Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Se projeter dans une grossesse « surprise »


Publié le 5 avril 2016 par Freesia

Maintenant que tu sais comment on a appris ma grossesse non prévue et pris notre décision quant à sa poursuite, il est temps pour moi de te parler d’un aspect particulier de cette grossesse : la ma difficulté à me projeter. Nous devions prendre une décision rapidement, oui, mais pas sans réfléchir !

Cette grossesse étant une surprise, nous ne nous étions pas préparés. Nous en avions vaguement parlé auparavant, mais nous ne nous étions pas dit à un moment donné : « Tiens, si on mettait les essais bébé en route : on est prêts ! » On n’a pas eu cette réflexion, qui est plus ou moins longue selon les couples :

  • Est-ce que les essais bébé vont marcher rapidement ?
  • Et si on était dans l’impossibilité de concevoir ?
  • Est-ce qu’on est prêts psychologiquement, physiquement, financièrement ?
  • Est-ce qu’on va pouvoir s’occuper correctement d’un bébé ?
  • Est-ce que notre couple va tenir le choc ?
  • Est-ce que je serai un bon père/une bonne mère ?
  • Est-ce que je vais être à la hauteur des espérances des autres ?
  • Est-ce que je vais aimer ce nouveau statut de parent ?
  • Est-ce que je ne fais pas une bêtise, un acte égoïste, en mettant au monde un enfant dans ces conditions ?
  • Est-ce que je saurai trouver un équilibre entre vie de famille, vie professionnelle, vie de couple et vie sociale ?
  • Suis-je prêt(e) à oublier les grasses matinées et mes nuits complètes pendant quelque temps ?
  • Est-ce que je vais pouvoir assumer le caca, le vomi, le stress d’avoir un être entièrement dépendant de moi ?
  • Ne devrions-nous pas d’abord nous marier/acheter une maison/trouver un CDI/voyager/faire un saut à l’élastique/profiter de l’open bar/danser jusqu’au bout de la nuit (liste non exhaustive) ?

Non, ces questions, ces réflexions, nous n’avons pas eu l’occasion de nous les poser réellement avant la grossesse. Quand elles sont arrivées, j’étais déjà enceinte. Donc, exit les questions sur notre possibilité de concevoir ou non et sur le bon timing (qui n’avaient plus lieu d’être), mais bonjour les questions quant à notre capacité (ou pas) à gérer un enfant.

Les questions qu'on se pose lors d'une grossesse surprise

Crédits photo (creative commons) : J.K. Califf

On a donc fait face à ces réflexions tout en prenant en compte un facteur essentiel : le temps. Nous n’en avions pas. Quelle que soit notre décision, il fallait qu’elle soit prise rapidement. Et pour ça, il fallait qu’on réfléchisse vite – et bien. Difficile de se projeter aussi rapidement.

  • Nous n’étions pas prêts. (On n’y avait pas réfléchi avant.)
  • Nous n’étions pas stables. (Mais la stabilité attendue pourrait arriver rapidement, maintenant que l’Amoureux avait fini ses études.)
  • Nous voulions un enfant avec l’autre. (Oui, mais pas tout de suite.)
  • Nous ne savions pas où en était notre couple. (Après avoir passé un an séparés, difficile de s’en rendre compte d’office…)
  • Nous préférions nous marier avant. (Oui, mais on en voit souvent, des couples non mariés avec des enfants… et puis, nous étions pacsés.)
  • Nous n’avions plus de logement. (Mais ça ne saurait tarder : ça vient avec le boulot, ça, non ?)

Et si on ne trouvait pas de travail rapidement ? Comment allaient réagir nos familles et nos amis ? Nous étions les premiers à franchir ce cap dans notre cercle social, donc nous n’avions aucun point de comparaison. Les seuls autour de nous qui avaient un enfant étaient ma belle-sœur et son conjoint. Elle a eu son premier enfant au même âge que moi, sauf qu’elle était en CDI et avait déjà acheté sa maison : c’était donc « normal » pour tout le monde.

