Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Vie de maman

Maman a peur…

J’ai peur lorsque tu bouges beaucoup, que tu essaies de me prévenir de quelque chose et que je ne le comprenne pas. J’ai peur lorsque tu ne bouges plus, que quelque chose te sois arrivé et que je ne l’ai pas détecté. J’ai peur que tu ne grandisses pas assez, et que je ne saches pas assez m’écouter. J’ai peur que tu grandisse mal et qu’on nous annonce que tu n’arriveras jamais…

Astuces pour se faire obéir – ou comment arriver à nos fins grâce à l’imagination

Pour arriver à tes fins, et tout en évitant les grosses crises (tu sais, celles du fameux « terrible two ») tu as appris à développer de vraies tactiques de commandos. Sans blague, des fois on pourrait se faire attribuer la palme d’or de l’idée la plus imaginative, la plus originale, ou le trophée de la femme (ou de l’homme) la plus patiente ou la plus conciliante.

La varicelle, mes enfants et moi

J1 – H1 : « Vous ferez attention, Biquette a des boutons sur le ventre, c’est sans doute la varicelle… » Sentiment de mauvaise mère +10 000 quand ce sont les animatrices du centre de loisirs qui m’annoncent la nouvelle alors que je n’ai strictement rien vu venir. D’ailleurs, la Biquette en question exhibe ses boutons fièrement puis repart faire 3 fois le tour du centre en courant et en faisant un max de bruit.

Les mères imparfaites anonymes

Alors, euh… J’ai mis du temps à l’admettre, mais je suis une mère imparfaite.

Il m’arrive d’être pressée que mes filles aillent à la sieste, pour avoir un moment tranquille pour glander sur internet.

Il m’arrive de laisser mon aînée regarder des dessins animés pour avoir la paix.

L’histoire de mon allaitement un peu particulier

Ce fut un allaitement un peu particulier puisque ma fille est née à 30sa et elle était bien loin de savoir téter. Il a donc fallu lancer mon allaitement grâce à un tire lait. Tire lait qui ne m’a au final pas quitté durant toute la durée de mon allaitement, même lorsque ma fille prenait au sein, soit pendant 5 mois.

1 an avec toi. Les 6 mois suivants.

Malgré des nuits toujours pourries, je peux t’assurer que je préfère mille fois ces quelques mois à tes côtés que ceux où tu étais dans mon ventre ! Je suis fatiguée mais beaucoup plus libre de mes mouvements.

Tu manges toujours aussi peu mais on a commencé les yaourts en vu du mois prochain et tu adores ça !! Tu balances fort tes petites jambes et tu hoches la tête quand tu veux quelque chose. On ne peut pas se tromper !

La reprise du travail

Voilà, après quelques mois de pause pour pouponner, j’ai enfilé ma plus jolie robe, fait une magnifique coiffure compliquée, et suis partie, fraîche, pimpante, laissant derrière moi un délicat sillage de parfum. J’ai pris le train et d’un pas élégant de working girl, je suis retournée au bureau où tous mes collègues m’attendaient avec un gros bouquet de fleurs et une banderole de bienvenue.

1 an avec toi. Les 6 premiers mois.

Le soleil n’est pas encore levé et tu as déjà rejoint nos vies. Tout est allé très vite. Et j’en garde un doux souvenir. On est resté un long moment tous les 3, au calme, à regarder l’aube se lever. Ton grand frère était hyper ému de te rencontrer et déjà il avait envie de te câliner fort fort fort. Oui parce que ses étreintes un peu rudes sont proportionnelles à son amour et il est parfois difficile de le freiner… Il apprend !

J’ai rejoint l’association des parents d’élèves

Mon père et ma mère ont toujours été très impliqués dans ma vie scolaire et celle de mes frères. Cela me semblait donc normal de s’intéresser aux sorties scolaires, de se renseigner sur la coopérative, voire d’assister aux conseils d’école si possible.

Mais, c’est vrai que je ne m’étais pas posé plus de questions que ça sur le rôle que je jouerais lorsque Petite Fleur entrerait à l’école. Je pensais juste être cette mère enquiquinante qui pose plein de questions à la maîtresse. Par pour l’embêter mais parce que je veux être informée au maximum de la vie scolaire de ma fille.

Bienvenue à Jane Doe, maman depuis juillet 2016 !

Pourquoi ce pseudo déjà. Outre une allusion à mon vrai prénom, c’est aussi et surtout qu’il reflète ce que je pense être dans cette tribu de chroniqueuses. Une jeune femme lambda, qui n’a rien de spécial, juste son expérience à partager. C’est donc sans aucune prétention et avec beaucoup de second degré que je viendrais te parler de ma vie, mes amours et mes emmerdes.