Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Je suis jeune… mais j’ai très envie de faire un enfant !


Publié le 29 mai 2014 par Nilith lutine

« Tu as encore bien le temps », peut-on me dire. Oui, c’est vrai. Mon horloge biologique n’est pas en train de s’affoler, l’alarme du « attention, dans 5 ans, ce sera peut-être trop tard » n’est pas en train de sonner. Cet ultimatum est encore bien lointain.

Mais la question de l’envie d’enfants ne résonne pas uniquement par rapport à une date buttoir. Elle résonne aussi par rapport à depuis quand cette histoire nous travaille, et par rapport à sa force.

J’ai 23 ans, un âge auquel la plupart des gens sont encore bien loin de ces préoccupations. Un âge auquel la Norme considère que c’est inconscient de se lancer dans cette aventure : on n’est plus tout à fait la mythique maman ado je-m’en-foutiste, mais presque !

Oui, j’ai envie d’avoir des enfants. Ce n’est pas une vague envie qui m’est arrivée dessus gentiment, en voyant les enfants de mes proches. Ce n’est pas un « ah, quand même, c’est bien mignon… », qui revient dans la tête une fois par trimestre, quand je les vois.

Je veux des enfants. Très fort. D’une de ces envies qui plie l’estomac en 40… Et qui, oui, est encore augmentée par la venue de tous les petiots de l’entourage, forcément.

Cette envie me travaille depuis bien longtemps. À l’âge où les filles commencent à s’intéresser aux garçons, j’étais déjà passée au stade où la maternité me titillait. Fortement.

J’ai toujours pensé que je serais maman très jeune. Finalement, à 17 ans (âge auquel je pensais devenir mère, quelques années plus tôt), il n’y avait pas plus de bébé que de papa. À 19 ans (âge vers lequel j’avais reculé ma « limite », quand j’ai eu une quinzaine d’années), pas de bébé, mais un papa potentiel, que j’ai épousé.

Je ne regrette pas de ne finalement pas avoir eu d’enfants à cet âge. Ça s’est fait comme ça, ce n’était pas possible, voilà tout. Aucune des circonstances raisonnables nécessaires n’étaient réunies. Heureusement que la vie ne suit pas toujours la planification parfaite qu’on s’est imaginé auparavant.

photo bébé

Crédits photo (creative commons) : Ruby Lane Photography

Mais toujours est-il que depuis les « quand je serais grande » de petite fille à aujourd’hui, en passant par l’envie violente et trop précoce, le temps a coulé. Je ne viens pas juste de me réveiller en me disant « tiens, en fait, je ferais bien un bébé ! ».

Mon amoureux aimerait beaucoup se lancer dans l’aventure, lui aussi. On s’était dit qu’on commencerait à essayer de faire un bébé au cours de notre voyage de noces, en juin 2013. On s’était dit que l’appartement où l’on déménagerait pourrait tout à fait accueillir un bébé.

Et puis, on a découvert que cet appartement, outre sa taille « plus grande que le studio » mais « en fait pas si grande que ça », était surtout très anxiogène pour nous. Je n’imagine pas être avec un nourrisson dans ces conditions. J’ai même du mal à me voir enceinte ici.

Pour nous, juin 2013, c’était déjà bien loin. Mais c’était histoire d’associer ça à un moment symbolique, tout en profitant pour mettre quelques sous de côté en amont, et en prenant le temps de bien s’installer.

C’est un rêve qui s’envole. Repoussé à une date ultérieure. Dans pas trop-trop longtemps non plus. Le temps qu’il faudra pour déménager à nouveau, s’installer, trouver un équilibre financier. Dans pas trop-trop longtemps… J’espère.

Les semaines passant, l’idée que cette maternité s’éloigne encore un peu devient de plus en plus lourde. Là où je regardais, attendrie, un bébé gazouillant dans les transports en communs… Je le regarde désormais, attendrie… Et les yeux embués, avec une grosse boule dans la gorge.

C’est la même chose lorsque c’est un enfant plus grand. Et même lorsque l’enfant ne gazouille pas, mais est en pleine crise. (Même pas peur !)

