Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Chercher une crèche pour notre bébé pas encore né !


Publié le 5 octobre 2017 par Claire Gezillig

Je t’ai laissée la dernière sur mes vacances qui m’ont bien aidée à me sentir mieux…

Quand nous sommes rentrés de vacances, je n’étais donc plus une larve tentant de survivre et de faire bonne figure. J’avais rendu ma grossesse publique juste avant de partir et j’avais regagné en énergie. Il était donc plus que temps de m’occuper de trouver un moyen de garde pour notre enfant !

Crédit photo : Marc van der Chijs

Plus que temps de trouver un moyen de garde ? Mais il n’est même pas encore né ce petit ! Ben oui, mais on m’avait bien prévenue qu’ici, il fallait s’y prendre tôt surtout si je voulais des jours spécifiques.
Alors même si ça me faisait un peu mal au cœur de penser à qui prendra soin de notre bébé dans 8 mois (5 mois de grossesse et 3 mois de congé maternité plus tard) alors que je n’ai même pas eu la chance de le rencontrer encore, je m’y suis mise.

Quelle garde ? À partir de quand ? Combien de jours par semaines ?

Je suis chef d’entreprise et professeur de français langue étrangère (dans mon entreprise qui est en fait une école pour apprendre le français) J’ai une certaine flexibilité dans mes horaires, je peux « choisir » les cours que je donne (et depuis quelques mois, j’ai arrêté les cours le soir et le samedi matin) et faire une partie de mon travail depuis chez moi.
Je suis co-directrice de mon école et mon associée qui a déjà un enfant prend deux jours sur les 5 de la semaine pour être avec son fils (et elle travaille pas mal chez elle, le soir et pendant la sieste). On s’était dit que je ferai pareil (sur deux jours différents) quand j’aurais un enfant.

Mon mari a un travail de 4 jours sur 7 mais avec des horaires qui changent tous les jours (il peut commencer à n’importe quelle heure, il peut travailler la nuit et le weekend), il connait ses shifts environ 1 mois et demi à l’avance. Mais à partir du moment où il a un enfant, il peut demander un jour particulier à ne pas travailler dans la semaine. C’est comme ça qu’on a décidé que j’irais au boulot le mercredi, jeudi et vendredi, que je serai à la maison le weekend et le lundi mardi et l’amoureux le mercredi (et les deux jours libres de plus de mon chéri pourront tomber n’importe quel jour mais en fonction, ça peut permettre qu’on ait du temps en famille, que j’ai du temps rien que pour moi ou que l’amoureux ait du temps rien que pour lui si c’est un jour normal de garde du petit).
Nous cherchions donc un moyen de garde pour deux jours, de préférence le jeudi et vendredi (mais les jours pouvaient encore se négocier) après mon congé maternité (c’est à dire 12 semaines après la naissance – et oui, j’ai le droit à un congé maternité en étant entrepreneuse, youhou…).

Ce système de temps partiel des parents et de garde seulement pour quelques jours par semaine peut te paraitre inédit ; mais ici, c’est la norme. Le congé parental n’existe pas, les crèches sont chères (même s’il y a des aides) et la société est basée sur le modèle des parents à temps partiel (on ne va pas se mentir, plus pour les mères que les pères mais le papadag, le jour du papa est quand même hyper courant ici).

Nounou ou crèche ?

Le système des nounous est moins développé ici qu’en France. Mais au début, je me suis dit que ça pourrait être bien pour nous :

  • Ça peut permettre plus de flexibilité (car j’ai parfois du mal à quitter le travail tôt et comme l’amoureux peut aussi avec des horaires du type 13h-21h30…).
  • Une seule personne référente et pas une collectivité pour un si petit bébé…
  • C’est sensiblement moins cher

J’ai commencé par chercher de ce côté-là, eu quelques contacts avec des nounous mais je n’arrivais pas à me projeter… Le choix pas trop loin de chez nous était limité et j’avais l’impression que les nounous que je trouvais faisaient moins professionnelles de la petite enfance que ce que j’aurais voulu.

