Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Comment nous avons détecté un problème avec la nounou de notre bébé


Publié le 27 décembre 2016 par Étoile

Pour les fêtes de fin d’année, Dans Ma Tribu et ses chroniqueuses prennent quelques jours de vacances… Nous serons de retour le 2 janvier avec de nouvelles chroniques et de nouveaux témoignages ! En attendant, nous t’avons concocté un petit best of des articles les plus vus de l’année 2016. Ce sont donc toutes tes chroniques préférées que tu retrouveras dans les jours à venir ! 🙂

Je t’ai raconté la dernière fois comment nous avions trouvé notre auxiliaire parentale. Les choses ne sont pas passées comme prévues malheureusement (ou heureusement ?) entre cette personne, nous et Petit Prince.

Attention, mon article n’a pas pour but de faire paniquer de jeunes mamans en recherche de mode de garde, ni de les rendre méfiantes. D’ailleurs, jeune maman angoissée, je te conseille de lire mon article. Il n’est peut-être pas très drôle, mais peut-être qu’il t’aidera à mieux choisir ta « perle » et à être critique ?

Adaptation et premiers signes

L’adaptation s’est passée sans trop de problème. Néanmoins tout était loin d’être parfait. Il faut être réaliste.

Par exemple, l’auxiliaire ne voulait pas cuisiner, sous prétexte qu’elle s’occuperait moins bien des enfants. En outre, elle ne sortait pas les enfants tous les jours. Elle n’arrivait pas forcément à gérer en même temps les deux bébés, et avait parfois du mal à gérer des grosses crises de pleurs.

Nous avons mis cela sur le compte de l’adaptation, de la découverte… d’autant plus que notre agence de nounou est allée dans ce sens quand nous lui avons fait part de nos doutes, en nous disant que c’était normal et que nous étions peut-être trop angoissés.

Malgré ces premiers signes nous avons décidé de continuer, car les enfants lui souriaient, et globalement je retrouvai un Petit Prince plutôt pas mal en fin de journée.

enfant jeu toboggan piscine à balles photos

Crédits photo (creative commons) : leeson0318

Le changement de comportement

Quelques jours après la fin de la période d’essai, les choses ont commencé à changer, mais pas d’une manière radicale.

Petit Prince a commencé à pleurer sur des moments de vie que nous ne comprenions pas, notamment après les siestes. Il a commencé à se réveiller entre 9 et 10 fois la nuit avec des pleurs d’angoisse.

Nous ne nous sommes pas plus alarmés que cela la première semaine. J’ai souvenir néanmoins d’une crise assez impressionnante, un dimanche où Petit Prince était paniqué à l’idée de se coucher, et même moi, sa maman, j’étais incapable de le rassurer. Celui-ci me donnait des coups et était particulièrement nerveux alors que c’est un bébé relativement zen.

Après avoir réussi à le coucher, j’ai éclaté en sanglots et j’ai dit à mon mari que je ne le reconnaissais pas. Parallèlement, Petit Prince se mettait aussi à se griffer les yeux et à s’arracher nerveusement les cheveux (mais c’était peut-être dû à son traitement par orthèse crânienne, dont je te parlerai prochainement ?).

Enfin, Petit Prince souriait de moins en moins avec nous, mais continuait néanmoins à sourire à son auxiliaire le matin, le soir…

Ce sont toutes ces petites choses cumulées qui font que j’ai eu des doutes. Trop de choses dans mon cœur de maman pour ne pas me poser de questions. Monsieur Étoile me disait que je me montais peut-être la tête et que j’étais trop angoissée. Ainsi, nous avions convenu d’être un peu plus attentifs, et qu’il rentre parfois les midis par surprise afin de regarder ce qui se passait.

L’instinct maternel plus fort que tout

Avec ces stratégies, le manquement de soins que nous supposions s’est confirmé. Il y a bien sûr des choses que nous supposons, mais que nous n’avons jamais vu de nos propres yeux.

Néanmoins, nous avons découvert un bébé laissé avec sa couche pleine pendant plusieurs heures (et plusieurs fois !), un bébé enfermé des journées à la maison sans sortie poussette avec des excuses bidons, des paroles et un ton de voix déplacé sur un bébé de 7 mois.

Il y a deux choses qui m’ont achevé : l’auxiliaire a été injoignable plus de 20 minutes un jour, alors qu’elle devait être à la maison (avec une excuse limite pour justifier qu’elle était injoignable – entre nous, quand on appelle 5 fois d’affilée sur le téléphone fixe, une personne normalement constituée répond !), et surtout elle ne nous a pas averti immédiatement lorsque Petit Prince a été malade.