Un syndrome qui s’accroît au fil du temps… Des larmes qui viennent devant une vidéo. Devant une photo. En entendant par ma fenêtre, dans la rue, un petit enfant discuter dans son dialecte encore incompréhensible. Les yeux embués, ma main qui sert celle de mon chéri, lorsqu’apparaît tout simplement, au milieu d’un film, un bébé qui découvre le monde, ou une fillette espiègle.

Une envie très forte. De temps en temps, elle me laisse un peu tranquille. Elle est là, mais elle ne me tiraille pas. Lorsque cette envie devient fulgurante, j’essaye de la cacher tant bien que mal dans un grand sac nommé « raison ».

Lorsque je pourrais sortir l’envie de ce sac, j’espère fort ne pas avoir à l’enfouir à nouveau, dans un sombre sac nommé « problèmes de fertilité ». L’envie est tellement folle que je peine à imaginer ô combien elle doit être douloureuse lorsqu’il faut la ravaler, alors que tout le reste est prêt, et que même la raison n’a plus rien à redire.

J’imagine alors le cœur qui se sert, les soupirs, les larmes… Et malgré tout, toujours les sourires émus devant les enfants des autres. Mais cette fois, sans le « bientôt, bientôt » qui peut venir mettre un peu de baume au cœur… parce que, finalement, on ne sait même plus si vraiment, ce « bientôt » pourra venir.

Plein de pensées tendres à celles et ceux qui attendent…

Et toi ? Tu as une grande envie d’avoir des enfants ? Depuis quand dure-t-elle ? Tu te sens blessée quand les gens te disent « bah, tu as bien le temps ! » ? Dis-moi !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

24   Commentaires Laisser un commentaire ?

sunshine

ton article me fait penser à l’adage « si on attends le moment parfait pour avoir un enfant, on en aura jamais! » personnellement, je n’ai pas attendu! je me suis lancée au moment le moins propice. on avait décidé de déménagé, je venais de quitter mon travail et me voilà enceinte. cette expérience m’a appris que la vie est généralement bien faite et quand on les bouscules, les événements s’enchaînent plutôt bien! je pense que le plus difficile quand on souhaite faire un enfant, ce n’est pas d’avoir l’argent ou un nid douillet. le plus difficile, c’est de se lancer!

le 29/05/2014 à 11h47 | Répondre

Nilith lutine

Je suis bien d’accord. 😉

Toutefois, pour moi, il y a une chose indispensable : se sentir bien. Et là où j’habite actuellement, ce n’est pas le cas, je me sens même de plus en plus mal, je suis toujours tendue. 🙁 Nos voisins + la proximité de la rue nous imposent de dormir avec des bouchons d’oreilles, si nous ne voulons pas être réveillés en pleine nuit. Et ça, vraiment, avec un petit lutin, je ne le sens pas ! (Pas forcément parce que ça le réveillerait lui – c’est une possibilité mais les bébés ont tout de même souvent le sommeil lourd – mais parce que moi, j’ai le sommeil très léger, même très fatiguée, et que je ne serais pas rassurée de ne pas entendre mon bébé, avec des bouchons d’oreilles.)

Je ne pense pas qu’il faille absolument avoir déjà une maison, deux CDI à plein temps et un labrador avant de pouvoir envisager faire un enfant. (D’autant que finalement, au début, ce n’est pas là que ça coûte le plus cher : ce n’est pas à 2 mois qu’il réclamera des habits qui n’ont pas été récupérés, des jouets supersoniques, ou un placard qui n’est pas celui de Mamie, il s’en fiche pas mal ! 😆 )
Nous serons très loin de cette situation lorsque bébé arrivera (s’il ne met pas trop de temps à s’installer), et serons justement au milieu de plein d’autre projets potentiellement risqués (dont nous avons bien pris la mesure afin que les risques soient facilement contournés, mais ces risques existent néanmoins).
Idéalement on aurait évité le « supercombo multirisques », sauf que certaines choses ont pris du retard… Alors tant pis, va pour le supercombo, on ne peut et on ne veut plus attendre ! 🙂

