Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Astuces pour se faire obéir – ou comment arriver à nos fins grâce à l’imagination


Publié le 29 novembre 2018 par Madame Vélo

Toi qui me lis aujourd’hui, tu es peut-être déjà maman. Peut-être même que tu es maman (ou papa ! si un lecteur passe par là, qu’il se manifeste !) d’un enfant de 18 mois et plus. Si c’est le cas, tu n’es pas sans savoir qu’à partir de cet âge-là (environ hein, dès fois ça peut commencer un peu avant… rarement après je crois !), l’enfant affirme son caractère, montre qu’il n’est jamais pas toujours d’accord avec toi, et tu commences à comprendre que ce n’est pas toujours facile de se faire obéir.

Pour arriver à tes fins, et tout en évitant les grosses crises (tu sais, celles du fameux « terrible two ») tu as appris à développer de vraies tactiques de commandos. Sans blague, des fois on pourrait se faire attribuer la palme d’or de l’idée la plus imaginative, la plus originale, ou le trophée de la femme (ou de l’homme) la plus patiente ou la plus conciliante.

Bref, tout ça pour dire que parfois, j’ai dû sortir des trucs de mon imagination qui m’ont bluffé. Et qui ont fonctionné. Moi qui étais réputée pour n’avoir aucune imagination, je peux en être fière ! Du coup, j’ai voulu partager avec toi quelques astuces qui ont fonctionné chez nous.

Crédit photo : creative communs TeroVesalainen

Capitaine Dent

Quand il était bébé, Crapouillou était fasciné de nous voir nous brosser les dents. C’était un des seuls trucs qui marchait pour le calmer, et on utilisait cette astuce pour pouvoir le changer tranquillement sans risquer la chute de la table à langer. Mais quand on a voulu commencer à lui brosser les dents, il a catégoriquement refusé. Impossible de lui faire admettre que c’était important, impossible de lui faire ouvrir la bouche. Et un jour, sans que je m’y attende, j’ai pris la brosse à dent et je lui ai raconté l’histoire de Capitaine Dent, qui avait pour mission de nettoyer les dents de tous les petits enfants. Avec moult gestes et chansons, il est complètement rentré dans l’univers que je lui racontais, et a ouvert la bouche pour que je lui brosse les dents. Depuis ce jour, il n’y a plus eu de crises à ce sujet !

Récemment, P’tit Matelot a commencé à refuser de se brosser les dents (pour une sombre histoire de couleur de sa brosse à dent). J’ai ressortit l’histoire de Capitaine Dent, qui l’a complètement captivé. Maintenant c’est lui qui nous réclame de se brosser les dents pour appeler Capitaine Dent !

La Petite Souris

Non, je ne vais pas te parler de la Petite Souris qui donne une pièce à la place d’une dent de lait. Mes enfants sont encore trop petits.

En revanche, on avait un souci à la maison, et qui traînait depuis de longs mois. Crapouillou ne rangeait pas ses chaussures. Il les laissait trainer dans l’entrée, et c’était toujours à moi de les ramasser. J’avais tout essayé : lui demander gentiment, me fâcher, lui expliquer, lui faire trouver la solution par lui-même, etc. Bref, autant de techniques issues de la communication bienveillante que de la communication « parent énervé qui ne se maîtrise plus ». Et très récemment, j’ai eu une autre idée, comme ça, paf ! Sans aucune certitude que cela fonctionne, je lui ai dit « tu sais Crapouillou, c’est important de ranger tes chaussures, sinon la petite souris sera super contente de te les attraper. Elle les emmènera dans sa cachette et elle les grignotera ! ». Oui, bon, je sais, ce n’est pas bien de mentir aux enfants. Toujours est-il qu’il a carrément accroché à mon histoire et depuis il range ses chaussures tous les jours. Il range même celles de son frère !

Conduire une voiture

Celle-là a fonctionné avec Crapouillou qui a trois ans et demi, mais pas sur P’tit Matelot qui est plus jeune et s’en moque royalement !

