Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Récit d’accouchement

Mon accouchement au dénouement imprévisible

Alors le titre est un peu exagéré je te l’accorde. Imprévisible oui et non, je n’ai pas non plus accouché d’un petit ours mais bien d’un bébé humain de sexe masculin comme c’était prévu. Mais le début ne me laissait pas présager ce qui allait se passer ce 29 mai 2017…

Mon accouchement express et presque parfait

18h45 : je ne suis pas très à l’aise dans la position que j’ai prise sur le canapé et je demande à ma sœur si elle peut me céder sa place sur la méridienne.

Je commence à m’installer et à positionner une serviette au cas où, comme je le fais habituellement depuis ma 37e SA. Avant de m’installer et parce que je sais qu’une fois bien calée, je serais bien incapable de bouger, je dis à mon mari que je vais quand même aller aux toilettes avant ! Après avoir uriné, j’entends trois « ploc » et je sens que j’ai fissuré ma poche des eaux (j’ai fais ça très proprement, pas une goutte hors des toilettes). 

Mon séjour à la maternité !

Il est environ 16h quand nous remontons dans la chambre. Petit Viking est toujours dans mes bras à oilpé.

On est dans un état un peu second, j’ai une patate d’enfer, une grosse dalle, on envoie des textos dans tous les sens et on répond aux appels. Je veux me lever mais je dois attendre encore un peu à cause de la péridurale.

Mon séjour en suites de couche

Tout devient calme à présent. J’ouvre les yeux, comme on ouvre les volets après une tempête. Je savoure la sensation de ce petit être tout juste sortit de mon ventre et posé sur mon torse. La sage-femme nous demande comment on appelle ce petit garçon ? Argh, on ne sait pas ! On rigole un coup et elles nous laissent le temps de la réflexion.

bébé-nouveau-né

Mon accouchement déclenché : la naissance

La douleur au dos est continue, avec des pic d’intensité qui me clouent plusieurs fois sur place pendant le court trajet vers la salle d’accouchement. Ce sont les contractions, mais elles n’ont décidément rien de celles que j’attendais. Avec ce mal diffus en permanence, je ne les sens absolument pas monter en vague : d’un coup, ça devient une douleur énorme, sans aucune sommation !

Une maternité d’enfer – Partie 1

Ce séjour, ce long séjour sera l’événement le plus douloureux de ma grossesse. Mais en même temps je partais avec un a priori assez négatif sur ce service. En effet c’est de mon point de vue un service dans lequel se côtoie trop de territoires professionnels (infirmières, puéricultrices, sages-femmes, gynécologues, pédiatres auxiliaires de puériculture, aides-soignants, ash…) sans compter tous les intervenants occasionnels (diabétologues, anesthésistes et infirmiers anesthésistes, diététiciens, psychologues, assistantes sociales …).

Ne pas connaître le sexe de bébé : une erreur ?

Il y a déjà quelques temps, je te disais que j’avais fait le choix de ne pas connaître le sexe de bébé. Enfin, pour être plus précise, j’avais accéder aux souhaits de mon mari. Tellement de personnes nous racontaient cette magie indescriptible de la rencontre, il n’y avait que des récits plus beaux les uns que les autres. Jamais personne ne m’a dit « si j’avais su, j’aurais demandé ». Tous m’avaient dit : « tu verras, au moment de la naissance, quand tu découvres ton bébé, c’est un instant tellement spécial que tu oublies de demander le sexe ! »

Fille ou garçon ? La découverte.

Il y a quelques mois, je t’expliquais que nous ne souhaitions pas connaître le sexe de notre bébé avant sa naissance. Nous avons tenu bon ! Pour ma part, cela s’est fait sans difficulté, j’étais sereine, tout ce que j’espérais c’était un bébé (et jusque là pas de souci, ce n’est pas un alien). Mon mari était plus impatient, et oscillait chaque mois : « Non mais c’est sûr, c’est une fille ! », « Mais je le sens, c’est un garçon ! ». Oui, oui, mon chéri, comme tu veux !

Quand j’ai accouché de mon deuxième bébé

Je t’ai laissé le lundi 9 janvier à 19h…
Je suis en train de jouer avec Crapouillou dans le salon. Il est un peu grognon, à cause de sa fièvre. Je suis fatiguée et supporte un peu moins ses exigences. Et puis mince, j’ai mal au ventre de temps en temps…