le 02/06/2014 à 11h56 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Je me retrouve complètement dans ton histoire. L’envie depuis toujours, la croyance du bébé à 17 ans mais pas de papa, un papa potentiel rencontré à 20 ans, que j’ai épousé… La différence, c’est que j’ai maintenant 25 ans et un bébé sur les genoux 🙂 La situation n’est pas idéale, un CDI pour lui dans une branche qui ne l’intéresse pas, pas de travail pour moi, un appart avec une seule chambre, mais quand l’envie commence à devenir plus forte que tout… Courage à toi pour l’attente, mais je suis sûre que ton tour viendra très vite ! (par contre, « même pas peur des crises », c’est ce qu’on dit quand ce n’est pas le sien ;))

le 29/05/2014 à 14h15 | Répondre

Nilith lutine

J’espère alors qu’à 25 ans, je pourrais dire comme toi, à mon tour, qu’après ce parcours, j’ai maintenant un bébé sur les genoux. 🙂 ♥
Je dis « même pas peur des crises » non pas dans le sens que je m’imagine gérer systématiquement les crises avec efficacité quand je serais maman… Mais parce que savoir qu’elles sont monnaie courante ne me fait pas passer l’envie du tout ! 😉

le 02/06/2014 à 12h03 | Répondre

Sophie

C’est drôle, parce que j’ai eu ce parcours là…
sauf qu’à 15 ans(moins un jour), au lieu de devenir maman, je suis devenue la grande soeur d’une adorable petite coquine… Ce qui a « épanché » mon envie à ce moment là. J’ai été sa deuxième maman, et maintenant je suis à la fois copine, grande soeur, confidente de cette tjs aussi coquine de ptite soeur ^^
J’ai eu un premier mari, jeune. Le bébé malgré les essais n’est pas venu. Deux années d’enfer pour moi.
Séparation, instance de divorce. et puis, LA rencontre qui change une vie.
Et la suite est même devenue une blague avec les copines: « oh oui, moi, dès que je l’ai vu, je suis tombée enceinte, ha ha »… XD
Les conditions étaient là: un cdi tous les deux, un amour réciproque, et surtout je ne voyais que lui pour être le père de mes enfants.
J’avais 23 ans.
J’en ai presque 30 maintenant, et je suis la fatiguée-mais-heureuse maman de trois enfants de 5, 4 et 2 ans.
Je te souhaite de réaliser ton rêve…

Alors bon c’est vrai que c’est étrange. J’avais 23 ans pour mon premier. ma BS vient d’avoir son premier à 25 ans, et on a crié « oh la la mais elle est trop jeune »… oui, oui, nous… XD
Ma petite soeur attend ses résultats de son concours, et m’a annoncé que si elle l’a, elle espère être maman l’année prochaine… Même réflexion de ma part: « mais ca va pas? t’as 27 ans, tu as le temps!! »
Mais c’est pas méchant… jsuis super contente au contraire; mais je pense aussi à tout ce qu’un enfant change dans une vie. Et que, avec le recul, on aurait eut être attendu un an, le temps de voyager et de profiter à deux. malgré tout, aucun regret: les voyages, on les fait à 5, c’st plus marrant ^^

le 29/05/2014 à 15h46 | Répondre

Nilith lutine

🙂 Je me demande ce que serait mon envie si j’avais eu un petit frère ou une petite sœur. En tout cas il est clair que je voulais un petit frère/petite sœur : pendant des années, j’en réclamais CHAQUE JOUR à ma mère. (Pfiou, la pauvre, comme ça a dû être pénible ! 😮 )

Je sais que ces petites remarques à la « tu as bien le temps » ne partent que de bons sentiments… Comme pour les préparatifs du mariage dont on essaye vainement de parler un peu un an avant, quoi. 😀 (Tiens d’ailleurs, c’est la même formulation… 😛 « bien le temps », qu’on a, paraît-il. 😆 )
Je sais que ce n’est pas méchant, mais ces paroles servent souvent à clôturer le sujet, et c’est ça qui est réellement blessant, plus que la phrase en elle-même.

le 02/06/2014 à 12h21 | Répondre

Mademoiselle A

Je me retrouve aussi beaucoup dans ton histoire. Fille aînée eue relativement tôt par ma mère, je suis cependant baignée par les « prends ton temps » et « profite », car j’ai été un bébé surprise, et je n’ai encore « que » 23 ans. Je raisonne donc mon envie, comme toi, depuis bien longtemps, également parce que pour faire un bébé, il faut un papa.
Aujourd’hui, je l’ai trouvé, et il en a autant envie que moi, mais nous voulons donner à ce premier enfant une vie stable et loin des soucis, donc la raison nous impose de repousser encore un peu.

