Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Récit de grossesse

Ma grossesse sous haute surveillance : le dernier trimestre

Nous entamons ce dernier trimestre par une décision : cette fois-ci, je me repose à 200%. Je t’avais en effet laissée sur ta faim la dernière fois : la taille de notre Princesse Kate étant dans les normes très basses, inutile de te dire que nous n’en menons pas large au sortir du cabinet du médecin. En quittant son cabinet, le médecin me conseille de me « reposer ». Me reposer ? Mais je suis déjà arrêtée !

J’en déduis donc que j’en fais encore trop, compte tenu de la façon dont mon corps supporte (mal) cette grossesse. Avec l’accord de Jean-Mi, je ne fais donc plus rien. Plus de ménage, plus de lessives, plus de courses. RIEN.

photo de grossesse jardin

De la difficulté de réussir à se projeter quand on est enceinte

Je crois sincèrement qu’on n’est jamais prêts pour avoir un bébé. On peut avoir une envie folle, on peut s’être beaucoup occupée des enfants des autres… on est toujours à mille lieues de ce que c’est, réellement, devenir parents.

Est-ce à cause de cet état d’esprit que la suite a été ce qu’elle a été ? Je ne sais pas. Je ne crois pas, au fond. Je sais que je suis loin d’être la seule. Je sais que des mamans qui ont eu un bébé imprévu ont pu s’attacher à lui immédiatement, je sais que d’autres ont eu beaucoup de mal alors qu’elles étaient enceintes suite à une longue PMA. Il n’y a pas de règle, ce n’est pas lié à la force d’une envie.

Toujours est-il que, quand le petit + s’est affiché, j’étais contente, mais bien loin de l’euphorie.

Annonce de grossesse

L’annonce de ma grossesse : ses bonheurs et ses déconvenues

Quand on est enceinte, on a envie de le dire à tous le monde. De le partager avec les gens qu’on aime, surtout quand on le garde secret un petit moment. Mais une fois qu’on a décidé de le dire, on aimerait le crier au monde entier. Mais on veut quand même « réussir » ses annonces pour surprendre, émouvoir, marquer ce moment.

Je vais te raconter ici certaines de mes annonces plus ou moins réussies.

Ventre dans le miroir

Ma grossesse gémellaire compliquée et trop courte

À 8 SA, première écho, pour vérifier que la grossesse est bien évolutive. L’obstétricien me demande s’il y a des jumeaux dans la famille. Je ne comprends pas : où est le rapport ? Je veux savoir comment va Mini-nous, pas lui raconter ma vie…

« Félicitation, il y en a deux ! » Le choc ! Il me faudra trois bonnes heures pour me remettre de cette annonce. Mais après tout, j’ai toujours voulu plusieurs enfants. La vie m’a fait rencontrer mon mari tard : j’ai 33 ans, c’est l’occasion de rattraper le temps perdu ! Nous sommes ravis, et sur deux petits nuages !

Enceinte contre-jour

Le premier trimestre de ma grossesse : lucidité et petits maux

Pendant le premier trimestre, les premiers symptômes se sont déclenchés vers la sixième semaine de grossesse. En plus de ces symptômes, il a fallu déjà gérer mon état d’esprit.

Je n’ai jamais pensé que cette grossesse était gagnée d’avance, même si ce bébé est arrivé très rapidement. J’ai vu mon bébé, ou plutôt mon petit embryon à un mois de grossesse, chez mon gynécologue. Celui-ci était bien installé. Mais pour autant, les risques de fausse-couche n’était pas écarté pour moi, surtout quant on sait que 15 à 20% des grossesses aboutissent à une fausse-couche !

Future maman radieuse

Ma grossesse idyllique et en douceur

Avant ma grossesse, j’avais beaucoup lu de témoignages négatifs, et j’avais fini par adopter cette idée : la grossesse est forcément une épreuve et c’est NORMAL.

Alors aujourd’hui, j’ai eu envie de te rassurer, future maman. J’ai eu envie de te montrer autre chose, de te dire que tout peut aussi très bien se passer, qu’il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas. Je vais te raconter comment s’est déroulée ma grossesse, une grossesse qui a été, à mon sens, idyllique.

petites affaires de bébé

Premier trimestre de grossesse et annonces aux proches

Après avoir fait un test qui s’est révélé positif, je prends rendez-vous chez le médecin pour enclencher tout le processus médical « grossesse ».

Il me fait les diverses recommandations d’usage (alcool, cigarette…) et me rappelle que la plupart des mauvaises surprises ont lieu au premier trimestre, donc (je cite) : « On est heureux, mais pas trop. »

Femme enceinte fatiguée

Mon troisième trimestre de grossesse : des achats, une préparation et un choix étonnant

Je vis un mois d’octobre affreux ! À ne rien faire de la journée !

Je passe mes après-midi devant la télévision, à regarder des trucs tous plus nuls les uns que les autres. Il y a même des jours où je reste assise sur le canapé, sans télé, sans radio, sans livre, et j’attends… Pourtant, j’en avais des projets pendant ce congé !

Le mois de novembre, ça va mieux. En plus, je fais enfin mes cours de préparation à l’accouchement !

Les sentiments de la grossesse

Les sentiments de la grossesse

Durant la grossesse on passe par beaucoup de sentiments différents. Certains diront que c’est la faute des hormones (oui, je ne peux qu’acquiescer), mais pas que.

Cet article ne concernera pas uniquement mes sentiments en tant que femme enceinte, mais aussi les sentiments que les autres, ceux qui nous entourent, peuvent éprouver en apprenant la grossesse et en vivant avec nous ces neuf mois. Et crois-moi, il ne faut pas négliger le ressenti des gens qui t’entourent, car ce ressenti peut t’impacter plus ou moins fort.

Futurs papa et maman

La découverte et l’annonce de la grossesse : mon ressenti

J’ai découvert mon petit + très rapidement. J’avais des cycles relativement réguliers. J’ai donc fait un premier test lors de mon premier jour de retard : je sentais bien que quelque chose se tramait.

Je fais partie de ces femmes qui pressentent leur grossesse. J’ai eu une énorme intuition plus ou moins le jour de la conception et surtout, mon ventre travaillait pas mal… J’ai eu des tiraillements continus, mais non douloureux, pendant presque deux semaines !

Le premier test a été négatif. Trois jours plus tard, toujours rien. Nouveau test… et puis le petit + est arrivé.