Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les bébés nageurs


Publié le 7 mai 2019 par Bibi

Le lendemain du jour des 3 mois de ma Pépette, je l’ai inscrite aux bébés nageurs. C’est l’âge limite pour commencer : les classes commencent par le groupe des tortues, pour les enfants de 3 à 6 mois.

Au début, je n’avais pas de grand plan, j’ai juste pensé à l’inscrire parce que la piscine est littéralement à 2 portes de chez nous. Et plus j’y réfléchissais, plus c’était une évidence pour moi : Pépette sera un bébé nageur.

Alors si toi aussi tu hésites à sauter à l’eau (celle-là, j’étais obligée de la faire), laisse-moi t’expliquer pourquoi on aime nos séances à la piscine.

Bebe sous l'eauCrédit photo (creative commons): Tony Hisgett – Pixabay

Le déroulement d’une séance

Tout d’abord, sache que les risques sont minimes. L’instructeur apprend les bonnes façons de tenir l’enfant dans l’eau, et de toute façon tu passeras ton temps à regarder le visage de ton bébé pour vérifier que tout va bien. La nôtre, en grande morfale qui se respecte, essaye activement de boire l’eau de la piscine à chaque fois qu’elle est à portée de bouche. Un minimum de vigilance nous permet de l’arrêter. Et même si elle a réussi, une ou deux fois, à gober un peu d’eau à notre insu, ça ne l’a jamais rendu malade.

De même, une attention toute particulière est apportée à l’hygiène. Les douches sont obligatoires pour tout le monde (parents et enfants) avant le bain, l’eau est très peu chlorée, tout le monde porte un bonnet de bain (au moins on est à égalité dans le charisme), et l’instructeur vérifie au début de chaque séance, sur chaque enfant, l’étanchéité de la couche de bain.

Ces deux points, qui étaient de la plus haute importance pour moi, ont très vite été écartés de mon esprit : les 10 premières minutes de la première séance sont consacrées aux instructions d’hygiène et de sécurité. A la première session, nous avons donc passé 15 minutes dans l’eau. Sache qu’il est recommandé de ne pas dépasser les 30 minutes. Nous sommes 6 enfants dans notre groupe (le maximum est 10), dans un bassin peu profond (l’eau arrive aux épaules de la plupart des parents), rempli d’une eau à 33 degrés.

Cette demi-heure n’a absolument rien à voir avec une leçon de natation. L’objectif principal est de faire évoluer les bébés dans l’eau, en suivant leur rythme. L’instructeur donne quelques idées d’activité, nous montre comment bien tenir les petites tortues dans l’eau, et de manière générale guide le groupe. Mais, avant tout, on laisse bébé s’épanouir dans ce nouvel environnement. Au fur et à mesure, on l’habitue à avoir la tête sous l’eau et on lui apprend le réflexe de retenir sa respiration. A l’âge de notre crevette, elle ne quittera presque jamais nos bras, mais elle a déjà commencé à mettre la tête sous l’eau et à nager toute seule pour quelques secondes! J’ai pu voir de mes propres yeux le réflexe natatoire des bébés, c’est-à-dire celui de pédaler avec les pieds quand il est sous l’eau.

Une petite demi-heure d’activité douce, donc. Mais qui au final épuise la crevette. Mine de rien, c’est un nouveau milieu, avec des nouvelles odeurs, un éclairage étrange et des sons qui résonnent différemment.  Après ça et tout les exercices physiques que cela demande, c’est une sieste de minimum 2 heures assurée!

Les avantages physiques

C’est un excellent moyen de développer la motricité de la petite tortue. Passer facilement de l’avant à l’arrière, se laisser flotter, la Pépette se transforme d’un coup en sirène détendue, et surtout, plus fluide dans ses mouvements. Les multiples activités (passer sous des frites colorées, faire splish-splash, se laisser flotter) favorisent l’éveil et la coordination des mouvements. Elle se retourne, voit l’effet de ses mains quand elle tape l’eau, bref, c’est le meilleur endroit pour explorer son corps et découvrir tout ce qu’il peut faire. Beaucoup d’exercices lui permettent de trouver son propre équilibre plus facilement que sur terre. Depuis qu’elle a commencé, elle est plus mobile sur le ventre et tient plus longtemps debout.