Je te souhaite de pouvoir bientôt t’y mettre aussi, dans un environnement propice, puisque je sens que vous avez déjà énormément à donner à votre futur enfant.

le 30/05/2014 à 12h07 | Répondre

Nilith lutine

🙂 Ici, mes parents m’ont eu assez tard, presque 37 ans pour ma mère. J’étais son premier, quelques mois avant de tomber enceinte, elle ne voulait pas d’enfants.
Autant dire que je vais dans le sens contraire ! 😀 Et par choix, pas « parce que ça se fait comme ça », comme c’était généralement le cas pour nos grands-parents.

Mais c’est clair que ça doit faire bizarre quand ce sont ses enfants, ses petits-enfants, son petit frère, sa petite soeur… Les voir devenir parents à leur tour…

le 03/06/2014 à 15h18 | Répondre

myrabelle

halala, comme je te comprend… je voulais faire un bébé à 16 ans, puis à 23 comme ma maman… je vis tout comme toi, j’ai tout vécu comme toi (1 an avant, mariée en juin 2012). Aujourd’hui, j’ai 26 ans, et quand le sac « raison » a laissé échappé tout ça, c’est rapidement parti vers ce gros sac sombre dont tu parles… je pense en faire un article, moi aussi…

le 02/06/2014 à 22h28 | Répondre

Nilith lutine

🙁
Je te souhaite que vous puissiez bientôt jeter ce vilain sac très loin…

N’hésite pas pour l’article, cela parlera sans doute à beaucoup de personnes dans le même cas… ♥

le 03/06/2014 à 15h00 | Répondre

Loulou

Coucou Lutine
Alors moi je ne souhaitais pas avoir un enfant « si » jeune mais j’en ai toujours voulus beaucoup (3 ou 4). Donc je ne voulais pas commencer trop tard à cause de ça. Et je me voyais maman à 25 ans. Sauf que celui avec qui je suis restée longtemps, rencontré à 17 ans, n’était pas du tout le bon. Et à 24 ans je me suis séparée de lui. Et j’ai rencontré l’homme de ma vie dans la foulée.
Un mariage d’hiver l’année dernière, un voyage de noces, et nous nous sommes lancés, à 28 ans. Mon petit bébé d’amour est arrivé un mois avant mes 29 ans cette année, il a 3 mois et demi.
Quand l’envie est devenue comme tu décris, que je voyais un bébé et que je mourrais d’envie d’en avoir un aussi, que les pleurs me faisaient moins peur (oui, « moins » pour ma part, hihi, j’en avais toujours un peu peur!), et bien j’ai eu la chance de pouvoir concrétiser tout ça car toutes les conditions idéales étaient réunies et surtout, Chéri en avait envie aussi au même moment.
Je me dis des fois que j’aurais attendu plus longtemps si j’avais su que ça marcherait aussi vite pour profiter un peu plus à 2. Et d’autres fois je me dis que là je voudrais déjà un autre bébé. Mais surtout je suis super heureuse. Pour nous c’était le bon âge, bien niveau boulot, la maison achetée, bien dans notre couple, bien dans ma peau de femme pour accepter les déformations de la grossesse (que j’aurais moins bien vécues 4/5 ans plus tôt je pense).
Je te souhaite que ton envie soit vite concrétisée. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie mais c’es vrai que mon fils est vraiment une source immense de joie dans ma vie, bien qu’il n’en fasse partie que depuis 3 mois (ou 12 mois si tu comptes la grossesse, car il compte aussi pendant ce temps là!). Nous sommes comblés à 3, ce bébé est adorable, nous l’aimons plus que tout.
J’espère que bientôt tu connaîtras cela et surtout que vous n’aurez aucun souci. Je réalise pleinement ma chance quand j’entends les parcours de combattantes de certaines (certains, incluant les papas). Mais ne pense pas à ça pour le moment!

