le voir grandir : cet état de bébé a fait naître en moi des angoisses incontrôlables, et le voir aujourd’hui debout sur ses deux jambes m’apaise. Je suis aujourd’hui plus sereine, parce qu’il est plus grand, moins fragile, qu’il se fait mieux comprendre et que je le comprends mieux en retour.

Toute cette réflexion m’amène à dire que je trouve la maternité parfois compliquée, surtout dans les débuts. On est propulsée dans une nouvelle vie sans savoir comment on doit la gérer, on est amenée à s’occuper d’un minuscule être vivant sans savoir comment on doit s’y prendre. C’est un puits, un tourbillon, tellement effrayant et à la fois si excitant. Avec presque un an de recul, je me dis que ça y est : je sais ce que c’est qu’être mère. Toutefois, je me doute qu’à chaque âge, il y aura son lot de questions et de remises en cause.

Être maman :

  • C’est le seul rôle qui peut me faire péter un plomb, et dans la même minute me faire fondre d’amour,
  • C’est le seul rôle qui peut me faire dépasser toutes mes limites, tant physiquement que mentalement,
  • Mais c’est aussi le seul rôle qui me donne autant de fierté et qui me fait me sentir aussi vivante !

Bref, il n’y a pas de mode d’emploi, pour personne, et pourtant tout le monde y arrive… Alors c’est que ça ne doit pas être si compliqué que ça !

Et toi, comment tu t’en sors ? Les doigts dans le nez ou parfois compliqué ? Confiante ou en proie au doute ?

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame l'Abeille

Merci! Je trouve ton billet magnifique et tellement vrai!

le 02/07/2015 à 08h34 | Répondre

Madame Vélo

Eh bah ! Il tombe à pic cet article ! Je suis en plein apprentissage, et c’est fou les questions qu’on peut se poser ! est-ce que ce que je fais est bien pour lui ? suis-je trop « maternante » ? ou pas assez ? vais-je réussir à lui apprendre les choses importantes ? faut-il toujours répondre à ses demandes ? A quel âge va t-il apprendre/comprendre tel ou tel truc ? les choix que je fais aujourd’hui sont-ils définitifs, vont-ils le conditionner pour toujours ?
C’est très philosophique tout ça, c’est stressant, c’est fatiguant mais… c’est beau 🙂

le 02/07/2015 à 09h07 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu as raison Maman Louve, c’est vraiment un métier difficile et sans formation ! Et d’un autre côté un métier si magique…
Personnellement j’ai quelques regrets concernant les deux premiers mois. J’ai l’impression d’avoir été malhabile, de ne pas avoir toujours compris ses pleurs mais aussi d’avoir placé la barre trop haut pour moi. J’espère que la prochaine fois (j’aimerais qu’il y en ait une un jour !) je serai plus détendue.

le 02/07/2015 à 09h10 | Répondre

Mariounche

On se pose tellement de questions quand on est maman, c’est vrai qu’on apprend en même temps qu’on le devient ! Le pire est que j’ai l’impression que ça ne finit jamais, de se demander si on fait bien, de discerner ce qui est bon pour nous et notre enfant entre les injonctions de la société, de la famille, les modes et notre instinct… En même temps je pense qu’on apprend en faisant et savoir se remettre en question, finalement, c’est sans doute le meilleur chemin pour avancer.

le 02/07/2015 à 09h51 | Répondre

Madame D

Très très bel article !!
Ça me rappelle ma sœur quand je lui ai annoncé que j’étais enceinte. Apres les félicitations et les larmes, elle m’a demandé comment j’allais faire, si je savais changer une couche, donner un biberon, porter un bébé, faire les soins … Elle s’est posé la même question : ou est-ce que je vais apprendre à m’en occuper ?
Et comme toi je fonctionne à l’instinct. J’ai appris les bases à la maternité et puis j’ai ajusté comme je le sentais. Ma sœur a appris en me regardant et c’est aujourd’hui notre meilleure babysitter !
Comme toi j’aime aussi voir ma fille grandir ! Et la voir s’exprimer et communiquer avec nous !

