Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Préparer son conjoint au glamour de la grossesse


Publié le 8 février 2016 par Melimelanie

Ah, la grossesse, c’est merveilleux ! On porte la vie, on devient le réceptacle du bonheur de l’union de deux personnes. Notre conjoint nous couve amoureusement du regard pendant qu’on s’arrondit élégamment, un sourire béat sur le visage… Euh… STOP !

Là, tu te dis : mais qu’est-ce qui lui prend, à Melimelanie ? Elle nous a bien dit qu’elle avait eu un premier trimestre de me**e, la suite a été ce qu’elle a été, et maintenant, elle divague sur l’état de grâce que c’est d’être enceinte. Elle plane ou quoi ?!

Rassure-toi, je n’ai pas perdu la tête, et je ne suis pas non plus sous morphine (bien qu’à l’approche de mon accouchement, je me dis que ça peut être une possibilité pour gérer la douleur). Non, j’ai juste envie de faire un article pour dédramatiser ce qu’on expérimente, ou pas (il y a toujours des petites chanceuses), pendant la grossesse. Et pour t’informer de certains petits détails qui peuvent un peu impressionner le mâle qui partage ta vie et ta grossesse.

Homme peur de la grossesse

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

Je n’ai pas forcément connu tout ce dont je vais te parler (quand même, faut pas déconner) : parfois, ce sont des copines de gros ventre qui m’en ont parlé. Et je ne vais pas non plus trop entrer dans les détails, pour ne pas dégoûter celles qui hésitent à lancer une grossesse (les détails, je les garde pour ma sœur, hi hi hi – rire diabolique) (après, c’est elle qui demande, et je sais qu’elle veut tellement un enfant que ce n’est pas ce que je lui raconterai qui va remettre en question sa grossesse).

Les nausées

Ah, les séries télé, où les femmes enceintes sont toutes pomponnées, avec un joli teint frais, et ont juste de temps en temps quelques dégoûts… Ou, au pire, vont vomir discrètement dans le buisson d’à côté, pour revenir aussi fraîches. Oui… On y croit toutes.

Mais sache que pour ton cher et tendre, qui ne t’a jamais vue vomir (ou peut-être en soirée, mais vu son état à lui, ça ne comptait pas vraiment), te voir te précipiter dans les toilettes (ou l’évier de la cuisine quand tu n’as pas le temps… c’est tellement plus sympa à nettoyer) et t’entendre (oui, t’entendre…) vomir, c’est un peu un tue-l’amour. En plus, quand tu ressors, tu as plus souvent le teint vert et l’haleine approximative que la tête de nos chères héroïnes télé.

Donc, préviens-le : « Mon chéri, pas mal de femmes ne sont vraiment pas bien les premiers mois de la grossesse. Peut-être que j’y échapperai, mais je ne sais pas. Sinon, dis-toi que j’ai pris une grosse cuite la veille, et que ça va passer. »

Essaye aussi de ne pas l’obliger à se retrouver face à ton petit sac à vomi (que tu gardes précieusement avec toi quand tu sors, au cas où…) PLEIN, sans l’avoir prévenu au préalable.

Les problèmes digestifs

Les filles, ça ne fait pas caca, ça ne pète pas, ça ne rote pas… ou alors des paillettes, parce qu’on est des princesses. Mouais…

Avec la grossesse, certains rêves peuvent être brisés. Il faut dire que nos intestins sont un peu mis à rude épreuve, avec le petit habitant qu’on a sous le nombril.

Selon les grossesses, d’une femme à l’autre, les symptômes vont être variables. Certaines vont avoir un transit accéléré, d’autres un transit ralenti, des gaz ou non (certaines ont tout : c’est ce qui s’appelle avoir la poisse). C’est un peu la loterie. Et malheureusement, ça peut être difficile à cacher à la personne avec qui on vit, surtout quand bébé a décidé d’appuyer de toutes ses forces sur son meilleur ami : notre côlon.

Là encore, essaye de la jouer fine, glisse à ton cher et tendre, mine de rien, en lisant une publication typique de femme enceinte (livre/magazine/blog… tout support est utilisable) : « Dis mon amour, tu savais que pendant la grossesse, une femme pouvait expérimenter quelques soucis digestifs ? Si ça m’arrive un jour, je m’excuse par avance. »

Sachant qu’en cas de gaz inopiné, un petit « C’est le bébé » permet toujours de dédramatiser la situation avec un bon fou rire.

Les échographies endo-vaginales

Mais qu’est-ce qu’elle nous raconte, encore ! Les échographies, c’est cool, il n’y a pas besoin de prévenir le papa qu’il va voir le résultat de son « travail acharné » sur un écran et qu’il va être tout ému.

Oui, effectivement, une échographie, c’est top. Mais attention, il existe deux types d’échographies : celle qu’on nous montre dans les séries, où on a le capteur sur le ventre et où tout va bien, et l’autre : l’échographie endo-vaginale. Certaines y échappent (chanceuses !), mais en cas d’échographie précoce de datation, voire pour l’échographie du premier trimestre, ou en fin de grossesse pour vérifier un col capricieux, tu peux te retrouver à avoir ce genre d’échographie.