Notre pédiatre étant fermé le soir, nous sommes donc allés aux urgences pour le faire soigner. Impossible d’attendre le lendemain matin. Plusieurs choses nous laissent croire en outre qu’elle laissait Petit Prince pleurer dans son lit après la sieste, et que le change se passait moyennement. Un bébé qui hurle à mort pour un changement de couche, ce n’est pas normal, on est d’accord ? Comme un bébé qui hurle et qui se griffe les yeux à la fin de chaque sieste ?

Mon mari, qui au début n’avait pas trop de doutes, m’a pleinement soutenu lorsqu’il a vu à quel point je dépérissais, et il a constaté autant de choses que moi. Nous avons donc été rapidement d’accords sur le fait que quelque chose n’allait pas. Le mot « dépérir » était peut-être fort, mais j’étais vraiment en train de dépérir à ce moment-là.

Comment confirmer les doutes ?

L’auxiliaire niait beaucoup de choses et s’est défendue avec des arguments réfutables. Notamment en mettant ce changement de comportement sur le compte de la peur de l’abandon. Et puis, peut-être que je me montais la tête aussi, non ?

Pour en avoir le cœur net, nous sommes allés consulter notre pédiatre. Je voulais savoir si c’était moi qui perdait pied et qui avait un problème, ou si mon instinct voyait juste. Le pédiatre n’a constaté aucune maltraitance physique (bien heureusement), mais il a noté la crainte de notre fils (difficulté à sourire). Un bébé de 7 mois n’est pas censé avoir peur des gens, la peur de l’abandon apparaissant plus tard (ou commence seulement à cette période ?). Il nous a confirmé qu’autant de réveils anxieux par nuit, ce n’était pas normal. Et surtout, il m’a dit cette phase miracle qui m’a libérée : « L’instinct maternel ne trompe pas. Votre fils, vous l’avez porté 9 mois et il y aura toujours une certaine connexion entre lui et vous. ».

Voilà, nous n’avons pas fait de choses illégales (comme par exemple la pause de micro ou caméra). Il a suffi d’être très attentifs, de parler de notre situation à une personne objective afin d’avoir des réponses et de ne plus avoir de doutes.

Pas facile de confirmer des doutes quand l’auxiliaire dit le contraire, quand la co-famille ne comprend pas pourquoi tant de stress, quand notre propre famille nous dit que ce sera pareil avec quelqu’un d’autre, ou quand l’agence de nounou nous répond juste qu’on est trop anxieuse.

J’ai eu honte de penser que l’auxiliaire était la cause du changement de comportement de mon fils. Je me suis dit que c’était trop facile de l’accuser, et c’est très difficile de gérer cette ambivalence de sentiments. L’entourage ne m’a pas aidé en me faisant passer pour une angoissée. J’ai néanmoins beaucoup de reconnaissance pour Monsieur Étoile qui m’a rapidement soutenu, et c’est sans doute le plus important !

Conclusion et quelques conseils…

Pour conclure, n’ayant plus confiance, nous avons sorti cette personne de nos vies. Cette personne qui a fragilisé notre tout petit et qui a fait énormément de dégâts dans nos cœurs de parents.

Mon mari avait des doutes sur elle lorsque nous l’avons embauchée, et je m’en veux tellement de ne pas l’avoir écouté. Du jour au lendemain, nous avons fait le choix de ne plus avoir de garde. Il était inconcevable qu’elle continue à garder Petit Prince, même temporairement. Nous avons dû poser des vacances en urgence, mais c’est sans aucun regret.

Les doutes en période d’adaptation auraient dû nous avertir, mais nous avons été naïfs : nous avons écouté nos familles, l’agence de nounou… alors qu’au fond de nous, nous sommes les seuls à savoir vraiment ce qui est bon pour Petit Prince.

Je profite de cet article pour te dire : Méfiance sur les agences de nounous ! Elles ne proposent pas forcément des perles et se limitent bien trop souvent à vouloir placer leur candidate sans trop se soucier de ce qui se passera ensuite… Nous avons dépensé et perdu pas mal d’argent pour rien, et surtout ça a été beaucoup de soucis pendant plusieurs semaines.

Aujourd’hui, je n’ai plus de regrets : les choses sont ce qu’elles sont, et surtout les choses ont évolué dans le bon sens. C’est toujours douloureux d’en parler car oui, je me sens coupable. Même si mon témoignage peut paraître angoissant, je crois que ce serait malhonnête que de ne pas en parler à toutes les mamans et futures mamans qui me suivent ici. Si ça peut t’aider dans ton recherche de mode de garde, alors j’aurai tout gagné. Je reviens vite pour t’expliquer la suite et où nous en sommes plusieurs mois après cette histoire.