le 02/07/2015 à 09h55 | Répondre

Rosy

tout est très vrai !
et je rebondis sur le « profitez-en » quand bébé a 2 ou 3 mois… je veux bien croire que quand ils ont grandit, on éprouve de la nostalgie pour ces petits bouts que l’on tenait dans nos bras… mais ma fille a 1 an et 1 mois… et je suis très contente de la voir grandir moi aussi car même si il y a des choses qui me font péter un câble ça n’a rien à voir avec l’état de fatigue et de stress des premiers mois ! alors je n’ai pas encore compris ce que voulaient dire les gens par « profitez-en » ? du manque de sommeil ? du mal de dos à jouer à la maman kangourou ? de se retrouver à aller au toilettes avec le porte bébé, à manger avec le porte bébé et j’en passe…

le 02/07/2015 à 10h52 | Répondre

Sophie

tout à fait d’accord!
Autant j’adorais les calins, mais passer l’après midi allongée sur le canapé parce que bébé dort sur toi et que tu as peur de le réveiller, ça va une fois, quand c’est récurrent, tu pètes un cable!
Alors que là, ma dernière n’est plus un bébé du tout et pfiou, c’est tellement plus facile.
(même si j’aimerais bien un mode d’emploi pour les enfants plus grands, parce que mon ainé a 6 ans et des fois, je ne le comprends pas)

le 02/07/2015 à 12h19 | Répondre

Malika

Bonjour,
Moi je suis encore dans cette période difficile. Je suis en congé maternité et je me sens perdue avec mon petit de deux mois. Il n’a aucun rythme, j’ai l’impression de ne pas savoir quoi faire, de ne pas le comprendre et que je ne m’en sortirai jamais. Je suis constamment angoissée et j’ai du mal à prendre du recul. Ça me rend malade et j’en pleure souvent. J’ai très peur de ne pas m’en remettre…

le 02/07/2015 à 11h36 | Répondre

Sophie

oh… pleins de coeurs sur toi <3 <3 qu'est ce que c'est pas facile, la maternité! On oublie vite ^^

Ton petit n'a "que" deux mois, ne t'en fais surtout pas pour le rythme de ton bébé: à cet àge là, c'est rarissime qu'ils en aient un!
Alors certes ça ne se fait pas "tout seul", mais tout en douceur, mon premier dormait n'importe quand, n'importe où, et il s'est calé sieste/repas/dodo de la nuit vers ses 6 mois en y allant "tranquillement".
Je ne parle pas du 2e tellement c'était une catastrophe niveau rythme. Et ma troisième s'est calée naturellement au rythme soutenu de la maisonnée.
tu ne sais pas quoi faire?
Don't worry!
J'ai eu trois enfants, et si par le plus grand des hasards j'en ai un 4e (JAMAIS VOUS M'ENTENDEZ??? 😀 oups désolé), je ne saurai toujours pas quoi faire… alors ya les basiques: changer une couche, donner le bain, on reprend vite les automatismes, mais il y aura toujours ce moment de flottement.
Dernièrement j'ai porté un bébé de deux mois j'ai eu 5 secondes de bêtitude sur "comment je dois le prendre déjà?" et… j'ai eu trois bébés hein!