Comme son nom l’indique, l’échographie endo-vaginale signifie qu’on passe par le vagin pour observer l’utérus (ou le col)… et la sonde ressemble à un très grand sex toy. De plus, pour être sûr que la sonde ne puisse pas être contaminée lors d’un examen, on la prépare en déroulant un préservatif dessus et en ajoutant beaucoup de gel…

Pour éviter que Monsieur (ne comprenant pas ce qu’il se passe) ne frappe l’échographiste, il peut donc être utile de le prévenir de l’existence de ce type d’examen. Profites-en pour le rassurer dans sa virilité avec un petit « J’ai rien senti » à la fin : c’est toujours bien de flatter un peu leur orgueil.

Les touchers vaginaux et la position des poings sous les fesses

Non mais elle est neuneu, celle-là ! Elle pense que les hommes ne se doutent pas que pendant une grossesse, on va avoir des touchers vaginaux ? Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas de vagin qu’ils n’y connaissent rien !

Loin de moi l’idée de tenir ce discours, je pense que certains hommes sont tout à fait au courant, parce qu’ils s’impliquent à fond et vont lire plein de choses sur internet. Mais entre savoir et voir, il y a un… gouffre.

Pendant un rendez-vous avec la sage-femme ou le gynécologue qui suit la grossesse, il est possible que soit réalisé un toucher vaginal, pour vérifier que le col est toujours bien fermé et que la grossesse se déroule correctement. Il n’est donc pas inutile de prévenir Chéri que quelqu’un va examiner ton intimité : « Oui mon amour, il est possible qu’il/elle me mette deux doigts dans le vagin pour m’examiner. T’inquiète pas, pour moi, c’est juste un moment très désagréable, rien d’autre. »

Et, chose qu’on ne sait pas toujours, en plus d’être à moitié nue (on retire tout le bas, oui oui), on peut te demander de mettre tes poings sous tes fesses pour atteindre plus facilement le col pendant l’examen. Je pense que cette position, c’est un peu le comble de l’inconfort. Tu n’as qu’une envie : que ça passe au plus vite ! N’hésite pas à demander à ton homme de se retourner, voire de sortir de la pièce le temps de l’examen si c’est possible. Il ne ratera rien.

Les jambes lourdes

Alors, ça, encore… Ça arrive à beaucoup d’entre nous, d’avoir les jambes lourdes en été, et ce n’est pas pour autant que c’est un tue-l’amour (l’odeur des gels pour rafraîchir nos jambes peut dégoûter Monsieur, mais si c’est une petite nature, aussi…). Mais pendant la grossesse, si tu es prédisposée à ce problème, on va très vite te prescrire (ou pas, ça dépend des médecins) de magnifiques chaussettes de contention.

Autant te dire que la nuisette sexy perd tout son charme avec des chaussettes de contention. Donc deux solutions :

  • tente les bas ou les collants, qui peuvent être moins ridicules,
  • sinon, prends le parti d’en rire avec Monsieur !

Et vu le bien-être que ça va t’apporter, ton compagnon sera de toute façon content de ne plus te voir faire les cent pas devant le film du soir !

Le colostrum

Comme l’expliquait si bien Chacha d’avril dans son article sur les seins et la grossesse, il est effectivement possible que des fuites arrivent.

Ça ne va pas forcément inonder ton tee-shirt à chaque fois, mais si ça arrive, ça peut un peu perturber ton cher et tendre de voir ses camarades de jeu changer de rôle. Encore une fois, l’humour est la meilleure arme : renverse-toi un verre d’eau dessus et lance un joyeux : « Concours de tee-shirt mouillé ! »

Puis prévois des coussinets absorbants à mettre dans ton soutien-gorge, pour ne plus avoir ce genre de problème.

Les bouffées de chaleur

Bonheur des hormones (parfois associées à ta prise de poids) : enceinte, tu as chaud. Très chaud. Certaines y échappent (là encore, chanceuses !), mais ce n’est pas pour rien si on ne trouve pas beaucoup de robes-pulls de grossesse bien chaudes.

Bref, c’est assez borderline. Le « j’ai chaud, donc je me découvre » peut plaire à Monsieur. Mais le « j’ai chaud, donc je découvre que je peux suer à des endroits vraiment improbables de mon corps »… lui plaira probablement moins.

Et à part dire à Monsieur que porter sa progéniture, c’est du sport (d’où la sueur), le plus important, c’est de tout faire pour ne pas sentir trop fort et éviter de le dégoûter définitivement de dormir avec nous jusqu’à ce que bébé soit là.

La sexualité

Là encore, grosse loterie des hormones : ça peut être un top ou un flop ! Mais pour le coup, tu n’es pas toute seule ! Monsieur aussi peut réagir très bien ou moins bien.

Du coup, pour le préparer à ce qu’il peut se passer, ça va être difficile : tu ne peux pas savoir si ce sera calme plat sous les draps pendant neuf mois (voire plus, hein : après l’accouchement, on a apparemment d’autres choses à penser) ou si tu auras envie de lui sauter dessus H-24.

