Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Changer le monde, un enfant à la fois


Publié le 14 janvier 2015 par Anne Delacour

La semaine dernière, j’ai eu peur. Ce weekend, j’ai repris confiance.

Qu’autant de gens puissent se rassembler dans la fraternité et dans la bienveillance, sans incident, me remplit d’espoir.

En ce début de semaine, je me réveille doucement, comme après un rêve. Le dénouement que j’attendais est là, et pourtant je me sens encore fébrile. Mon quotidien paraît tellement fragile à la lumière de la violence que nous avons fréquentée la semaine dernière. Ma routine habituelle paraît encore futile à côté des grandes idées que nous avons côtoyées ce weekend.

Et pourtant.

Je sens qu’il y aura un avant et un après. Je sens qu’il va me falloir du temps pour panser mes plaies. Et je sens aussi que je n’en ai pas complètement envie.

Je veux garder à l’esprit pour toujours la fragilité fuyante de la vie qui la rend si précieuse.
Et je veux installer ces idéaux durablement dans mon quotidien, y compris au sein de ma famille.

J’ai beaucoup entendu ces derniers temps : « Quand je vois l’état du monde, je me demande si cela vaut le coup de faire un enfant. »

J’ai le raisonnement inverse. Quand je vois l’état du monde, je me dis que ce sont les enfants qui portent en eux la graine du changement.

Je l’ai souvent dit ici : les enfants apprennent par l’exemple. Alors comment espérer que notre société soit plus juste, bienveillante, non-violente et humaine ? En incarnant l’exemple de la justice, de la bienveillance, de la non-violence et de l’humanité au sein de nos familles.

Pour donner exemple à nos enfants.

Changer le monde, un enfant à la fois

Crédits photo (creative commons) : Zaqqy

Alors aujourd’hui plus que jamais, je veux que mes enfants me voient vivre ces idéaux au quotidien.

Je veux continuer à dialoguer avec mes enfants. À leur parler, à être honnête avec eux, à tenter de trouver les mots justes, à ne pas toujours y parvenir mais à l’accepter, parce que je ne suis pas parfaite et qu’être parent c’est aussi ça.

Je veux qu’ils me voient écouter même quand je ne suis pas d’accord. Je veux qu’ils puissent s’exprimer même quand ce qu’ils disent ne m’arrange pas. Je veux qu’ils voient que chacun a le droit de s’exprimer, même les plus petits, même quand il faut faire un effort pour les écouter et les comprendre.

Je veux être un exemple de tolérance pour mes enfants, qu’ils me voient échanger avec plein de personnes différentes et aller à la rencontre de l’autre dans le respect. Je veux qu’ils me voient donner aux autres le bénéfice du doute plus souvent que je ne les juge à l’emporte-pièce. Je veux qu’ils me voient m’excuser quand j’ai tort, auprès d’eux ou auprès des autres.

Je veux qu’ils me voient ouvrir le dialogue plus souvent que je ne le ferme. Je veux qu’ils apprennent quels mots appellent le dialogue et quels mots le tuent. Je veux qu’ils fassent l’expérience que le dialogue est efficace plus souvent qu’il ne l’est pas.

Je veux qu’ils se sentent en sécurité avec moi. Je veux qu’ils constatent que contraindre par la violence n’est pas une option acceptable, quelles que soient les situations, tant que toutes les autres options n’ont pas été épuisées. Je veux qu’ils me voient chercher toujours un dénouement dans la négociation et qu’ils se sentent libres de proposer des compromis.

Je veux que la non-violence soit évidente pour eux et que nous cherchions toujours, ensemble, des solutions alternatives à la violence, y compris et surtout dans les moments où cela les concerne concrètement. Je veux qu’ils puissent me rappeler à l’ordre quand je dépasse les bornes, y compris et surtout quand cela les concerne directement.

Je veux qu’ils soient convaincus que je les aime quels que soient leurs sentiments, leur motivations et leurs actes. Je veux qu’ils aient l’occasion d’être eux-mêmes, qu’ils se sentent acceptés tels qu’ils sont. Je veux qu’ils sachent qu’au fond d’eux-mêmes ils sont bons, qu’ils sont intelligents, qu’ils font partie de la solution et non du problème.