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit pour obtenir sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté cet été pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

47   Commentaires Laisser un commentaire ?

Walter

Les difficultés d’une nounou,très difficile de choisir la bonne ou la perle. Mais une chose me met en rogne c’est « l’instinct maternel  » mais celui n’existe pas, c’est juste que tu connais mieux ton enfant que quiconque et tout autant que ton mari sinon les sites de conseils pour maman n’existerait pas où les livres sur les bébés aussi vu que c’est un instinct, à chaque instant on serait répondre à ses pleurs. Le baby blues ne serait qu’un mythe. Sinon je suis ton blog et être d’accord sur le choix de la nounou avec une autre famille je trouverais cela compliqué. Bon courage pour la suite et ne prends pas mal mon commentaire sur l’instinct maternel.
Bonne journée

le 15/09/2016 à 07h30 | Répondre

Virginie

Bonjour Walter, je pense que la plupart d’entre nous ici seront d’accord pour parler d’instinct parental plutôt que maternel. Effectivement, les parents connaissent de toute manière mieux leurs enfants que quiconque, surtout lorsqu’ils sont petits.

le 15/09/2016 à 08h24 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, tu as raison. Peut-être qu’instinct parental est plus approprié 🙂

le 15/09/2016 à 09h13 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je ne le prends pas mal. C’est une différence de point de vue 😉 mais je ne suis néanmoins pas totalement d’accord. Il y a plusieurs décennies, il n’y avait pas de livres et de forum. A moins d’être entourées par une grand-mère ou des femmes de la famille, les jeunes mamans devaient se débrouiller seules. Maman, ça ne s’apprend pas dans les livres et sur un forum qui restent de très bons outils pour te donner des idées et te rassurer. Tu auras beau lire tout ce que tu veux, toi seule saura peut-être calmer ton enfant contre des coliques, comprendre certains signes bien à lui… On ressent dans tous les cas les choses plus fortement, car on connait très bien son enfant. Après, je ne sais pas si on peut encore parler d’instinct maternel dans ce cas là, mais ce qui est certain, quelque soit le mot à utiliser, c’est que j’ai une réelle connexion avec Petit Prince 🙂 Pour mon mari, c’est différent et pourtant il s’en occupe presque autant que moi. Après c’est aussi lié mon caractère, je suis sensible et observatrice ?

le 15/09/2016 à 09h11 | Répondre

Walter

Il y a des décennies les grands mères étaient bien souvent plus présente, les familles plus nombreuses et donc on devaient gérer bien souvent le petit frère ou sœur et malheureusement une époque où les femmes ne travaillaient pas aussi. Je dirais on est plus sensible à chaque changement. Parler d’instinct maternel enferme les mères dans une pression forte que si leur bébé pleure, elles peuvent mal le supporter car la société leur dit tu es une mauvaise mère, tu n’as pas l’instinct. Cela exclue aussi de facto l’adoption, les couples homosexuel aussi.Ce qu’un point de vue. On connaît mieux son enfant tout simplement

le 15/09/2016 à 10h20 | Répondre

Clette

Je pense qu’en fait chacun a sa propre définition de l’instinct maternel …. mais je pense qu’avant (avant au sens très laaaaarge) on ne s’occupait pas forcément très bien des bébés. A l »époque de ma grand-mère par exemple, née dans la france bien rurale, les bébés dormaient dans les granges avec les animaux si ils étaient trop bruyants, la mortalité infantile était haute (en partie à cause de la médecine, mais aussi à cause de mauvaises postions pour porter le bébé, manque d’attention à lui pourvoir dans les familles déjà nombreuses, etc.). Donc je ne crois pas à une sorte d’instinct maternel au sens « on sait d’emblée ce qu’il faut faire » mais plutôt au sens « on a une forte connexion avec le bébé parce qu’on apprend à le connaître mieux que personne », quelque chose qu’il est possible de faire également quand on adopte et bien entendu qui s’applique aussi au papa !!
En tout cas, en tant que future maman, je me sens sereine parce qu’on va m’apprendre à m’occuper de l’enfant et que mon entourage saura répondre à mes questions. Je ne l’aurais pas été si j’étais juste avec le papa et sans aide extérieure. Et je ne me crois absolument pas être la seule à pouvoir calmer ses (futurs) pleurs. Pour moi, c’est très clair : notre bébé est une autre personne à part entière, et non une extension de moi-même. Donc je ne peux pas possède de connection « spirituelle » ou autre avec lui.
Ouuups, désolé pour la disgression !
Pour revenir à l’article : tu as bien fait d’insister et de changer la nounou ! Ce n’est pas toujours évident d’être certaine que tout va bien alors qu’on n’est jamais là avec la personne pour la voir travailler. J’espère que la prochaine nounou sera super et fera vite passer les angoisses de gardes de ton petit !

