Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Essais bébé

À la recherche d’une mutation génétique…

Il y a plus d’un an, je t’expliquais comment j’avais découvert être porteuse de l’hémophilie A, cette maladie qui touche la coagulation sanguine, notamment chez les hommes et ce qui en découlait.

J’ai été prise en charge en janvier 2016 par le CRTH (Centre Régional de Traitement de l’Hémophilie) de l’hôpital Bicètre afin de déterminer la forme de l’hémophilie dont je suis porteuse en procédant à une analyse génétique. À ce moment là, mon hématologue me donne un délai d’un an environ pour avoir des réponses… Un an c’est long… Selon elle, il était important que je ne tombe pas enceinte tout de suite, car nous n’aurions aucun moyen de savoir si notre bébé est malade.

J’ai testé pour toi : mes essais bébé avec le bracelet Ava

En lisant le titre de cet article, tu dois vraiment te demander de quoi je parle. Au début de mes essais bébé, il m’a été proposé de tester le bracelet Ava. Je n’en avais jamais entendu parler, mais étant un peu geekette, je me suis dit pourquoi pas.

Notre aventure « petit Miracle » : Prise de conscience

Je t’avais laissée avec mes inquiétudes devant le mutisme de ma gynécologue les doutes qui s’insinuaient.

Je reprends alors rendez-vous avec cette gynécologue en avril en me disant que cette fois elle va pouvoir faire quelque chose et qu’on va enfin avancer. Lors de ce rendez-vous j’attends encore une fois qu’elle lise les résultats (en silence, what else ?). A peine a-t-elle ressorti mon dossier qu’elle s’exclame « ah oui, c’est vrai, vous êtes ovaires polykystiques ! ».

Choisir le sexe de son enfant

Et si tu pouvais choisir le sexe de ton futur enfant ?

Pouvoir choisir le sexe de son enfant, un rêve pour beaucoup de mamans ! Personnellement, avant de tomber enceinte, j’avais une préférence… et je sais que je ne suis pas la seule, pour avoir entendu bien des parents avouer tout bas qu’ils aimeraient/auraient aimé avoir tel ou tel sexe !

Coup de bol, Dame Nature a bien voulu m’accorder ce que je désirais. Bien sûr, un petit garçon aurait été tout aussi aimé et chéri, j’en suis absolument certaine, mais je crois qu’il est humain d’avoir ces petites préférences ! Et quand le désir d’un sexe en particulier devient plus fort que tout, heureusement, on n’est pas complètement condamnée à prier pour que ce soit la bonne petite graine qui arrive à destination.

Notre aventure « petit Miracle » : le commencement

Comme je te l’ai dit dans mon premier article, nous attendons petit miracle depuis longtemps. Je vais donc commencé par cette fameuse attente de 3 ans, un genre de fausse attente.

Avec le Comte bleu, nous nous sommes mariés en mai 2014. Moi qui n’avais jamais voulu d’enfant (je pense que j’aurais l’occasion de t’en reparler), je me retrouvais depuis le début de notre relation à nous imaginer parents. Et pendant la préparation au mariage, ça a été la révélation : oui, je voulais des enfants, de lui. Bref, nous voilà donc avec notre passeport en main pour la parentalité.

Et puis un jour…

La dernière fois, je t’ai laissé à la fin de mon deuxième cycle de températures, au bout de 13 mois d’attente d’une grossesse.

On est vendredi, ma meilleure amie est partie la veille, ma courbe ne monte ou ne descend… J’ai eu jusqu’à maintenant des cycles entre 24 et 28 jours et nous sommes au 28ème jour.

Espérer concevoir un bébé

Après t’avoir raconté comment j’ai arrêté la pilule, c’est le moment de te parler de ce qu’on appelle communément « les essais ».

Je n’aime pas trop ce terme… Est-ce que l’on essaie vraiment de faire un bébé ?
Je n’aime pas trop l’idée de réussir ou rater que l’on peut associer à ce mot. C’est comme les gens qui font la blague pas drôle « alors, ils n’ont toujours pas trouvé le mode d’emploi ? » quand on dit qu’un couple essaie mais donc n’a pas encore réussi.

Comment on a décidé que l’on allait faire un bébé…

Dans l’épisode précédent, je te racontais comment une envie insidieuse de devenir mère m’avait prise et comment j’avais un peu mis l’amoureux devant une décision à prendre : s’il n’était pas prêt, à lui d’aller à la pharmacie chercher ma pilule, je la prendrai s’il le veut mais je ne ferai pas l’effort d’aller la chercher.

Et si Choupi devenait grand frère ?

J’ai commencé à avoir très envie de donner une petite soeur ou un petit frère au Choupi quand il a eu deux ans. Avant ce moment, je ne me sentais pas encore prête à repartir pour une grossesse. Petit à petit cette envie est devenue de plus en plus présente. Il y a eu énormément d’annonces de grossesse à ce moment, dont celle de ma soeur, ce qui a je pense renforcé cette envie.

On recommence ?

Tu te rappelles cet article où les sentiments contradictoires faisaient la samba dans ma tête ? Ce moment du « oui mais non » pour un deuxième enfant. Les choses ont bien évolué depuis (car je suis là à t’en parler !). Pendant ces sept mois de réflexion, de projections, Mme Envie est toujours là.