Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

C’est la fin du cododo !


Publié le 16 avril 2018 par Freesia

Je partais sans avis sur la question. J’avais acheté un lit à barreaux et récupéré un cocoonababy mais je n’excluais pas un éventuel moment en cododo. A la maternité, la première nuit, c’est une infirmière qui m’a conseillé de le garder près de moi. Elle m’a aidé à sécuriser mon lit et on a passé notre première nuit ensemble. Ma première nuit en cododo, la première d’une longue série.

En arrivant à la maison, j’ai placé le cocoonababy de Cookie collé à notre lit mais l’amoureux a été très anxieux et a préféré le placer entre nous. C’est comme ça qu’on a continué. D’un commun accord. Cookie passait la plupart de la nuit dans notre lit. C’était pratique pour l’allaitement et ça nous reposait un peu plus pendant nos nuits compliquées. Puis, vers ses deux mois, quand il ne rentrait PLUS DU TOUT (#teamgigot) dans son cocoonababy, on a déménagé son lit à barreaux et on l’a placé à côté de notre lit.

Crédit photo : David D 

Cet arrangement a duré pendant six mois. Je me levais, le prenais contre moi, on s’endormait une fois sur deux dans mon lit; parfois, j’attendais qu’il s’endorme et j’essayais de le reposer dans son lit. Qu’on soit bien sur la même longueur d’ondes, il passait au moins la moitié de la nuit dans notre lit. Entre nous à nos têtes au début, puis sur le côté du lit après, calé par son lit à barreaux.

Pendant les siestes, c’était le même schéma. On dormait ensemble l’un contre l’autre dans notre lit.

On a bien essayé de le faire dormir dans son lit, dans sa chambre. On a attendu que l’amoureux soit en vacances, donc plus disponible de jour comme de nuit et on a tenté. On a tenu une semaine. On n’a pas dormi, aucun de nous trois, pendant une semaine. Cookie hurlait, pleurait, s’énervait. Même avec l’un de nous contre lui. Même en posant un matelas au sol pour pouvoir dormir ensemble dans sa chambre. Non, il a été plutôt clair là-dessus. Pas tout de suite. On l’a repris avec nous et pendant un bon mois, il a encore très très très très agité, perturbé par ce changement.

Cookie a toujours été un bébé très demandeur de présence, de chaleur. On le savait. Il dormait peu, et jamais sans quelqu’un à ses côtés. Alors, on continué le cododo, mais en enlevant un côté des barreaux du lit. On a accolé nos deux lits, comme ça il dormait dans son lit mais pouvait nous rejoindre facilement, nous toucher, nous sentir. Ça a eu un véritable impact sur la qualité de son sommeil. Même s’il se réveillait toujours fréquemment, pendant ses micro réveils, il suffisait qu’il se décale de quelques centimètres pour me sentir et ça la rassurait instantanément. Je ne bougeais presque pas pour l’allaiter, je l’attirais juste. Il passait la majeure partie de la nuit dans son lit, même s’il échouait toujours une jambe, un bras, sa tête sur notre matelas. Ça n’avait donc plus d’incidence directe sur notre espace.  C’était un bon compromis !

(et puis, entre nous, les lits cododo sont hyper chers alors qu’il suffit juste de faire ça : enlever un côté d’un lit à barreau lambda et l’accoler au lit parental. Mais je suppose que l’intérêt commercial n’y est pas.)

Photos personnelles : tu peux apercevoir notre installation de fortune de nos lits accolés

Quand il a eu un an, on a retenté l’expérience « dormir dans sa chambre« . Cette fois, on a commencé par les siestes, qu’il avait beaucoup moins de mal à faire. Pendant huit jours, on a essayé. Pendant huit jours, il luttait contre le sommeil pendant des heures. Je me suis rendue compte, en restant près de lui, que les volets de sa chambre étaient en bien piteux état et laissait trop passer la lumière. Soit, on revient dans notre chambre alors.