Courage 🙂

le 03/06/2014 à 13h49 | Répondre

Nilith lutine

Ça tombe bien que quand l’envie est devenue très forte, tu aies été avec la bonne personne ! 🙂
Pour le coup, on avait très envie de faire un bébé déjà avant le mariage, ça fait donc plus de 2 ans : c’est bon, on a assez profité de nous… On en reprofitera dans 40 ans. 😆

Même si le sujet des problèmes de fertilité n’est pas une angoisse qui me submerge avant même d’avoir commencé, je veux y penser un peu : pour ne jamais oublier cette possibilité et ne pas mettre les pieds dans le plat face à un jeune couple, qui, peut-être, aimerait bien mais ne peut pas. Pour ne pas tomber de tout en haut si ça m’arrive. Et pour nos proches qui sont dans cette galère-là. 😉

le 03/06/2014 à 14h56 | Répondre

Loulou

oui j’ai eu de la chance tout s’est bien enchaîné au niveau de nos envies et de nos possibilités, ça concordait bien!
Je suis d’accord pour profiter dans 40 ans hihi je me dis souvent ça: profiter avant c’est cool (si on a envie hein pas besoin d’attendre inutilement) mais je veux aussi un « après les enfants ». Quand les études, la maison seront payées. Qu’on aura nos salaires pleins tous les mois sans crédit immo ou loyer étudiant. Là on se fera de beaux voyages j’espère!!!! On en fait déjà comme on peut mais le « souci » n’est pas vraiment le bébé à présent (on l’a déjà emmené en week end il était sage comme une image) mais plutôt le budget! DOnc oui moi je ne vois pas l’après enfant comme un truc horrible mais comme une nouvelle vie à 2 et des moments familiaux avec mes enfants adultes (et peut être…. parents?).

le 03/06/2014 à 15h43 | Répondre

Athéna

Je suis justement dans le cas qui te fais « peur »…

J’ai toujours été comme toi, j’ai toujours eu envie d’un enfant, du plus loin que je me souvienne je voulais être mère.
Déjà à l’époque du collège, plus tôt que de sortir avec mes amies, je préférait rester à la maison et aider ma mère (nourrice agréé) à garder les petits.
J’ai finit par rencontrer l’homme de ma vie, nous avons trouver notre foyer, notre équilibre, il m’a même demandé en mariage à Noël dernier.

La seule ombre au tableaux c’est que depuis 2 ans que nous essayons de faire un enfant, toujours rien. Pas la moindre petite graine qui se mets a pousser.
Après les larmes, soupir et autres tristesse en voyant les femmes enceintes, les jeunes mamans, les enfants… Voici maintenant l’angoisse, la boule au ventre et les nerfs qui flanche quand au pense que peu être nous ne pourrons jamais avoir d’enfant.
Nous avons décidé d’attendre encore 1 année. Et si au bout de cette troisième année d’essai il n’y a toujours rien, nous ferons les test pour comprendre ce qui ne marche pas.
En attendant, nous continuons d’espérer et moi, j’en viens à jalouser ma chatte qui elle à réussi à se faire prendre (avant que j’ai le temps de la faire stériliser, du coup opération prévu juste après son accouchement) et qui grossi à vue d’oeil.
La vie est parfois injuste.

le 04/06/2014 à 16h13 | Répondre

myrabelle

Bonjour Athéna,

Tu ne précise pas ton age, mais 2 ans, c’est à partir de ce moment que les spécialistes acceptent de faire quelque chose. Moi j’ai su 6 mois après les essais bébés que l’homme était stérile. Pas un seul poisson dans la rivière. On aurait attendu 2 ans, 3 ans, les yeux fermés, ça n’aurait rien changé au problème. une fois Que la sterilité est reconnue, qu’il faut faire appel au don de sperme, c’est 15 mois d’attente. Et je ne te racontes meme pas tous els examens qu’il faut faire (et donc le temps qui passe) avant qu’on accepte de commencer à dire « ok, à partir d elà, c’est dans 15 mois »! alors bon, tu vis ta vie… mais si j’ai un conseil… n’attend pas trop longtemps pour faire quelques examens. Tu t’en mordras les doigts si dans 1 an tu te rend compte qu’il ta faudra en attendre encore 2 avant de voir la potentielle chance d’avoir ce bébé…