Ce sont des actions qui passeront inaperçues au quotidien, noyées dans le flot de nos vies. Mais c’est un militantisme du quotidien. Un militantisme essentiel.

J’ai quatre enfants. Si je fais les choses bien, ça fera quatre personnes de plus qui auront eu l’exemple de la bienveillance, de la tolérance, de la non-violence. Qui sauront que c’est possible, que c’est important.

Qui, avec un peu de chance, croiront peut-être même que c’est tout à fait évident.

Et j’aurai changé le monde, à mon tout petit niveau.

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

marmotteC

Merci Anne pour ces jolis mots. Si on fait tous à notre niveau on va y arriver ! Je suis professeur des écoles et mercredi au moment de la tuerie nous travaillions sur la fragilité de la liberté …

le 14/01/2015 à 08h50 | Répondre

Lola

Magnifique témoignage ! Merci Anne ! J’ai adoré te lire. Je n’ai pas encore d’enfant mais si on arrive à leur transmettre toutes ces valeurs, quelle victoire ! C’est eux qui feront le monde de demain, j’ai tellement d’espoir que celui-ci soit meilleur même si on vit dans un drôle de monde, une drôle d’époque. Il faut rester positif

le 14/01/2015 à 08h54 | Répondre

Sandra

Très bel article <3

le 14/01/2015 à 12h12 | Répondre

Louna

Merci pour cet article Anne. En ces jours sombres, c’est avec ce genre de pensées que l’on arrive à se remotiver et à aller de l’avant.
Mon premier réflexe en comprenant l’horreur de la situation de ces derniers jours a été d’avoir peur, comme toi, mais surtout peur pour le monde dans lequel ma fille va grandir.
L’ampleur de la mobilisation de dimanche m’a fait énormément de bien, et m’a rassurée.
Même si mon appréhension maintenant c’est que ce bel élan de solidarité nationale retombe comme un soufflé….
En tous cas, merci d’avoir mis des mots sur ces événements, sur comment gérer la suite : c’est avec des discours comme le tien que l’espoir renaît.
Merci

le 14/01/2015 à 13h26 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

Une réflexion jolie et intelligente. Je saurai quoi répondre la prochaine fois qu’on me dira que c’est irresponsable de faire des enfants dans ce monde pourri 🙂 Merci !

le 14/01/2015 à 14h04 | Répondre

Mlle Macaron (voir son site)

Oh Anne, il est superbe ton article ! C’est exactement la réflexion que je faisais à Chéri avant-hier soir : je me demande si c’est vraiment une bonne idée d’avoir des enfants pour qu’ils grandissent dans ce monde, mais en même temps ce seront peut-être eux qui le feront changer… Alors bon, on va les faire. Et on essayera de toutes nos forces d’en faire de bonnes personnes, meilleures que nous.

le 14/01/2015 à 16h13 | Répondre

Madame Ananas (voir son site)

On entend souvent cette phrase que c’est irresponsable de faire des enfants dans ce monde pourri. Mais au final quand nous nous sommes nés est ce que c’était mieux ? Est ce qu’il y a 100 ans c’était mieux ? Est ce qu’il y a 200 ans ou plus c’était mieux ? Non je crois pas, il y a toujours eu des soucis divers et variés dans le monde et pourtant on fait toujours des enfants…

Je suis née un an apres la catastrophe de Tchernobyl était ce vraiment mieux que maintenant ? Des gens sont nés apres la révolution française, des gens sont nés pendant les guerres mondiales, des gens sont nés pendant l’esclavage….
Les enfants sont l’espoir comme dit ci dessus 🙂

le 14/01/2015 à 23h45 | Répondre

Eugénia

C’est un bel article rempli d’espoirs et c’est vrai que les enfants sont notre avenir et peuvent faire changer notre monde mais malheureusement je suis plus sceptiques car quand je vois comment certains gamins se comportent actuellement vis à vis de ce qu’on vit. Je pense que même si un grand nombre de parents font un effort de donner une bonne éducation à leurs enfants il y aura toujours des gens qui auront à redire et éduquerons leurs enfants avec une vision plus véhémente

le 15/01/2015 à 07h46 | Répondre

vassilia (voir son site)

merci BEAUCOUP pour ce bel article !
Vassilia (http://espritvientenjouant.blogspot.fr/)

le 16/01/2015 à 19h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?