Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Ma grossesse idyllique et en douceur


Publié le 19 septembre 2015 par Miss Chat

On lit souvent sur Internet des récits de grossesses qui se déroulent mal, de grossesses pathologiques, de symptômes désagréables, d’arrêts forcés, de MAP (Menaces d’Accouchement Prématuré), d’examens médicaux à n’en plus finir… On lit tout ça tellement souvent que peut-être que toi, future maman, tu finis par te dire que c’est un passage obligé pour accéder à la case « maternité ».

Avant ma grossesse, j’avais beaucoup lu ces témoignages, et j’avais fini par adopter cette idée : la grossesse est forcément une épreuve et c’est NORMAL.

Alors aujourd’hui, j’ai eu envie de te rassurer, future maman. J’ai eu envie de te montrer autre chose, de te dire que tout peut aussi très bien se passer, qu’il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas.

Je vais te raconter comment s’est déroulée ma grossesse, une grossesse qui a été, à mon sens, idyllique.

Future maman radieuse

Crédits photo (creative commons) : Vanessa Porter

Le « redoutable » premier trimestre

Quelques jours après notre voyage de noces au Japon, la double petite barre bleue s’est affichée sur le test. Un bébé conçu pendant le voyage de noces, quoi de plus symbolique ? Un petit sushi était donc venu s’installer !

Au fil de mes lectures, j’avais dressé une liste mentale de tout ce qui pouvait arriver, de tous les symptômes pouvant indiquer une grossesse. Sans emploi à cette époque, j’avais tout le loisir d’écouter et d’observer mon corps.

Trimestre redoutable, donc, mais… en fait, non. J’ai eu la (chouette) surprise de constater que strictement rien ne se passait ! Pas un vertige, pas une seule petite nausée, pas de poitrine douloureuse…

En revanche, j’ai eu droit à la fatigue permanente et à l’envie irrésistible de faire des siestes. Ma situation de l’époque (ou plutôt mon manque de situation…) m’a heureusement permis de satisfaire ce besoin sans vergogne.

J’en ai aussi profité pour prendre soin de moi, en commençant à m’hydrater religieusement toutes les zones sensibles aux vergetures, une de mes plus grandes hantises !

J’ai subi une très légère perte de poids, sur un poids déjà pas très élevé, ce qui a fait froncer les sourcils de ma gynécologue plus d’une fois pendant cette période (« Attention, vous ne prenez pas assez ! »).

Ceci mis à part, le suivi médical se déroulait bien et nous avions droit à une échographie mensuelle montrant le petit haricot qui commençait à prendre forme.

En bref, pendant le premier trimestre, j’étais fatiguée, mais tout roulait !

Le deuxième trimestre, dit « de croisière »

Le début de ce trimestre coïncidait avec le début de mon nouvel emploi, qui promettait d’être exigeant en terme de temps et d’énergie (oui, j’ai eu l’immense chance d’être engagée en étant enceinte, autant te dire que je vénère mon patron depuis lors !). Je pensais donc que les choses allaient enfin se corser.

Mais le deuxième trimestre ne porte pas son surnom de « trimestre de croisière » pour rien : la fatigue chronique a disparu rapidement et, malgré le rythme de travail intense, j’ai pu profiter à fond de cette période.

Je faisais ce que je voulais, bougeais, me déplaçais en permanence, n’étais jamais fatiguée : voyages, escaliers à gogo, courses pour attraper le métro, rien ne m’arrêtait !

Mon ventre a commencé à s’arrondir (très) gentiment : notre sushi grandissait parfaitement, pour notre plus grand bonheur. Au quatrième mois, j’ai senti les premiers délicats petits coups qu’elle faisait pour se signaler.

« Elle », car c’était une petite fille que nous attendions… Cette découverte a été l’un des moments les plus durs de ma grossesse : je n’avais jamais envisagé d’avoir une fille, et il m’a fallu plusieurs semaines pour me « réconcilier » avec ce petit être féminin que j’abritais.

L’échographie morphologique du cinquième mois a révélé une petite bouille à demi-cachée derrière ses bras. Et elle était toujours en parfaite santé !

