Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Doupiou

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et future maman d'un(e) petit(e) Barbouille prévu(e) pour début avril 2018.
Tatouée, fan de foot mais aussi très coquette et addict aux robes, je suis pleine de contradictions !
J'aime mon métier, la danse, l'automne et le fromage.
Amoureuse et péchue, j'essaie toujours de positiver.

Ses contributions

Ma liste de naissance chez Vertbaudet

On fait une liste ou pas ? Avec Mari Barbu on a un peu réfléchi. Pour moi la décision était prise de ne pas passer par une enseigne de puériculture. Nous avions déjà une grande partie du mobilier et des choses onéreuses.  Ce dont nous avions besoin c’était un berceau et surtout du textile car PetitePerle est un bébé d’été et Barbouille un bébé de fin d’hiver.

J’ai pioché quelques infos sur Amazon ou Mes Envies pour finalement découvrir que Vertbaudet proposait des listes de naissance.

Connaître le sexe de bébé, mais ne pas le dire

Jusqu’à la fameuse échographie morphologique, j’ai souhaité avoir la surprise du sexe. Je me sentais prête ! Je disais à tout le monde que je ne voulais pas connaître le sexe de mon enfant et je n’ai eu QUE des réactions du type : ah mais tu es folle ? Je n’aurais jamais pu moi !

Les pronostics allaient bon train en jugeant de la forme de mon ventre ou de mes envies alimentaires. Jusque-là cela me faisait bien rire ! Et puis j’ai rapidement eu des réflexions qui m’ont agacées de part leur caractère intrusif et redondant…

Non, l’accouchement n’est pas un concours

Cet article me taraude l’esprit depuis un moment. Plus de deux ans à vrai dire, la date où j’ai accouché de ma fille. Maintenant que j’ai plus de recul avec cette nouvelle grossesse, je me sens d’écrire l’expérience que j’ai eu du « concours de l’accouchement le plus catastrophique ». Plus le terme de ma première grossesse approchait, plus j’avais droit aux récits d’accouchements. Tantôt positifs, tantôt un peu moins… Mais cela ne me dérangeait pas de les écouter. Au contraire, je savais qu’il fallait être préparée à toute éventualité pendant un accouchement. Parfois les choses se passent comme prévues et parfois pas, c’est la vie !

Mais déjà, lorsque future maman j’étais entourée de femmes déjà mamans, les récits d’accouchements prenaient sensiblement une tournure étrange dans leur bouche. Comme s’il fallait insister sur les points négatifs, voir catastrophiques, pour se donner de l’importance. Et ça me gênais.

J’ai consulté un psychothérapeute hypnothérapeute pendant ma grossesse

Lors de mon entretien du quatrième mois avec ma nouvelle sage-femme, nous avons longuement évoqué mon état psychologique et les répercussions de mon précédent accouchement sur cette nouvelle grossesse. Je lui ai dis que la grossesse n’était pas un état de béatitude complète pour moi et que j’avais un sommeil très agité depuis le premier mois. Je fais des rêves affreux où il est presque systématiquement question de la mort d’un de mes enfants.

Je n’aime pas être enceinte

Bon, voilà tout est dit dans le titre. Je jette un sacré pavé dans la mare.

Avant ma première grossesse, je voyais mes amies et les femmes de ma famille tomber enceintes et devenir le stéréotype même de la future maman : une femme radieuse. Le sourire aux lèvres, les cheveux magnifiques, le ventre beau et tout rond qu’elles caressaient avec amour.

Je me suis jurée d’être pareil quand mon heure serait venue : une future maman épanouie avec la tête dans les nuages et une sérénité permanente.

Je m’étais fait une idée tellement fantasmée de la grossesse que quand mon tour est arrivé, la chute a été rude.

Deuxième grossesse : premier trimestre

Une nouvelle aventure commence ! Je vais te raconter comment je vis cette seconde grossesse, en étant le plus honnête possible. Je vais essayer de ne pas faire de comparaisons avec ma première grossesse car pour moi, ce sont deux aventures complètement différentes !

Pour te prévenir, je ne suis pas le genre de femme émerveillée par ma grossesse. Je trouve ça très beau mais chez les autres ! J’ai du mal à projeter enceinte (et oui, même pour un deuxième…) et accepter de lâcher prise avec mon corps n’est pas chose aisée pour moi.