Un bébé grandit tous les jours. Tous les jours il y aura un truc nouveau, surtout chez un tout petit où les progrès sont visibles semaine après semaine. Cette "mauvaise passe" va passer, parce que ton bébé va t'apprendre à devenir une maman. Fais toi confiance. Tu es celle qui le connaît le mieux sur Terre. Vraiment.
(et si jamais tes crises d'angoisse ne passent pas, parles en autour de toi, ne restes pas seule face à tout ça)

le 02/07/2015 à 12h17 | Répondre

Malika

Merci pour ta réponse.
Je ne sais pas si ce que je ressens est normal et du coup j’ai peur d’être en pleine dépression… je n’ai pas envie de manger, je stresse constamment. J’ai tellement envie de croire que ça va passer! J’en parle autour de moi et ça m’aidait au début mais maintenant je ne sais plus… c’est difficile.

le 02/07/2015 à 12h41 | Répondre

Sophie

Alors n’hésites pas: si tu sens que ça ne passe plus en en parlant autour de toi, prends ton courage à deux mains et va voir ton médecin. Il ne te donnera peut être rien, mais t’écouteras.
Bon là on est en plein été donc c’est difficile, mais tu as essayé de voir si par chez toi il y a des lieux d’accueil parents enfants? (même dans mon village de 1000 habitants, il y en a un par semaine). Il y a des jeux pour bébés, des activités, des pros de la petite enfance, mais surtout d’autres mamans. Il faut pas croire, on est toutes à peu près dans le même bateau et on peut se comprendre.
Ca m’avait bien aidé à passer le cap avec mon deuxième.
Et puis, dans le genre conseils que j’ai eus qui m’ont bien aidé avec mon deuxième: parles lui.
Mon deuxième s’est posé quand je lui ai dit tout ce que je ressentais, ma peur de mal faire, ma culpabilité, mon sentiment d’être dépassée…
Une fois qu’il était bien éveillé, je l’ai pris en face de moi, d’abord dans son transat, et puis au fur et à mesure que je lui ai parlé, je l’ai pris dans mes bras. Crois moi ou pas, mais il me regardait avec ses grands yeux, il m’écoutait vraiment, et m’a esquissé son premier sourire quand j’ai fini de m’ouvrir à lui.
ca n’a pas été LA solution miracle, mais ça m’a apaisé, et lui aussi.
courage <3

le 03/07/2015 à 15h04 | Répondre

Rosy

Je te rassure, les premiers mois sont très durs mais ça ne dure pas ! bien sure qu’après tu connaitra d’autres galères mais rien à voir avec cette période de flottement. Par contre il n’y a pas de règle, chaque bébé et chaque maman (et papa) trouveront leur rythme différemment. Donc il faut être patiente se dire que ce que tu fais c’est super puisque tu fais de ton mieux et que tes efforts vont payer tu va voir grandir ton enfant et arriver à communiquer avec lui au fur et à mesure !
Par contre si tu te sens vraiment dépassée, en parler à ton docteur, est une bonne chose je pense il saura t’orienter si besoin.
bon courage.
(chaque jour est une victoire ! c’est ce que je me disais quand je finissais une journée épuisée et en pleurs…)

le 02/07/2015 à 12h56 | Répondre

Claire (voir son site)

Rosy, Effectivement c’est pas toujours simple. N’hésite pas à demander de l’aide autour de toi. Et si tu te sent vraiment angoisser, parle en à ta sage femme ou ton médecin traitant. Il ne faut pas rester seul dans ces moments là. Et il est tout à fait normal que ton bébé n’ai pas encore de rythme, ça va venir progressivement. Il ne faut pas se mettre la pression. Bon courage

le 02/07/2015 à 14h00 | Répondre

Claire (voir son site)

Mince, me suis trompé de prénom, je voulais m’adresser à Malika

le 02/07/2015 à 14h02 | Répondre

Madame l'Abeille

Oh Malika, ca me fait de la peine de voir une jeune maman en détresse . Je rejoins complètement Claire : parles en, pas seulement à tes proches , mais à des personnes  » neutres » comme ton medecin traitant ou ta sage femme si tu en as une. Tu peux téléphoner à la PMI la plus proche de chez toi : une puéricultrice pourra par exemple passer à domicile t’aider, tu pourras aussi y rencontrer un medecin et une sage femme.