le 09/06/2014 à 20h12 | Répondre

laetitis

Je suis dans le même cas! J’ai 20 ans et j’ai fort fort envie d’un ti bout. Depuis que je suis petite je sais que je suis une « maman dans l’âme » (oh l’aut elle se la pète) et à 15 ans, j’étais déjà « prête ». La différence c’est que j’ai rencontré mon chéri hyper tôt, et que depuis ses années, je suis toujours avec lui. Alors ça renforce encore plus cette envie « on est heureux, on est une belle famille » Mais pas de CDI, appart cet été … la situation n’est pas là! En attendant je me réconforte en ayant la promesse d’un futur mariage au doigt. Mais comme toi, quand je vois un enfant, j’ai mal au ventre, le cœur qui se tord, la bouche qui fait la moue… et je redoute aussi l’infertilité, tes mots étaient très juste!! « depuis le temps que j’attends, quand enfin rien ne pourra plus m’arrêter, si jamais ce problème arrivait?! » Ca m’angoisse à mort, j’évite tout produits contenant du paraben, je laisse jamais mon portable dans ma poche, j’essaye de bien boire/manger… enfin bref une vraie freak de la vie!! Faut que j’essaye de me détendre, j’ai « encore le temps » oui mais quand on veut être une jeune maman et qu’on se retient depuis longtemps, c’est DURRR. Plein de courage ♥

le 07/06/2014 à 12h02 | Répondre

Miss Chat

Cette description de ce que tu ressens me parle tellement… On essaye d’avoir un enfant depuis presque 5 mois et je me sens dans l’état précis que tu as décrit pour exactement les situations que tu décris…
Pourtant je n’ai jamais rêvé d’être maman, en tout cas pas avant de rencontrer monsieur alors je n’ose imaginer ce que ça doit être pour toi qui désire depuis si longtemps. Je voulais juste dire que ta situation me touche et me parle beaucoup. Courage ! (il n’y a rien d’autre à dire ou faire, je pense…)

Je n’ai pas (encore) de travail mais lui bien, on a un appart depuis plusieurs années dans lequel on se sent merveilleusement bien, on a nos deux familles prêtes à nous aider s’il y avait besoin … toutes les conditions essentielles sont remplies.
Mais s’il fallait absolument attendre une situation parfaite pour avoir un enfant, je crois que personne n’en aurait jamais 🙂

Je comprends que tu ne veuilles pas accueillir un petit bébé dans un appart que tu n’aimes pas car je suis persuadée que l’environnement dans lequel toi et ton bébé allez vous « créer » est crucial. Mais j’ai vu que vous construisiez votre nid pour qu’il soit à votre goût donc « tout rentrera dans l’ordre » lorsque vous pourrez en prendre possession 😉

le 24/07/2014 à 10h47 | Répondre

Nilith lutine

Merci Miss Chat. 🙂 Bon courage à toi aussi. ♥

Je dois dire que face au temps qui sera nécessaire avant que notre nid soit terminé, on a finalement décidé d’en rester au « pas de bébé dans cet appart », mais que « une grossesse dans cet appart » était quand même envisageable… 😉 D’autant plus que ça marche rarement du premier coup.
Finalement on va « lancer » ce bébé (bouh c’est pas bien de lancer des bébés ! 😮 ) dans une période qui semblera particulièrement peu raisonnable vu de l’extérieur. Mais nous avons longuement pesé et repesé chaque élément, et le total fait que, si, ce sera le bon moment pour nous, et le plus raisonnable. (Certes pas raisonnable si on écartait l’élément « envie », mais cette envie a forcément une part importante dans la décision. Sachant que si on mettait l’envie de côté, ça repousserait tout ça d’au moins 3 ans, dans le meilleur des cas !!!)

