Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Tamia

Jeune trentenaire avec des projets pleins la tête. Passionnée de couture, de photographie et de randonnée. Cherchant à quitter la région parisienne pour vivre à la campagne de manière alternative.
Consom'actrice : consommant au maximum du local, du fabriqué en France, essayant au maximum de recycler (en faisant de l'upcycling).

Derniers articles commentés

Les 3 premiers mois de Chouquette

Après un accouchement assez long et pas hyper bien vécu, on peut se dire qu’on a le droit à un repos bien mérité, une bonne nuit de sommeil, un petit cocktail,…. ah allo? pardon quoi? ah non on me signale dans l’oreillette qu’on a un petit être (dans le petit berceau en plastique, là tu le vois?) qui l’entend pas vraiment de cette oreille!!! Quoi comment ça fini les nuits peinards? Finalement je me dis qu’on entre dans la parentalité de façon directe, pof on te colle le bébé dans les bras et débrouille toi avec ça. Cela n’existe pas les bébés par interim? Je le prendrai en CDI après hein…

Fille ou garçon ? La découverte.

Il y a quelques mois, je t’expliquais que nous ne souhaitions pas connaître le sexe de notre bébé avant sa naissance. Nous avons tenu bon ! Pour ma part, cela s’est fait sans difficulté, j’étais sereine, tout ce que j’espérais c’était un bébé (et jusque là pas de souci, ce n’est pas un alien). Mon mari était plus impatient, et oscillait chaque mois : « Non mais c’est sûr, c’est une fille ! », « Mais je le sens, c’est un garçon ! ». Oui, oui, mon chéri, comme tu veux !

La fête de Pâques

Aujourd’hui, je vais te parler de Pâques ! Pour certains c’est une fête synonyme de gavage de chocolat alors que pour d’autres c’est une fête religieuse importante. Les certains sont ma famille, et les autres sont la famille de mon mari !

A travers ce petit article, j’aimerais t’expliquer les différentes traditions et les façons dont est perçue cette fête dans ma famille élargie !

Et vous savez ce que c’est ?

A chaque fois, cette question me laisse perplexe. Comme s’il y avait un risque que j’ai un girafon ou autre dans le ventre… Et pourtant, ce n’est pas une question isolée. Non, j’ai du l’entendre des dizaines de fois, de tout horizon. De la mamie dans le bus qui doit probablement s’ennuyer au collègue qui veut faire la conversation…

A chaque fois, j’ai eu envie de répondre « un bébé » en prenant un air blasé. Mais à chaque fois j’ai haussé les épaules en répondant qu’on ne savait pas. Parce qu’évidemment, je sais – comme tout le monde – que derrière cette question, c’est le sexe de bébé qui est abordé.

Mon papa

Bon y en a marre, c’est toujours Maman qui raconte ma vie, et en plus elle dit des choses que j’ai pas envie que tout le monde sache non mais ( ça me regarde si je fais des colères ou si j’ai mal aux dents non ?)

Alors cette fois, c’est moi qui parle ! Et puis je vais vous parler de quelque chose que Maman oublie un peu trop ici je trouve : mon papa ! Bah oui, elle m’a pas fait toute seule Maman et elle s’occupe pas de moi toute seule non plus !

Des aînés pas comme les autres

Aujourd’hui je reviens te parler d’un article qui ne traite pas du tout de ma grossesse en cours.

Je ne vais pas te parler de mon fils qui va bientôt devenir l’aîné. Non. Je viens te parler d’aînés plus vieux que ça.

Je viens te parler de mes grands parents, de ceux de Monsieur Génial, des tiens, de tous ces grands parents que nous avons eu la chance ou non d’avoir dans nos vies.

Les 15 derniers jours ou le paroxysme de l’impatience

Arrive un moment où le gyneco / la sage-femme te dit « Ça y est ! C’est bon, vous êtes sortis tous les deux de la période de risque, bébé peut arriver quand il veut ! ».

Au début, je me suis dit que c’était bien, mais que la date du terme était sympa, qu’il pouvait rester à l’intérieur jusqu’au bout tant qu’à faire.

Ah ah ah.

La grossesse, une question de poids !

Quand tu démarres à +10 kg de ce que tu aimerais, ton suivi mensuel de grossesse tourne à la torture psychologique. La pesée mensuelle ou juste le fait de devoir dire mon poids, me pose un petit problème. Et ce n’est pas comme si c’était rare. A chaque fois que l’on me demande mon poids, j’ai un moment de gêne et de panique.

Comme je te le disais, mon ventre n’a jamais fait pâlir d’envie qui que ce soit. Et comme ma poitrine est inexistante, on peut dire qu’il ressort forcément. Aussi, quand mon ventre a commencé à s’arrondir, je n’ai vu que ça ! Bizarrement, ma poitrine n’a pas suivi la même courbe de croissance, elle !

Les annonces

Bon, maintenant que je sais qu’il y a quelque chose dans mon ventre, il faut que je l’annonce !

Pour les deux grossesses précédentes, je n’ai rien fait de spécial et je le regrette un peu. Cette grossesse sera probablement la dernière, du coup j’ai envie de faire les choses bien pour une fois.

Mon suivi de grossesse … en images !

Je ne l’avais pas fait pour ma première, je m’étais contentée des photos faites avec mon téléphone portable. Pour cette grossesse j’ai eu envie d’un suivi mois par mois, pour bien voir l’évolution de notre cacahuète…!

L’idée du suivi a bien plus également à l’Homme, et nous avons décidé de faire ce suivi avec une petite particularité : comparer la taille de bébé à des fruits ! J’avais acheté une application de suivi de grossesse (Grossesse+, qui est plutôt bien faite soit dit en passant!) et dedans je pouvais voir tous les mois une photo d’un fruit qui correspondait à mon bébé !

