Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Clémence

La trentaine passée, j'attends mon premier bébé pour Novembre 2018. La maternité n'était pas une question évidente pour moi et il m'a fallu beaucoup de temps pour que l'envie d'avoir un enfant s'installe vraiment.
Et j'ai hâte de pouvoir en parler avec toi !

Ses contributions

Mes lectures de presque maman

J’ai beaucoup profité de mes dernières semaines de grossesses au calme de mon congé maternité pour bouquiner, et sans trop avoir à forcer, j’ai troqué mes traditionnels romans pour des livres d’un genre un peu différents…

Du choc à l’acceptation de ma grossesse

Pas le temps de souffler, nous avions à peine commencé nos essais que je me retrouvais avec un test plein de pipi positif dans les mains. J’ai vraiment eu du mal à croire qu’après quasiment 15 ans de contraception hormonale, mon corps puisse me faire ça. Je suis d’ailleurs allée faire deux prises de sang avant d’en informer Chéri.

Comment Papa a convaincu Maman

Lorsque nous avons appris la nouvelle de ma grossesse, nous avons profité d’une sortie en ville pour passer dans une librairie où nous avons, entre autres, acheté un livre destiné aux papas. Chéri l’a choisi un peu au hasard, sans même l’ouvrir, probablement parce qu’il s’agit d’une maison d’édition très connue et que le titre est rigolo. Mais quelle ne fut pas sa surprise en l’ouvrant le soir-même pour découvrir l’intitulé de la première partie : « Aïe, elle veut un bébé » expliquant les causes du désir d’enfant chez la femme et du non-désir d’enfant chez l’homme et dont le second chapitre s’intitule courageusement « Le piège se referme… ».

Bienvenue à Clémence, future maman de novembre 2018

Entrons dans le détail de ce qui nous intéresse ici, ce pourquoi tu prends ta pause café tous les jours en lisant ce blog : la maternité, les bébés, la vie de famille. Concernant ces sujets il est important de noter que j’ai longtemps comparé mon instinct maternel à celui d’une huître.
Tu as très bien lu, je me suis longtemps souciée des enfants et du monde qui les entoure autant, ou peut-être même moins, qu’un coquillage aurait pu le faire.