Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Doupiou

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018.
Tatouée, fan de foot mais aussi très coquette et addict aux robes, je suis pleine de contradictions !
J'aime mon métier, la danse, l'automne et le fromage.
Amoureuse et péchue, j'essaie toujours de positiver.

Ses contributions

La nudité, mes enfants et moi

Est-il normal que des enfants voient leurs parents nus ? Dans leur douche ? Aux toilettes ? Est-ce malsain de prendre son bain avec son enfant ? Faut-il imposer ou apprendre la pudeur à ses enfants ?

Toutes ces questions – et bien plus encore – je me les pose très souvent. A l’heure où la question du consentement est d’actualité, je m’interroge beaucoup sur mon comportement et sur ce que je montre à mes enfants.

Le point couple de Doupiou : du duo au quatuor !

S’il y a bien une grosse interrogation dans le désir d’enfant ainsi que son accueil c’est le couple ! On dit qu’un enfant ne sauve jamais un couple en difficulté. Est-ce que cela sous-entend qu’il fragilise forcément un couple ? Et bien pas forcément !

Je pense qu’une famille, comme un couple, sont des entités en développement. On ne conserve pas le même schéma familial ou amoureux toute sa vie mais on l’adapte en fonction du temps, des épreuves, des projets, de la maturité…

Mon accouchement pas si programmé -Partie 2

Nous sommes à quinze heures de travail.

La gynécologue de garde de la veille prend une petite pause dans ses consultations pour venir me voir. Elle comprend que les choses ne se passent pas comme elle l’aurait souhaité mais me dit de ne rien regretter!

Mon accouchement pas si programmé – Partie 1

Comme tu le sais avec mes précédents articles sur le déroulement de ma grossesse, je vais accoucher par césarienne et pour diverses raisons : j’ai déjà eu une première césarienne et le gabarit du bébé s’annonce important et il ne passera pas dans mon bassin.

S’il y a bien une chose de certaine avec la grossesse, c’est qu’il est rare que tout se passe comme « prévu ».

Deuxième grossesse : le dernier mois

Et voilà ! Je rentre dans la dernière ligne droite et cette grossesse se termine. La césarienne étant prévue avant la date du terme, je sais que ce dernier mois sera écourté et ce, pour mon plus grand bonheur.

Alors, est-ce que Barbouille va sagement attendre la date prévue de l’accouchement ou va-t-il ou elle choisir sa date ?

Quand je débute dans le portage

Hier, c’est la pro-poussette qui te parlait. C’est tellement pratique une poussette, tu peux y attacher ton sac à main ou le sac à langer, ton bébé est confortablement couché dans sa nacelle… Le portage ne m’a jamais intéressée pour PetitePerle. D’une part parce que personne ne m’en avait parlé et d’autre part parce que je voyais cela comme un truc de baba-cool marginal. Oui je sais l’ouverture d’esprit n’est pas mon fort…

Mais comme tu t’en doute, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Deuxième grossesse : troisième trimestre 7ème et 8ème mois

Et voilà ! Le dernier trimestre arrive enfin déjà ! Je sais que ce ne sera pas forcément un trimestre de tout repos puisque tout s’accélère à cette période : multiplications des rendez-vous médicaux, début de la préparation à la naissance, essai de boucler mon travail avant le début du congé maternité, inscription de PetitePerle à l’école pour la rentrée prochaine, préparation de l’arrivée de Barbouille… Bref, un agenda surchargé !

L’acquisition de la propreté

Autant le dire tout de suite, la propreté chez PetitePerle, je m’en faisais toute une montagne. A tel point que je passais en mode « autruche » quand il en était question ! J’avais longuement échangé à ce sujet avec les dames de la crèche car c’est une étape qui me terrorisait complètement. Elles m’ont expliqué que ça peut prendre du temps comme certains enfants sont propres en trois jours ! Il ne faut pas « forcer » les choses et c’est l’enfant qui décide du moment où il se sent prêt.

Voilà pour la théorie… Et dans la pratique, ça a été un peu plus compliqué !