le 15/09/2016 à 11h03 | Répondre

Ornella

Je crois que je suis assez partie prenante de l’instinct parental. Mais plus par expérience personnelle. Mon mari a su tout de suite prendre soin du haricot (en même temps pas le choix il n’y avait que lui), et s’en occupe à merveille, du coup si il y a un instinct maternel, il l’a lui aussi.
Quant à l’apprentissage, je suis plus mitigé, pour moi, il y a un réel apprentissage de ce qui à une époque donnée, constitue une bonne mère ( par le biais de l’entourage ou d’une institution).
Même si c’est très bref, le séjour en maternité est pensé et organisé ainsi. « Apporter les premiers gestes aux nouveaux parents ». La réflexion est pertinente, parce qu’en découle, tout une image sociétale de la mère, et un vrai questionnement quant à qui peut être parent voir un bon parent.

le 15/09/2016 à 11h25 |

Claire (voir son site)

Walter, je ne veux pas faire de polémique mais je ne partage pas du tout ton point de vu sur l’instinct maternel. Pour ma part, je suis persuadé qu’il existe. ( On parle d’instinct animal et nous sommes des animaux ). D’autre part, je crois tout simplement en mon instinct tout court. Que je sais écouter. Et pour moi, cela ne veut pas dire que l’on sait tout. L’instinct est pour par part ressenti, c’est quelle que chose qui vient du plus profond de nos tripes. Il ne peut pas être intellectualisé. Pour autant, faut-il encore savoir être à l’écoute de soi même et débrancher notre cerveau. Ce qui n’est pas chose aisée dans notre société.
Concernant le baby blues, je ne suis pas une spécialiste de la question et ne l’ayant moi même pas vécu je ne voudrais pas dire de bêtise. Mais néanmoins, il me semple que c’est particulièrement répandu dan nos sociétés occidentales ou la maternité est très médicalisé. Attention, je n’ai rien contre la médiatisation. Mais trop de médiatisation est nuisible à mon sens.
Et pour en revenir aux papas, parce que pour moi instinct parental n’a tout simplement aucun sens. Certains père savant très bien s’y prendre avec les bébés mais peut être aussi que ces pères là on été confronté à des bébés dans leur enfance et qu’on a pu leur laisser s’en occuper.
Pour moi, la mère n’a absolument pas le monopole de s’occuper des bébés mais nier l’instinct maternel est un non sens.
Le but n’est pas non plus de culpabiliser les mères qui se sentent gauche avec leur bébé (moi la première tout au début) mais nous vivons dans une société qui sait très bien nous dicter ce qu’on doit faire au lieu d’avoir confiance en chaque individu et c’est bien dommage.
Etoile, je suis désolé pour ce pavé. Mais je te rejoint tout à fait. Ecoute ton instinct car même si tu n’as pas de fait tangible et objectif si ton instinct te dit que ça ne va pas, c’est que ça ne va pas. Et je pense que tu as bien eu raison de te faire confiance.
Voilà, j’ai fini 😉

le 15/09/2016 à 12h53 | Répondre

Mlle Moizelle

J’aurais pu écrire à peu près la même chose! 😉 Je suis complètement ok avec ta vision de l’instinct maternel et de l’instinct en général! 😉

le 17/09/2016 à 16h10 | Répondre

Claire (voir son site)

Oui, je sais que nous sommes sur la même longueur d’onde 😉

le 17/09/2016 à 23h06 | Répondre

Virginie

Une de mes amies a eu le même souci que vous, en revanche, son mari et elle alternant l’un qui amène bébé le matin et l’autre qui va chercher bébé soir, ils avaient le même sentiment. Surtout, ils ont aussi été alertés par les changements de comportement anormaux sur la petite. Je te suis donc assez sur le ton « écoute toi si tu le sens mal ». Après tout, on leur confie des bébés parfois très très jeunes, il est normal d’avoir besoin d’une entière confiance. En plus, je me souviens de quelques recommandations de F. Dolto, elle démontre clairement que ce qui se passe dans la petite enfance a des répercussions sur la suite de vie. Bien choisir la nounou me semble donc très important.

le 15/09/2016 à 08h23 | Répondre

Étoile (voir son site)