J’aurais l’occasion de reparler de tout ça, je crois. 🙂

le 24/07/2014 à 17h14 | Répondre

Didi

Salut tout le monde,

Je suis heureuse d’être tombée sur ton article … car cela m’a rassurée de le lire.
J’ai également la même envie extrêmement forte et comme vous toutes elle est venue très tôt 15-17 ans bon j’en ai 18, jai encore le temps comme tout le monde c’est si bien le dire ce qui je trouve est très énervant. Je suis depuis bientôt 4 ans avec la même personne le fameux premier amour qui maintenant nous le penssons tout les deux sommes fait pour durer malgrés les hauts et les bas. Pour lui je suis la femme de sa vie et la mère de ses enfants ce qui me ravie mais le problème c’est que cette envie et envahissante pour moi j’y pense très trop souvent des que je voie un film, une photo, même une chanson, un petit bout dans la rue enfin c’est un réel soucis aujourd’hui car pour moi fondé ma famille c’est extrêmement important pour moi et même l’idée d’être stérile mais insoutenable. On en a parlée souvent et lui veux des enfants quand il y aura une situation son permis ce qui est compréhensible mais il veux absolument avoir sa maison pas enfants en appartement il veux que tout sois stable trop stable … ce qui m’angoisse.
Enfin voilà un peu mon histoire, en tout cas tout vos commentaires on était bénéfique.

le 12/11/2014 à 01h40 | Répondre

Yaelle

Pour ma part jai toujours voulu des enfants tôt, avant 25 ans, je voulais ma famille , ma petite vie tranquille et pouvoir a nouveau profiter de mon homme vers 40/45 ans sans etre en deambulateur ( bon ok j’exagère ^^ ) . a22 ans je rencontre mon mari a 23 et 24 ans j’ai mes loustics! j’ai eu ce que j’espèrais 🙂 . mais aujourd’hui a bientot 27 ans et bien… je me dit que peut être j’aurais du ,ont aurait du attendre 1 ou 2 ans ! en fait dans tout mes projets de vie je me rend compte aujourd’hui que même si tout est possible avec des enfants certaines choses sont quand même bien plus simple quand on en a pas… donc avec le recul je pense qu’il n’y a pas de reel bon moment pour faire un enfant ( ni même de mauvais en fait! ) mais si on a des reves, des projets qui sont plus facile a réalisé quand on a pas de responsabilités et bien il vaux mieux faire les choses dans le bon ordre…

le 29/12/2014 à 18h59 | Répondre

Copinette du 3615

Je ne le vois que maintenant mais il n’est jamais trop tard 🙂
Si tu savais ce que ton article me fait du bien, chère lutine ! Je vais le faire lire à mon amoureux qui, parfois, trouve cette envie si forte étrange pour une vingtetunanstroisquart.
J’aurais pu écrire tout ça presque mot pour mot et je me sens du coup moins seule et moins étrange.

Merci merci.

le 05/02/2015 à 11h28 | Répondre

FloconsChaleureux

C’est le premier commentaire que je laisse mais je me devais d’en laisser un sur ce témoignage. Nos histoires sont un peu semblable, j’ai envie d’un enfant depuis l’adolescence, une réelle envie, pas de pouponner simplement ; un enfant VRAIMENT. A 15 ans j’ai rencontré mon mari, et ça a été un peu une évidence entre nous. Nous nous sommes mariés il y a quelques mois à 23 ans et avons lancé les essais bébés, enfin ! Ce désir crie en moi, c’est un besoin. Je viens de fêter mes 24 ans, je ne suis qu’au 4ème cycle d’essais mais ces années tellement longues me donnent l’impression d’essayer depuis bien plus longtemps. Je veux cette enfant, je veux ce ++, je veux sentir la vie en moi…
J’aime beaucoup ton témoignage, car nous aussi beaucoup nous disent que nous avons le temps, que nous devons profiter encore a deux (ben oui attends, 8 ans ce n’est pas assez!!), qu’on doit laisser faire les choses, ne pas y penser…

le 04/01/2016 à 20h08 | Répondre

Christelle MISSIKA

bonjour, j’ai a peu près le même parcours. depuis mes 18 ans je voulais un enfant. mais étant seule et en étude à l’époque, je savais que ce n’était pas le bon moment. Il y a 10 j’ai rencontré l’homme de ma vie. il y a deux nous nous sommes mariés. J’ai désormais 32 ans et toujours cette envie de bébé (même si je me pose quelques question, plutot juste envie de connaitre l’expérience enceinte ou vraiment devenir maman), mais Monsieur, lui, ne veut pas… du coup, un peu beaucoup très paumée. je suis toujours attendrie devant un enfant peu importe l’âge même si au début avec mes nièces et mon neveux je ne savais pas du tout comment agir. voila voila bonne journée à vous toutes

le 04/04/2018 à 12h37 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?