Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Reprendre le travail : à la recherche de la perle rare…


Publié le 25 août 2016 par Étoile

Qui dit reprise du travail, dit recherche d’un mode de garde pour Petit Prince ! Allez, viens, je t’emmène suivre nos péripéties pour t’expliquer comment les choses se sont passées chez nous.

Une auxiliaire parentale à domicile : un choix de cœur

Dans ma magnifique ville de région parisienne, il est quasi impossible d’avoir une place en crèche. À 4 mois de grossesse, je savais déjà que je n’aurais pas de place pour Petit Prince. Les assistantes maternelles sont aussi surbookées. Et pour être honnête, n’ayant pas de mode de garde collectif, nous préférions, Monsieur Étoile et moi, un mode de garde à domicile. Par conséquent, nous sommes partis sur le projet d’embaucher une auxiliaire parentale à domicile.

Nous voulions que bébé soit gardé chez lui, afin d’avoir une relation privilégiée avec une seule personne dans un environnement connu. Nous nous sommes vite orientés vers la garde partagée, qui était très pratique financièrement, mais qui permettait surtout de sociabiliser Petit Prince tout en douceur avec un autre enfant.

En outre, l’auxiliaire parentale à domicile a plusieurs avantages : la nounou, ne s’occupant que de deux bébés, a du temps pour chaque enfant, peut faire la cuisine avec des produits frais (pratique pour la diversification !), peut venir s’occuper de bébé même s’il est malade, sort les enfants tous les jours, gère les tâches ménagères relatives aux enfants…

Pour les parents, c’est un mode de garde très séduisant, flexible en termes d’horaires. Pas besoin de courir les matins pour préparer bébé, et idem le soir. C’est donc autant de temps en plus passé avec bébé !

C’était vraiment le mode de garde qui nous paraissait le plus « doux » pour bébé, et le plus pratique pour nous. Bref, nous étions complètement convaincus quand nous nous sommes lancés dans cette option, elle n’a pas été adoptée par défaut.

choisir une assistante maternelle à domicile

Crédits photo (creative commons) : Haylee Sherwood

La recherche de la co-famille : so easy !

Nous avons trouvé très rapidement une co-famille : domiciliée à proximité de chez nous, d’accord pour faire la garde exclusivement chez nous, pas compliquée, avec les mêmes valeurs… et un petit bout du même âge. Très honnêtement, nous avons eu une chance folle et nous sommes tombés sur des gens très bien. L’organisation a donc été très facile, et nous n’avons jamais eu de problèmes avec eux pendant la garde partagée.

Cerise sur le gâteau, ils étaient d’accord pour passer par une agence de chasseurs de nounous. Nous voulions tous une personne douce, patiente, très affectueuse et à l’écoute des enfants et de leurs besoins. Pas facile de gérer deux petits bébés. Ainsi, pour nous, il était important de recruter quelqu’un qui se sentait vraiment bien avec les enfants, quelqu’un pour qui s’occuper d’un enfant, c’était « naturel », même si ce n’était pas le sien.

Nous voyions l’auxiliaire comme un futur membre de la famille. Il était donc important pour nous de faire le bon choix.

Trouver la perle : un choix de raison ?

Pour mettre toutes les chances de notre côté, nous sommes passés par une agence de nounous « haut de gamme ». En effet, nous ne nous sentions pas de recruter quelqu’un par nous-mêmes. Passer par une agence, c’était la garantie d’avoir des profils de qualité, d’autant plus que nous ne cherchions pas pour septembre. Et il faut être réaliste : en cours d’année, c’est dur de trouver de bons profils. L’inconvénient de ce mode de garde, c’est qu’il nous oblige à devenir employeurs, avec toutes les contraintes qui vont avec !

L’agence nous a rapidement envoyé de jolis profils, des personnes ayant en moyenne sept ou huit ans d’expérience en garde partagée. Nous avons choisi une personne devenue maman récemment, la personne sans doute la plus douce que nous ayons rencontrée. Souriante, un peu effacée.

Je vais être honnête : nous n’avons pas eu de coup de cœur. Nous avons choisi la personne avec qui nous nous sommes sentis le mieux. L’un de nous quatre ne voulait pas l’embaucher, mais l’agence nous a fait comprendre que les bons profils partaient vite.

C’est vraiment la guerre en région parisienne pour trouver les perles, et je crois, avec du recul, que l’agence nous a mis la pression par rapport à ça. Par conséquent, nous avons décidé d’embaucher cette personne chaudement recommandée par l’agence.

Mais tout ne s’est pas passé comme prévu… Je reviens vite vers toi pour te parler de l’adaptation, et te dire si ce mode de garde a correspondu à nos attentes !

Et toi ? Pour quel mode de garde as-tu opté ? La recherche a-t-elle été compliquée également ? As-tu fait un choix de raison ? Viens nous raconter !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit pour obtenir sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté cet été pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Gwen

Je suis moi-même auxiliaire parentale depuis 6ans et enceinte de mon premier bébé. Je ne suis pas conseillé par une agence, c’est moi qui contact les familles qui m’intéressent notamment en fonction du nombre d’heures recherchées. Par contre je n’ai faits qu’une fois de la garde partagée, ça se fait surtout dans les grandes villes.
J’adore mon métier même s’il y a quelques contraintes comme l’abus de certains parents sur les horaires, les tarifs, le temps de garde de l’enfant qui se transforme en temps de ménage.. Sinon c’est chouette de quasi faire partie de la famille, d’être dans l’environnement de l’enfant et de participer à son éducation 🙂
Hâte de connaitre la suite de ton article du coup!

le 25/08/2016 à 08h43 | Répondre

Étoile (voir son site)