Entièrement d’accord. Quand la confiance n’est plus là, cela ne sert à rien de continuer 🙂

le 15/09/2016 à 09h12 | Répondre

Melimelanie

Bon tu sais que je te soutiens a fond dans cette affaire et même si je l’ai connu en « temps réel » la relire après coup m’a serré à nouveau le cœur pour toi! (surtout avec l’expérience que j’ai eu début septembre ça « résonne » encore plus en moi).
Tu as, vous avez, pris la meilleure des décisions! Toujours pour le bien être de petit prince! Et c’est ça qui fait que non tu n’es pas trop angoissée ou une emmerdeuse qui ne trouvera jamais un mode de garde qui convient. Tu es juste une maman qui veut le mieux pour son enfant.

le 15/09/2016 à 08h54 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci 🙂 Vu la suite des événements, il n’y aucun doute que cette décision a été la bonne. Mais cela reste encore un peu douloureux au fond de moi. Ce qui est difficile à accepter, c’est d’avoir donner sa confiance « exclusive » à quelqu’un qui n’a pas assuré. J’aurai préféré que cela marche, car il y a toujours un peu de culpabilité de s’être tromper. Mais bon c’est que cela devait être ainsi et en quelques semaines, Petit Prince est allé beaucoup mieux. Il faut être réactif et attentif dans ce genre de situation.

le 15/09/2016 à 09h17 | Répondre

Framboisine

Bonjour.
J’imagine votre état entre le moment des premiers doutes et votre décision d’arrêter ce mode de garde…
Personnellement, j’ai du arrêter un contrat (d’une assistante maternelle) pendant la période d’essai. Les raisons sont complètement différentes des vôtres. Chez nous: notre chaton semblait heureux (il souriait et était toujours autant curieux) à la maison, comme au moment de le laisser le matin et de le chercher le soir; mais c’est avec nous que ça coinçait… Nous avions l’impression d’être des parents stressés inquisiteurs, alors qu’on voulait juste savoir s’il avait bien dormi (quand/ combien de temps), bien mangé (quoi/ quelle texture), bien joué (quelle activité/ avec qui). En plus de ça, des soucis de change aussi (plusieurs soirs: le chaton avait le body taché de caca – sans qu’elle nous aie dit quoi que ce soit), des allers et venues comme dans un moulin, la télé (alors qu’on avait été formel)… bref… des doutes qui se renforçaient chaque matin (le papa allait le porter) et chaque soir (je le récupérais) et on s’est décidé à chercher une autre solution.
On a trouvé très rapidement (une M.A.M.) et on a prévenu l’ass’ mat’ (qui était d’accord avec nous: avec notre fils, ça allait, mais pas entre nous).
Tout ça pour dire: oui, c’est difficile de trouver un mode de garde (temps, énergie, espoir…) mais on a le droit de se tromper et de changer! Le bonheur de passer ses journées en sachant que son enfant est bien, sans aucune crainte…. ça vaut le coup!
Bonne continuation! J’espère que vous avez trouvez une solution satisfaisante pour vous 3.

le 15/09/2016 à 09h32 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci pour ton commentaire 🙂 Tu as eu raison de changer. Cela fait partie aussi des qualités de la nounou que de communiquer sur ce que fait son enfant la journée, tout comme en crèche d’ailleurs !

le 15/09/2016 à 11h33 | Répondre

Madame Vélo

C’est une de mes plus grandes craintes : ne pas savoir reconnaître les éventuels signes, douter de mon ressentis, passer à côté de quelque chose de grave, réagir trop tard. Heureusement, on n’a pas de soucis avec notre ass mat. Mais quand je vois Crapouillou qui pleurniche tous les matins quand on le dépose je ne peux pas m’empêcher de me poser la question. Je sais qu’il est bien là bas et que c’est juste une période à passer, mais bon ! On est tout le temps en train de se poser des questions : et après tout, c’est ça le métier de parent !

le 15/09/2016 à 09h33 | Répondre

Étoile (voir son site)

Je pense qu’au fond de toi, tu le saurais de toutes les manières 🙂 On ressent autour de soi quand quelqu’un est vraiment mal et c’est peut-être encore plus valable pour son enfant. C’est normal aussi d’avoir des moments de doute et d’être contrarié.