Et on a continué le cododo. Dans notre lit, avec son lit accolé, comme un grand lit de cododo (mais en moins cher comme je disais).

En juin dernier, il avait alors quatorze mois, j’ai eu l’idée de changer la disposition des meubles de notre chambre pour pouvoir y placer un matelas une place au sol. Contre le mur du fond, à l’opposé de notre lit en somme. J’y ai même mis nos draps « sales » histoire qu’il y ait une odeur familière. Pendant quelques jours, je n’ai rien changé à nos habitudes. Il dormait dans notre lit. Mais on allait « jouer », s’allonger sur ce nouvel espace, sur ce nouveau lit. Au bout de quatre jours, il y a fait une sieste. Mais le soir, c’était toujours dans notre lit. Le lendemain, même chose. On a continué comme ça pendant quelques jours puis on a réussi en un essai l’étape du coucher du soir. Ça y est, il dormait dans son lit. Il avait mis un peu plus de temps à s’endormir, il se réveillait un peu mais il dormait dans un lit, le sien, qui n’était pas collé au nôtre.

Il a fallu presque deux mois avant qu’il fasse une nuit « complète » dedans. Mais on y arrive. Régulièrement, il nous rejoint en fin de nuit/début de matinée (suivant comment on le voit). Quand, la nuit, il se réveille, on arrive souvent à le rendormir dans son lit. Parfois, on le reprend avec nous. Ces nuits-là sont souvent les nuits de journées agitées, pleine d’agitation, d’excitation … Et ça se répercute sur notre Cookie. Evidemment.

Les couchers sont devenus faciles, rapides. On se couche tous ensemble dans son lit. On met sa veilleuse hippocampe. Cookie tête un peu éventuellement. Puis, on rabat la couverture, on dit bonne nuit en signant, il nous répond et on sort de la chambre. La plupart du temps, il s’endort ou joue un peu calmement. Quelquefois, il se relève et on le recouche gentiment avant de repartir. Ces fois-là, il se rendort directement après. Il sait que de toute manière, on finira tous ensemble dans le même lit dès qu’il en sentira le besoin.

Je considère qu’on était toujours en cododo – ou presque à ce moment là. Finalement, même s’il s’endormait dans son lit, on le gardait contre nous quand même assez régulièrement et il finissait invariablement chaque matin dans notre lit. Quand j’ai commencé à travailler certaines nuits, l’amoureux ne s’embêtait même pas à l’endormir dans son lit. Direct dans le nôtre jusqu’au petit matin.

Petit à petit, Cookie a dormi plus longtemps dans son lit. Mais chaque maladie, hospitalisation ou souci particulier le faisait retourner dans notre lit. Après tout, ça ne nous dérangeait pas.

Crédit photo : photos personnelles

Bon, ok, ses coups de pied dans notre dos nous agaçait quelque fois mais que sont quelques coups quand on se réveille en sentant sa petite main nous enlacer, son souffle et son odeur dans notre coup, ses caresses inconscientes et cette douceur qui veille sur nous ? Et puis, c’était drôlement pratique quand on allait quelque part. Pas besoin de prévoir un lit pliant ou un autre lit sur place, il dormait avec nous et ça allait.

Et on a trouvé une nouvelle maison. Et le mois du déménagement, Cookie n’a fait que dormir avec nous : on avait enlevé et démonté son lit pour faire de la place pour les cartons.

La question s’est donc posée quand on a emménagé. Est-ce qu’on le prend avec nous pour le rassurer dans cette nouvelle maison ou on l’endort directement dans SON lit, dans SA chambre ? On a choisi la deuxième solution. On avait installé sa chambre la veille et pris soin de lui mettre notre couette et sa housse « sale » pour nos odeurs (encore). On allait bien voir de toute manière; on était prêts à le prendre avec nous au besoin de toute manière.

