Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Tous les articles

Moi, Minipuche, 17 SA

17 semaines, il parait que c’est mon âge. Moi je ne me rends pas bien compte, combien ça fait 17 : même si mes doigts et mes orteils sont déjà tout bien formés et que je peux les remuer dans ma grande piscine, j’ai jamais trop essayé de les compter, ça a l’air drôlement compliqué…

Les mères imparfaites anonymes

Alors, euh… J’ai mis du temps à l’admettre, mais je suis une mère imparfaite.

Il m’arrive d’être pressée que mes filles aillent à la sieste, pour avoir un moment tranquille pour glander sur internet.

Il m’arrive de laisser mon aînée regarder des dessins animés pour avoir la paix.

Le début de l’histoire : mes fausses couches très précoces

Si je fais le bilan, je considère ne pas avoir eu de difficultés à tomber enceinte. Ma fille s’est installée au bout de 7 mois et j’attends actuellement Tibou, après seulement 4 mois d’essais.

Cela dit, je me suis quand même fait quelques frayeurs. J’attends bien mon 2ème enfant mais j’ai fait 5 tests de grossesse positifs.

L’histoire de mon allaitement un peu particulier

Ce fut un allaitement un peu particulier puisque ma fille est née à 30sa et elle était bien loin de savoir téter. Il a donc fallu lancer mon allaitement grâce à un tire lait. Tire lait qui ne m’a au final pas quitté durant toute la durée de mon allaitement, même lorsque ma fille prenait au sein, soit pendant 5 mois.

Appréhender… et profiter de ma grossesse

Comme tu l’auras peut-être compris, MonsieurBatros et moi attendons notre troisième enfant. Cet enfant naîtra presque 2 ans après le début de mon burn-out, un peu plus d’un an après le moment où j’ai commencé à reprendre pied. Autant dire que je n’ai pas du tout appréhendé cette grossesse de la même façon que les grossesses précédentes.

Ces choses géniales quand ton enfant grandit

Quand PetitePerle est née il y a trois ans et demi maintenant, je ne voulais pas qu’elle grandisse. Je me sentais complètement en phase avec cette étape « nourrisson » et de la voir passer du stade bébé au stade enfant me faisait un peu peur.

Et puis quand elle a eu un an, j’ai commencé à apprécier la croissance, la relative autonomie. Ensuite, sont venus les deux ans et je trouvais que c’était une période géniale !

« Hey, on va avoir un Mini ! »

La dernière fois je t’ai laissé avec l’annonce à mon employeur, un peu en demi-teintes. Aujourd’hui, plus léger, je veux te parler de nos annonces à nos proches ! L’occasion pour moi de t’en dire plus sur notre famille.

1 an avec toi. Les 6 mois suivants.

Malgré des nuits toujours pourries, je peux t’assurer que je préfère mille fois ces quelques mois à tes côtés que ceux où tu étais dans mon ventre ! Je suis fatiguée mais beaucoup plus libre de mes mouvements.

Tu manges toujours aussi peu mais on a commencé les yaourts en vu du mois prochain et tu adores ça !! Tu balances fort tes petites jambes et tu hoches la tête quand tu veux quelque chose. On ne peut pas se tromper !

Du choc à l’acceptation de ma grossesse

Pas le temps de souffler, nous avions à peine commencé nos essais que je me retrouvais avec un test plein de pipi positif dans les mains. J’ai vraiment eu du mal à croire qu’après quasiment 15 ans de contraception hormonale, mon corps puisse me faire ça. Je suis d’ailleurs allée faire deux prises de sang avant d’en informer Chéri.

Gagne un bonnet personnalisé avec Headict : les résultats du concours

Tu as pu jouer à la styliste pour imaginer et créer le couvre-chef de ton choix grâce au chouette outil de personnalisation proposé par Headict ! J’espère que ça t’a plu ! 🙂 

Le concours est maintenant clos. Alors, sans plus attendre, je te dévoile maintenant le nom de la gagnante…