Diversification : « ma » méthode DME (ou presque)

Au cours de mes pérégrinations sur internet je suis un jour tombée sur un article qui parlait de la DME, c’est-à-dire la Diversification Menée par l’Enfant. Cela consiste en gros à ne pas diversifier en donnant des purées mais en donnant directement des morceaux de nourriture à l’enfant.

Je te donne d’abord la théorie et ensuite je te dirai comment on a fait. Je dois te dire que je rédige cet article après plusieurs mois de DME et que donc cela va peut être donner l’impression que j’ai fait cela naturellement, facilement. Pas du tout !! Je me suis posé un milliard de questions pendant des semaines avant de me lancer !

Quand la Lueur teste les différents modes de garde: la crèche!

Alors voilà, comme prévu au contrat, le 30 juin 2016 était le dernier jour de garde d’Ellana chez Sakura. Il a fallut dire au revoir à la « nounou », et se dépêcher de trouver une solution…

Oui parce que malgré ces 4 mois avec un bébé en de bonnes mains, de belles évolutions, la patience de Sakura, le cadeau de la fête des mères et celui de la fête des pères (oui, avec participation du bébé à la création de chacun! elle avait 5 et 6 mois mais elle nous a gâté à sa façon!), c’était à notre tour de lui faire un petit bricolage pour la remercier… et voguer vers de nouveaux horizons!

Des valisettes cadeaux pour mon ainée

Quand bébé arrivera, ma première n’aura pas encore 2 ans, en ce moment ma crainte est qu’elle ne comprenne pas bien ce changement qu’on lui impose, ou qu’elle ne se sente plus autant aimée. Alors pour lui expliquer ces changements et l’impliquer j’ai eu envie de lui préparer des petites attentions pour l’arrivée de bébé, un souvenir à rapporter chaque jour où elle viendra nous voir à la maternité.

Bienvenue à Aliénor, future maman de mars 2017 !

e me présente : Aliénor, 27 ans (bientôt 28, hum), mariée à l’amoureux, 30 ans et maman de Loup, 9 ans. J’ai donc un enfant (relativement) grand et je suis enceinte de Miniloup (ou louve, je ne sais pas, on garde la surprise pour la naissance) depuis 7 mois, pour un accouchement prévu le 25 Mars.

Cette grossesse est voulue et attendue depuis longtemps, et mes enfants auront donc pratiquement 10 ans d’écart.J’ai toujours voulu plusieurs enfants, je suis donc très heureuse d’être (enfin) enceinte. Je ne sais pas si ce sera ma dernière grossesse, mais j’essaye de la vivre à fond, même si des petits soucis de santé m’empêchent de faire exactement tout ce que j’avais prévu (oui, le fantasme de la grossesse idéale, je l’avais… aidée par une première expérience où j’étais en pleine forme).

Bilinguisme, plurilinguisme précoce : 6 idées fausses

J’ai promis depuis très longtemps de venir écrire des articles sur le bilinguisme / plurilinguisme des enfants. Me voilà (mieux vaut tard…). C’est dur d’aborder ce sujet dans un article construit parce qu’il a tellement à dire… Et aussi tellement qui se dit sur le sujet.

En préambule, je voudrais rappeler que je ne suis pas chercheuse dans ce domaine. Non, j’ai juste fait beaucoup de recherches parce que ce sujet me touche particulièrement.

Mon accouchement : notre petite bulle à trois.

Ca y est, mon bébé est né . On demande à l’amoureux s’il veut couper le cordon et je me reconcentre sur le reste. Mon bébé. La puéricultrice me félicite, me dit qu’il est bien beau comme bébé mais qu’il n’est pas si gros que ça, que je m’en faisais pour rien. Elle l’essuie un peu et va le peser. « ah, mais vous avez vu ? ». « vu quoi ? ». « Ce que c’était. »

Ah non. Ça m’était sorti de la tête. On va enfin savoir le sexe ! Elle tend le bébé façon Rafiki et … « C’est un garçon ! ». On a un bébé. On a un garçon. Je regarde l’amoureux. Il est heureux. Je suis heureuse. Tout va bien.

Progrès bébé 2 ans

Choupi a 2 ans

Je me rappelle comme si c’était hier de la première fois où la sage-femme t’a posé sur moi. La sensation de chaleur et de douceur de ton petit corps. Bien que tu sois arrivé un peu tôt, nous n’avons jamais eu l’impression que tu étais plus petit et plus maigre qu’un nouveau-né à terme.

Ça fait déjà deux ans, mais je me souviens encore parfaitement de cet accouchement, des inquiétudes que ta naissance a suscitées. Et encore maintenant, quand j’en parle, je sens des petits picotements dans mes yeux et cette vague d’émotions m’envahir.

future maman troisième enfant

Bienvenue à Camomille, future maman de mars 2017 !

Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, je rejoins l’équipe des super chroniqueuses de Dans Ma Tribu ! Trop la classe, je suis trop chanceuse !!! Ici, je m’appellerai Camomille.

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir des enfants. Plusieurs. Pas forcément beaucoup, non, mais au moins deux. Maximum quatre. Et j’ai toujours pensé que l’idéal, c’était trois. Pourquoi ? Parce que dans ma famille, on est trois, j’imagine. Et je pense que lorsqu’on grandit dans un schéma familial qui nous convient, on a tendance à le reproduire. Par contre, d’où me vient cette envie viscérale d’être mère ? Aucune idée ! On peut dire que j’ai grandi avec.