Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Vie de maman

Première rentrée enfant

La rentrée en maternelle de Princesse

Ça y est. Définitivement, Princesse n’est plus un bébé. Elle est rentrée à l’école. Elle est partie pour une vingtaine d’années d’école. (Je la vois au moins médecin ou avocat ! C’est pas mal, ça.)

Tu te souviens, je t’avais expliqué qu’une des raisons qui m’avaient poussée à faire déclencher mon accouchement était cette rentrée scolaire. Car si elle était née quelques jours plus tard, l’école aurait été pour l’année prochaine. C’est maintenant qu’on va voir si je n’ai pas fait une grosse bêtise.

Micro-crèche Vs crèche d'entreprise

La vie en crèche de Petit Prince et son mode de garde définitif (enfin !)

Après nos vacances, notre fils reprend la crèche dans sa crèche habituelle. Nous faisons donc connaissance avec sa nouvelle section : vingt enfants pour cinq professionnels. Difficile pour nous à appréhender, sachant que notre choix de garde de départ était quand même une nounou à domicile… Mais la bonne nouvelle, c’est que nous retrouvons la responsable pédagogique que nous adorons.

Sauf que Petit Prince passe dans une nouvelle section sans adaptation et, même s’il est heureux au début, les choses ne se passent pas si bien que ça.

Le langage des signes pour bébé

La langue des signes pour les bébés

Je sens que je vais piquer ta curiosité avec cet article… et tant mieux, car la langue des signes est un concept qui a particulièrement piqué la mienne ! Lorsque PetitePerle est rentrée à la crèche en septembre, à ses 14 mois, la directrice m’a annoncé que la langue des signes était utilisée par les puéricultrices.

N’y connaissant absolument rien, je pensais qu’il s’agissait d’une nouvelle mode. Ne me jette pas des cailloux, j’ai une vision très terre-à-terre de l’éducation, et tout ce qui diffère du schéma classique me semble être une nouvelle tendance. Bref, je n’avais absolument aucun a priori négatif sur la langue des signes, mais je n’étais pas franchement convaincue de son utilité non plus.

Accoucher sans péridurale

Accoucher sans péridurale, mais pourquoi ?

Dans le Land où je vis (je préfère toujours rappeler que l’Allemagne est un pays fédéral aux fortes particularités régionales), ce qu’on appelle en France un accouchement « nature » est juste un accouchement « normal ».

Ainsi, lorsque j’ai accouché de mon fils il y a déjà presque deux ans, j’ai pu boire pendant tout le travail, je n’ai pas eu de monitoring en continu, et j’ai accouché de ce premier bébé en neuf heures… sans péridurale. C’est de ce dernier point dont j’aimerais parler plus précisément aujourd’hui.

Bébé n'a pas le sexe attendu

Quand le sexe de l’enfant n’est pas celui attendu…

Je ne peux pas honnêtement affirmer : « Nous voulions un garçon, mais nous avons eu une fille. » D’abord, parce que ce n’est pas tout à fait vrai, ensuite parce que je trouve la formulation bien trop violente par rapport à l’amour inconditionnel que nous portons à Croquette.

Mon mari et moi n’en avons jamais parlé ouvertement. Aujourd’hui encore, nous n’en parlons pas facilement (un reste de culpabilité, peut-être ?). C’était donc dit à demi-mots, mais nous pensions avoir un garçon (et nous avons eu une fille). Est-ce qu’on l’espérait ? Je ne saurais pas te dire, peut-être un peu, à la fin.

maman parfaite ou pas

Ce que cache cette maman qu’on envie…

Récemment, je me suis rendue compte que pour certaines j’étais « la fille qui énerve ».

Mais si, tu sais ! Je suis celle qui a perdus tous ses kilos de grossesse en 3 mois, qui n’a pas eu de vergetures, celle dont le bébé est en avance, celle qui a réussi à poursuivre l’allaitement à la reprise du boulot…

Ne pas vouloir d'enfant rapprochés

Je ne veux pas d’enfants rapprochés

Au tout début, je n’étais pas spécialement sûre de vouloir des enfants. Puis, quand l’envie est venue, je ne me suis jamais vue en mère de famille nombreuse : je pensais qu’un seul bébé me suffirait.

Aujourd’hui, après deux grossesses très éprouvantes et un bébé en parfaite santé, je réalise que je ne souhaite pas être mère à nouveau avant un petit moment.

Passage du bébé à l'enfant

Mon bébé n’est plus un bébé…

Récemment, en parlant de Princesse à mes collègues, je me suis interrompue dans ma phrase car j’allais dire « mon bébé »… Mais force est de constater que je ne peux (vraiment) plus dire que c’est un bébé.

Mais à quel moment ce changement a-t-il eu lieu ? À quel moment j’ai arrêté de dire « mon bébé » pour dire « ma fille » ? À quel moment il est vraiment devenu impossible de penser à elle en tant que bébé ?

Mon schéma de famille idéale

Mon image de la famille idéale

J’ai au fur et à mesure construit dans ma tête une image de la famille que je voulais. Un mari (note que je l’appelle déjà « mari », preuve que dans ma tête, le mariage était antérieur aux enfants : encore un schéma hérité de mes parents !) impliqué dans l’éducation, qui sache se rendre présent pour ses enfants. Et bien évidemment, deux filles (là encore, je me rattachais à ce que je connaissais) pas trop éloignées en âge (j’ai trois ans et demi de décalage avec ma sœur, c’était pour moi l’écart maximal).

Voici donc le plan que j’avais en tête : un mariage, neuf mois plus tard, une première fille, et environ deux ans plus tard, une seconde fille… Mais la réalité est une petite farceuse…