Mais la principale raison pour laquelle nous l’avons inscrite, c’est pour l’habituer à l’eau. Les nourrissons n’ont pas particulièrement peur de l’eau, mais s’ils ne sont pas familiers avec cet élément ils peuvent développer une appréhension. Et c’est vrai que les premiers bains à la maison étaient une vraie épreuve. Toujours très crispée, elle pleurait dès qu’elle en sortait et vomissait s’il ne lui restait ne serait-ce qu’une once de lait dans le ventre.

Dans ces circonstances, l’idée de la mettre dans l’eau une demi-heure toutes les semaines parait idiote. Et pourtant ! C’est justement parce qu’elle n’était pas du tout à l’aise dans l’eau que j’ai trouvé important de l’y plonger (haha jeu de mot). Car après tout, elle sera entourée d’eau pendant toute sa vie. La piscine de ses grands-parents dans le Sud, le lagon du parrain réunionnais, la mer bretonne de la famille paternelle, sans parler de tous les bains qu’elle va devoir prendre : notre petite se devra d’être une vraie sirène !

SireneCrédit photo (creative commons): Mehgan Heaney-Grier

Et l’habituer dès maintenant à être dans l’eau, à ne pas avoir peur de cet élément, et à développer les bons réflexes est éminemment important. Depuis qu’elle est inscrite par exemple, elle a pris le réflexe de relever la tête quand elle a le menton dans l’eau. C’est un automatisme qui l’empêchera de se noyer dans 2 cm d’eau. Ouf. Ça nous rassure, nous, parents stressés, de savoir qu’elle est un petit peu plus en sécurité. On a aussi développé un signal qui lui indique quand elle doit fermer les yeux et la bouche. Un simple « 1,2,3, plouf! » avant de lui passer de l’eau sur le visage, pendant 3 semaines, et hop! notre fille était conditionnée pour tout refermer dès qu’elle entendait le signal.

Les avantages pour nous

Cette demi-heure par semaine a aussi des avantages pour nous (sans parler des deux heures de répit sieste qui suivent). C’est avant tout un moment privilégié avec notre Pépette. On l’accompagne dans tout ce qu’elle fait, et chaque instant est un moment partagé avec elle.

On s’aperçoit très vite à quel point elle nous fait confiance. La première fois qu’on lui a mis la tête sous l’eau, elle nous a regardé avec des grands yeux pour voir notre réaction. Si nous sommes détendus, elle sourira et se dira que tout est normal. Patauger avec elle nous aide à mieux la connaitre, à mieux l’écouter aussi. On a très vite remarqué qu’au bout de 15 minutes, elle fatiguait, et que ce n’était pas la peine d’essayer de nouvelles choses.

On apprend aussi à ne pas trop la protéger. Enfin, je dis « on »… C’est surtout moi qui a une fâcheuse tendance mère poule. Pendant les premières séances, j’ai eu du mal à l’éloigner de moi (on ne se refait pas). Je n’avais pas particulièrement peur, mais je m’imaginais qu’elle était plus sereine proche de moi. Ce n’était pas le cas, ce qui est à la fois un peu triste (pour moi) mais encourageant (pour ma Pépette). Elle apprend déjà l’indépendance, à 4 mois. C’est en voyant ça que j’ai su que je pouvais lui faire confiance et ne pas la serrer trop fort dans mes bras.

BEbe et son papa dans l'eau
Crédit photo (creative commons): 947051 -Pixabay

Et enfin, c’est aussi un moment où la Pépette (et nous par extension) voyons d’autres bébés. En tant que parents expatriés dans un pays où aucun de nos amis n’a d’enfants, socialiser avec d’autres familles est très compliqué pour nous. Avec les bébés nageurs, on est sûrs de voir les mêmes parents et enfants une fois par semaine. Même si nous restons quand même focalisés sur notre fille et son attitude dans l’eau, il y a quelques moments d’interactions entre les enfants. Pépette est très intriguée par ses petits compatriotes, et au fur et à mesure des séances nous commençons à nouer des liens avec les familles présentes. Dès qu’on apprendra les paroles des chansons suédoises (au lieu de chantonner faiblement les trois mots que l’on reconnait), je suis certaine qu’on sera intégrés dans un nouveau groupe !