Et l’idée de devenir employeur d’une nounou dans une culture et une langue qui ne sont pas les miennes m’a fait un peu peur.

J’ai donc finalement décidé de me tourner vers les crèches… Je me suis dit qu’au moins, j’ai plus de certitudes quand au fait que c’est une solution pérenne, fixe et sécurisante (ceci est un ressenti, pas une généralité sur les nounous).

La quête du graal sur Internet

J’ai donc commencé un beau tableau sur google drive pour repérer les crèches pas trop loin de chez nous et de la gare (nous prenons tous les deux le train pour aller travailler). J’avais dans mes critères les horaires d’ouverture (certaines ouvrent à 7h30, d’autres 8h, certaines ferment à 18h, d’autres à 18h30, avec le temps de trajet pour aller au travail, je préfère avoir une plus grande amplitude horaire), la distance de chez nous et de la gare, la pédagogie, le prix.

Dans la ville où nous habitons, il y a 8 crèches faisant partie de la même organisation qui me donne une bonne impression, trois ne sont pas loin de chez nous / de la gare. Je décide de commencer par là. J’envoie donc un e-mail.

Le lendemain, on me rappelle, une dame très sympa et – détail rigolo – francophone (j’ai donc eu une conversation en français, c’était agréable de ne pas avoir d’efforts à faire).
Seulement, elle a une mauvaise nouvelle, les trois crèches que j’ai repérées sont déjà pleines pour janvier 2018. Dans une, on peut espérer un jour, dans les deux autres, pas de place avant le printemps 2018 !

Elle me propose d’aller en visiter une quatrième, plus loin, à 3,5 km de chez nous et 2,5 km de la gare. Ça peut te paraitre peu mais nous habitons à 700 mètres, moins de 10 minutes à pied de la gare, je n’ai pas le permis et comme nous sommes en plein centre-ville, ce n’est de toute façon pas pratique pour l’amoureux d’emmener le petit en voiture et d’aller prendre le train après… Dans tous les cas, on perd beaucoup de temps.
J’accepte quand même de planifier une visite, je me dis que ça nous donnera un point de comparaison.

Mais surtout, je laisse tomber mon beau tableau google drive pour le moment (on sélectionnera plutôt en 2ème vague) et je me mets à contacter toutes les autres crèches du coin pour savoir où il y a des places.

On se retrouve donc à avoir des rendez-vous pour visiter trois crèches.

Ma liste de questions

Avec l’aide de mon associée (qui a du visiter une dizaine de crèches à Amsterdam lors de sa première grossesse), j’ai fait une liste de questions que je partage avec toi si ça peut te servir.

  • Comment sont faits les groupes d’enfants ? Différence d’âge et taux d’encadrement.
  • Quelle régularité dans l’encadrement ? L’enfant voit-il les mêmes personnes tous les jours ? Présence d’un référent ?
  • Comment est organisée la sieste ?
  • Quelles activités font les enfants ?
  • Les enfants vont-ils dehors ? Avec quelle régularité ? Dans quelles conditions ?
  • Quelle politique par rapport à la tétine ?
  • Acceptent-ils le lait maternel ? Sous quelles conditions ?
  • Les couches sont-elles fournies ou les parents doivent les fournir ?
  • Comment sont organisés les repas ? Que servent-ils ?
  • Y-a-t’il de la flexibilité dans les jours de garde si besoin ?
  • Y-a-t’il une adaptation avant ?
  • Quelle est la politique en cas de maladie ?
  • Comment est organisé le suivi avec les parents ?

Visite de la crèche 1

Sur le papier, la crèche 1 a vraiment l’air bien. J’ai eu un très bon contact avec la directrice qui a répondu rapidement et clairement à mes mails. C’est une petite structure et les photos donnent envie.

Points négatifs : 1,4 km de la gare, 1,2 km de chez nous. Et c’est une des crèches les plus chères et il y a un supplément si on veut un repas chaud le midi (les néerlandais mangent froid le midi).