Et comme si ce n’était pas assez compliqué de gérer tes hormones, il va falloir en plus gérer ses envies à lui aussi. Il va peut-être passer outre les désagréments que tu subis et te trouver super attirante, toi qui portes le fruit de votre amour. Ou alors le fait que la vie grandisse en toi va le bloquer, il aura peur de faire mal au bébé ou il se sentira observé.

Bref, un conseil : profite de cette merveilleuse période des essais, avant de tomber enceinte. Je peux comprendre ton envie que ça fonctionne maintenant tout de suite, et bien sûr, si ça dure trop, n’hésite pas à voir un médecin. On ne tombe pas toutes enceintes du premier coup, on peut mettre jusqu’à un an, voire plus, malheureusement. Mais pendant ces premiers mois, cette première année où le spectre de la stérilité n’est pas encore trop présent, n’oublie pas de t’éclater avec Monsieur et fais-lui passer le message !

Bref, tu l’auras compris, cet article a clairement pour but de dédramatiser tout ce qu’on peut vivre pendant la grossesse. Non, on n’a pas toutes une grossesse idyllique. Oui, on la vit plus ou moins bien.

Mais au final, si on fait tout ça, c’est pour la bonne cause (= ne plus dormir la nuit, perdre toute intimité, se demander comment on va pouvoir acheter ce qu’essaient de nous vendre les magasins de puériculture…). On a toutes nos raisons de vouloir partir dans cette merveilleuse aventure qu’est avoir un enfant.

Et puis, soyons honnêtes deux minutes (rien que toi et moi), si cette période d’incertitude/de moins bien était si horrible, on serait tous fils et filles uniques. Donc c’est que ça doit valoir le coup !

Et ton conjoint, il en a pensé quoi, de ta grossesse ? Il a réussi à surmonter tous les obstacles pour te voir resplendissante ? Ou il a eu du mal ? Raconte !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

61   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virginie

Excellent ! Effectivement, l’humour peut dédramatiser bien des situations. Bonne idée 😉

le 08/02/2016 à 08h50 | Répondre

Melimelanie

Merci :-). Je suis contente que le ton de l’article soit bien passé et que les gens prennent autant de plaisir à le lire que j’ai eu à l’écrire. 🙂

le 08/02/2016 à 12h23 | Répondre

audrey

Personnellement je ne demande que ça, d’être convaincue que ça peut être chouette et merveilleux parce qu’autour de moi, tout le monde est capable de me dire à quel point ça peut être chiant galère pénible ect…

Par contre quand je demande ce qui, au contraire, est super dans le fait d’avoir des enfants, personne n’est capable de me citer le moindre argument!

Et après on s’étonne que je sois réticente à en avoir…bref, au secours pitié rassurez moi!

le 08/02/2016 à 09h12 | Répondre

Virginie

On était exactement comme toi… et nos amis nous disent même parfois « n’en faites pas ! »

En fait, je pense que le sentiment d’amour que les parents vivent avec leurs enfants n’est pas franchement descriptible. N’as-tu jamais eu un coup de coeur avec un enfant au cours d’une conversation, d’un câlin soudain que tu n’as pas vu venir ou autres ?

le 08/02/2016 à 09h15 | Répondre

audrey

et bien non je n’ai jamais vécu ça. En même je ne côtoie presque jamais d’enfants en bas âge. J’ai des neveux et nièces mais que je vois extrêmement rarement car on habite à au moins 400 bornes demes parents et belle famille, et mes sœurs sont aussi aux quatre coins de la France. Et j’avoue qu’au bout d’un moment on en a marre d’être les seuls à faire les trajets donc on a laché l’affaire de ce coté.

Dans nos amis il n’y a qu’un couple qui a un enfant, qui est ravissante c’est sur mais bon voila je n’ai jamais eu d’échange de ce genre.

le 08/02/2016 à 11h52 | Répondre

virginie

Une chose est sûre : ne te met pas la pression, à mon sens, quand on est prêt, ça prend au corps et c’est d’un seul coup. Les doutes, les craintes et les peurs ne semblent plus insurmontables et, comme tout dans la vie, tu trouveras des solutions/compromis qui te conviendront… parce que toi tu voudras que ça marche.
Mon opinion a changé du tout au tout très très très rapidement. No stress. Profite. Vous serez des parents épanouis … sans regrets 😉

le 08/02/2016 à 21h24 | Répondre

Miss Chat

C’est exactement ce que vient de dire Virginie 😉 C’est très difficile de décrire en tant que parent pourquoi c’est ‘super’, de formuler ça avec des mots, d’autant que tout le monde ne le vit pas de la même façon. Quand les gens parlent des moments pénibles, il ne faut pas se laisser impressionner parce que tu ne vois alors que le côté négatif, sans aucune perspective du côté positif qui est compliqué à exprimer. Or, le positif quand on a un enfant, c’est 99% de ta vie 🙂 Tu vis des bouffées d’amour qui te renversent et qui sont absolument incomparables avec ce que tu pourrais vivre avec quelqu’un d’autre, tu éprouves une fierté immense à la moindre évolution de ton enfant, tu es chaque jour conscient que tu as créé et que tu façonnes une vraie personne.
Alors, oui on peut trouver mille raisons de ne pas avoir un enfant. Mais ces raisons ne valent absolument plus rien quand tu te retrouves face à ton petit 😉