Au final, on attend toujours avec impatience notre session des bébés nageurs. C’est excitant pour nous, c’est bénéfique pour elle, bref, c’est toujours un chouette moment que l’on passe tous les trois. On ne s’attend pas à élever la prochaine Laure Manadou, mais on s’assure d’avoir un enfant qui n’a pas peur de l’eau.

Toi aussi, tu veux inscrire ton bébé chez les nageurs?  Ou tu as déjà fait l’experience? Ton bébé est plutôt sirène ou plutôt ver de terre?

 


Tu en as marre de courir les magasins pour les fringues des enfants ? Et ce tous les mois, vu à la vitesse à laquelle ils grandissent ? Et je ne parle pas du petit qui hurle (que ce soit le tien ou celui d’une autre, grrr) parce qu’il ne veut pas essayer ce pull-là… Et si tu recevais directement chez toi de jolis looks (du 1 mois au 14 ans !) à essayer TRAN-QUILLE-MENT. Ça va ? Tu gardes et tu payes. Ça ne va pas ? Tu renvoies gratuitement. Bref, viens vite tester Little Cigogne !

Commentaires

21   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Grenouille

Nous aussi elle détestait le bain, alors direction la piscine un peu avant 4 mois. Chez nous les bébés nageurs commencent à 6 mois seulement et c’est beaucoup plus libre que chez vous : pas vraiment d’atelier, plutôt une mise à disposition d’équipements / jeux. Maintenant à 15 mois, elle court sur les tapis disposés sur l’eau, fait du toboggan … On reste en général 1 heure dans l’eau en surveillant bien qu’elle n’ait pas froid. D’ailleurs c’es plutôt nous avons tendance à avoir froid ! Outre la température de l’eau, le point crucial est la température de l’air car on est semi-imergé et pas très actif.
Bref nous on adore notre rituel du dimanche matin (même si elle ne fait pas la sieste après !).

le 07/05/2019 à 07h27 | Répondre

Bibi

Pas une sieste, après 1 heure dans l’eau! Quelle énergie! Nous elle s’éteint des qu’on passe la porte de l’appartement… Quant à la température de l’air, chez nous la salle est chauffée à 33, ce qui fait qu’il n’y a aucune différence de température entre l’air et l’eau… C’est l’entrée au vestiaire qui est rude!

le 07/05/2019 à 09h16 | Répondre

Maud - a Step to a Gentle Life (voir son site)

Nous aussi nous allons aux bébés nageurs pour nos deux filles mais à te lire, je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt et plus souvent.

Déjà parce que ça devait être tellement émouvant de voir son tout petit bébé avec ses réflexes de « nage » !

Et ça je le savais déjà : pour familiariser l’enfant avec l’eau. Ma grande (3 ans 1/2) adore aller à la piscine mais déteste être éclaboussée et avoir la tête sous l’eau (le lavage des cheveux est toujours une épreuve pour nous deux, je délègue très souvent au papa !)… Elle a donc développé une appréhension.

J’ai d’ailleurs récemment pris des cours de natation pour éradiquer mon inconfort de mettre la tête sous l’eau. Car oui, comment l’aider si j’ai moi même une appréhension ?!

Pour ma 2e (14 mois), je pense qu’il n’est pas trop tard, mais elle commence déjà à nous montrer qu’elle est gênée par l’eau sur le visage. A la dernière séance, nous avions un bébé koala agrippé à nous qui tremblait dès qu’on tentait de l’éloigner un petit peu ! :/

En tout cas, ton article me donne envie d’aller aux bébés nageurs samedi 🙂 En plus, autant en profiter, on peut encore emmener nos 2 filles ensemble (jusqu’aux 4 ans de la grande).

le 07/05/2019 à 07h47 | Répondre

Bibi

Je trouve ça super que toi aussi tu prennes des cours, c’est important de ne pas transmettre ses appréhensions à ses enfants. Je pense aussi que c’est essentiel, à n’importe quel age, d’être familier avec l’eau, donc si tu peux y aller avec tes filles, profites!