À cause d’antécédents familiaux, je me suis pliée au désagréable test du diabète gestationnel, mais il s’est heureusement révélé négatif, ouf ! Je me sentais déjà frustrée par les interdits alimentaires normaux de la grossesse (pas d’alcool, pas d’aliment cru, etc.), je n’aurais pas supporté un régime tel que celui de Floconnette ou de Louna !

J’ai donc pu continuer à manger joyeusement tout ce qui me passait sous la main, et mon poids a décidé brusquement qu’il avait du temps à rattraper.

La gynécologue a de nouveau fait les gros yeux, cette fois-ci car « Attention, ça devient beaucoup par rapport à votre poids initial ! » Jamais contente, celle-là ! (Comme tu peux voir, lectrice, j’ai très bien vécu ma prise de poids du début à la fin, et même si je surveillais la balance, je n’en avais franchement rien à cirer…)

Le troisième trimestre, ou « quand le moral en prend un coup »

Le dernier trimestre est donc arrivé tout en douceur.

Des contractions de Braxton-Higgs (tu sais, ces contractions non douloureuses et a priori inoffensives) ont commencé à se faire sentir et sont restées sans conséquence. J’étais alors particulièrement fière de moi : « T’as vu ça, je veille sur notre crevette comme un chef ! » (Si j’avais su…)

Mon ventre est devenu inratable et, le poids n’aidant pas, j’ai préféré ralentir le rythme pour ne pas tenter le diable. Je me sentais toujours aussi bien mais, pour être sûre que ça continue, j’ai freiné un peu mes journées au boulot. Je marchais plus lentement et m’asseyais plus volontiers.

Les délicats petits coups de notre sushi se sont transformés en bons coups de pied fréquents, ce qui a occasionné des sortes de chatouillements sur mon diaphragme (c’est apparemment dû au frottement sur les côtes).

Notre fille s’est également mise à moins grossir ! Sa croissance in utero a un peu ralenti, ce qui en faisait un bébé dans la courbe basse au septième mois (elle a pris sa revanche depuis lors, puisqu’elle est née avec un poids et une taille pile dans la moyenne !).

C’est dans les quinze derniers jours que ma grossesse est finalement devenue difficile à vivre.

J’ai arrêté de travailler une semaine avant ma DPA, mais je me sentais toujours merveilleusement bien physiquement. Trop bien, apparemment… Lors du monitoring de contrôle à J-7, on a constaté que mon col n’avait pas l’air de vouloir bouger DU TOUT. Comme je n’avais pas non plus de contractions douloureuses, un déclenchement a été programmé pour J+10.

Pendant quinze jours, j’ai espéré et pleuré toutes les larmes de mon corps pour que ça n’arrive pas. Tout s’était tellement bien passé jusque-là que je n’envisageais pas que ça se termine en un déclenchement qui, dans mon esprit, était forcément douloureux, long et traumatisant.

J’ai tout fait pendant cette période pour essayer de déclencher mon accouchement naturellement : marche, nourriture épicée, ménage, câlins… tout !

J’étais au bord du désespoir (et probablement d’une petite dépression) quand ma grossesse idyllique est revenue : douze heures avant mon déclenchement programmé, ma petite fille est née de manière naturelle, vite et bien, comme pour me dire : « Tu vois, Maman, fallait pas t’inquiéter, on a tout bien fait jusqu’au bout ! »

Malgré cette prolongation et la menace de déclenchement, je considère encore aujourd’hui avoir eu une grossesse idyllique. Si la nature a décidé qu’il fallait neuf jours de plus, eh bien, tant mieux !

En plus, tout ce qui me faisait peur auparavant, comme les cystites dont j’étais coutumière, les vergetures qui striaient déjà mes cuisses, ou les problèmes de peau, je ne l’ai presque pas expérimenté. J’ai eu une peau et des cheveux magnifiques pendant neuf mois, pas un seul épisode infectieux, et les minuscules vergetures qui sont tout de même venues s’installer à la fin ne se voient quasi pas.

Quant à ma prise de poids record (un tiers de mon poids initial, quand même !) et mon petit résidu de ventre, ils sont rentrés dans l’ordre en moins de trois mois, à ma relative surprise. « Relative », car j’ai habituellement un métabolisme très efficace : il semblait donc logique que je récupère rapidement (mais on n’est jamais sûr de rien !).