Les deux zozos font bien la paire quand ils se mettent ensemble pour faire des bêtises. Et leur terrain favori c’est le moment du repas. Une des dernières en date (en plus de taper sur l’assiette avec la cuillère, de faire des bulles avec l’eau dans le verre, de crier très fort, de jouer avec le couteau, et j’en passe – au passage si tu as des astuces pour que les repas soient plus calmes je suis preneuse !), donc je disais, une de leur dernière invention est de se mettre les doigts au coin des yeux, le reste de la main qui pince les joues, et de tirer très fort. Ils font une grimace quoi, rien d’extraordinaire me diras-tu. Sauf qu’ils tirent vraiment fort, et non seulement c’est moche, mais en plus on trouve ça dangereux pour leurs yeux. Alors la dernière fois on leur a dit que s’ils continuaient comme ça, ils deviendraient aveugles et ne pourraient jamais conduire une voiture. L’argument a fait mouche chez Crapouillou, qui a arrêté immédiatement et n’a jamais recommencé. Et quand P’tit Matelot a refait la grimace le lendemain, c’est son grand frère qui lui a dit d’arrêter et qui lui a expliqué pourquoi !

Crédit photo : creative communs AdinaVoicu

Faire peur au monstre

L’année dernière, Crapouillou a commencé à nous parler des monstres. Sans qu’il ne montre une réelle peur à leur égard, je sentais que sous ses airs de malice il avait besoin d’être rassuré quand même. Un jour qu’il voulait aller sur le pot il est revenu me voir pour me dire qu’il y avait un monstre dans les toilettes. Plutôt que de le rassurer et lui dire que « mais non, t’inquiètes pas, il n’y a pas de monstre, ça n’existe pas », je suis carrément rentrée dans son jeu. Je suis allée avec lui devant la porte des toilettes et je lui ai dit :

« – Quand il y a un monstre quelque part, il faut lui faire peur pour qu’il parte. Alors tu peux faire comme ça, regarde-moi bien. »
Et j’ai tapé des pieds et des mains en criant très fort. Puis on a recommencé ensemble. Ensuite j’ai demandé :
« – Monstre, es-tu là ? » et me tournant vers Crapouillou « ah, il ne répond pas, il est parti ! ».
Et Crapouillou a pu aller faire pipi sereinement.

Pendant presque un an, il disait de temps en temps qu’il y avait un monstre dans les toilettes. Au début il me demandait de venir avec lui pour le faire partir, et puis en grandissant je lui répondais de loin qu’il pouvait le faire partir tout seul.

La formule magique qui recolle les morceaux

Il y a plusieurs mois déjà, on avait emprunté à la médiathèque un livre, dont je ne me souviens ni du titre ni de l’auteur (ça t’avance bien hein ce que je te raconte !). Mais bref, c’était l’histoire d’un petit lapin qui s’apprêtait à manger une saucisse. Il était trop content car il aime beaucoup les saucisses. Mais sa maman a eu la terrible idée de couper sa saucisse, et le petit lapin ne veut plus la manger. Sa maman lui propose plusieurs solutions, qu’il refuse toutes. Elle finit par lui donner une nouvelle saucisse, entière. Et à la dernière page, le petit lapin qui ne pleure plus, demande avec un grand sourire « maman, tu peux me couper ma saucisse ? ». Ce genre de scène te dit quelque chose ? A moi aussi !

Sauf que moi je refusais de donner un nouveau morceau à Crapouillou, j’ai horreur du gaspillage. Alors pour désamorcer la crise, je lui ai dit qu’il pouvait mettre deux morceaux dans sa bouche, et que j’allais prononcer une formule magique, qui allait recoller les morceaux dans son ventre. Il a beaucoup rigolé à l’idée que les morceaux se recollent dans son ventre, et a accepté de manger. Cette formule magique a sauvé quelques repas et on la réutilise de temps en temps.

….