le 07/05/2019 à 09h20 | Répondre

merle

C’est marrant j’ai commencé exactement pour les mêmes raisons ! On a dû changer de baignoire pour notre puce suite à un déménagement et alors que dans la précédente elle se couchait la nouvelle était trop petite : résultat elle a essayé de se coucher et hop tête sous l’eau… on s’est retrouvé avec un bébé qui paniquait au moment du bain. Et une séance de bébés nageurs a suffit à régler le soucis ^^ On a donc continué, et en tant qu’expat maman au foyer ça aide aussi d’avoir des activités dans la semaine. Maintenant qu’on est rentrés en France on continue mais les nouveaux bébés nageurs ne sont pas top : les enfants ne sont pas séparés par âge, du coup ce n’est pas franchement un cours plutôt 30 min d’amusement avec des exercices à faire. Et selon les séances le maître nageur étant plus ou moins disponible on peut se retrouver sur une séance à avoir plein (trop) de nouveauté à faire faire à la puce, et trois séances à faire les exercices banales. Bref on changera l’année prochaine je pense en espérant trouver quelque chose pour les enfants de 3-4 ans !

le 07/05/2019 à 08h42 | Répondre

Bibi

Le changement de comportement dans le bain est assez radical chez nous aussi, et c’est tant mieux ! Je te rejoins, les activités en tant que mère au foyer, et expat en plus, c’est ultra important. C’est dommage que ce soit moins chouette pour vous dans votre nouvelle piscine, mais vous trouverez surement mieux!

le 07/05/2019 à 09h26 | Répondre

Virg

Tu prêches une convaincue ! Nous n’avons pas pu y aller aussi souvent que nous l’aurions voulu entre nos boulots et les maladies hivernales mais j’ai tout de suite estimé que c’était indispensable pour que notre fille conserve le réflexe de tout fermer. J’ai trop entendu de récits de premières mains qui font froid dans le dos. Une enfant de 2 ans qui marche dans une piscine à fond incliné et qui reste sous l’eau quand elle passe au moment où c’est trop haut, sans réflexe de fermer, de faire demi tour ou au moins de nager, une autre de 3 ans qui tombe dans un trou dans un lac, heureusement quelqu’un l’a vue « mais je t’ai appelée dans l’eau maman ». Sans vouloir faire flipper tout le monde, je pense vraiment que ces quelques secondes gagnées grâce à de bons réflexes pourraient éviter de nombreux drames, bébé nageur devrait être obligatoire au même titre que les premiers secours.
En revanche, ça n’a rien changé à ses renvois dans l’eau, peut-être parce que nous n’avons pas pu y aller très souvent mais je pense que c’est aussi dû à la position sur le dos dans le bain alors qu’à la piscine bébé peut « s’installer » debout, sur le ventre, etc. Après, notre fille avait un RGO, donc point de miracle.
1,2,3 plouf c’est une très bonne idée que j’aurais voulu entendre il y a quelques mois pour le rinçage de la tête dans son bain ! Elle a 2 ans, je vais quand même essayer de l’instaurer, sait-on jamais ! Merci de l’avoir mentionnée 😉

le 07/05/2019 à 09h07 | Répondre

Bibi

Je te rejoins, quelques réflexes acquis tôt peuvent être salvateurs. Et nous ça nous permet d’être un peu plus sereins quand elle sera en vacances au bord de la piscine.
Le « 1,2,3, plouf » est une des premières choses que nous a appris l’instructrice et c’est si simple et évident que je le répète à tout le monde! Aucun doute qu’à 2 ans ta fille attrapera le réflexe.

le 07/05/2019 à 09h31 | Répondre

Marjolie

Mais comment apprend-on à un bébé de trois mois à fermer les écoutilles quand l’eau se rapproche de la tête? Comment procéder?

le 07/05/2019 à 10h06 | Répondre

Virg

C’est un réflexe inné qu’ils perdent entre 9 mois et 12 mois si on ne les entraîne pas. Donc ils le font tout seul, ce n’est pas un apprentissage, il suffit juste de leur faire conserver le réflexe.