C’est parti.

Alors, le chemin pour y aller est très sympa, c’est un quartier résidentiel et donc c’est une grande maison avec jardin.
Nous sommes très bien reçus, nous avons une super impression du lieu et du personnel, flexible, ouvert. Les enfants sont au calme, ont un super jardin (y a même des poules et un petit jardin potager) et semblent heureux. On répond à nos questions avec beaucoup d’attention et les réponses nous plaisent. La directrice nous dit à la fin « si c’est votre première visite, allez visiter d’autres crèches et ce qui compte au final c’est d’avoir un bon feeling, si vous arrivez à imaginer votre enfant dans la structure, c’est bon. »

Nous repartons ravis en se disant que les visites commencent bien.

Visite de la crèche 2

La deuxième crèche est celle de la grande organisation (tu sais, celle de la dame sympa francophone au téléphone). Cette structure a l’air très sympa sur le papier mais c’est un peu loin.

On commence par une mésaventure : en partant de chez nous, je me rends compte que j’ai complétement oublié mon vélo à la gare ! Pour ne pas être en retard, l’amoureux me propose de me prendre sur son porte-bagage (#dutchStyle)

Nous arrivons pile à l’heure. Le chemin est sympa car la crèche se situe dans la forêt mais ça monte… L’amoureux a un galéré avec moi sur le porte-bagage donc je pense à tous les matins où je serai un peu en retard et qu’il faudra forcer sur les cuisses…

Dans cette crèche encore, on a une bonne impression, une grande place est donnée à l’extérieur, le personnel a l’air sympa et compétent et on répond gentiment à nos questions.

Mais c’est une plus grande structure et on a moins un coup de cœur que la première et c’est vraiment plus loin.

Après ces deux crèches, on se dit que vraiment la première a l’air parfaite, que ça serait vraiment idiot qu’elle nous passe sous le nez…
Mais je veux vraiment voir la troisième car elle a 500 mètres de chez nous.
J’envoie donc un mail à la première pour expliquer la situation très honnêtement et on me répond « si vous pouvez donner une réponse après votre visite de la crèche 3, je veux bien vous pré-réserver une place pour le moment, pas de problème » – un point de plus pour la crèche 1 !

Visite de la crèche 3

J’ai un moins bon feeling avec cette crèche. Ça a été un peu dur de prendre rendez-vous (pas de réponse à mon e-mail et on a du rappeler une deuxième fois pour fixer un rendez-vous car la première fois, on nous a dit que la personne qui s’en occupe n’était pas là – mais on ne nous a pas proposé de nous rappeler).

Après, cette crèche est à côté de chez nous et coûte 1,20 euro de moins de l’heure que la crèche numéro 1. Je me demande sérieusement qu’est-ce qui justifie une si grande différence de prix…

Je l’ai vite compris ! On était là depuis à peine 5 minutes que j’ai su qu’il était hors de question que je confie mon bébé à cette crèche : 15 enfants de 3 mois à 4 ans dans une même pièce très bruyante, la personne qui nous faisait visiter ne semblait pas très motivée pour répondre à nos questions, trop de jeux partout, de bazar et « l’extérieur » avec des jeux en plastique posés sur un sol en plaques noires vaguement molles sans un brin de nature…

L’amoureux fait bonne figure pour deux et en moins de 15 minutes, nous sommes dehors.

Nous avons une crèche !

J’envoie directement après un message à crèche 1 pour dire que nous voulons inscrire notre enfant (pas encore né) à leur crèche pour janvier pour jeudi et vendredi. On me répond dans les 24 heures avec le dossier à remplir. Nous faisons ça le soir même.

Voilà, à quatre mois de grossesse, j’avais donc une crèche pour mon bébé ! Ouf !