le 08/02/2016 à 09h32 | Répondre

audrey

Merci de ta réponse 😉

J’ai tellement peur de ne plus avoir de temps pour les choses indispensables à mon épanouissement en fait…ca peut paraitre égoïste je le sais mais je me dis qu’il vaut mieux une maman épanouie que aigrie, non?
Bon en fait il y a aussi un milliard d’autres choses qui me freine. Et la pression de mon conjoint et de ma belle famille ne m’aident pas!

le 08/02/2016 à 11h55 | Répondre

Miss Chat

Je pense que tu as raison 🙂 Si tu penses qu’un enfant perturbera trop ton équilibre alors rien que ce sentiment peut vous « mettre en danger » dans la relation parent-enfant. A mon sens, il vaut mieux attendre le moment où l’idée d’en avoir un te viendra tout naturellement. Moi, ça m’a pris par surprise, un matin en me réveillant, alors que j’avais toujours été réticente 😉

le 08/02/2016 à 12h30 | Répondre

Louna

Audrey, je profite pour rebondir également à ton commentaire, même si les copines ont déjà répondu et que je suis entièrement d’accord avec elles !

Concernant la peur de ne plus avoir de temps pour l’épanouissement personnel, j’étais exactement dans le même cas que toi : j’aime faire 100 milles activités diverses et variées, sortir, aller au cinéma, profiter des apéros impromptus avec les copains ou les collègues. Et, comme toi, j’avais peur que l’arrivée d’un petit bout me fasse regretter cette liberté perdue. Alors je ne vais pas te tenir ici le discours « mais si, avec un enfant on peut vivre exactement comme avant », parce que 1) ce n’est pas vrai, et 2) chacun fait comme il veut, mais surtout comme il peut après l’arrivée d’un bébé.
Par contre, ce que je peux te dire, c’est que, même si j’ai mis une année à retrouver mon rythme effréné, je recommence à m’épanouir en dehors du boulot et de ma petite famille. Nous avons retrouvé un équilibre qui nous convient, et on fait beaucoup de choses avec bébé, mais aussi des choses justes pour nous en tant que couple et chacun pour soi.
Autre chose, je me suis donnée le temps d’avoir envie d’un enfant : un peu comme Madame Vélo, je savais que je voulais être mère, mais je n’avais jamais fait de baby-sittings ou connu des situations particulièrement émouvantes avec des enfants.
Et finalement, comme pour Miss Chat, ça m’est tombé dessus d’un seul coup, sans prévenir. Alors, ne te torture pas avec ça : ça viendra, ou ça viendra pas, mais tu n’y peux pas forcément grand chose.
Allez, bonne continuation ! 🙂

le 08/02/2016 à 15h39 | Répondre

Audrey

Un grand merci pour ton message. Ca me rassure de voir qu’il est possible de garder des activites perso et des activites de couple, meme si bien sur il faut s’organiser differement et ptendre le temps au debut de trouver un nouveau rythme.
J’essaie de me laisser le temps aussi, je vais avoir 30 ans cette annee et mon mari 32, il me met pas mal la pression car il est impatient. Mais moi, meme si je sais que j’aurais un enfant, ce n’est pas encore pour tout de suite. Je me sens prise par le temps en fait et ca me stresse.
Ca me rassure aussi de voir que l’envie peut venir subitement!

le 08/02/2016 à 19h22 |

Die Franzoesin (voir son site)

Oh zut Audrey c’est dommage mais c’est vrai plus facile de décrire les petits côtés difficiles de la maternité que le plus évident c’est à dire le bonheur que c’est… Tu nous donnes une idée d’article !

le 08/02/2016 à 10h13 | Répondre

audrey

Aha ravie de donner de l’inspiration 😉

J’avoue que j’aimerais bien lire un article sur ce sujet.

le 08/02/2016 à 11h53 | Répondre

Louna

Ah oui, top comme idée d’article ! C’est vrai que c’est tellement difficile à décrire, tous ces petits et grands bonheurs du quotidien !

le 08/02/2016 à 15h40 | Répondre

Melimelanie

Audrey je suis désolée que tu n’es jamais trouvé personne qui te donne l’autre côté. Celui qui fait que même avec tout ce que je décris dans cette article moins de 2 mois après mon accouchement je veux déjà être de nouveau enceinte.

Et oui la grossesse c’est merveilleux. Oui on peut en chier grave mais il y a aussi tellement de moments géniaux.

La première échographie ou ton petit bébé ressemble enfin a un bébé. Ou tu vois l’émotion dans les yeux de ton homme.

La première fois que tu sens bébé bouger et toutes les fois d’après ou tu es fière de pouvoir enfin faire partager ses coups et ses mouvements avec tes proches.

