Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Récit de grossesse

A trois… dans un deux pièces !

La toute première question qui s’est posée lorsque nous avons appris que nous attendions un bébé, était de savoir si nous devions déménager ou pas. Bien sûr, nous en avions déjà discuté, mais c’était à l’époque, un peu hypothétique. Là, on était dans le concret ! Nous allions vraiment avoir un bébé dans moins de huit mois.

Trois grossesses, deux bébés : je m’arrête là

Holala Mélimélanie elle a perdu la tête. Elle n’a même pas encore fini sa grossesse qu’elle considère déjà ce bébé là et qu’elle affirme de façon péremptoire qu’elle n’en voudra plus jamais d’autres.
Alors je ne compte plus le nombre de fois ou on m’a répondu « On en reparle dans deux/cinq ans » quand j’affirme que c’est ma dernière grossesse…

Quand la grossesse bouscule nos habitudes beauté

Alors j’exagère un peu quand je parle d’habitude beauté. Je suis typiquement le style de fille qui ne faisait pas trop attention à ce qu’elle utilisait comme produits. Style ce que je trouve au supermarché et qui n’est pas trop cher fera l’affaire.
Ma première grossesse ne m’a pas trop fait changer mes habitudes sur ce point là. A part les produits spéciales femmes enceinte pour m’hydrater je n’avais rien changé. Donc dès la grossesse terminée j’étais reparti comme avant sans me poser de question.
Et puis la deuxième grossesse est arrivée…

Mon deuxième trimestre commencé dans l’angoisse

Oui mon titre est racoleur, je le reconnais. Mais bon il faut bien donner envie de lire mon article sur mon deuxième trimestre alors que l’ancien n’est pas si vieux que ça étant donné mes grossesses rapprochées.
Alors oui cet article va venir faire le point sur ce qui a suivi la découverte de la suspicion de séroconversion à la toxoplasmose et sur la suite de mon deuxième trimestre que je viens tout juste de finir.

La grossesse de ma soeur

Là, vous êtes en train de vous dire : elle a pété un boulon Madame Fleur ! On s’en fout un peu de la grossesse de sa sœur. En plus, elle a déjà raconté son accouchement ici !
Seulement voilà, depuis que je suis enceinte, je n’arrive pas à me détacher de sa grossesse à elle. Avoir une soeur jumelle, cela implique inévitablement quelques comparaisons et des projections plus ou moins bienvenues, quand il s’agit d’un événement aussi important que la naissance d’un bébé.

L’angoisse du deuxième

Si tu as lu ce que je te disais lors de ma première grossesse je suis quelqu’un d’assez angoissée qui a tendance à tout vouloir contrôler. Ou en tout cas c’est ce qui ressortait de mes articles.

Et puis là d’un coup POUF je te dis que je suis devenue la zénitude incarnée. Que malgré tout ce qui peut se passer avec cette grossesse ma suspicion de toxoplasmose, mes contractions douloureuses très précoces, je suis calme et sereine.

Cette deuxième grossesse si différente : le second trimestre

Au moment où tout le monde nous dit qu’on va enfin profiter de la grossesse, où les angoisses du premier trimestre s’éloignent doucement et les nausées nous laissent (ou sont censées nous laisser) tranquille, au moment où on s’est dit, Mister F. et moi, qu’on allait pouvoir souffler, une vilaine histoire de virus nous est tombée sur le coin de la figure…

La tradition du cadeau de naissance

Aujourd’hui, je viens te parler babioles. Quelque chose de complètement futile mais auquel j’attache beaucoup d’importance : le cadeau de naissance.

En en parlant à droite à gauche, je me suis rendue compte que ce n’était pas systématique. Dans ma famille, c’est une tradition et je trouve que c’est une très belle tradition. Je t’explique tout de suite pourquoi. (évidemment, dans tout ce qui suit, j’ai grossi le trait. Mais je suis sûre que tu comprendras l’idée !)

Mon deuxième trimestre de grossesse : le début de l’ascenseur émotionnel

Avec un premier enfant à la maison, il est clairement plus difficile d’optimiser ses temps de repos. J’ai donc profité de la moindre opportunité pour rester au calme, en laissant notamment Croquette à la crèche lors de mon jour de congé hebdomadaire (j’étais en 4/5e) ou aux bons soins de sa grand-mère lors de nos fréquents week-ends chez mes beaux-parents

Mon mari est déjà celui qui cuisine et fait le gros du ménage en temps normal (t’as vu un peu la chance ?). Ma seule attribution restante étant les machines de linge, j’ai pu les gérer à mon rythme : pas envie de pendre le linge maintenant ? Je le ferai après une sieste, no problemo.

Enceinte à 18 ans vs à 28 ans

J’ai connu 2 grossesses (j’ai également fait deux fausses couches précoces), à 10 ans de décalage. J’étais très jeune la première fois.

Je voulais faire le point alors que j’arrive au terme de ma deuxième grossesse, étant à 37 semaines.