Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Sarabi

Presque trentenaire, mariée, heureuse, amoureuse et maman d'un petit Maxence né le 15 novembre 2016!
Entre lire, mater des films et des séries, voir les Amis et la famille, accessoirement bosser et s'occuper d'un petit bout, le quotidien est bien rempli!!

Ses contributions

Mon hospitalisation à 3 mois et demi de grossesse

Ma grossesse se passe jusque là plutôt bien. Nous sommes fin mai, je vois mon ventre s’arrondir un peu plus, notre entourage est au courant et tout suit son court.

Un mardi, je travaille de 6h30 à 15h. Comme souvent lorsque je fais cette horaire, je fais une sieste en fin d’aprem’. A 17h, je me réveille et je dis à Mufasa que je ne me sens pas très bien. 3 minutes après, je suis devant les toilettes en train de vomir et de faire un malaise. Mufasa n’hésite pas et m’envoie chez le médecin. Ce dernier me trouve une tension à 9 et décide de m’arrêter deux jours.

Le point allaitement de Sarabi : mon choix de donner le biberon

Depuis le début de ma grossesse et même avant, s’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est que je n’ai pas envie d’allaiter mon enfant. Monsieur Mufasa était au courant de ma position alors que le projet bébé n’était pas à l’ordre du jour. Mais pourquoi me diras-tu?

La boustifaille, la grossesse et moi

Aujourd’hui, je vais te parler d’un sujet clé, voir même primordial, pendant la grossesse… Non non, je ne fais pas te parler de tes seins qui vont grossir, de ton ventre qui va s’arrondir, des copines les vergetures qui vont sûrement vouloir te rencontrer. Je ne vais pas te parler non plus des phrases relous de la grossesse (ça, j’en parlerais plus tard!). Je vais te parler de… LA BOUFFE! La boustifaille! Le Miam-miam!

Mon premier trimestre de grossesse – Partie 2

Comme à nos familles, il aurait été difficile d’attendre la fin du premier trimestre pour dire la bonne nouvelle.

Pour certains, cela s’est fait avant une partie de paintball où j’ai dit nonchalamment que j’avais une bonne raison de ne pas pouvoir jouer avec eux (oui car déjà j’étais pas très motivée). Ils ont eu une seconde de bug, ont compris et ont été supers contents pour nous. D’ailleurs, pour l’anecdote, nous avions envie que l’un d’entre eux soit le parrain de Simba et son sourire à l’annonce de ma grossesse a confirmé notre choix.

Sentiments grossesse attente accouchement

L’Impatience

Ça y est, le neuvième mois est là. Notre rencontre approche.

Depuis mars, tu t’es logé au creux de moi. Dès que j’ai su, je t’ai aimé. J’ai essayé au début de ne pas me projeter, d’attendre d’être sûre que tout aille bien, mais au fond de moi, je t’aimais déjà tellement fort.

Attente pendant les essais bébé

L’insoutenable attente

« Oh, mais faut pas y penser ! » « Plus tu y penses, moins ça marchera… » Aux gens qui me disaient ça, j’avais envie de demander s’ils savaient ce que c’était. D’attendre, de ne pas savoir, de ne pas réussir.

Cette envie d’enfant était tellement forte qu’elle en devenait viscérale. Je me trouvais parfois ridicule, à m’inquiéter si vite alors que je savais bien que des couples vivaient un véritable parcours du combattant pour avoir un enfant, parfois pendant des années. Que représentaient quelques mois d’attente par rapport à des années ?

Annonce grossesse papa

« Bonjour Mufasa, j’ai un truc à te dire ! »

Depuis des mois, je m’étais imaginé comment j’allais lui annoncer cette nouvelle. J’avais pensé à une boîte avec Le Bro Code pour les parents (les fans de Barney Stinson comprendront), des mouchoirs, un body et le test de grossesse. Je m’étais dit que j’irais chercher ça le jour J et que je lui offrirais le soir à son retour du boulot.

Seulement voilà, ce jeudi 17 mars, avec le weekend qui s’annonce et le reste de ma grippe, je sais très bien que je n’aurai pas la force d’aller courir les magasins. Et vraiment, je ne me vois pas attendre avant de lui dire. Ça fait des mois qu’on attend ça et je m’impatiente déjà de voir sa réaction.

Découvrir sa grossesse

Les deux petites barres

Nous voilà en mars. Qui dit mars, dit aussi épidémie de grippe. Je n’y échappe pas. Me voilà couchée avec 40 de fièvre. J’explique au médecin que nous sommes en essais bébé, il me donne donc un traitement adapté au cas où je sois enceinte. Je n’y crois quand même pas trop. La semaine passe, les paquets de mouchoirs aussi. Je me nourris de bouillon ou de tartines de kiri. Je suis nauséeuse et épuisée.

Après quatre jours de grippe, de fièvre, de nausées, de fatigue, j’ai du retard dans mes règles.

Désir d'enfant

L’Évidence du désir d’enfant

Nous sommes donc en juin 2015. Ça fait un peu plus d’un mois que nous sommes mariés. Nous avons profité de notre voyage de noces, nous avons fait nos premières ferias de l’année. Nous pensons laisser passer l’été pour commencer à essayer de fonder une famille.

Et puis, un jour, on a un petit couac, et il faut alors se poser sérieusement la question.

Arrivée du projet bébé

Qu’on nous donne l’envie…

Lorsque Monsieur Mufasa et moi nous sommes rencontrés, ça a été très rapidement ce que j’aime appeler « L’Évidence ». Nous avions les mêmes goûts, les mêmes envies, et nous partagions des valeurs communes. Rapidement, j’ai su au fond de moi que je voudrais qu’il soit, plus tard, le père de mes enfants.

C’était une chose dont nous avions tous les deux envie, mais nous savions que ce n’était pas le moment. Nous voulions d’abord profiter du fait d’être deux avant d’être trois (ou plus…).

Sarabi chroniqueuse

Bienvenue à Sarabi, future maman de décembre 2016 !

Moi, c’est donc Sarabi. Oui oui, comme dans le Roi Lion ! J’ai 29 ans et des paillettes (ah bah, on y vient quand même, aux paillettes). Mon chéri, que je surnommerai ici Mufasa, a 28 ans, et comme moi, il est fan du Roi Lion. D’où nos surnoms.

À l’heure où j’écris ces lignes, je suis dans mon cinquième mois de grossesse. Après neuf mois d’attente, la fameuse croix est enfin apparue ! Notre Simba est prévu pour le 1er décembre ! Je n’en dis pas plus, ce sera le sujet de futures chroniques.