Il s’est endormi plutôt vite, dans son univers. Tranquillement. Cette nuit là, il s’est réveillé cinq fois. Le lendemain, quatre fois. Le jour d’après trois fois. On le prenait avec nous au petit matin, vers sept heures. Ça a duré une semaine. Une semaine où il dormait dans son lit, se rendormait dans son lit, se réveillait et nous rejoignait suivant l’heure qu’il était, soit dans notre chambre, soit dans le salon directement.

A l’heure où j’écris ces mots, nous avons déménagé il y a trois semaines et Cookie n’a plus passé une seule nuit (ou morceau de nuit) avec nous depuis ce jour. Ca a mis plus d’un an, mais c’était le bon moment. Il était prêt et nous aussi.

Alors, c’est peut-être pas la fin des haricots, mais c’est bien la fin du cododo….

Et toi ? As-tu pratiqué le cododo ? Volontairement ou induit par un bébé demandeur ? Comment as-tu mis fin à cette période ? Partage avec nous ton expérience ! 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

la comtesse Bleue (voir son site)

Cookie est vraiment trop mignon ! Ici, quand petit miracle était tout petit, j’avais peur qu’il s’étouffe du coup je le gardais sur mon bras. J’avoue que comme nous ne le voyons pas beaucoup la journée, j’ai tendance à le prendre assez facilement avec nous… d’autant plus qu’il n’est pas trop câlin et que c’est un moment où il se blottit plus facilement. Du coup, je ne sais pas trop si c’est lui qui a le plus besoin du cododo ! De toute façon, nous n’avons pas le choix, T2 oblige, il dort dans notre chambre ! On attendra le déménagement nous aussi pour qu’il ait son propre espace. Est-ce que le fait de pouvoir lui expliquer verbalement a facilité les choses selon toi ? (je ne sais pas si c’est très clair mais j’imagine que vous avez pu en « discuter » avec lui ?)

le 16/04/2018 à 09h45 | Répondre

Pomme

Je suis ravie de lire ton article et de savoir que c’est possible de sortir du cododo sans trop de casse! Notre premier garçon n’a JAMAIS dormi dans notre lit, pas même pour une sieste. Il était dans son berceau puis dans son petit lit à coté de nous jusqu’à ses 5 mois. Il a fait ses nuits en sortant de la maternité (oui ça existe!) et il a su s’endormir tout seul assez vite. J’étais un peu psychorigide du « il ne doit pas s’endormir au sein et ou dans mes bras » il faut dire… évidement bébé 2 qui a trois mois ne l’entend pas DU TOUT de cette oreille: il a dormi dans notre lit ET dans mes bras pendant un bon moment, puis à coté de moi/ entre nous sur le matelas. A cette époque il ne dormait bien que sur le ventre….(j’en faisais des cauchemars) Nous avons réussi à passer à « dodo sur le coté » puis à « dans le cocoonababy entre nous » puis à « le cocoon dans son lit ». Ceci dit même si il s’endort vers 22h, on a encore un réveil à 4h (oui je sais ce n’est rien à coté d’autres bébés mais pour nous c’est dur!). Tout ça est encore très fragile, je sens que c’est dur pour lui d’être loin de moi et je pense qu’il restera avec nous encore un bon moment!

le 16/04/2018 à 10h15 | Répondre

Miss Chat

Comme quoi, on peut faire ce qu’on veut, c’est l’enfant qui décidera bien souvent du bon moment pour se séparer de ses parents 🙂
Une sage-femme à la maternité, pour notre aînée, nous avait dit qu’il fallait que notre enfant se déshabitue de nous, après 9 mois passés (toute son existence donc !) dans le giron de maman. Partant de là, on s’est dit que c’était bien normal de les garder autant que nécessaire avec nous. D’abord dans notre lit entre nous et un peu dans la nacelle posée à côté du lit (selon leur humeur et l’allaitement), puis petit à petit plus que dans la nacelle dès qu’ils ont été capables de faire quasiment une nuit complète (22-5h donc…), puis dans le lit à barreaux vers 4 mois, qui était dans notre chambre. L’objectif était de les garder là jusque 6 mois mais on a très vite eu l’impression de les déranger dans leur sommeil, surtout le deuxième ! Du coup, on les a mis dans leur propre chambre dès 5 mois et tout le monde a beaucoup mieux dormi !
Sur le coup, ça fait du bien mais rétrospectivement, ça me manque cette douceur d’un bébé contre toi au réveil 🙂

le 16/04/2018 à 11h31 | Répondre

Caro - WonderMumBreizh (voir son site)

Future maman, je n’envisage pas le cododo. J’aurai besoin de me revoir Femme dans le regard de mon homme et j’aurai du mal à l’être avec notre petit amour à nos cotés.

