Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Madame Vanille

Mariée depuis août 2015, je suis jeune maman depuis avril 2017.
Le chemin vers la maternité fut semé d’embûches : maladie génétique, pré-éclampsie et prématurité mais aujourd'hui tout est (presque) oubliés : nous sommes des parents comblés !

Tellement comblés que nous avons décidé de remettre ça très vite avec un deuxième bébé prévu pour novembre 2018 !

Et comme je suis très en retard dans mes chroniques, je te donne rendez vous sur insta pour suivre notre quotidien : caroline_mmevanille !

Ses contributions

La rencontre avec ma fille et la découverte de la néonatalogie

Deux jours après mon accouchement, il est temps d’aller rencontrer ma fille !

Mon mari vient me chercher dans ma chambre avec un fauteuil roulant, nous arrivons en néonat et passons par l’accueil où mon mari me présente. Il y a des casiers pour chaque parent afin d’y laisser nos affaires. Nous passons ensuite dans une pièce où nous nous lavons les mains avec minutie, puis nous nous rendons dans la section où se trouve notre fille. Elle est dans une chambre particulière en réanimation néonatale.

Quand ma grossesse fut écourtée…

Après un samedi très agréable à l’hôpital en compagnie d’amis, je découvre une nouvelle douleur, la barre épigastrique.

Une fois tous mes visiteurs rentrés chez eux, je me repose avec mon mari dans ma chambre, mais vers 19h la douleur devient presque insupportable.

Puis j’ai découvert la pré-éclampsie…

Je reprends là où je t’avais laissé la dernière fois, à savoir la 2e échographie de croissance à 29SA. J’ai rendez vous en début d’après-midi à la maternité. Je viens juste pour une échographie donc je ne passe pas par la case infirmière et contrôle de routine. C’est une sage femme que je ne connais pas qui me fait l’échographie, tout se passe bien, la Petite est toujours au 10e percentile, les notchs n’ont pas bougés, bref rien de neuf… Merci, au revoir.

Quand les choses se sont compliquées mais que je ne le savais pas encore…

Nous voila arrivés à la fameuse échographie du 2e trimestre, je suis à 22 SA. Je suis à la maison depuis peu.
Ce repos plus ou moins forcé me permet d’apprécier pleinement ma grossesse. Les nausées et les vomissements se sont enfin calmés.

Lors de l’échographie, tout se passe à merveille, la Petite va très bien. Chaque petit organe est parfait et au bon endroit. Tout va bien mais la Petite porte bien son nom, elle est petite, entre le 5e et le 10e percentile pour toutes les mesures. Rien d’alarmant, d’après la sage femme surtout que nous sommes, nous mêmes, pas très grands. Selon elle, la maternité lors de mon rendez-vous d’inscription programmera surement une échographie de croissance.

Le début de ma grossesse

Le début de ma grossesse fut un sacré mélange d’émotions, beaucoup de bonheur bien sur, un peu (beaucoup) de stress avec le diagnostic prénatal et beaucoup beaucoup de vomissement… So glam !

Mon premier symptôme de grossesse fut les douleurs ligamentaires, assez impressionnantes, je ne m’attendais pas à ça ! A 6SA, les nausées me laissent encore tranquille, je pars en vacances une semaines en Grèce avec ma maman, je suis en pleine forme !

Le diagnostic prénatal

Comme je te l’ai déjà expliqué, je suis porteuse d’une maladie génétique : l’hémophilie A.
Cette maladie s’exprime surtout chez les garçons car la mutation génétique est sur le chromosome X, ainsi les femmes sont quasiment toujours porteuses saines (mais comme pour toute maladie, il y a des exceptions).

En tombant enceinte, je le savais, j’avais 1 chance sur 4 d’avoir un bébé malade.
1 chance sur 2 d’avoir un garçon, et 1 chance sur deux qu’il ait le chromosome X atteint.

Je suis enceinte !

Ça y est je suis enceinte !!!

(J’espère que tu ne m’en veux pas d’avoir un peu traîné à venir te raconter la suite …)

Mais avant de pouvoir le crier sur tous les toits, il faut que j’informe le futur papa tout de même !

Nos essais bébé surprenants !

La dernière fois, je te disais que j’avais en tête d’arrêter la pilule dès la fin de ma période d’essai car nous étions certain de garder notre bébé quoiqu’il arrive concernant son éventuel hémophilie.

Le mois d’août se termine, nous fêtons nos 1 an de mariage puis arrive le moment tant attendu pour moi : la fin de ma période d’essai ! Je vais pouvoir me lancer dans un autre genre d’essai : les essais bébés !

À la recherche d’une mutation génétique…

Il y a plus d’un an, je t’expliquais comment j’avais découvert être porteuse de l’hémophilie A, cette maladie qui touche la coagulation sanguine, notamment chez les hommes et ce qui en découlait.

J’ai été prise en charge en janvier 2016 par le CRTH (Centre Régional de Traitement de l’Hémophilie) de l’hôpital Bicètre afin de déterminer la forme de l’hémophilie dont je suis porteuse en procédant à une analyse génétique. À ce moment là, mon hématologue me donne un délai d’un an environ pour avoir des réponses… Un an c’est long… Selon elle, il était important que je ne tombe pas enceinte tout de suite, car nous n’aurions aucun moyen de savoir si notre bébé est malade.

Bienvenue à Mme Vanille, maman depuis avril 2017

Me revoilà par ici, un an après mon dernier article où je te parlais de mon attente avant de commencer les essais bébés. Et il s’en est passé des choses depuis !

Je vais commencer par une belle nouvelle : je suis maman ! J’ai accouché le 8 avril 2017 d’une magnifique petite fille qui nous comble de bonheur ! Et quand je te dit « petite » je ne blague pas, le jour de sa naissance elle pesait 1.195kg. Ça c’est la moins bonne nouvelle car j’ai accouché à 6 mois et demi de grossesse (30sa), ma fille est donc ce qu’on appelle une grande prématurée.

Attente avant essais bébé

L’attente avant l’attente

Je t’ai déjà raconté les raisons médicales qui nous poussaient à retarder nos essais bébé. Cette attente a commencé à l’été 2015. En janvier 2016, ma nouvelle hématologue nous donnait un délai : un an.

Un an d’analyse génétique. Un an avant de commencer à essayer de faire un bébé. Un an avant de balancer ma pilule par la fenêtre (façon de parler, hein…). Un an avant de connaître la fameuse attente du +. Un an à être jalouse des futures mamans. Un an… UN AN !!!

Projet enfant hémophilie

Quand la génétique reporte le projet bébé

Depuis quelques mois, je rêve d’un enfant. Je rêve de tenir un mini-nous dans mes bras, je rêve de voir mon mari câliner notre enfant, et ce rêve tourne à l’obsession.

Pourquoi est-ce que je n’arrête pas la pilule tout de suite pour m’atteler à la fabrication de ce petit être tant rêvé ? Parce que mon médecin m’a dit de ne pas le faire. Enfin, j’exagère : elle m’a très fortement déconseillé de tomber enceinte. Il y a peu, j’ai découvert que j’étais très certainement porteuse du gène de l’hémophilie A. Cette nouvelle a chamboulé ma vie, et surtout reporté notre projet bébé.