le 07/05/2019 à 10h16 | Répondre

Marjolie

D’accord, merci!

le 07/05/2019 à 15h44 | Répondre

Pauline

Merci pour cet article ! J’étais déjà convaincue des bienfaits des bébés nageurs, et je le suis encore plus maintenant ! Vers chez moi, j’ai seulement trouvé une association de bébés nageurs, gérée par des parents (les cours aussi d’après ce que j’ai compris), du coup, ça me tente moins, mais je vais me pencher sur la question pour septembre (bébé aura 1 an, et même si j’aurais aimé commencé plus tôt, c’était compliqué niveau emploi du temps …). J’espère vraiment pouvoir partager ce moment avec bébé et papa, ça me fait terriblement envie !!!

le 07/05/2019 à 11h44 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

J’ai toujours voulu tenter les bébés nageurs avant la naissance de mes enfants. Mais avec des jumeaux, j’ai abandonné l’idée étant donné que papa devait toujours être présent avec moi et qu’il déteste la piscine.

Et puis après, j’ai laissé tomber l’idée par fatigue. Bébé 4 va arriver, mais lorsqu’elle pourra y aller, on va arriver en hiver, donc ce ne sera pas encore pour cette fois …

le 07/05/2019 à 11h56 | Répondre

Bibi

Tout d’abord, félicitations pour ton quatrième ! J’imagine la galère que ça doit être toute seule avec des jumeaux, et je te comprends de ne pas avoir insisté!
Cela dit, pour la période, nous nous avons commencé en janvier en Suède. Peut-être qu’on est trop habitués au froid, mais comme ils disent ici: il n’y a pas de mauvais temps, que de mauvais vêtements ! (en gros, tant que tu t’habilles bien, pas de problèmes)

le 10/05/2019 à 09h21 | Répondre

Flora

Les bébés nageurs ont le vent en poupe et je trepignais avant les 3 mois de ma grenouille pour pouvoir l’y amener. On a fait quelques séances puis je suis tombée sur une étude, au détour d’une conversation avec un collègue qui m’a fait le coup d’une douche froide ! Il serait fort probable qu’exposer les bébés au chlore si jeune (même en quantités réduites) augmente les chances d’avoir des soucis ORL plus tard… Ça a suffit à effacer notre motivation surtout que notre bébé est beaucoup moins exposée à l’eau dans la vie de tous les jours.

le 07/05/2019 à 14h01 | Répondre

Vee

Pareil pour nous, du coup on a préféré renoncer aussi…

le 07/05/2019 à 20h54 | Répondre

Bibi

Notre piscine est exclusivement réservé aux bébés et aux enfants, donc je sais que l’apport en chlore est vraiment minimal…. Cela dit je serais intéressée de lire l’étude mentionnée, est-ce que tu aurais le lien?

le 10/05/2019 à 09h16 | Répondre

Stéphanie

J’aurais adoré faire des vrais bébés nageurs mais ça ne s’est pas fait pour pleins de raisons. D’abord c’est uniquement à partir de 6 mois, e qui tombait en avril pour notre marmotte et l’an dernier pas de cycle bébé nageur au printemps et en été. Bon.
Les cycles sont uniquement le dimanche matin et nous le dimanche on fait pleins de choses en famille en nature mais l’idée de devoir nous empêcher de faire tout ça pour aller 30min dans une piscine nous motivait beaucoup moins.
Après j’ai appris qu’en fait il n’y avait pas vraiment de cours, c’était juste un créneau a destination des petits avec des jeux dans l’eau mais pas d’instructeur particulierement.
J’ai donc laissé tomber!

le 08/05/2019 à 15h01 | Répondre

Cécile (voir son site)

Ah, mais sa fait rêver tout ça !
Je vais me renseigner chez les piscines près de chez nous.
Bises

le 08/05/2019 à 18h30 | Répondre

Cacy

Jeune maman à Malmö aussi, je suis intéressée par la piscine où tu as fait les bébés nageurs.

Si tu veux faire un fika en français un jour prochain (pour discuter entre autre de l’éducation des petits suédois ou de la difficulté d’avoir ses parents au loin, tu peux me faire signe.

le 09/05/2019 à 20h07 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?