Ce serait intéressant d’avoir un article d’une auxiliaire un jour 🙂 J’avoue que certains parents abusent… mais certaines nounous aussi ! Et c’est dommage, car cela donne une mauvaise image du métier. Dans ma ville, je n’échappe pas « au clan de nounous » qui discutent ensemble au parc et qui laissent les enfants seules ou encore qui restent des heures au téléphone sans se préoccuper si bébé a le soleil dans les yeux ou pas… C’est dommage 🙁 Mais je suis entièrement d’accord sur certains parents. Pour notre part, nous ne demandions même pas les tâches ménagères et les repas afin que les enfants restent la priorité. On voulait vraiment qu’elle joue avec, privilégie de jeux sympas et des sorties régulières.

le 26/08/2016 à 09h04 | Répondre

Madame Vélo

Enfin les détails de vos péripéties ! Je n’avais jamais entendu parler d’auxiliaire parentale à domicile. L’idée peut être tentante, mais j’aurais du mal à laisser quelqu’un chez moi je crois. Pas forcément un manque de confiance, mais qu’une autre personne profites plus que moi de mon bébé ET de ma maison, ça fait trop pour moi :p Mais j’avoue que vu ce que tu en dis il a l’air d’y avoir pas mal d’avantages. A quand la suite ?!

le 25/08/2016 à 10h16 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Hi hi je suis comme toi sur ce point Mme Vélo il ne manquerait plus qu elle soit jeune et jolie et veuille profiter de mon mari 😀 ! (je plaisante bien sur)

le 25/08/2016 à 12h40 | Répondre

Étoile (voir son site)

Très honnêtement, j’y vois de vrais avantages : aucun stress pour déposer / aller chercher bébé, celui-ci reste dans son cadre et l’avantage est que l’auxiliaire se débrouille pour le lieu de vie de bébé reste propre (elle n’hésite pas à passer l’aspirateur si le sol devient trop poussiéreux), donc niveau hygiène c’est top pour bébé qui ne devrait pas trop tomber malade ! Financièrement, c’est très rentable aussi avec la déduction fiscale. Dans ma ville, la crèche privée coute le double qu’une nounou en garde partagée.

le 26/08/2016 à 09h07 | Répondre

Chaperon Rouge

moi je suis assez frileuse sur ce genre de chose car j’assume mal mon chez moi… on est pas au top du ménage et du rangement, franchement ca m’emmerderait de passer mon dimanche à préparer ma maison pour la semaine suivante. En fait le concept en soi ne me déplairait pas… mais chez les autres! lol

le 30/08/2016 à 21h44 | Répondre

Ornella

On avait aussi une preference pour ce mode de garde mais comme toi je n’ai pas eu de coup de coeur., et vu qu’on s’y prenait tard, on ne voulait rien choisir dans le rush. On a pas insisté et on s’est tourné vers d’autres modes de garde. Mais je me dis souvent si …

le 25/08/2016 à 15h12 | Répondre

Étoile (voir son site)

Tu as très bien fait 😉 Ecoute ton instinct ! Donc pas de regrets, c’est que cela devait être ainsi.

le 26/08/2016 à 09h08 | Répondre

Virginie

justement, j’en ai entendu parler il n’y a pas longtemps, apparemment, ça existe surtout dans les grandes villes, non ?
J’attends la suite du coup 😉

le 25/08/2016 à 16h06 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, cela existe surtout en région parisienne. Les places en crèche communales sont des denrées rares dans certaines villes, et parfois, c’est même moins chère que certaines crèches communales en garde partagée et avec la déduction fiscale qui est énorme ! Cela reste bien sûr mon expérience et chaque garde est différente. Je ne veux pas spoiler la suite 😉

le 26/08/2016 à 09h10 | Répondre

stella

Nous avons aussi choisi ce mode de garde pour nos jumeaux quand j’ai repris le chemin du travail.
Nous sommes aussi passé par une agence et avons trouvé une jeune femme douce, calme et patience. ..et il le faut avec deux bébés de 6 mois.
Par contre bien que son contrat prévoyait des tâches ménagères, nous ne lui avons jamais rien demandé même pendant la sieste. Priorité aux enfants.
Pour le côté administratif de l employeur, nous avons pris un forfait de l agence qui gérait donc bulletin de salaire arrêt maladie éventuel (avec remplacement sous 24h) démarche caf et urssaff.
Nous sommes très contents de ce mode de garde qui respecte bien le rythme de l enfant et appréciable pour les parents (pas de course le matin et le soir).
Ils rentrent cependant en micro crèche dans qq jours. ..il est temps de s ouvrir au monde extérieur!
Bilan de cette année:+++++

le 25/08/2016 à 22h32 | Répondre

Étoile (voir son site)

Nous faisions pareil : pas de ménage (sauf l’aspirateur si le sol était trop sale), ni de repas. Je pense que c’est l’idéal quand bébé est tout petit pour respecter le rythme (chose impossible en crèche). La crèche est une super option quand bébé devient « plus indépendant », mais chaque enfant n’est pas fait pour la crèche aussi. Attends toi aussi quand même aux maladies sans vouloir te faire peur 😉 Je n’ose pas trop raconter la suite de mon histoire, mais je vais devenir une pro des modes de garde 🙂

le 26/08/2016 à 09h13 | Répondre

stella

Je suis très intéressée par la suite de ton histoire si tu veux bien partager ton expérience.
Je me doute bien que nous allons avoir droit à beaucoup de maladie.
J’ai un peur pour l’un de mes enfants quant à l’adaptation à ce nouveau mode de garde. Il est très demandeur de câlin et présence alors que l’autre est plus indépendant.
Mais je sens qu ils ont besoin de voir d autres enfants.
Verdict dans qq jours. ..

le 26/08/2016 à 20h43 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?