J'ai testé pour toi : les lingettes Lillydoo

J’ai testé pour toi : les lingettes Lillydoo

Les lingettes, il y a ceux qui adhèrent, les consommateurs occasionnels et ceux qui n’en utilisent pas. Je me situe plutôt dans la première catégorie malgré ceux qui disent que les lingettes ne sont pas écologiques et peuvent être mauvaises pour nos bébés (perturbateurs endocriniens, produits chimiques et autres…).
Là encore, c’est un avis purement personnel et chacun fait comme il veut. Je ne veux pas dire par là que j’utilise les lingettes au quotidien mais force est de constater qu’elles m’ont parfois bien sauvées la mise.

La préparation à l’accouchement, on fait ou on zappe ?

Quand j’étais enceinte de PetitePerle, je pensais que ces séances de préparation étaient « obligatoires ». J’ai donc contacté une sage-femme complètement par hasard dans l’annuaire. Je l’ai choisi car elle était proche de la maison de mes parents (raison valable n’est-ce pas ?!). Si pendant la préparation le courant était bien passé, une fois ma petite merveille sur Terre, les relations se sont compliquées car j’avais en face de moi une personne jugeante sur mon allaitement au tire-lait et assez culpabilisante.

J’ai donc décidé de trouver une autre sage-femme pour cette grossesse et cette fois-ci, je me suis laissée porter par le bouche à oreilles et j’ai pris rendez-vous avec une sage-femme sur ma commune. Voici mes deux expériences !

Deuxième grossesse, deuxième trimestre

Je t’avais laissé avec la fin de mon premier trimestre assez compliqué. Est-ce que ce deuxième trimestre va m’apporter les promesses attendues ? A savoir regain d’énergie, arrêt des nausées et bien-être ?

Ma liste de naissance chez Vertbaudet

On fait une liste ou pas ? Avec Mari Barbu on a un peu réfléchi. Pour moi la décision était prise de ne pas passer par une enseigne de puériculture. Nous avions déjà une grande partie du mobilier et des choses onéreuses.  Ce dont nous avions besoin c’était un berceau et surtout du textile car PetitePerle est un bébé d’été et Barbouille un bébé de fin d’hiver.

J’ai pioché quelques infos sur Amazon ou Mes Envies pour finalement découvrir que Vertbaudet proposait des listes de naissance.

Connaître le sexe de bébé, mais ne pas le dire

Jusqu’à la fameuse échographie morphologique, j’ai souhaité avoir la surprise du sexe. Je me sentais prête ! Je disais à tout le monde que je ne voulais pas connaître le sexe de mon enfant et je n’ai eu QUE des réactions du type : ah mais tu es folle ? Je n’aurais jamais pu moi !

Les pronostics allaient bon train en jugeant de la forme de mon ventre ou de mes envies alimentaires. Jusque-là cela me faisait bien rire ! Et puis j’ai rapidement eu des réflexions qui m’ont agacées de part leur caractère intrusif et redondant…

Non, l’accouchement n’est pas un concours

Cet article me taraude l’esprit depuis un moment. Plus de deux ans à vrai dire, la date où j’ai accouché de ma fille. Maintenant que j’ai plus de recul avec cette nouvelle grossesse, je me sens d’écrire l’expérience que j’ai eu du « concours de l’accouchement le plus catastrophique ». Plus le terme de ma première grossesse approchait, plus j’avais droit aux récits d’accouchements. Tantôt positifs, tantôt un peu moins… Mais cela ne me dérangeait pas de les écouter. Au contraire, je savais qu’il fallait être préparée à toute éventualité pendant un accouchement. Parfois les choses se passent comme prévues et parfois pas, c’est la vie !

Mais déjà, lorsque future maman j’étais entourée de femmes déjà mamans, les récits d’accouchements prenaient sensiblement une tournure étrange dans leur bouche. Comme s’il fallait insister sur les points négatifs, voir catastrophiques, pour se donner de l’importance. Et ça me gênais.

J’ai consulté un psychothérapeute hypnothérapeute pendant ma grossesse

Lors de mon entretien du quatrième mois avec ma nouvelle sage-femme, nous avons longuement évoqué mon état psychologique et les répercussions de mon précédent accouchement sur cette nouvelle grossesse. Je lui ai dis que la grossesse n’était pas un état de béatitude complète pour moi et que j’avais un sommeil très agité depuis le premier mois. Je fais des rêves affreux où il est presque systématiquement question de la mort d’un de mes enfants.