Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Chaperon Rouge

Bretonne de cœur, Normande de racines, Parisienne d'adoption. Mariée à Monsieur Loup, mon prince Charmant, depuis juin 2012, et maman d'une petite Lueur depuis décembre 2015. Dessinatrice, fan de Disney, gamine dans l'âme, je suis une éternelle positive... et c'est pas toujours facile!

Ses contributions

Quand le Lampion pointe (enfin !) le bout de son nez !

Terme + 5, nous voici en voiture pour la maternité de JolieVille, très impatients de ce drôle de rendez-vous. Mon papa bougonne que c’est pas drôle, personne n’a été réveillé au milieu de la nuit, c’est pas vraiment une surprise cette arrivée. Mais comme nous, il est très impatient de rencontrer le Lampion !

Quand le Lampion se fait attendre

Oui, quand je t’ai laissé sur mon bilan de grossesse, j’en étais à 8 mois bien tassé et je pensais que ça n’était plus qu’une question de jours avant de voir la bouille du Lampion…

Quand la Lueur a bien grandi… « terrible two » et propreté

Allez, un dernier chapitre sur les « soucis » liés à son âge… la propreté et la crise d’ado du petit, le fameux « terrible two ». Mais bon, spoiler alert: Ellana est toujours un « bébé » de magazine, c’est pas là dessus que tu tiens ta revanche (toi, lectrice de l’ombre qui attend qu’il y ait une justice) ;p .

Quand la Lueur a bien grandi… Les événements

Entre mon article sur son troisième trimestre et ses 2 bougies récemment soufflées, la Lueur a quand même eu à traverser quelques trucs. Rien de bien dramatique hein, la vie normale… mais à chaque fois je me posais un peu des questions sur l’impact de ces « événements » sur son développement.

Quand la Lueur a bien grandi… Communication et sociabilité

Tu te rappelles peut-être que la Lueur était chez une « nounou » jusqu’à ses 8 mois, puis est ensuite rentrée en crèche. L’un comme l’autre des modes de garde convenait parfaitement à tout le monde, et on l’a vu s’épanouir partout. Ca n’a pas beaucoup changé: elle est restée très autonome dans le jeu, mais en même temps elle prend plaisir à cotoyer d’autres enfants.

Quand la lueur a bien grandi… Le sommeil

Allez, attaquons la suite… quelle est la première question qu’on te pose au sujet de tes enfants… Ah bah oui, bien sur! « et la nuit, ça va? » En plus avec une enfant comme la Lueur pour laquelle le jour, tout roule, la question arrive vite, genre « pourvu qu’il y ait une justice » 😉 Alors voici la réponse, en espérant ne rien oublier.

Quand la Lueur a bien grandi… Motricité et alimentation

Tu me suis peut-être depuis 2 ans maintenant. Tu as lu mes déboires avec la médecine, la réussite de ma FIV, et la magnifique petite fille qui en est issue. Tu as suivi ses 3 premiers trimestres de vie, et puis, silence radio. C’est qu’en fait, ça occupe drôlement, d’être maman…

Il s’en est passé des choses depuis ! Je reviens te faire un petit point « hors grossesse » sur l’évolution de ma Lueur, parce que je suis sure que tu te demandes toi aussi si c’est resté ce bébé « trop facile » qu’elle était dès le début.

Quand les grossesses ne se ressemblent pas…

Je suis enceinte, mais je ne le « sent » pas. comme pour la Lueur, d’ailleurs… pas de nausées, pas de douleurs, pas de seins qui tirent, moi qui pensais qu’ils seraient plus sensibles aux hormones après une grossesse et un allaitement (ouais, faut pas chercher des fois…). Bref, en forme d’enfer. Chouette.

Et puis un soir, du sang. Rien, quelques gouttes quoi, mais un peu quand même. Juste de quoi se dire « euh… c’est normal ça? » Je ne sais plus où j’ai lu « toute perte anormale durant la grossesse, il faut consulter. De quelques taches de sang aux grandes eaux! » Je dois consulter pour 3 gouttes?

Quand je suis trop chanceuse… FIV 1, TEC1, bilan

Donc voilà, nous sommes le 30 juin, j’ai depuis 8 jours dans le ventre un petit blastocyte (un embryon de 5 jours au bon stade de développement cellulaire).  Tu connais ma patience légendaire et mes calculs d’apothicaires. Je sais que depuis quelques jours déjà, je pourrais faire une prise de sang qui m’annoncera le verdict. Mais je n’y crois pas tellement.. .toutes mes copines PMettes ont lancé bébé 2 avant moi, et ça a été un échec pour tout le monde. Alors bon. Autant se faire une raison.