Et toi, as-tu commencé à penser au moyen de garde de ton petit tôt ? Comment se sont passés tes recherches ? Raconte !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame confettis

En Belgique aussi il faut s’y prendre très vite. Il faut inscrire son enfant à naître dès que l’échographie des 12 semaines est faite. Il faut appeler plein de crèches pour inscrire par téléphone et s’il y a de la place, on est rappelés pour une visite. Ici on avait contacté des crèches (6 inscriptions, un seul rappel pour une place!) Et le service d’accueillantes proposé par notre commune (petites structures, toujours la même personne de référence mais horaires moins larges). On a choisi l’accueillante 6 mois avant la naissance, c’était assez particulier de se projeter alors que je ne sentais pas encore bouger ce petit bout! Et la seule crèche qui nous a recontacté a tellement reporté la visite que nous y sommes allés 2 semaines avant la naissance juste pour confirmer notre choix et ne pas avoir de regrets… notre bouchon a commencé l’adaptation chez l’accueillante et tour se passe à merveille!
J’imagine que votre bébé est né ou le sera bientôt vu que vous cherchez pour janvier. Hâte d’en savoir plus et déjà félicitations!

le 05/10/2017 à 08h11 | Répondre

Claire Gezillig

Bébé est prevu pour fin octobre, début novembre, je suis donc encore en mode kindersurprise mais merci 🙂

le 05/10/2017 à 10h56 | Répondre

Flora (voir son site)

Comme Mme Confettis j’ai dû contacté des crèches à peine sortie de mon écho du 1er trimestre. Ce qui a marché pour nous c’est surtout du réseautage mais on a aussi la chance d’habiter un quartier résidentiel bien chargé en crèches et écoles.
La partie folle est qu’on a même pas encore été voir la crèche en question mais ici les crèches publiques ont vraiment une super réputation et sont en plus bien moins chères (important quand on a besoin d’une garde 5 jours/5) et moins contraignantes que les privées, sauf pour les fermetures d’été mais on ne peut pas tout avoir.

le 05/10/2017 à 11h58 | Répondre

Miss Chat

Notre crèche privée ferme aussi en été (15 jours) + 2 semaines à Noël + 1 semaine à Pâques. Je connais une crèche privée dans le Brabant Wallon qui ferme carrément 1 mois en été. Je te « rassure » donc, c’est pas mieux dans le privé…

le 09/10/2017 à 12h56 | Répondre

Croco

Quelque part, je trouve que vous avez de la chance d’avoir autant de choix. Pour nous, ça a été rapide, il n’y avait que deux crèches dans un rayon de 10 km autour de chez nous, l’une à 500m de la maison, l’autre dans la ville où je travaille, ce qui me donne une priorité pour les inscriptions. La première avait l’air super, sauf qu’elle ne fait des entrées qu’en septembre et janvier, donc pour un bébé prévu pour décembre 2017, il aurait fallu attendre septembre 2018 ! Du coup, il ira dans un premier temps dans la commune d’à côté dans une crèche qui a l’avantage d’être bilingue (et connue de nous, puisque l’ainé y est depuis ses 3 mois vu qu’à l’époque de sa naissance, on habitait là-bas), mais pas axée Montessori, et on verra dans quelques mois pour un éventuel changement (ce qui permettrait d’être proche de l’école maternelle où rentrera l’ainé).

le 05/10/2017 à 12h50 | Répondre

Claire Gezillig

En nounous, le choix est restreint mais en crèches en effet, il y en a pas mal… Et on est content de ne pas avoir eu à choisir par défaut (même si dans un monde idéal, on aurait aimé plus près de chez nous et la gare)
Mais une crèche bilingue, c’est super ! vous êtes en Belgique ?

le 05/10/2017 à 15h57 | Répondre

Croco

Non en France, dans le Pays-Basque. Donc crèche franco-basque, sachant que ni moi ni mon mari ne parlons le basque… Mais on réfléchit à mettre l’ainé dans une classe franco-basque en maternelle car ici, presque tous les enfants parlent basque et j’ai peur que ne pas le comprendre soit une gêne pour lui.

