Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Rigel

Je suis Rigel, mariée, maman d'une Choupinette née début 2016, et de Numérobis, de début 2018.
Je n'aime pas le matin et le dimanche soir. J'aime les plannings bien organisés, le sport et le chocolat.

Ses contributions

La reprise du travail

Voilà, après quelques mois de pause pour pouponner, j’ai enfilé ma plus jolie robe, fait une magnifique coiffure compliquée, et suis partie, fraîche, pimpante, laissant derrière moi un délicat sillage de parfum. J’ai pris le train et d’un pas élégant de working girl, je suis retournée au bureau où tous mes collègues m’attendaient avec un gros bouquet de fleurs et une banderole de bienvenue.

Le périnée

Le périnée, on sait presque tous (toutes) qu’il existe. On sait qu’il se trouve dans une zone sensible, qu’il sera peut-être découpé pour faire un peu de place pour accélérer la naissance du bébé (coucou épisiotomie, c’est de toi que je parle !), mais bon, globalement, avant une grossesse voire une naissance, il est très abstrait. Donc pour faire court, le périnée (qui existe chez l’homme également mais avec une anatomie sensiblement différente) est un ensemble de muscles qui forment en quelque sorte des hamacs pour soutenir l’ensemble des organes de la sphère uro-génitale soit ta vessie, ton utérus et ton rectum.

Et le zèbre redevint cheval

Comme je te l’expliquais dans mon précédent article, j’ai eu de nombreuses vergetures autour du nombril et sur le bas du ventre qui sont apparues lorsque j’étais enceinte de Numérobis. Peu de temps après la naissance, j’ai donc pris RDV avec un médecin esthétique pour voir le traitement que l’on pouvait mettre en place.

Les vergetures étaient (bien) rouges et (bien) profondes. Le médecin me l’a bien expliqué : la médecine esthétique n’a pas pour but de rendre les gens parfaits, mais de les rendre mieux dans leur peau en corrigeant uniquement ce qui leur semble inacceptable. Et notre seuil d’inacceptable n’est pas le même pour tous !

Une petite fille sensible

Choupinette chouine. Beaucoup. Tout le temps. Des fois pour rien, des fois pour de bonnes raisons. Souvent, pour une petite contrariété « j’arrive pas à mettre mes chaussures », un micro-bobo « j’ai maaaaaaaaaallllll », ou pour une gamelle avec spectateur (quand elle tombe, on fait parfois semblant de n’avoir rien vu, elle nous regarde du coin de l’oeil, se relève, se frotte les mains, et repart). Mais cette attitude cache surtout une grande sensibilité.

Un enfant malade

Un enfant malade est un enfant pénible. Ça commence généralement par une journée/soirée de chouine-chouine. Ça monte crescendo, et tu mets ça sur le compte de la fin de semaine/l’excitation de la journée/le temps orageux/la lune pleine (ou nouvelle)/ trop de sucre/ pas assez de sucre (un enfant qui a faim est aussi un enfant pénible). Bref, tu nies l’évidence. Tu essaies de repousser l’échéance et tu décrètes l’extinction des feux plus tôt que d’habitude.. Quand…

OUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNN.

Le « congé » maternité

Tout est parti d’une petite réflexion (comme souvent) pas méchante en soit, mais tellement révélatrice de ce que pensent beaucoup à propos du congé maternité et/ou du congé parental. Je dois reprendre le travail en septembre, après un congé maternité + la totalité de mes congés annuels + deux mois de congé parental pour cause d’absence de nounou pour faire la jonction fin du congé maternité -> début de la crèche pour Numérobis. Du coup, je disais que j’allais solder tous mes congés annuels et que ça allait être compliqué jusqu’à la fin de l’année : « oh bah ça va, en même temps de septembre à décembre, tu ne vas pas trop te tuer à la tâche et puis tu as été en congé tout le début de l’année ». Une petite mise au point s’impose.