Quand on remet ça: Retour en PMA !

Alors voilà, suite à cet espèce de coup-de-tête téléphonique, nous voici le 17 mai, il est 9h, et je vais rencontrer le Dr Zabeille. j’ai un peu des noeuds au ventre. A la fois parce que bon, ça fait drôle de se dire que cette fois, ça y est, on « s’y remet », et puis aussi parce que c’est un nouveau docteur, alors est-ce qu’elle va être cool? Est-ce que je vais accrocher? Et puis surtout, parce que les RDV à l’Hopital royal, avec le Dr Pire, étaient tellement… horribles ! que vraiment, j’angoisse un p’tit peu quand même de revivre la même chose…

Mais en fait, non.

Quand la PMA re-surgit alors qu’on n’y pensait plus

Si tu es une fidèle lectrice de ce blog, tu as déjà vu passer quelques articles sur les paradoxes de la grossesse. Je n’ai pas échappé à cet étonnant phénomène: j’avais beau avoir hâte de rencontrer ma Lueur, je voulais garder mon gros ventre… c’est donc naturellement que, à peine accouchée, je n’avais qu’une envie: retomber enceinte! Notre bébé méga facile n’a pas aidé à changer d’avis… j’ai donc rapidement mis les choses au point avec Monsieur Loup:

en janvier 2017, on appellerait l’Hopital Royal… et on lancerait le projet « BB2! »

Quand la Lueur monte le son – notre playlist!

J’ai une maman de la crèche dans le pif. Enfin, dans le pif… j’exagère. Disons qu’elle parle beaucoup et que ce qu’elle dit me glace d’effroi à chaque fois. Au delà du fait que la bienveillance ne semble pas son truc, je suis baba devant ses affirmations peremptoires (« Mon fils, rien ne le calme sauf la TV », et quand j’ai suggéré un livre « Ah non, pas de ça chez moi! il en a eu un une fois, il a fini à la poubelle tellement il lui a fait la misère! ») et surprise par ses références (« vous avez du maitre Gim’s? Il adore ça! »). Et puis je me suis dit, calme toi, n’intervient pas. D’une parce que chacun fait ce qu’il peut et ce qu’il veut, finalement. De deux, son fils n’a pas l’air malheureux. Et de trois… j’avais pas tellement envie de passer pour une bourgeoise prétentieuse et coincée!

Alors, pour me consoler, je suis allé toquer à la porte de mes copines tribulettes. « Et vous, les filles, ils écoutent quoi, vos bébés? » Hé bien, sachez le… pas Maitre Gim’s.

Quand on fait le bilan des modes de garde

Alors, si tu te rappelles bien, la Lueur a donc été gardée par une assistante maternelle, puis par sa mamie et enfin par la crèche, où elle est encore en ce moment!

Il est temps de faire le point sur ces modes de gardes, qui ont chacun leurs avantages et inconvénients!

Quand la Lueur teste les différents modes de garde: la crèche!

Alors voilà, comme prévu au contrat, le 30 juin 2016 était le dernier jour de garde d’Ellana chez Sakura. Il a fallut dire au revoir à la « nounou », et se dépêcher de trouver une solution…

Oui parce que malgré ces 4 mois avec un bébé en de bonnes mains, de belles évolutions, la patience de Sakura, le cadeau de la fête des mères et celui de la fête des pères (oui, avec participation du bébé à la création de chacun! elle avait 5 et 6 mois mais elle nous a gâté à sa façon!), c’était à notre tour de lui faire un petit bricolage pour la remercier… et voguer vers de nouveaux horizons!

Contrat assistante maternelle

Quand la Lueur teste les différents modes de garde, acte 2 : le contrat de Sakura

Une fois que nous avions donc décidé de travailler ensemble, Sakura et nous n’avons plus eu qu’à régler les détails : les démarches administratives en amont de mon côté, les termes du contrat (tarifs, frais, horaires…), le planning des vacances (déjà défini par les parents de l’enfant déjà gardé), le tri entre ce qui est à notre charge et ce qui est à celle de la nounou, le planning d’adaptation.

Pas de langue de bois, je te dis TOUT !