le 05/10/2017 à 16h02 | Répondre

Claire Gezillig

C’est super ! Je ne sais pas si tu avais lu mes articles sur le multilinguisme et l’ouverture aux langues mais je trouve que c’est une belle opportunité quelle que soit la langue 🙂

le 05/10/2017 à 16h04 | Répondre

Croco

Oui, je crois même que j’avais laissé un commentaire. On est dans un cas un peu spécial avec aucun des parents qui parle la deuxième langue (ce que je regrette car il y a plein de livres en basque à la bibliothèque qui ont l’air super chouettes !), mais je crois effectivement que c’est une belle opportunité pour les enfants.
Et au passage, elle est super ta nouvelle photo de profil, on dirait une photo de magazine !

le 06/10/2017 à 09h58 |

Claire Gezillig

La photo vient de notre séance photo trop cool faite avec Mamzelle Joe… Merci du compliment, je crois que je vais faire un article pour en partager plus parce que je les aime vraiment beaucoup (et je trouve qu’elle change des séances classiques donc si ça peut inspirer…)

le 06/10/2017 à 18h53 |

Croco

Oh oui, fait un article, je suis sure que les autres photos sont superbes aussi, j’ai hâte de voir ça !

le 07/10/2017 à 23h00 |

Ségolène

J’ai eu le même raisonnement que toi: je m’y suis prise également très tôt (13e SA) et je n’ai besoin d’une place qu’á partir de mars 2019 (après un an de congé parental) et on n’est pas certains du tout d’avoir une place. On a tenté 3 crèches + 1 nounou pour le moment: la 1e nous annonce septembre 2019, la 2nde ne prend pas les enfants de moins de 18 mois (donc septembre 2019) et la troisième crèche et la nounou nous demande de les recontacter fin 2018. On va voir une 4e crèche à la fin du mois, en espèrant avoir plus de chance.
Parce que c’est bien gentil de les recontacter fin 2018 mais à la fin de mon congé mat, il faut que je déclare combien de temps je reste à la maison et sans place assurée aux 1 ans de Petitou, je vais être obligée de prendre 1 ans 1/2. Ce n’est pas un gros problème (même si financièrement, cela ne nous arrange pas des masses car en Allemagne, on est bien indemnisé pendant 12 mois mais pas pendant 18!) mais quelle galère!

le 05/10/2017 à 13h11 | Répondre

Claire Gezillig

J’avais très peur aussi de ne pas être fixée rapidement et de devoir attendre… Aux Pays-Bas, tu peux prendre un congé parental mais entrepreneur ou pas, de toute façon, tu toucheras rien (juste ton employeur ne peut pas t’en empêcher) donc je comprends ta peur…

le 05/10/2017 à 16h02 | Répondre

Ségolène

La loi a changé il y a plusieurs années (après la naissance de mon aîné!) et pendant 1 an, le congé parental est indemnisé entre 65% et 67% du salaire net (c’est plafonné par contre pour les gros salaires). Je suppose que ce n’est valable que pour les salariés et que les entrepreneurs comme toi n’en bénéficient pas, je crois que c’est un peu partout le même problème.
On verra bien ce que nous dit la 4e crèche mais dans le doute, je prendrai 1 ans 1/2 de congé parental parce qu’en septembre 2019, je devrais avoir une place et puis ce sera la rentrée donc les « grands » quitteront le jardin d’enfants et feront de la place aux petits, ce qui joue en ma faveur.

le 06/10/2017 à 08h36 | Répondre

Clette

ici la crèche c’était impossible.
Avec deux parents cadres dans le BTP (le domaine où tu passes ta vie sur les chantiers, faut être fan ^^) et une fermeture à 18h30 au plus tard, c’était mort d’office.
Sans compter l’attribution aux faibles revenus en priorité ….. donc on a une assistante maternelle. Elle ne garde que deux enfants et elle est trés trés bien 🙂 donc on ne regrette pas, mais il faut savoir qu’en France on croit que les crèches sont facilement accessibles mais juste non.
Et des gens qui travaillent après 18h30 j’en connais beaucoup donc je trouve ça limite inadmissible que ça ferme aussi tôt. (ça dépend des villes mais dans la notre il n’y a pas plus tard)
Mais c’est encore un autre sujet ^^ merci pour ta description de ce qui se pratique dans ton pays 🙂

