Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Récit de grossesse

Le diagnostic prénatal : ma choriocentèse…

Mon bébé est un garçon, il y a donc une chance sur deux qu’il soit hémophile. Pour le savoir, il faut faire une choriocentèse (ou biopsie du trophoblaste), c’est à dire un prélèvement des cellules du futur placenta afin d’obtenir l’ADN du bébé et réaliser un caryotype.

FamilleOurs

Bienvenue à Maman Ours, future maman de mai 2019 !

Papa Ours et moi sommes un peu geeks, un peu écolos, un peu féministes, on aime se faire des beaux voyages, avec des belles randos (Papa Ours bien plus que moi là-dessus, c’est lui qui m’a convertie). Nous vivons dans le beau Sud de la France. Nous attendons notre premier enfant pour début mai 2019 !

Mon placenta et moi

Dans l’une de mes dernières chroniques, je t’expliquais que pour la première fois j’arrivais à lâcher prise et à profiter de ma grossesse. Je dois avouer que ce lâcher prise m’a été bien utile ces derniers mois. Oui, mais il y a un mais. Le médecin s’arrête sur une mesure, puis m’explique que mon placenta a l’air un peu près de mon col, il va falloir vérifier ça. L’écho endovaginale confirme le diagnostic : placenta bas inséré. « On va surveiller ça et on verra pour la suite » Surveiller quoi ? Voir quoi ? Et c’est quoi cette histoire de placenta bas inséré ?

J-1, j’ai peur

Et si je n’aimais pas être maman ? Et si je n’aimais pas notre famille ? Et si je n’aimais pas notre enfant ? Je serai coincée dans ce rôle de maman de manière irrémédiable.  Oui, c’est ce côté définitif qui m’effraie le plus, j’ai vraiment peur d’être coincée dans un cauchemar pour la vie…

Mon deuxième accouchement : chercher le lâcher-prise

Quand j’ai été enceinte pour la première fois, j’ai beaucoup lu pour me préparer. Étrangement, autant je dévorais tout ce qui avait trait à la grossesse et l’accouchement, autant je n’accrochais pas avec tous les bouquins qui traitaient de « l’après ».
L’accouchement m’obsédait. J’étais effrayée par les nombreux témoignages de violences obstétricales et était fascinée par les récits d’accouchements physiologiques.

Un gros bébé et ses conséquences

Bébé est gros, voire même très gros selon l’échographe, il paraît même que ce serait un « macrosome » (quel horrible mot)… Bon et alors, quelles conséquences ?

Minipuche devient Minipuchette – Résumé du deuxième trimestre

Depuis le début de ma grossesse, je ne suis pas trop à plaindre : grosse fatigue mais peu de nausées au premier trimestre, douleurs ligamentaires mais jamais de problèmes au niveau du col, douleurs au nerf sciatiques, mais qui se règlent toujours assez facilement. Une vraie chance, je sais. (S’il te plait, ne me déteste pas)

Des idées pour soulager la sciatique durant la grossesse

Je me suis pas mal intéressée aux moyens de soulager cette douleur car ça a été mon problème principal lors de mes deux grossesses, très exacerbé la seconde fois. La douleur peut également perdurer après l’accouchement, ce qui rend d’autant plus intéressant le fait de la soulager pendant la grossesse.