Voilà quelques-unes de nos anecdotes où notre imagination et notre âme d’enfant ont débloqué des situations. Alors attention toutefois, quand tu te lances dans des histoires de ce type : surtout, réfléchis au potentiel de répétition. Car parfois ça peut créer des rituels auxquels tu n’as pas du tout envie d’adhérer, et tu peux te retrouver à refaire jour après jour les même gestes ou les mêmes histoires alors que ça te barbe au plus haut point ! Ça s’appelle être victime de son succès !

Et toi, tu as des astuces à partager ? Des choses qui ont fonctionné, ou au contraire des gros loupés ? 


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Jahanara

Haha il m’a bien fait rire ton article !!
Un livre que j’ai beaucoup aimé et qui donne plein de pistes bienveillantes pour éviter les crises au quotidien : « Parler pour que les tout-petits écoutent ». On se sent carrément moins seuls avec nos problèmes après cette lecture !

le 29/11/2018 à 08h25 | Répondre

maelisa

Ici, ce sont les chansons qui aident parfois.
Vers 20 mois, ma fille pouvait parfois avoir un geste inapproprié envers nous ou nos chats, jeter un objets… J’ai inventé la chanson : « on n’a pas le droit de faire mal aux gens, on n’a pas le droit de faire mal aux animaux, on n’a pas le droit d’abîmer les choses. Il faut faire attention aux gens, il faut faire attention aux animaux, il faut faire attention aux choses. »
A 3 ans et demi, elle me la rechante de temps en temps.
Et vers 32 mois, alors qu’on l’habitait à se laver les mains apreschaque passage au pot/ aux toilettes, elle ne voulait plus se les laver (car vacances chez papi mamie, qui disaient que su le pot elle ne touchait rien donc n’avait pas les mains sales). Alors nouvelles chanson : « quand on fait pipi, on se lave les mains (clap clap!), quand on fait caca, on se lave les mains (clap clap) ».
C’est tout bête mais ça fonctionne !

Pour le rangement des chaussures, depuis que le mui demande de les ranger « à la queueleuleu » elle trouve ça drôle, ça marche !

Et souvent, quand elle n’est pas pressée de s’habiller/se brosser les dents/ranger… C’est toujours le jeu de la courses : « ah, alors tant pis, je vais être la première habillée, et je vais gagner !  » « la première dans la salle de bain a gagné ! « ..
Bon, ça force sans doute l’esprit de compétition, mais ça se finit souvent avec des grands sourires, je préfère ça que les cris !

le 29/11/2018 à 09h00 | Répondre

Nathalie (voir son site)

Génial le coup de la formule « recolle saucisse » 😂

Moi j’opte pour donner deux choix (qui mènent l’un et l’autre à ce que je veux, type « on met d’abord la chaussette gauche ou la droite ? »), et si elle ne veut toujours pas soit c’est important (partir pour être à l’heure chez le docteur par ex) et du coup je la « force » en lui existe pourquoi, soit ça ne l’est pas (finir son assiette, changer la couche si elle n’est pas pleine etc.) et je lui dis juste « d’accord ». En général ça suffit à la décider pour faire.

Sinon j’expose l’ordre des choses « on se brosse les dents puis on lit une histoire », en général ça fonctionne (et sinon c’est le moment de raconter une histoire comme tu proposes !).

Autre option, la faire participer : « on va aux jeux ? De quoi on a besoin pour les jeux ? » (les chaussures, le manteau…)

Et mon joker pour lui couper les ongles : on met quelques épisodes de Simon’s Cat 😂 (sinon elle retire sa main, l’angoisse…)

le 29/11/2018 à 09h06 | Répondre

mademoiselle violette

Je n’ai « que » un beau-fils de 3 ans mais voici les quelques astuces que j’ai trouvées avec lui :
Comme chaque petit (surtout qu’on l’a peu), le week-end, il ne veut pas toujours aller dormir. Alors j’ai commencé à dire « Doudou, j’arriiiiive » et à partir dans la chambre. Bien sur, il ne pouvait pas décemment accepter que sa Mamoune aille prendre ses doudous (hi hi), donc il a suivi et depuis, quand je dis au dodo, on part en criant « Doudou, j’arriiiiive ! Doudou, j’arriiiiive ! »