Tout cela m’a aidée à construire l’image de cette grossesse idéale dans mon esprit. Au final, aucun tracas ne m’a empêchée de savourer cette période. J’en garde le souvenir précieux de neuf mois tout en douceur et en émerveillement…

Et toi ? Comment as-tu vécu ces neuf mois ? Tu redoutais aussi les maux de grossesse ? As-tu eu finalement une bonne surprise… ou pas ? Viens nous raconter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Lisa

Contente de te lire, c’est important aussi d’avoir des témoignages de grossesse qui se passe merveilleusement bien. Et super que tu es pu trouvé un job enceinte, j’ai toujours pensé que ça serait impossible. Ma grossesse aussi se passe super bien, j’ai juste été très fatiguée et bcp de nausée pdt 2 mois lors du premier trimestre et ma forme et revenue après. Il me reste 3 semaines… On a hâte, j’essaie de marcher bcp, dans l’idéal j’aimerais que bebe arrive une semaine en avance, j’aurais du mal à attendre après le terme ça doit être long mais en même temps je sais bien que c’est bebe qui décide alors patience, on verra ?

le 19/09/2015 à 11h32 | Répondre

Miss Chat

Je pense que trouver un job dans ces conditions n’est pas facile : même si, légalement, rien ne m’obligeait à l’époque à déclarer ma grossesse, je l’ai fait par honnêteté et ça m’a valu notamment un refus dans une autre société. La proposition de mon actuel directeur n’était pas alléchante mais au moins ça me permettait de travailler pendant 6 mois 😉 Je considère par ailleurs avoir eu beaucoup de chance (j’ai un directeur flexible, dans un secteur en pénurie, ça aide).
Oui c’est long d’attendre mais je crois qu’il faut de toute façon ne pas vouloir forcer les choses 🙂 Au final, ce qui restera, c’est le bonheur d’avoir bébé dans tes bras ! Profite bien des derniers jours pour te reposer en tout cas, tu en auras besoin hihi !

le 23/09/2015 à 09h47 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu as raison, c’est vrai que c’est important aussi de montrer que parfois, tout se passe bien ! Je pense que les témoignages moins rassurants sont très présents sur internet car on a souvent plus besoin de se confier et d’échanger en cas de problèmes que lorsque tout va bien 🙂 .

le 19/09/2015 à 14h38 | Répondre

Miss Chat

Tout à fait d’accord avec toi ! 🙂 D’ailleurs, je ne m’en plains pas : c’est rassurant de trouver sur Internet des témoignages de (futures) mamans qui sont passées par les mêmes déboires. Mais un peu de rose dans ce monde tout gris, ça peut aussi faire du bien !

le 23/09/2015 à 09h50 | Répondre

Madame Vélo

Génial, c’est cool de lire aussi des témoignages comme le tiens ! Même si j’ai eu quelques désagréments de grossesse, je ne me plains absolument pas, car par rapport à d’autres ce n’était rien ! et puis, on oublie vite 🙂
C’est « rigolo » que tu n’imaginais pas du tout avoir une fille, souvent les femmes rêvent d’avoir une fille ! J’avais toujours imaginé (espéré !) que mon 1er enfant serait une fille, et quand j’ai su à la 2ème écho que c’était un garçon il m’a fallu quelques jours pour m’y faire. Et maintenant je suis ravie d’avoir un garçon ! (mais j’espère quand même avoir une fille plus tard !)

le 19/09/2015 à 20h58 | Répondre

Miss Chat

Haha beaucoup de choses ont joué en fait : j’ai toujours voulu avoir un grand frère, il n’y a presque que des garçons dans la famille de mon mari et j’ai une relation chaotique avec ma mère (je suis l’aînée). Mais à présent, je suis hyper heureuse d’avoir une fille et je ne m’imagine absolument plus avoir un garçon pour le(s) prochain(s) !!! Comme tu dis, il faut du temps pour s’y faire de toute façon… 🙂

le 23/09/2015 à 09h59 | Répondre

Léa

Ah, ça me rassure un témoignage comme celui-là! Je ne suis qu’à deux mois de grossesse mais je m’attendais à ce que ce soit tellement plus compliqué que ça m’a stressé de ne rien ressentir du tout (a part une graaande fatigue). J’ai fait une echo à 1 mois 1/2 qui m’a rassurée puisque tout va bien, mais avant ça je me demandais vraiment si c’était normal d’avoir aussi peu de symptômes : pas de nausées, pas de poitrine sensible, pas de dégoût de certaines odeurs (alors que je n’ai jamais pu mettre de parfum car ça me donne des maux de ventre de le sentir, même 5 min),… Pour le moment c’est top et j’apprécie vraiment !