Nous avons fait un point. Avoir un enfant, ça nous faisait peur. On ne s’était pas préparés psychologiquement. On n’était pas passés par tout le processus mental d’acceptation. Il nous fallait réagir dans l’urgence.

Mais on s’est rendu compte qu’on se mettait nous-mêmes des bâtons dans les roues. Ça allait être difficile, mais quelle situation est « facile » ? Nous ferions face, tous les deux. L’Amoureux croyait en moi, et moi je croyais en lui. Nous voulions des enfants dans trois ans… Tant pis si celui-ci était trop impatient et arrivait maintenant.

Souvent, nous avons j’ai douté de notre choix. Mais à partir de ce moment-là, l’Amoureux s’est révélé un atout précieux, confiant : je devais l’imiter coûte que coûte. Quoi qu’il arriverait, nous y arriverions.

Comme le dit si bien mon chéri : « Il faut se mettre en tête que toute notre vie va changer, évoluer. Savoir que notre couple va évoluer, en pâtir probablement, jusqu’à ce qu’on s’adapte et qu’on trouve notre nouvelle routine. Il faut l’accepter. » Bon, bah, si tu le dis, c’est parti ! 

Et toi ? Tu penses avoir eu le temps de te poser toutes ces questions avant l’arrivée de bébé ? Comment ta réflexion a-t-elle évolué avant de te lancer ? Dis-nous !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Je trouve tes doutes et interrogations très sains ! Il est important de ne pas minimiser les changements qu’un petit être va créer au sein d’un couple.

le 05/04/2016 à 08h29 | Répondre

Freesia

Voui ! Ça en fait des changements ! Que ce soit dans le sein du couple ou au niveau familial/social etc …
Mais c’est pas forcément mauvais comme changements 🙂

le 06/04/2016 à 17h52 | Répondre

Sandra

J’imagine parfaitement toutes ses interrogations légitimes quand on ne s’attend pas à un gros chamboulement qu’est la grossesse … C’est un long cheminement de se dire que l’on est prêt à assumer cette surprise ! Pendant longtemps, j’étais sûre que si je tombais enceinte par surprise : je ne serai pas prête mais depuis quelques années, je suis prête à tout car il n’y aura jamais de bon moment finalement et ce n’est pas toujours nous qui décidons ! En tout cas, c’est bien de lire tes différentes phases de réflexion et tu as su faire confiance à ton compagnon : une belle preuve d’amour 🙂

le 05/04/2016 à 09h04 | Répondre

Freesia

Une amie m’avait fait la même réflexion; en essai depuis 1 ans et demi, elle est tombée enceinte et c’est à ce moment là qu’elle s’est posée les questions fatidiques et s’est posée la question « est ce que c’est le bon moment? ».
C’est effectivement difficile de déterminer quand est le bon moment (c’est à nous de le provoquer ou ça arrive tout seul ?). Cest normal après tout, c’est l’inconnu ! 🙂

le 06/04/2016 à 17h51 | Répondre

Doupiou

Je me suis posée toutes ces mêmes questions dès que le petit + est apparu sur le test. Et contrairement à toi, PetitePerle est un bébé attendu (bon 3 mois on ne peut parler franchement d’attente) et décidé en couple après le mariage.
Toutes les interrogations que tu as (eu), que le bébé soit surprise ou pas, on les peut-être toutes !
En tout cas vous faites un couple solide et très uni, c’est de ça dont un bébé à besoin : des parents soudés et amoureux !

le 05/04/2016 à 10h23 | Répondre

Freesia

Bah si, c’est une attente; pas du genre salle d’attente des urgences, mais plutôt attente du matin de noël pour déballer les cadeaux hahaha

C’est sain de se poser ces questions je pense, qu’on s’attende a voir un petit plus apparaître ou pas 😀

le 06/04/2016 à 17h46 | Répondre

Hermy

Je pense que même quand on se sent prêt et que le bébé est désiré, il y a toujours des doutes et des interrogations. Le principal est d’être une famille unie et il y a 9 mois pour se préparer pour l’après.