Ton ventre qui s’arrondit pour laisser grandir cette petite graine que tu aimes déjà d’un amour infini.

Et alors quand il est là. C’est tellement irréel que c’est difficile à décrire.

Je ne sais pas si tu t’es déjà surprise à sourire en entendant ta moitié rire. Cette sensation de bien être et de chaleur qui t’envahie quand tu vois les gens que tu aimes heureux.

Et ba avec ton enfant c’est puissance mille. Le voir et l’entendre pleurer te serre le ventre et te brise le cœur. Et le voir rire et sourire te fait pleurer de bonheur. Tu as envie de le dévorer de bisous. Tu peux passer des heures à le regarder dormir avec un sourire accroché au visage. Et dès qu’il fait une nouvelle chose de nouveau cette sensation de chaleur qui t’envahie. Cette plénitude quand il est tout contre toi à faire un câlin.

Alors oui quand il hurle pendant 2h le soir tu te maudis d’avoir eu cette envie à la con de construire une famille et tu te plains. C’est plus facile de se plaindre des 2h de luttes que des 22h d’amour immense du reste de la journée.

le 08/02/2016 à 12h46 | Répondre

Audrey

C’est tres beau ce que tu ecrit la, on arrive presque a le ressentir a travers tes mots. Etvdu coup oui, j’entre apprecois ce que cela peut etre.

le 08/02/2016 à 19h25 | Répondre

Marjolie

Exactement tout comme Audrey ici! Je crois que je n’pas envie mais même si j’avais envie, je pense que je réprimerais ce désir car ce que nous renvoient la plupart de nos proches (notamment mon frère et comme on partage pas mal de traits de caractère…) est très négatif. Je ne me sens absolument pas capable de faire tous ces sacrifices. J’ai l’impression qu’il faut quand même avoir beaucoup de chance pour pouvoir continuer à vivre avec des enfants et cette loterie fait vraiment peur.
L’image que tu donnes avec le sourire du conjoint est très parlante Melimélanie!

le 09/02/2016 à 09h02 | Répondre

Madame Vélo

Audrey, je comprends bien ce que tu ressens et je suis 100% d’accord avec ce qu’ont déjà répondu les filles. Moi j’ai toujours su que je voulais des enfants, mais je n’ai jamais été attirée par eux. Je n’ai jamais fais de babysitting, je n’étais pas à l’aise en présence d’enfants, je n’ai jamais su quoi leur dire, bref, c’était pas mon truc. Et puis j’ai été en contact avec une collègue qui venait d’être maman et qui me racontait tous les jours son bonheur de maman, les petites anecdotes de sa fille, les moments moins faciles aussi, mais aussi les moments qui te font mourir de rire. Et d’être au contact de sa fille m’a « rassurée » et j’ai eu beaucoup moins peur quand on a décidé d’avoir un enfant. Et effectivement, ça ne se décrit pas, ça se vit ! Les fous rire quotidiens, les câlins, les sourires, son odeur, la fierté à chaque nouvelle évolution, l’envie de parler de lui tout le temps, le bonheur à l’état pur quoi ! C’est comme expliquer à quelqu’un le bonheur d’être amoureux à une personne qui ne saurait même pas ce que c’est : ça se vit et ça ne s’explique pas 🙂
Je trouve que ça fait aussi relativiser sur ce qui est important dans la vie.

le 08/02/2016 à 14h09 | Répondre

Floconnette

Personnellement, pour nous, un enfant c’est « que du bonheur » comme on entend dire. Oui il y a des choses qui changent, mais on est tellement heureux à 3, et bientôt à 4. J’avais peur, je n’ai plus peur, notre fils nous comble de joie au quotidien. Oui des fois c’est fatigant, mais pas plus que de passer une journée pourrie au travail. Et à côté de ça, les petits soucis qui me bouffaient avant me passent totalement au-dessus maintenant. Je pars du boulot, je suis heureuse de retrouver mon fils dans quelques minutes, on cuisine ensemble à la maison, on joue, on lit des livres… J’ai toujours du temps à moi même si c’est différemment organisé, mais bref, la conclusion: je suis heureuse, tellement heureuse. Mon mari aussi. Et nous espérons que notre fils aussi mais vu comme il est épanoui et qu’il sourit et est joyeux tout le temps, je pense que oui!
Au point que nous avons voulu recommencer, et bien qu’au début gérer deux enfants me paniquait, et me panique toujours un peu, j’ai très hâte de connaître ce bonheur décuplé !!!
De plus, cerise sur le gâteau: notre fils ne se réveille JAMAIS avant 8h, et le week end c’est même très souvent 9H30 😀
Espérons que le deuxième sera une marmotte aussi.

