Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Lady Rainbow

Hello ! J'ai 28 ans et j'habite en Angleterre avec mon mari Loulou et notre géniale Peluche. Le prochain membre de la famille devrait débarquer mi-décembre 2017, soit 2 ans jour pour jour après Peluche !

Ses contributions

Mon premier accouchement, sans péridurale et dans l’eau

Je suis très portée sur le naturel/physiologique lorsqu’il s’agit de mes bébés, comme tu as peut-être pu te rendre compte au fil de mes précédents articles. Même si je ne suis franchement pas convaincue par les performances des médecins anglais, j’étais très contente de pouvoir accoucher en Angleterre pour leur vision beaucoup plus physiologique de l’accouchement qu’en France. Si tu veux plus d’infos sur les différentes façons d’accoucher en Angleterre, tu peux aller lire mon article ici. Aujourd’hui, finie la théorie : je vais te raconter mon premier accouchement !

Mes indispensables de parent pratiquant le maternage proximal

Ces derniers mois, tu as pu voir fleurir sur la toile pas mal d’articles à propos de « mes 10 indispensables pour mon bébé » ou « ma liste de naissance idéale ». Peut-être que ces articles t’ont été très utiles. Ou peut-être que, comme moi, tu as pensé que ces listes étaient plutôt ta liste d’objets inutiles ou superflus. Peut-être parce que, comme moi, tu pratiques une forme de parentalité proximale.

Parentalité proximale, kesako ? Il n’y a pas vraiment de définition officielle, mais voilà ce que j’y inclus : cododo, allaitement exclusif, diversification menée par l’enfant, portage, éducation bienveillante, motricité libre, congé parental de 1 an… Tu as compris le concept je crois !

Où accoucher en Angleterre ?

Je t’avais déjà expliqué comment se déroule le suivi d’une grossesse classique au pays des sandwiches au concombre. Aujourd’hui je vais te parler des options qui s’offrent à toi pour ton accouchement en Angleterre : à l’hôpital, à la maison de naissance ou à la maison.

D’abord il te faut savoir que c’est toi qui décides où tu as envie d’accoucher…

La découverte du sexe et l’annonce originale à l’entourage

Pour ma première grossesse, j’avais réellement réussi à me projeter dans ma grossesse vers 20 SA. En quelques jours, j’avais eu droit au combo gagnant : premiers mouvements + ventre qui s’arrondit vraiment + découverte du sexe + choix du prénom. Tout devenait si concret d’un coup !

Pour cette grossesse, je pensais que dès les premiers mouvements ressentis je réussirais à me projeter. Mais finalement, pas tant que ça.

La fin du premier trimestre, dans la joie et la bonne humeur

Les symptômes vraiment relous (nausées et vomissements) sont partis vers 10SA, et la grosse fatigue du soir pas longtemps après. J’ai souvent un coup de barre vers 19h, au moment du repas et jusqu’à ce que Peluche soit couchée, mais je ne le compte pas dans les symptômes de grossesse vu que mon mari a le même symptôme (Serait-ce dû à Peluche qui nous use ? Hum…)

Le point allaitement de Lady Rainbow : une histoire sans fin

Avant même qu’on commence les essais, je traînais un peu sur les blogs de parents et j’ouvrais grand mes oreilles quand j’entendais mes copines déjà mamans parler de leur bébé. Je n’avais pas vraiment d’idée préconçue sur l’allaitement ou le biberon. Je regardais les sites qui vendaient des biberons avec des jolis motifs et je lisais des comparatifs sur les machines qui font les bibs toutes seules. Je me voyais plus ou moins allaiter pendant 2 mois et passer au lait artificiel lors du retour au boulot.

Un début de grossesse mouvementé

Je sais bien que chaque grossesse est différente, mais je trouve difficile de ne pas comparer cette grossesse avec ma première grossesse, surtout qu’elle avait vraiment été parfaite. Je n’étais pas stressée du tout. Je n’ai jamais eu peur de faire une fausse couche, je n’étais pas terrorisée par la toxoplasmose ou la listériose, et j’ai eu uniquement des symptômes « cools » au premier trimestre (grosse fatigue et seins qui tirent, c’est tout).

C’est sûr et certain, ça ne marchera pas tout de suite

J’avais envie d’avoir des enfants plutôt rapprochés, entre deux ans et deux ans et demi d’écart. J’ai deux petits frères avec 3 ans d’écart à chaque fois, et je me rappelle que ma mère m’avait dit qu’elle trouvait que c’était un peu trop (ayant elle-même deux ans d’écart avec son frère et sa sœur). Mon mari était plutôt partant pour deux ans et demi, trois ans d’écart. Mais bon, il est enfant unique, donc il voyait plutôt le côté organisation/finance.

Bienvenue à Lady Rainbow, future maman de décembre 2017 !

Si tu côtoies l’Empire Dentelle depuis quelques années, tu m’as déjà peut-être croisée en train de raconter mon mariage arc-en-ciel ici ou l’achat de notre maison là. Il ne manquait que la corde Dans Ma Tribu à ajouter à mon arc !