le 15/09/2016 à 11h36 | Répondre

Doupiou

Comme Melimelanie, relire cette triste expérience alors que tu nous en avais déjà fait part me fait mal pour toi.
Je pense que l’instinct maternelle existe mais en tant que « j’ai l’instinct je sais quoi faire pour mon bébé » mais plus comme  » je ressens quand quelque chose ne va pas, quand il y a un danger ». N’oublions pas que nous sommes des mammifères, et que cet instinct de protection existe bien chez les animaux. Bref je m’égare.
ça doit être très difficile de faire à nouveau confiance à une tierce personne après ce vécu

le 15/09/2016 à 09h46 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, c’est exactement comme cela que je le vois. Peut-être que cela porte à confusion dans mon article ? 🙂

le 15/09/2016 à 11h37 | Répondre

Doupiou

Pas du tout ! C’est comme ça que je l’ai compris !

le 15/09/2016 à 12h02 | Répondre

Miss Chat

Pfff vous en avez quand même bien bavé avec cette nounou et ces histoires de garde 🙁
Je suis aussi de ceux qui pensent que l’instinct maternel est plutôt une question de bonne connaissance de son enfant et je le différencie complètement de l’instinct de protection qui est un réflexe animal, que nous avons donc forcément. Si « l’instinct maternel » existait, les papas en seraient par définition dépourvus (et ce n’est pas le cas, on le voit bien avec Mr Etoile !). Je parlerais plutôt de « instinct parental » dans le sens de « connaissance parentale » du parent envers son enfant. Et dans votre cas, ce qui a joué pour moi, c’est la combinaison de votre instinct de protection et de votre bonne connaissance de votre loulou 😉

le 15/09/2016 à 10h12 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, c’est certain 🙂

le 15/09/2016 à 11h38 | Répondre

Sophie

Nous avions eu pour nos deux p’tits gars une Super Nounou. Complètement différente de ce que nous cherchions pour nos garçons, certes, elle était loin du stéréotype de la nounou idéale. Mais elle était tellement à l’écoute de mes enfants (honnetement, combien de nounous mettent un ptit loulou de 4 mois sur son lit, les fesses à l’air parce qu’il avait les fesses dans un état pitoyable? elle, elle l’a fait, j’ai payé le pressing de son dessus de lit, mais il n’y avait plus que ça à faire pour les fesses de mon deuxième) , tellement à notre écoute…
Elle a été d’une patience incroyable avec mon deuxième qui était un bébé très difficile (il pleurait TOUT LE TEMPS).
Elle m’a énormément aidé à sortir la tête de l’eau quand j’étais en pleine dépression post partum après mon deuxième.
Elle a démissionné en nous prévenant, elle n’était plus dispo à cause de soucis perso, mais 4 ans après nous avoir laissés, elle est toujours dans nos vies. Nous l’avons invité à notre mariage, les enfants l’adorent toujours autant, et nous aussi.

Puis on a eu une autre nounou. Parfaite pour ma dernière handicapée, elle faisait des formations sur le handicap, les troubles de la communication… Mais avec les plus grands, c’était un peu moins bien. Mon grand avait 6 ans, mon deuxième 5, ça passait moins bien. C’était une amie avant d’etre la nounou de mes enfants, qui a réussi à s’embrouiller avec le reste de mes amies je ne sais comment. Bon. On peut pas s’entendre avec tout le monde. Je n’ai plus de contact avec elle, ni elle avec mes enfants.

Maintenant, on est en ville, on pourrait croire que c’est plus facile… mais non. On a fait appel à une agence pour une garde à domicile. Je voulais absolument quelqu’un sensible au monde du handicap.
Au début c’était parfait: la nounou était jeune, elle avait un super contact avec ma fille, un super contact avec mon deuxième, mais ca passait pas avec mon premier, mais ils ont fait des efforts tous les deux pour que ça marche. (mon premier est assez difficile avec les adultes). On en avait une deuxième, tout aussi parfaite, où mes enfants sont avec elle comme ils sont avec moi, et ça me rassure (même si c’est compliqué à gérer pour elle, mes garçons sont un peu chiants des fois)
Et puis quand ma première nounou est partie en congé maternité, ca a été le DEFILE de nounous. En 11 mois, on en a vu passer 8. HUIT.. Alors ok, nos horaires sont pourris. donc ce n’est pas facile de trouver quelqu’un.
Mais 8 fois, j’ai du réexpliquer le fonctionnement de la maison, les règles de vie, les habitudes de chacun. Avec l’angoisse de laisser ma maison, mes garçons, et ma fille à une parfaite inconnue.
Elles étaient toutes bien, sauf UNE. L’avant dernière. Qui devait, en plus, devenir la « nounou officielle ».
Qu’elle ne parle pas bien français, je m’en contre fiche ouvertement (parce que l’agence a osé me dire que je devais être plus tolérante, MOI, on peut pas faire plus tolérante que moi, je vis dans un Quartier, ultra populaire, tellement vivant que j’adore, m’enfin passons). Elle arrivait toujours en retard. Elle faisait NIMPORTE QUOI avec mes enfants: un jour ou je lui ai donné le menu du jour, ou tout était déjà prêt yavait plus qu’à servir au moment M, elle a réussi à servir du poulet avec du surimi… et c’est tout. Alors que mes garçons sont quasi végétariens (sans aucun lobby de ma part, ils n’aiment pas la viande c’est tout). Une voisine m’a raconté qu’elle hurlait sur mes garçons dès qu’ils parlaient.
et une fois, sous prétexte qu’elle était fatiguée, elle a refusé de revenir le lendemain. J’ai tellement gueulé auprès de l’agence qu’elle est venue, mais que jusqu’à 15h. Je finissais à 21h. J’ai du partir du travail en plein rush, trouver une solution de dernière minute, parce qu’elle était « trop fatiguée ». Elle n’avait que mes enfants cette journée là, et encore, ma petite qui faisait la sieste l’après midi. Bref. J’ai eu beau appelé l’agence, tout noter, l’agence a pris la défense de son employée; alors que celle qui la remplacait était juste géniale,e t que celle ci je voulais la garder.