Quand nous sommes au manège et que le parc va fermer donc le manège aussi, il veut refaire quand même du manège. J’invente juste une histoire comme quoi le manège est fatigué parce qu’il a tourné toute la journée et qu’il doit faire dodo. Ca fait partie des histoires basiques que tous les parents sortent (je suppose) pour faire arrêter/éviter des cris/pleurs.

Parfois, je fais croire que je pars toute seule. Par exemple, la bibliothèque va fermer, il préfère jouer, je lui dis que je vais mettre mes chaussures et y aller toute seule mais que du coup, il n’aura pas de livre pour le soir puisqu’il n’en aura pas choisi. Il va alors mettre tout seul ses chaussures.

Une fois, j’avais besoin d’aller chercher un colis. Comme on passe devant le métro, on a fait un deal « On va chercher le colis mais on s’arrête pour regarder un métro passer ». Ca a marché nickel, il a été un amour sur tout le trajet Ahah (même quand on a dû attendre le dit colis et c’était long ^^)

le 29/11/2018 à 09h44 | Répondre

Mademoiselle Violette

Ahahahah je viens de tenter le coup de la nourriture qui se recolle dans le ventre (une banane en l’occurence). Ca a super bien marché ! J’ai failli me prendre un fou rire toute seule ^^ Merci !! ^^

le 03/12/2018 à 20h47 | Répondre

Lily

Génial ! Quelle créativité 🙂
Moi en ce moment je manque de patience et de ressources (enceinte et deux petits gars à gérer…) mais j’ai trouvé un truc efficace pour à peu près tout : le minuteur. On le met pour l’habillage, pour définir le moment où on va monter se coucher, etc… Les enfants adorent, je sais bien que, comme tout, ça n’aura qu’un temps, mais la trouvaille est bien utile pour le moment 🙂

le 29/11/2018 à 10h41 | Répondre

Folie douce

Et tu dis que tu n’as pas d’imagination ??? Et bien on dirait que si pourtant! En tout cas je trouve ces idées bien trouvées et drôles ! Si tu as une idée pour convaincre une petite de 17 mois que le matin quand il faut mettre ses chaussures et son manteau ce n’est pas le bon moment pour jouer à cache-cache (son grand jeu favori depuis quelques temps) je suis preneuse!

le 29/11/2018 à 10h42 | Répondre

16aladouzaine (voir son site)

Merci !
L’imagination, c’est ma technique. J’en suis pas fière, c’est pas « parents bienveillant qui discute avec son enfant sans lui mentir » approved, mais ça marche. Et ça m’évite de les jeter par la fenêtre, alors le bénéfice est total

le 29/11/2018 à 11h39 | Répondre

loutre

Je vais tester dès ce soir de faire peur aux monstres. Depuis halloween, où il a vu ses cousins déguisés en monstres effrayants mon petit chaton nous dit tous les jours qu’il a peur des monstres et des masques.

le 29/11/2018 à 11h56 | Répondre

Claire

J’adore ta dernière idée, je trouve que tu as une sacrée imagination !

Pour le brossage de dents ce qui marche en ce moment c’est l’entraide : il me brosse les miennes (enfin on se comprend) pendant que je fais les siennes ! (17 mois)

le 29/11/2018 à 12h21 | Répondre

Mlle Mora

J’adore la formule magique qui recolle dans le ventre !! ça plairait à mes filles ça !
Pour les repas plus calmes, on a remarqué que quand on ne mange pas avec elles, mais qu’on s’asseoit près d’elles pour les aider si besoin, elles sont plus calmes… car on est à 100% avec elles (et du coup, au final, les repas qu’on fait tous ensemble les week-end, elles sont assez calmes aussi car ça change de leur routine de la semaine…)

