Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Nala


Derniers articles commentés

Être polie à trois ans et demi

Petite Fleur approche maintenant des trois ans et demi bien tassés. Et elle est une enfant plutôt polie. En tout cas, sa politesse convient à mon niveau d’exigence. Niveau qui a varié avec le temps.

Tu as 4 mois…

Tu as maintenant quatre mois et la vérité c’est que je ne sais pas si je dois dire « déjà » ou « seulement ». Tu es entré dans nos vie telle une tornade, bousculant jusqu’à la plus ancrée de nos habitudes de vieux couple à tel point que nous sommes encore loin d’avoir trouvé notre équilibre à trois, et pourtant j’ai l’impression que tu as toujours été là.

Bienvenue à Maman Bulle, maman depuis janvier 2019 !

Quelle ne fut pas ma surprise et mon immense joie quand j’ai appris que j’avais été retenue pour rejoindre cette joyeuse équipe ! Tellement surprise que … j’ai perdu les eaux juste après la lecture de ce mail ! Original, non ?!

La suite de l’histoire, je vais te la raconter à travers cette communauté … Un accouchement très long et rempli de péripétie mais qui au final, fit de moi une heureuse maman …

Mettre en place l’allaitement : naturel, peut-être, mais loin d’être facile

Je t’ai déjà dit que pour moi le choix de l’allaitement maternel n’était pas évident. Les complexes sur mes seins, mon regard très durs envers les mamans allaitantes, tant de clichés à déconstruire… Mais me voici à mon tour de l’autre côté du miroir, désormais responsable de la vie de ce tout petit être, responsable de son alimentation.

Prendre soin de sa cicatrice de césarienne

Si tu as eu une césarienne (ou peut-être te prépares-tu à en avoir une…), voici les précieux conseils et astuces que j’ai glané au cours des mois qui ont suivi mes accouchements. On a souvent tendance à croire qu’une fois l’opération terminée, cette cicatrice on l’oublie. Quelle grosse erreur ! Au même titre que de la rééducation du périnée ou abdominale, « l’entretien » de la cicatrice est très important.

Mon placenta et moi

Dans l’une de mes dernières chroniques, je t’expliquais que pour la première fois j’arrivais à lâcher prise et à profiter de ma grossesse. Je dois avouer que ce lâcher prise m’a été bien utile ces derniers mois. Oui, mais il y a un mais. Le médecin s’arrête sur une mesure, puis m’explique que mon placenta a l’air un peu près de mon col, il va falloir vérifier ça. L’écho endovaginale confirme le diagnostic : placenta bas inséré. « On va surveiller ça et on verra pour la suite » Surveiller quoi ? Voir quoi ? Et c’est quoi cette histoire de placenta bas inséré ?

Tourner la page de la maternité

J’ai commencé à remplir des cartons de vêtements trop petits, à ranger du matériel de puériculture, à donner mes vêtements de grossesse… Toutes ces objets matériels que j’ai précieusement conservé après la naissance de PetitePerle dans l’optique d’un second enfant.

Du temps pour soi

Avant d’être maman, je ne comprenais pas ces mères qui laissaient leurs enfants à la crèche pour aller faire une journée shopping. Ou celles qui embauchaient une baby-sitter pour sortir entre copines. J’y voyais un acte égoïste. Tu as fais des enfants ? Tu les assumes ! Bon, tu me sens venir avec mes gros sabots : je suis devenue maman. Et même, je suis devenue cette maman égoïste que je redoutais tant.

L’émerveillement

Elle, comme tous les enfants, voit tout avec ses yeux neufs et s’extasie pour un rien. Les camions-poubelles, les chiens et les chats la fascinent. Elle se plonge avec délices dans ses livres… Et nous, ses parents, nous la voyons être heureuse. Nous découvrons au quotidien mille et raisons de s’émerveiller.

Un gros bébé et ses conséquences

Bébé est gros, voire même très gros selon l’échographe, il paraît même que ce serait un « macrosome » (quel horrible mot)… Bon et alors, quelles conséquences ?

Et maintenant, j’ai 3 enfants

Après la naissance de Petite Merveille, nous sommes passés d’une famille « classique » avec deux enfants, à la fameuse famille nombreuse !

Le séjour à la maternité m’a paru terriblement long.

Déjà, je n’ai pas pu avoir de chambre individuelle, il n’y avait pas de place. Donc, chambre partagée. Heureusement, ma voisine de chambre avait accouché d’un petit troisième, du coup, tout comme moi, elle n’avait pas des tas de visites.

Le bilan du portage

Dans cet article, je t’expliquais comment j’avais abordé le portage en sling pour Barbouille. Bien sûr, mon petit bonhomme n’était pas encore né au moment de la parution de mon billet.

Voici donc, après plusieurs mois d’utilisation, mon bilan totalement personnel du portage en sling vu par une porteuse débutante !

Deuxième grossesse : les suites de couches

L’avantage avec un deuxième accouchement c’est que tu es mieux préparée aux si mystérieuses suites de couches. Ce terme si secret dont on ne parle pas beaucoup… Des récits d’accouchements, il y en a autant que tu en veux ! Mais sur les suites de couches, un peu moins !

Je t’avais déjà raconté les suites de couches de ma première césarienne où physiquement ça allait plutôt bien mais psychologiquement, j’avais un gros baby blues. Pour ce second accouchement je savais résolument à quoi m’en tenir… sauf que les circonstances n’étaient pas les mêmes !

L’amour fraternel

Avoir un frère ou une sœur c’est merveilleux.

Je ne vais pas te mentir, en programmant de faire un deuxième enfant aussi rapidement c’est aussi parce que, dans notre esprit à Monsieur Génial et moi, c’était faire un super cadeau à Petit Habitant.

La suite de notre parcours en néonatalogie : des progrès et un transfert.

La réanimation néonatale c’est fini pour notre poulette, notre fille est transférée aujourd’hui en service de pédiatrie néonatale, à l’étage juste en dessous.

Sa nouvelle chambre est bien plus spacieuse, avec un lavabo/baignoire pour ses premiers bains, et toujours un grand tableau pour suivre ses progrès. Il y a tout le materiel nécessaire pour que je m’installe avec mon tire lait puis stériliser tous les accessoires. Nous allons être bien ici pendant les longues semaines qui vont suivre…

La naissance de Petite Merveille

Troisième grossesse, je m’apprête à accoucher pour la 3ème fois. Mes deux premiers accouchements ont été très différents : un déclenchement à J+4 qui finit en césarienne en urgence et un accouchement par voie basse 12 jours avant le terme prévu.

Je m’attends donc à tout pour cette 3ème expérience de rencontre avec mon bébé.