Depuis je suis au chomage, pour d’autres raisons, mais c’est vrai que du coup j’angoisse de devoir trouver une nouvelle nounou, et je ne suis pas sure de repasser par une agence, en fait.

le 15/09/2016 à 10h12 | Répondre

Étoile (voir son site)

Tu as eu beaucoup de courage de changer aussi régulièrement ! Ma co-famille a retrouvé une nounou sans passer par une agence et ils en sont très contents 🙂 Ils ont auditionné beaucoup de personnes bien mieux que les candidats envoyés par l’agence ! Comme quoi…

le 15/09/2016 à 11h40 | Répondre

Chacha d'avril

Tu nous avais déjà fait part de cette histoire, mais en la lisant en détail, je trouve que ce vous avez vécu est terrible.
Voir son enfant angoissé et apeuré doit briser le cœur !!
Je trouve que vous avez eu beaucoup de courage et vous avez fait tout ce qu’il fallait pour votre petit bonhomme.

le 15/09/2016 à 10h55 | Répondre

Mrs Paillettes (voir son site)

En effet ça fait très peur !! Nous avons eu la chance de tomber sur une nounou d’enfer !! Elle est vraiment top.
Mais j’ai été comme toi, angoissée, anxieuse, j’arrivais chez la nounou sans prévenir pendant la période d’essai afin de m’assurer que tout allait bien. Et puis on a la chance d’avoir des personnes qui jettent un œil de temps en temps 😀
Mais ne t’en veux pas, tu as fait tout ce qu’il fallait, la naïveté des jeunes parents est très commune ne t’inquiète. Le principal c’est que votre Petit Prince ait retrouvé sa sérénité 🙂

le 15/09/2016 à 11h34 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, je te rassure, en quelques semaines tout allait mieux ! C’est une bonne chose si vous avez trouvé la bonne personne. Il y a des nounous absolument géniales, qui font ce métier par vocation. Je crois juste que nous n’avons pas eu de chance et que nous avons cherché sur des mois après la rentrée scolaire. Il n’y avait donc pas beaucoup de personnes disponibles. Avec du recul, j’aurai peut-être prolonger mon congé maternité pour attendre septembre et chercher pour cette période.

le 15/09/2016 à 11h43 | Répondre

Claire (voir son site)

Je crois que c’est une des plus grande angoisse des parents. En tout cas pour moi. Nous avons déménagé et je vais devoir trouver une nounou pour ma fille mais je reporte l’échéance au maximum. J’ai vraiment pas envie de me tromper. Il est si difficile de tomber sur la perle rare.
En tout cas, j’ai hâte de lire la suite.

le 15/09/2016 à 11h42 | Répondre

Étoile (voir son site)

Ne t’inquiète pas trop non plus 😉 Il suffit d’un coup de bol, d’un bon feeling, d’un agrément récent…

le 15/09/2016 à 11h44 | Répondre

sabine

Merci pour ton article et j’espère qu’aujourd’hui tout va mieux pour vous 3.

Effectivement il faut suivre son instinct, il est, en général, bon.

Pour ma part, j’ai arrêté de travailler et me suis reconvertie en assistante maternelle a la naissance de ma princesse ?