Par contre nous avons décidé de déménager dans une chambre plus proche de la sienne afin d’être plus disponible.

On verra à l’usage ce que ça donnera … On sait bien qu’entre ce qu’on souhaite et ce qui est fait, il y a un grand pas

le 16/04/2018 à 12h16 | Répondre

SB

Moi non plus je n’envisageais pas du tout de faire du cododo. Je trouvais que je n’aurais pas assez de place et je ne me sentais pas à l’aise.

Finalement j’étais tellement épuisée la nuit (faire ses nuits ?!?!), que peu importe ma position pour l’allaiter, je n’arrivais pas à m’empêcher de m’endormir ce qui n’est vraiment pas sécuritaire. Je me suis fait peur plusieurs fois et j’en ai donc parlé à ma sage femme qui m’a proposé de m’aider à m’installer de manière sécuritaire… en co-dodo ! C’est comme ça que moi qui ne voulais vraiment pas le faire ait changé d’avis.

Pour le deuxième, je déciderais selon la situation et selon le bébé. Parce que faire des plans avec un bébé, ça ne fonctionne pas toujours 😉

le 17/04/2018 à 02h47 | Répondre

Claire (voir son site)

Pour répondre à ta question sur le lit cododo, en fait ça dépend de la hauteur de ton matelas !
Bon après, il aurait suffi de percer des trous pour mettre le sommier à la bonne hauteur aussi.
Nous avons investi dans un lit cododo aux 3 semaines de ma fille, car nous avions peu de place dans notre chambre, elle devais donc dormir dans un petit lit parapluie a coté de nous, ce qu’elle n’a jamais réussi à faire 🙁
Je ne pourrais pas te dire quand le cododo s’est terminé chez nous car ça s’est fait de manière assez progressive. Il arrive, d’ailleurs exceptionnellement, qu’elle nous rejoigne encore dans notre lit 🙂
Pour le deuxième, nous sommes passés au matelas au sol, et il se trouve que le lit a barreau que nous avons, en enlevant un coté est exactement de la même hauteur que notre matelas. Problème réglé 🙂