Le terrible two et l’arrivée de Numérobis

Choupinette a un peu plus de deux ans. Depuis quelques semaines, elle est franchement chiante un peu pénible. Et en parallèle, elle est adorable. Elle me rend folle et me fait rire. C’est dur d’avoir deux ans et un petit frère !

La place des grands-parents

Il existe deux types de grands-parents. Les grands-parents qui sont tes parents, que nous nommerons type I et les grands-parents qui sont tes beaux-parents, que nous nommerons type II.

Le point couple de Rigel : un travail d’équilibriste

Tu n’as pas d’enfant et tu penses être débordée, courir partout et ne pas consacrer suffisamment de temps à ton mari ? Jeune Padawan, tu ignores tout. Quand tu as un enfant, tu découvres que du temps libre pour des moments « câlin coquin » tu en avais plein. Des exemples ? Le dimanche matin avant de te lever pour le brunch. Le soir en rentrant du boulot. Le matin avant d’y partir. Les pauses déjeuner si tu as la chance de ne pas travailler trop loin de lui. Plein, je te dis.

Quand tu as un enfant, ces moments disparaissent.

Partir en vacances avec des petits

Vacances de M. Tad et Rigel BC (Before Children) pour 15 jours à l’autre bout du monde : un sac de 10kg chacun.

Vacances de M. Tad, Rigel et Choupinette pour une semaine à la neige : un (petit) sac de vêtement adulte, un (gros) sac de vêtements enfant, un sac à langer, un (très gros) paquet de couches, un « sac à bouffe » (petits pots, boite de lait, compotes en gourde…), un lit parapluie, une baignoire pliante, un tapis de sol pour jouer, des coins pour les tables, un système anti pince-doigt pour les tiroirs, une barrière de sécurité pour ne pas chuter dans les escaliers, un porte-bébé de rando et une poussette pour quand on en a assez de la porter…

Le baptême de Numérobis

Lorsque nous nous sommes mariés avec M. Tad, nous nous sommes engagés à donner une éducation chrétienne à nos enfants. Entendons-nous bien, chacun est libre de croire, ou de ne pas croire. Mais tout comme nous ne laissons pas le choix aux enfants d’aller à l’école pour apprendre à lire, à écrire, à compter, nous ne laisserons pas le choix à nos enfants d’aller au catéchisme. Ils iront, ils apprendront, ils développeront -je l’espère- leur foi.

La première étape, donc, c’est de demander le baptême pour nos enfants.

Le marathon du biberon

Comme tu le sais, j’ai choisi de ne pas allaiter (ni Choupinette, ni Numérobis). Sauf qu’il faut bien les nourrir, ces enfants. Donc il faut trouver LE biberon (oui, l’enfant est fétichiste, et n’accepte pas les yeux fermés n’importe quelle tétine), LE lait, l’Eau (oui, avec un E majuscule, tu comprendras pourquoi).

L’allaitement

Non, je n’allaite pas mon bébé. Non, ce n’est pas parce que j’ai eu un problème particulier avec l’allaitement. Non, je n’ai pas l’excuse d’avoir eu un accouchement compliqué, non, mon bébé n’a pas du être nourri au biberon dès sa venue au monde, et a ensuite refusé le sein. Non, en fait, je n’ai AUCUNE excuse habituellement valable pour justifier pourquoi je n’allaite pas. Mais alors, pourquoi je n’allaite pas ?

Le morning run

Le « morning run », et son copain du soir nommé « evening rush » sont ces périodes forts sympathiques qui débutent et clôturent ta journée. Je vais donc te faire une description circonstanciée de la façon dont ça se passe à la maison.

Ton sac de maternité

La maternité te donne une liste indicative des trucs à mettre dans ton sac et dans celui de ton bébé. Mais moi, je vais te donner les trucs que j’ai pris -ou pas- pour rendre le moins désagréable possible la période d’incarcération… enfin, le séjour à la maternité.