le 05/04/2016 à 11h13 | Répondre

Freesia

Oui, je pense aussi que même quand bébé est désiré et attendu, beaucoup se font ce genre de réflexions ! (Même si souvent, elles arrivent en partie avant)
C’est même normal je dirais 😛

le 06/04/2016 à 17h41 | Répondre

Mlle Mora

Notre fille est un bébé surprise et nous nous sommes posés les mêmes questions, mais pas très longtemps : ce sont les 9 mois de grossesse qui nous ont permis d’apprivoiser l’idée de devenir parents. On s’est toujours défini comme une équipe et avec l’arrivée de baby girl, ça n’a pas changé, l’équipe s’est agrandie !

le 05/04/2016 à 13h59 | Répondre

Freesia

C’est vrai que c’est ça un couple en fait, une équipe !
Et heureusement qu’il y a 9 mois de grossesse pour se préparer ! 🙂

le 06/04/2016 à 17h38 | Répondre

Zita

En ce qui me concerne ma fille a été très désirée et je suis beaucoup plus vieille que toi (bientôt 38, 37 à sa naissance). Pour autant je crois que ce n’est jamais vraiment le bon moment et que je n’ai jamais été vraiment prête. Alors maintenant Qu’elle est la, à chaque fois que je réussis bien quelque chose c’est presque une petite victoire pour moi. J’ai toujours besoin de me rassurer. Mais finalement ça vient aussi tout seul et je pense qu’il faut faire confiance à ton homme et à toi même. Je te souhaite beaucoup de bonheur car c’est vraiment une belle aventure.

le 05/04/2016 à 16h07 | Répondre

Freesia

C’est vrai, je pense qu’on fait toujours de notre mieux, et que ce mieux, c’est déjà génial donc une grosse victoire 🙂
Vive toi, vive moi, vive les parents ! (On se félicite pas assez souvent alors disons-le haut et fort !)

le 06/04/2016 à 17h36 | Répondre

Miss Chat

C’est beau et plein de bon sens ce que dit ton chéri <3
J'ai tendance à penser que si déjà tu as ce questionnement très sain sur la maternité et sur votre capacité à accueillir un enfant, c'est que tu es sur la bonne voie et que vous ferez au mieux pour votre petit bout 😉

le 06/04/2016 à 10h24 | Répondre

Freesia

Oui, mon amoureux est extra 😀
C’est vrai que j’ai tendance à toujours tout relativiser, rationnaliser et voir les côtés positifs et négatifs avant de prendre une décision ! C’est un vrai défaut parfois d’ailleurs (mais c’est une autre histoire). Et j’ai vécu cette maternité comme ça : il fallait que je mette cartes sur table, pour prendre conscience de tout ce que ça impliquait 🙂
Ça m’a évité des crises de nerfs parfois n’empêche car j’ai pu prévoir et anticiper certaines choses ! 🙂

le 06/04/2016 à 17h35 | Répondre

Camomille (voir son site)

Mon 1er était un bébé surprise aussi. J’ai eu tellement de mal à me projeter que je n’ai pris pleinement conscience que j’allais avoir un bébé à … 8 mois de grossesse ! Autant te dire que je n’ai pas eu le temps de stresser pour l’accouchement et encore moins pour la grossesse en elle-même 😉 Mais du coup, les 1ers mois de vie ont été très éprouvants ! Je n’avais pas du tout eu le temps de m’y préparer

le 06/04/2016 à 12h02 | Répondre

Freesia

Oh bah pareil ! J’ai commencé à vraiment prendre conscience que fin janvier/début février de la grossesse (d’où une arrivée de bidou surprenante à cette période là :P)
Donc à 7mois de grossesse. Mais c’est vrai que j’ai toujours un peu de mal à imaginer l’après !

le 06/04/2016 à 17h29 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?