le 08/02/2016 à 16h00 | Répondre

Madame Vélo

Je ne peux m’empêcher de réagir car j’ai failli écrire un article là-dessus 🙂 ça m’a toujours interpellé cette fameuse phrase « un enfant c’est que du bonheur ». Personnellement je dirais plutôt « un enfant c’est beaucoup de bonheur » car quand même il y a des soucis, des questions, des galères, etc. !! Par contre c’est vrai aussi qu’on oublie vite les moments de galère et qu’on se souvient des moments de joie 🙂

le 08/02/2016 à 16h06 | Répondre

Floconnette

Je suis tout à fait d’accord avec toi, et c’est pour cela qu eje disais que « pour nous » ça se vérifiait. Le début j’ai trouvé ça dur car se lever toutes les nuits c’est épuisant. A l’approche des 2 ans il y a la fameuse phase d’opposition et de crises. Mais malgré tout cela notre fils est « facile » je trouve et vraiment « heureux de vivre » donc forcément, c’est plutôt facile pour nous… On l’emmène en vacances, au resto, en soirées de temps à autre et il est quasi toujours adorable. Donc dans notre cas je pense que ça a joué pour lancer le petit deuxième, sinon on aurait peut-être attendu plus longtemps.
mais je te rejoins, il ne faut pas généraliser cette phrase en apparence anodine car pour certains c’est très dur, et je ne nie pas que les premiers mois je n’aurais jamais dit que oui, « c’est que du bonheur ». Par la suite, oui !

le 08/02/2016 à 16h09 | Répondre

Madame Vélo

C’est chouette ça que vous puissiez faire plein de chose avec votre fils 🙂 Je te rejoins sur ce que tu dis, et c’est d’ailleurs pour ça que je n’avais finalement pas écrit l’article : en grandissant ils sont plus facile et c’est plus facile de voir le bonheur plutôt que les galères. Ah ah je redoute la période de l’opposition !! Si tu es inspirée, tu pourrais nous faire un article là-dessus ??!!

le 08/02/2016 à 16h18 |

Floconnette

Pourquoi pas, mais nous utilisons des méthodes propres à nous et je vois beaucoup de façons de faire différentes autour de moi.
Après on a la chance que ça soit cyclique: il tente pendant une ou deux semaines, on ne cède pas, la nounou non plus, il en a marre et obéit de nouveau pendant plusieurs semaines, puis il retente etc…. mais bon malgré qqes semaines houleuses il y a plus de semaines cool 🙂

le 08/02/2016 à 16h23 |

Madame Vélo

hi hi c’est cyclique comme pour les dents :p grognon pendant 3 jours, puis super agréable pendant 1 ou 2 semaines, puis re-grognon quelques jours !
ça serait l’occasion que chacune s’exprime sur sa méthode dans les commentaires 😉

le 08/02/2016 à 16h26 |

Louna

Coucou Madame Vélo : j’ai prévu un article à ce sujet, justement ! 😉

le 08/02/2016 à 19h06 |

Madame Vélo

Ah chouette ! hâte de lire ça Louna 🙂

le 08/02/2016 à 21h53 |

Claire Gezillig

Merci pour la bonne humeur que donne ton article de bon matin 😀

le 08/02/2016 à 09h25 | Répondre

Miss Chat

Oh mon dieu, les échographies endo-vaginales hahaha ! Je crois que je me souviendrai toute ma vie de sa tête quand la gynéco a sorti la sonde :’)

le 08/02/2016 à 09h33 | Répondre

Madame D

Je l’avais prevenu pourtant … Mais il est quand même tombé dans les pommes …

le 08/02/2016 à 10h18 | Répondre

Miss Chat

Ah oups, c’est assez extrême comme réaction…! Le pauvre…

le 08/02/2016 à 12h27 | Répondre

Mlle Moizelle

Ah! Mon mari aussi a fait un malaise vagal (bien que je l’ai prévenu aussi) et je suis rassurée de voir que ce n’est pas le seul! ^^

le 10/02/2016 à 13h40 | Répondre

Melimelanie

Ha ha ha. Je l’ai écris pour les hommes mais je dois reconnaître que je ne faisais pas non plus la maligne la première fois que j’ai du avoir une échographie de ce type. Je n’avais aucune idée que ça existait et en en parlant après avec une amie déjà maman elle m’a dit tout naturellement « ba oui c’est comme ça au début ». Oui ba je n’aurai pas été contre connaitre ce type d’examen avant de tomber nez à nez avec la sonde :-p

le 08/02/2016 à 12h51 | Répondre

Madame Vélo

Pareil, la première fois que j’ai été faire une écho c’était pour vérifier que mon DIU était encore en place, et comme on ne le voyait pas l’échographe a sortit sa sonde endo-vaginale. Argh j’ai été surprise, je ne savais même pas que ça existait ! Heureusement mon homme n’était pas là, mais moi je faisais pas la fière. Et heureusement, pour les échos du bébé je n’ai pas eu à revivre cette charmante expérience !

le 08/02/2016 à 14h01 | Répondre

Freesia

Même chose pour moi avec l’écho endo vaginale!
La fleur au fusil, on imaginait la petite sonde sur le ventre et puis hop! Mais hum hum… ce « sextoy » echographe est apparu au bout d’un moment! Je me souviens refuser de regarder mon amoureux, tellement j’étais gênée! Il ne disait rien mais je savais qu’il était surpris.
Je me souviens qu’au retour, dans la voiture, il me disait sans cesse (ah l’orgueil masculin) « ca t’a fait des choses? T’as aimé? C’est pas pareil que moi hein? « . Après l’avoir rassuré, il m’a tout de même dit, avant et/ou après chaque nouvelle écho : « alors, t’as eu droit à ton sextoy?  »