le 02/07/2015 à 14h06 | Répondre

Malika

Ma sage femme envisage une dépression… j’ai pris RDV chez mon généraliste. Je vais finir sous antidépresseurs. Ce petit n’a pas de chance d’être tombé sur moi. Merci pour vos messages.

le 02/07/2015 à 16h06 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Ne dis pas de bêtise ! La dépression post partum est plus fréquente qu’on ne pense et il n’y a aucune honte à se faire aider même avec des médicaments ! Il y avait eu un témoignage dessus d’ailleurs : http://www.dans-ma-tribu.fr/quand-fait-depression-post-partum/

le 02/07/2015 à 18h00 | Répondre

Claire (voir son site)

Oui, de toute manière, tu es la meilleure maman pour ton enfant. Il faut que tu garde confiance. Bon courage

le 02/07/2015 à 18h02 | Répondre

Alice

Tiens bon Malika, les 3-4 premiers mois sont les plus difficiles.
Dès sa naissance, mon fils ne pouvait dormir qu’en poussette ou bercé dans un hamac, j’ai donc passé des mois à marcher parfois jusqu’à 4h par jour et à balancer le hamac à la maison (tout en culpabilisant car je me disais que c’étai forcément de ma faute s’il ne veut pas s’endormir normalement comme les bébés font). S’ajoutant à tout ca, la fatigue des mauvaises nuits et une maisonnée à faire tourner, j’étais au bord de la rupture.
Puis j’ai compris qu’il fallait lâcher prise et arrëter de vouloir tout contrôler : son sommeil, la quantité de lait qu’il prenait (en plus j’allaitais donc ca ne facilitait pas la question de savoir s’il mangeait assez-ou trop peu), les courses, les lessives, les relations sociales. J’ai commencé à me calmer sur son sommeil, ai trouvé la solution de l’emmaillotage pour le faire dormir dans son lit après l’avoir un peu bercé.
J’ai surtout appris à me faire aider (j’ai de la chance d’avoir une belle-mère avec qui je m’entends bien et habitant pas loin qui pouvait me donner quelques heures de libre par semaine), à passer la nuit sur le canapé pour que mon mari prenne seul un nuit de temps à autres, à inviter des copines à venir passer l’aprem à la maison au lieu de devoir courir partout (et pendant qu’elles ont le bébé dans les bras ou joue avec lui, prendre un peu de temps pour moi), à ne plus culpabiliser s’il pleure ou reste éveillé un peu plus longtemps, à ne plus essayer d’anticiper les besoins des uns et des autres mais à me focaliser sur le temps que j’avais en congé maternité (6 mois-oui oui, je vis dans un pays où avoir un an de congé mat’ est plus que normal), à savoir passer du temps de qualité avec mon fils.
Je peux dire ca avec du recul (il va bientôt fêter ses un an), mais je peux te dire que sur le moment, j’allais vraiment mal jusqu’au jour où j’ai soufflé et relâché la pression.

Aie confiance en toi et en tes capacités de maman. Ton bébé sait que tu es ce qu’il y a de mieux pour lui et si tu dois te faire aider par des médicaments pour pouvoir reprendre le dessus, il n’y a pas de mal car c’est pour son bien.
Vous allez apprendre à vous connaître doucement et à vous adapter. Courage et si tu as besoin d’en parler, n’hésites pas à nous faire part de tes doutes et sentiments!

le 03/07/2015 à 10h38 | Répondre

Sophie

très chouette article!

le 02/07/2015 à 12h21 | Répondre

cricri2j

Malika, j étais comme toi et rassure toi vers 3/4 mois il y a un réel changement. Bebe fait son rythme, réussit mieux à se faire comprendre… Cela devient réellement plus facile, courage!

le 02/07/2015 à 13h17 | Répondre

Aurelie

Ton billet est très chouette, c’est tellement ça!

le 22/07/2015 à 15h14 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?