le 16/04/2018 à 12h19 | Répondre

Ophélie

Maman solo d’un petit garçon de bientôt 18mois et toujours en cododo. Pourtant enceinte j’étais décidée à le mettre au plus vite dans son lit dans sa chambre sauf que bébé en avait décidé autrement dès la naissance. Il faut savoir que grossesse très stressante à cause du papa et abandon du papa à la naissance. Bref bébé c est pris toutes les angoisses. En plus il a beaucoup souffert de colique. Et comme je l’allaitais et que bébé ne dormait bien que recroquevillé sur mon ventre et bien à la maternité ils m’ont dit de le faire dormir ainsi. C’était la 1ere nuit d’une longue série. Car pendant près de 6mois que ce soit pour les nuits ou pour les siestes bébé ne dormait que sur moi et IMPOSSIBLE de le poser même en restant à côté car sinon il se réveillait et la sieste était finie. En plus les endormissements étaient très compliqués surtout celui du soir qui du fait souvent plus d’1h car il luttait contre le sommeil. Et tout cela du fait que le sommeil représente une séparation. Après 6mois enfin petit à petit par courte durée j’ai réussi à le poser à côté de moi dans le lit mais il c’était 10min au début puis il s’agitait pleurait je le reprenais sur moi et il se rendormait. Aujourd’hui comme je vous ai dit il va avoir 18mois je l’allaite toujours et il s’endort toujours dans mes bras et pour la sieste comme pour la nuit je dois rester à côté sinon il se réveille et hurle tremble de panique… Je le reprends dans les bras et il se rendort. Il tête toujours la nuit cela le rassure plus qu’autre chose. Mais il en a besoin. J’ai fait plusieurs essai avec peluches bruits blancs, linge avec mon odeur…rien y fait. Et plusieurs jours de suite à la sieste je l’endormais puis le laissais dans mon lit sauf que quand il se réveillait il hurlait et les endormissements redevenaient tres compliqués et luttait à nouveau pour ne pas s’endormir, il rouvrait les yzux juste pour me fixer histoire d’être sur que je ne sois pas partie. Donc juste il n’est pas prêt et surtout angoisse de séparation +++ toutes les nuits régulièrement il se recolle contre moi et pose sa tête soit sur mon bras, mon ventre, mon dos juste pour avoir ce contact. Donc oui ce sont les enfants qui nous font comprendre leur besoin et en l’occurrence il a besoin de se sentir en sécurité et rassuré alors je lui apporte ce dont il a besoin. Et puis il y a plus désagréable que de se reveiller avec le sourire et les câlins de son fils.
Même si oui je reconnais que souvent la fatigue se fait ressentir car il me réveille toutes les 2h/2h30 encore à presque 18mois. Mais dans quelques années ce temps là me manquera.

le 16/04/2018 à 19h58 | Répondre

Lumi (voir son site)

C’est chouette que ça ait pu se faire en douceur ! Et je rejoins un autre commentaire, Cookie est super mignon 🙂

Pour le moment on a l’option lit à barreaux accolé au lit parental, mais sans enlever un côté : j’avoue que ça ne me paraissait pas assez sécure… En plus notre lit est haut, donc nos matelas sont pour le moment à la même hauteur mais ce ne sera plus le cas quand on devra baisser celui du bébé. On verra ce qu’on fera à ce moment-là, sachant qu’il n’est pas rare qu’il finisse sa nuit dans notre lit… ou plus exactement sur moi ^^ »

le 16/04/2018 à 20h15 | Répondre

Madeleine

Impossible de faire du cododo ici. J avais trop peur de l étouffement. Une nuit, j ai cru que je m étais endormi sans le remettre dans son berceau à côté de notre lit et que je l avais perdu dans le lit. J ai réveillé en criant mon mari et en le cherchant partout sous les draps. Bon, en fait il était dans son berceau. Une grosse angoisse, sans doute un reste de cauchemar…

le 17/04/2018 à 00h15 | Répondre

Flora

Ici on a du investir dans le chicco parce que le rebord de notre lit ikea ne permet pas d’accoler un berceau.
On n’a fait du cododo surtout par fainéantise de ma part (plus facile pour l’allaitement) et à 3 mois on a transféré notre grenouille dans sa chambre parce que j’avais l’impression qu’on se dérangeait mutuellement entre sifflement de la petite et ronflement du papa… Je voulais attendre qu’elle fasse ses nuits mais à chaque fois qu’on y est presque il y a toujours un microbe pour tout gâcher. Heureusement que j’ai déjà donné le cododo a une copine sinon je l’aurais déjà rapatrié chez nous je pense !

le 18/04/2018 à 16h48 | Répondre

Claire

Chez nous bébé de 9 mois qui a beaucoup de traits de caractère en commun avec ton cookie. J’ai réussi à sevrer les tétées de nuit parce que j’étais épuisée en continuant le cododo.
On a essayé plusieurs fois de le coucher dans sa chambre : impossible.
Donc pour le moment il dort entre nous 2 et on se trouve des moments d’intimité en journée quand on peut ^^. On ne peut pas retirer les barreaux de son lit donc j’essaye de réfléchir à une autre solution pour le long terme, j’avais un berceau cododo qui est trop petit maintenant.

le 20/04/2018 à 10h39 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?