Ralala… 🙂

(Jaime infiniment le ton de cet article et j’aurais tellement aimé le lire au tout début de ma grossesse! )

le 09/02/2016 à 16h32 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’ai adoré cet article qui en effet dédramatise !! Merci 🙂 .

le 08/02/2016 à 10h12 | Répondre

Melimelanie

Merci 🙂 Mission réussie alors 🙂

le 08/02/2016 à 12h53 | Répondre

Madame D

Oui j’adore aussi !!!

le 08/02/2016 à 10h18 | Répondre

Melimelanie

Je vais rougir si vous me dites toutes que vous adorez :-p

le 08/02/2016 à 12h53 | Répondre

Doupiou

Les échographies endo-vaginales ! Le bonheur..
Perso je me demandais à mon mari de sortir de la pièce lorsque le gynéco me préparait pour un toucher vaginal ! Ce qu’il faisait sans rechigner !

le 08/02/2016 à 10h21 | Répondre

Melimelanie

Je vois qu’on a toutes un super souvenir des échographies endo-vaginales :-p.

Tu as bien raison de lui avoir demandé de sortir. Quand c’est possible je pense que ce n’est pas un luxe. Après moi je le faisais se mettre au niveau de ma tête quand il ne pouvait pas sortir. Ou quand le cabinet le permet d’aller de l’autre côté du « paravent ».

le 08/02/2016 à 12h56 | Répondre

Mlle Mora

Le coup des poings sous les fesses, je ne l’ai pas eu, mais effectivement ça doit être super bizarre !
Mon chéri est le meilleur chéri du monde, il a tout bien pris, on a beaucoup rigolé pendant ma grossesse !

le 08/02/2016 à 12h50 | Répondre

Melimelanie

Tu as évité à ça tu as bien de la chance. Je crois que c’est ce qui m’a mise le plus mal à l’aise. Tu te sens un peu comme une tortue sur le dos quoi…

Moi aussi j’ai un mari merveilleux qui n’a jamais rien dit et qui quand j’ai écris cette article m’a dit : « Ba pourquoi tu écris ça? Je n’ai jamais mal réagi moi ». Il ne comprenait pas l’intérêt de l’article lol.

le 08/02/2016 à 13h00 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’ai beaucoup aimé ton article que je trouve vraiment très drôle et bien écrit.
Merci pour le petit sourire du lundi matin 🙂

le 08/02/2016 à 13h16 | Répondre

Melimelanie

Merci pour ces très jolis compliments! je rougis maintenant…

le 10/02/2016 à 14h18 | Répondre

Louna

Super article ! J’adore le ton plein d’humour que tu emploies ! 🙂
Même si, comme ton mari apparemment, le mien n’a jamais été dégoûté ou effrayé par cette drôle d’aventure : je crois qu’il est vraiment terre à terre, alors il prenait les choses comme ça venait, sans se projeter ou se faire des montagnes. Et pourtant, les soucis gastriques, j’ai connu !!!!!
Quant aux écho endo-vaginales, j’y ai échappé, mais vous me faites peur : ça a l’air de ne pas être si rare que ça, alors je stresse déjà pour une prochaine grossesse….!

le 08/02/2016 à 15h11 | Répondre

Melimelanie

Merci :-).
J’ai l’impression qu’effectivement on a un peu le même type de mari :-).
Pour l’écho endo-vaginale ne stresse pas. Si tu as eu la chance de l’éviter une fois rien ne dis que ça ne te fera pas la même chose pour une autre grossesse :-). Si ça se trouve tu as un utérus placé de tel manière que tu n’as pas besoin d’échographie endo-vaginale 🙂

le 10/02/2016 à 14h24 | Répondre

Floconnette

HAHAHA je pourrais rajouter bien des choses :-p mais l’essentiel est là. Avec mon mari nous en rigolons plus qu’autre chose.
Ajoutons juste que quand tu as le « privilège » d’être hospitalisée ils t’informent de petits détails très folichons que ton mari soit dans la pièce ou non ^^ et ce, également durant le travail avant d’accoucher (dignité, je me suis assise sur toi mais je m’en fous j’en ai bien rigolé!)
Sympa cet article 🙂

le 08/02/2016 à 16h02 | Répondre

Melimelanie

Oui c’est vrai que le corps médical n’a pas toujours le réflexe de demander si on veut que monsieur sorte pour évoquer certains détails… Je crois que pendant mon hospitalisation j’ai croisé 1 sage femme qui a demandé à mon mari de sortir pour m’examiner. 1 sur …pfff j’ai arrêté de compter lol.