Mes annonces de ma grossesse

Ah la joie des annonces d’une grossesse ! ça m’a toujours rendu toute chose ! J’adore essayer de créer et imaginer une annonce qui va susciter l’émotion, qui va faire tourner l’auditoire autour du pot avec des messages subtils avant que quelqu’un explose de joie… Les vidéos sur internet me font toujours pleurer et j’aime beaucoup me mettre autant à la place de ceux qui annoncent que de ceux qui apprennent la nouvelle. Pour PetitePerle, toutes les annonces avaient été travaillées des jours auparavant et les pleurs de joie de nos proches étaient au rendez-vous. Je voulais faire encore plus fort pour cette grossesse qui sera certainement la dernière.

Donc il y avait mon rêve. Et la dure réalité…

J’ai testé : connaître le sexe de son bébé avec les méthodes de grand-mère

Dans la lignée de mon article sur les tests de grossesse de grand-mère  qui n’ont pas été franchement concluant, j’ai voulu m’amuser à faire des tests très connus sur internet pour deviner le sexe de Barbouille.

Parce qu’il n’y a aucun test vraiment précis et que je voulais rigoler un peu, je t’invite à découvrir mes résultats. Bien entendu, je suis bien consciente que c’est 50/50 !

Un voyage en début de grossesse et avec un enfant de deux ans

Cet été, Mari Barbu, PetitePerle, moi-même et Barbouille dans mon ventre, sommes partis en vacances. C’étaient nos premières vacances en famille ! Est-ce que j’appréhendais ? Oui beaucoup ! Ma plus grande crainte était que PetitePerle se blesse ou soit malade ! J’avais bien anticipé l’homéopathie en cas de mal des transports, une boîte de paracétamol en suppositoires et de la crème contre les bleus. J’avais bien pris des couvertures puisque la climatisation dans les avions est souvent forte, des chaussures confortables pour marcher longtemps, des vêtements de rechange, son doudou préféré…

Je me suis dis : check ! Tout va bien se passer !

Et puis quelques jours avant le départ, j’apprends ma grossesse.

J’ai testé les tests de grossesse de grand-mère

Juste pour rire, juste pour le fun et surtout pour ne pas avoir de regrets de ne pas avoir essayé, j’ai testé pour toi les tests de grossesse de grand-mère !

Je ne veux absolument pas accorder de crédit à ces tests de grand-mère, ni te motiver à les faire. Pour ma part, je les ai fait juste pour m’amuser ! Internet regorge de tests home-made, la plupart sont complètement loufoques ce qui m’a interloqué ou fait rire !

Les essais pour une deuxième grossesse

C’est parti ! Dans les starting-blocks pour cette seconde grossesse, je viens te raconter comment s’est passée la période dite « des essais ». Une fois mon petit DIU d’amour dans la poubelle de Docteur Gynécologue c’est l’esprit libre un peu excitée que je quitte l’hôpital.

Dans ma tête j’y crois fort : ça va marcher très vite. J’avais eu besoin de seulement trois mois pour que PetitePerle se loge dans mon utérus mais là, je le sens, ça ira beaucoup plus vite. Bin oui, mon corps a déjà la mémoire de la grossesse et en plus je n’ai pas à me débarrasser des hormones chimiques de la pilule ou d’un DIU hormonal. Ridicules comme raisons hein ? Oui je sais…

J’ai appris à lui faire confiance

Cette petite idée d’article me trotte dans la tête depuis un petit moment. Comment vais-je faire pour expliquer que je n’ai pas toujours fait confiance à ma fille ? Pour quelle maman vais-je passer ? Cela peut paraître complètement logique et naturel de faire confiance à son enfant, après tout, il est le mieux placé pour comprendre ce qu’il ressent non ? Mais dans mon cas, cela n’a pas été aussi simple…

Ma préparation à la grossesse

On entend souvent parler de la fameuse préparation à l’accouchement, mais pour moi, il y a aussi une préparation à la grossesse !

J’estime que la grossesse est un moment à part dans une vie, comme une parenthèse. Et avec mon côté je-veux-tout-contrôler, j’ai besoin de me préparer au mieux à la période des essais et surtout le moment où mon ventre se transformera en couveuse.

La tétine, cet étrange paradoxe

J’ai toujours fait un parallèle entre la tétine et l’allaitement. Il y a les anti-tétine, les pro-tétine, les aucun-avis-tranché et tous ceux dont les principes se confortent ou volent en éclats à la naissance de leur bébé.

Tu es une fille – Lettre ouverte à PetitePerle

PetitePerle,

J’ai eu tellement de mal à écrire cet article. A être juste sans te faire peur. Je voulais destiner ce billet aux lectrices mais les premiers mots qui me viennent te sont adressés.