le 05/10/2017 à 13h28 | Répondre

Pénélope

C’est chouette que ton amoureux puisse avoir un jour de congé fixe malgré les shifts qui changent tout le temps ! Vous avez trouvé une bonne organisation… et une bonne crèche on dirait 🙂

le 05/10/2017 à 13h33 | Répondre

Claire Gezillig

Je suis super contente du système trouvé. Ça donne un bon équilibre entre mon envie de passer du temps avec mon bébé et ne pas mettre entre parenthèses ma carrière pro… On verra en passant de la théorie à la pratique comment ça va se passer 🙂

le 05/10/2017 à 16h07 | Répondre

minnie

Habitant une grande ville on avait peu d’espoir pour la crèche bien que ce soit mon choix n°1. On a quand même essayé mais après une réponse négatif pour la fin de mon congé maternité, et ne souhaitant pas prendre un congé parental à temps plein nous n’avons pas insisté.
On commence l’adaptation chez la nounou la semaine prochaine et on est déjà ravi des contacts et du temps qu’elle nous a accordé. Elle travaille 5 jours par semaine mais souhaitait son lundi off. Je voulais reprendre à 80% (trop de mal à laisser bibou ^^) donc c’était parfait. Maintenant j’espère que tout va bien se passer…

le 05/10/2017 à 19h40 | Répondre

Sandrine

C’est toujours une telle crise d’angoisse pour les futurs parents le mode de garde… c’est dingue! Pour nous, la chance nous a souri ^^ nous sommes praticiens hospitaliers en France avec mon mari, on travaille dans le même Hopital environ 45/50h min semaine et on habitait à 35 min du travail (on a déménagé depuis) on ne pouvait pas prendre une crèche de notre lieu d’habitation à cause des horaires ni une ass mat car on covoiturait. On ne pouvait pas prendre une crèche sur notre lieu de travail car non résidents de la ville… ils nous restaient juste l’ass mat du lieu de travail… le salut est venu de la crèche de l’hôpital, une crèche familiale sur le principe des RAM où notre fils a son ass mat chez qui il va 2 à 3 j/semaine avec le reste du temps à la crèche qui est dans l’enceinte de l’hôpital! Une structure top qui prône la motricité libre et l’allaitement. Notre fils y est super bien et adore sa nounou. Les horaires sont hyper flexibles le prix imbattable on est ravi! Bon courage aux parents en recherche de mode de garde!

le 05/10/2017 à 21h11 | Répondre

Elo (voir son site)

Une affaire rondement menée! C’est très intéressant de voir comment se passent les choses ailleurs. Ma fille est à l’école maintenant mais nous avons été très contents de la crèche où elle a passé deux ans. Une super équipe, des activités vraiment sympas, bref, une très bonne expérience en crèche. Si un jour j’ai un deuxième enfant, je m’empresserais de m’inscrire sur la liste d’attente dès les 3 mois de grossesse passés! 🙂

le 06/10/2017 à 13h06 | Répondre

Miss Chat

La Belgique compatit 😉 (j’ai d’ailleurs un petit article prévu ce mois-ci sur le sujet des milieux de garde et de la scolarité chez nous)
La description que tu fais de la crèche 1 a l’air assez idyllique !
J’admire ta liste de questions… Quand j’ai visité notre crèche pour Croquette, je ne savais absolument pas quoi demander ! Je dois dire que j’étais très naïve et me disait qu’ils faisaient d’office « au mieux pour les enfants »…

le 09/10/2017 à 13h10 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Tu dois te sentir soulagée d’avoir finalement trouvé. J’espère que malgré l’éloignement, ça fonctionnera bien dans votre organisation quotidienne. En tous cas, cette crèche a l’air très chouette!

le 10/10/2017 à 12h23 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?