le 10/02/2016 à 17h50 | Répondre

Laura

Ha ben merci les filles, j’apprends plein de choses grâce à vous sur ce blog. Personne ne m’avait jamais raconté tout ça…

le 08/02/2016 à 22h25 | Répondre

Melimelanie

Lol. Mais non ne t’inquiètes pas tu ne vas pas forcément vivre tout ça! Comme je le mentionne je n’ai pas eu tous ces désagréments. C’est rare de tout cumuler…

le 10/02/2016 à 17h51 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

Excellent article, un plaisir à lire. J’ai beaucoup aimé la ton .Et puis il faut se l’avouer tout est vrai 🙂
Je fais partie des chanceuses qui ont eut une grossesse géniale (juste malade au début et pressée que ma Chouchou sorte) mais j’ai tout de même subie l’échographie endo-vaginale, les problèmes d’intestins … lol mais bon comme tu dis quand on prévient Chéri ça passe un peu mieux 🙂

le 09/02/2016 à 09h46 | Répondre

Melimelanie

Merci pour les compliments c’est gentil!!
Je pense que même en cumulant tous les symptômes on peut trouver que notre grossesse est top :-). Et puis tous ces petits désagréments c’est pour la bonne cause et on en rigole après 🙂

le 10/02/2016 à 17h54 | Répondre

Mlle Moizelle

haha! Merci pour ce chouette article! ^^
Mon mari a fait un malaise pour l’écho avec la sonde. Il a trouvé que la gynéco (débutante et de garde aux urgences, qui trouvait pas mon utérus rétroversé et qui s’est un peu énervé « à l’intérieur ») maniait le bidule « comme une bourrine »! Effectivement, c’est pas le côté le plus glam de la grossesse.
J’ai aussi eu droit à la transpiration « aux endroits improbables »… On avait du mal à chauffer la maison cet hiver, mais pas grave, dans le lit je servais de bouillotte d’une manière très efficace! Moi qui me douche habituellement le soir, je devais me doucher AUSSi tous les matins au réveil avant de pouvoir enfiler des fringues propres!
Je n’ai pas été jusqu’à l’écoulement de colostrum puisque la grossesse s’est arrêtée. Mais j’ai beaucoup aimé ta « solution » concours de t-shirts mouillés, arf! :-p

le 10/02/2016 à 13h48 | Répondre

Melimelanie

Merci merci! Moi qui avait peur de la réception qu’allait avoir mon article je vous remercie pour tous ces compliments qui me rassurent :-).
Toi aussi il a fait un malaise! Petite nature ces hommes dis donc. :-p.
Moi aussi mon mari était rentré en contact avec ce magnifique appareil échographique aux urgences lors de ma GEU. Mais je pense que l’urgence de la situation lui avait fait occulter le côté inquiétant de la chose. Mais il est vrai qu’aux urgences les internes peuvent être plus ou moins délicats…

La douche est effectivement ta meilleure amie enceinte. Entre le fait que tu ais chaud, les jambes lourdes et en fin de grossesse les douleurs des contractions et autres joyeusetés qui font que tu peux te sentir sale (oui mon article n’était pas exhaustif lol) tu peux y passer beaucoup de temps.

Pour les seins qui coulent je n’ai pas eu pendant la grossesse mais après (hum glamour… Je devrais faire un article « Préparer son conjoint au glamour des suites de couche » lol)

Sinon je te souhaite rapidement une grossesse qui te donnes un petit bout plein d’amour!!!

le 10/02/2016 à 18h05 | Répondre

Virginie

je plussoie : un article sur l’après-couche peu glamour, c’est une idée géniale ^^

le 10/02/2016 à 18h22 | Répondre

Melimelanie

Vœu bientôt exaucé :-p

le 17/05/2016 à 17h54 | Répondre

Mlle Moizelle

Merci! 🙂 Et je viens de faire lire ton article à mon homme qui a bien aimé aussi et rigolé parfois! ^^ Et effectivement, je pense qu’il y a pas mal à dire sur les suites de couches pas glam! 😉

le 10/02/2016 à 20h25 | Répondre

Melimelanie

Ça fait plaisir à lire de voir que même les hommes font une bonne réception à cet article 🙂

le 17/05/2016 à 17h55 | Répondre

Marine

Merci pour cet article, je viens de me taper un énorme fou-rire!! J’en pleure encore!! (merci les hormones de grossesses et les larmes qui coulent toutes seules!) C’est tellement drôle 😀
J’ai aussi eu le droit à l’écho endo-vaginale, qui n’était pas une nouveauté pour moi et heureusement… J’avais préparé mon mari, tout s’est bien passé même si aucun de nous deux ne faisait le malin… Et en plus j’ai eu le droit de faire les 100 pas dans le bureau de l’échographe les fesses à l’air (avec les chaussettes aux pieds… Oui oui!) pour faire tourner le bébé qui ne voulait pas montrer son profil…! Bref, merci pour cet article très drôle et dédramatisant!

le 17/05/2016 à 17h46 | Répondre

Melimelanie

Et merci pour ton commentaire qui me fait énormément plaisir!!! Spoil : il a une suite et elle arrive bientôt 😀

Le coup des 100 pas cul nu c’est effectivement sympa aussi :-p

le 17/05/2016 à 17h57 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?