le 20/09/2015 à 10h22 | Répondre

Miss Chat

Ah contente que ça te fasse du bien 😀 Mon objectif est atteint alors ! Profite bien de ta grossesse, surtout si tout va bien 😉

le 23/09/2015 à 10h01 | Répondre

Mlle Mora

Eh oui, comme tu le dis, la grossesse ça peut aussi très très bien se passer ! Moi aussi je considère ma grossesse comme idyllique, comme toi j’ai juste vécu les envies de dormir le premier trimestre, et ensuite jusqu’au bout j’étais dynamique (le jour prévu de la DPA j’étais à Leroy Merlin et la veille je montais une bibliothèque Ikea)… par contre, moi, il a fallu me déclencher, mais ils déclenchaient à J+4. peut-être que si ma fille avait plus de temps, comme la tienne, elle se serait déclarée toute seule quelques jours plus tard…

le 21/09/2015 à 10h24 | Répondre

Miss Chat

Hahaha tu m’as beaucoup fait rire avec ton histoire de meubles ! 😀 Par contre, ce n’est pas précisé dans cet article mais je suis belge : ici, la DPA est à 40 SA et pas 41 comme en France ! Donc pour votre standard, j’ai accouché à J+2. Pas de regret à avoir donc, mon déclenchement en France aurait été à J+3 😉

le 23/09/2015 à 10h09 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

C’est vrai que quand je lis des témoignages, j’ai tendance à chaque fois à me dire que l’accouchement est toujours imparfait.
Ton témoignage me rassure vraiment !

le 21/09/2015 à 11h12 | Répondre

Miss Chat

Il ne faut pas perdre de vue qu’il existe toutes les situations et qu’on peut très bien tomber sur une « bonne » 😉

le 23/09/2015 à 10h20 | Répondre

Madame D

Ahhh, merci pour cet article parfait ! J’en viens a culpabiliser de ma grossesse idylique a force de lire des temoignages plus dur. Ravi de voir que nous sommes quand meme assez nombreuse a avoir cette chance.

le 21/09/2015 à 11h46 | Répondre

Miss Chat

De rien ! Ca me fait plaisir de distribuer un peu de marshmallow et de paillettes pour une fois. Je crois qu’il ne faut pas culpabiliser par contre et justement profiter à fond de la « chance » qu’on a (eu) 😉

le 23/09/2015 à 10h22 | Répondre

Sophie

Tout comme toi 3 grossesses idylliques malgré des nausées qui ne m’ont pas quittée tout le long de la grossesse et un petit appétit j’ai toujours fait tout ce que je voulais, enchaînant meme des journées completes en vadrouille avec mes deux puces enceinte de 8 mois. Par contre la fin a été longue et accouchements compliques et longues sauf pour la dernière. Oui les grossesses de rêve ca existe !

le 21/09/2015 à 14h35 | Répondre

Miss Chat

Je suis impressionnée ! Tu as eu des nausées tout au long de tes grossesses et tu les considères tout de même idylliques ? Tu en as du mérite !! 😀

le 23/09/2015 à 10h24 | Répondre

Weena (voir son site)

Merci de rappeler que si certaines ont la malchance d’avoir des grossesses compliquées, on peut aussi avoir une grossesse idylliques.

Pour moi, grossesse impec et le point drôle, je n’ai pas eu d’envies particulières, par contre je ne supportais plus les pizzas, mais genre plus du tout XD

le 21/09/2015 à 16h00 | Répondre

Miss Chat

Oh pas de pizza pendant 9 mois, c’est triste 🙁

le 23/09/2015 à 10h26 | Répondre

Weena (voir son site)

Ça c’est calmé après le premier trimestre 😉

le 23/09/2015 à 10h35 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?