Pour les dents, ce que j’ai trouvé génial avec la 2ème c’est qu’elle veut faire comme sa soeur, du coup, on s’est jamais battu avec elle pour brosser les dents… j’espère que ce sera pareil pour la troiz…

le 29/11/2018 à 13h50 | Répondre

Claire

Ça n’a jamais marché chez nous le fameux choix. « Tu veux mettre le gilet gris ou le gilet rose ? »  » NON. »

Ce qui marche par contre c’est de jouer sur son envie de faire par elle-même. Si elle ne fait pas, je compte jusqu’à 3 et à 3 je fais/choisis moi-même. Ça marche aussi pour les moments où on est pressés et que la décision mettre du temps à émerger de sa jolie tête blonde. Dans 80% des cas elle se décide à agir avant le 3.

Pour le brossage des dents le démarrage a été difficile, et finalement ce qui marche le mieux et le plus souvent c’est de lui faire chanter des AAAAAAA et des IIIIIII bien exagérés, Des fois Doudou adoré aussi a droit à sa petite séance de nettoyage pour montrer le bon exemple.

le 29/11/2018 à 15h38 | Répondre

Céline

Pour le brossage des dents chez nous, ben faut s’y coller. Du coup avec son papa, on a les dents hyper propres à se les laver 6 fois / jour! Et quand on n’a pas franchement envie, on « lave les dents » de la poupée, pendant qu’elle lave les siennes.

Pour le repas, chez nous ce qui marche bien ce sont les comptines, ou parfois de raconter une histoires. Et quand j’étais petite, c’était le jeu des petites part: mon père faisait une grande part et une petite part dans mon assiette, et me disait de manger la grande. Normal, je mangeais la petite 🙂 Et il recommençait jusqu’à ce que je mange suffisamment.

En tous cas, je remarque que l’imagination ne manque pas!

le 29/11/2018 à 16h19 | Répondre

Mme Espoir

Tu as quand même pas mal d’imagination ^^

Ici on n’a jamais eu de gros soucis avec Schtroumpfette pour lui faire faire les choses. Mais je sais qu’on avait quelques astuces parfois : « faire la course » pour savoir qui faisait la première, pour ne plus avoir peur, hurler très fort et je lui inventais également des histoires. Pour les dents, on s’y mettait à deux : chacune de son côté, en se dandinant devant le miroir et en chantonnant. Ça marchait très bien !

le 29/11/2018 à 16h55 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

L’imagination des enfants est vraiment sans limite, c’est incroyable ces capacités de projection. Ici c’est la peur du loup, et des crocodiles dans la chambre sous le lit.

le 29/11/2018 à 20h00 | Répondre

Chaperon Rouge

Ben dis, t en as de l’imagination !
La Lueur n a toujours pas fait son terrible two… On a eu droit a un mois un poil plus exigent a la naissance du Lampion mais tout est revenu a la normale rapidement. Simplement, c’est une petite fille qui a de la volonté et qui a tendance a aller un peu dans tous les sens donc pareil on doit ruser pour l’habiller qua d on est pressé. Ce qui marche le mieux jusque la c’est « montre a untel comme tu met bienta culotte/ton t-shirt/ton manteau/tes chaussures » etc
Pour le repas, elle mange calmement mais se laisse vite distraire par le moindre truc a proximité. On s’est aperçu qu’elle mangeait mieux quand on mangeait en même temps qu’elle!
En tous cas j’adore la colle magique, quelle est la formule du coup? 😉

le 03/12/2018 à 07h29 | Répondre

BOULLIER BERENGERE (voir son site)

Ici, pour les dents, je fais faire à mon fils aîné de 3 ans « le sourire du tigre ». Il est super content de me montrer toutes ses dent en faisant grrrrrrr, et je peux très bien les brosser maintenant ! 🙂

le 10/12/2018 à 17h03 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?