Plein de courage pour la suite.

le 15/09/2016 à 11h51 | Répondre

Étoile (voir son site)

Merci, oui tout va mieux aujourd’hui 🙂 C’est chouette cette reconversion. Pour ma part, je connais plutôt des mamies qui se sont reconverties pour garder leurs petits enfants. Forcément nos amis en question sont ravies ! 🙂 🙂

le 16/09/2016 à 16h02 | Répondre

Léna

Bonjour,
Ton article me renvoie quasiment mot pour mot à ce qu’on a vécu il y a deux ans avec la première ass mat de Grand Bébé : pleurs après la sieste, couches sales…J’ai arrêté de travailler de ses 7 à 9 mois le temps de trouver quelqu’un en qui j’ai confiance.
La suite c’est 2 ans chez une super nounou mais un gosse qui toujours maintenant hurle après la sieste.
Je m’en veux toujours de l’avoir laissé 4 mois chez elle mais quand à grand renfort de « c’est votre premier moi j’ai de l’expérience  » on te serine que c’est parce que tu l’allaiter, parce que tu portes… Et ben, tu doutes…

le 15/09/2016 à 13h26 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, je comprends tout à fait. Cela renvoie d’une certaine manière à ce que me disait l’agence, la famille… Difficile de s’affirmer et d’avoir confiance en soi sur des sujets aussi délicats. En tout cas, l’essentiel, c’est d’avoir fait le nécessaire et je suis ravie pour toi si la seconde nounou a été la bonne 🙂

le 16/09/2016 à 16h03 | Répondre

Claudia

Ayant eu la chance d’6etre étudiante d’Elisabeth Badinter quand elle finissait d’ écrire « L’amour en plus », nous avions longuement discuté sur ce que ça signifiait « instinct ». Et je suis plutôt d’accord avec elle, l’homme est un animal déjà trop « culturel »pour que l’amour énorme et l’empathie que nous ressentons pour notre nouveau-né n’est pas de l’instinct (par contre, nous avons quand-même une pré-programmation qui facilite l’attachement aux petits animaux ayant des grands-yeux/une grosse tête… dont notre bébé). Pour justifier que ce n’est pas de l’instinct, elle fait remarquer que ce n’est pas universel, il y a des mères qui ne le ressentent pas, et il y a eu des époques ou les mères qui en avaient les moyens plaçaient systématiquement leur bébé en nourrice au loin, avec un gros risque de le voir décéder. Donc cet attachement profond et bien réel et l’empathie associée qui nous permet de nous occuper convenablement de notre bébé, ce n’est pas de l’instinct (inné et inévitable).
D’ailleurs, parmi les animaux ce n’est plus forcément de l’instinct pour les plus évolués, pour qu’une mère chimpanzé s’occupe convenablement de son bébé il faut qu’elle ait eu une mère qui s’est occupé d’elle, et pas seulement nouveau-né. C’est différent des crocodiles oiseaux ou certains poissons qui « savent » s’occuper de leur nid sans avoir appris (difficile de dire qu’il y a eu un apprentissage pour les poissons qui s’occupent de leurs larves…). Là c’est ce qu’on appelle instinct.
Personnellement, j’ai effectivement ressenti tout de suite cet amour immense et cette empathie, mais pour ce qui est de m’en occuper, il y a eu apprentissage 9en partie avec ma petite sœur beaucoup plus jeune que moi).
Donc pour moi, on a une prédisposition à aimer et ressentir de l’empathie (qui se concrétise à la naissance … ou pas), mais savoir s’en occuper et le comprendre… ça vient avec l’expérience. Si c’était de l’instinct on ne se poserait pas tant de question pour savoir ce qui ne va pas…

le 15/09/2016 à 17h13 | Répondre

Walter

Merci de ta réponse et je te rejoins sur ce que tu dis. Si instinct, il n’existerait pas de lait en poudre pour les bébés, la question ne se poserait même pas, même si je m’éloigne un peu. Batinder disait que cela ramené la femme à la condition de femelle donc là pour faire des enfants non ?

le 15/09/2016 à 18h42 | Répondre

Doupiou

Ton commentaire est très intéressant. Même si je ne pense pas que le débat sur l’instinct soit le sujet premier de l’article, je pense qu’il y a une incompréhension sur cette notion.
Je ne veux pas parler en la personne d’Etoile mais je pense que la façon dont elle défini cet instinct et identique à la mienne (enfin c’est comme ça que je l’ai compris hein!) : je ressens que quelque chose ne va pas pour mon enfant, je perçois un éventuel danger. Et pas du tout comme : l’instinct fait que la maman sait s’occuper de son enfant. Évidemment que dans, ce sens-là, c’est de l’apprentissage pas de l’instinct. Je n’avais changé une couche de ma vie avant d’avoir ma fille et ce n’est pas l’instinct qui m’a permis de le faire mais bien l’auxiliaire de puériculture qui m’a appris.

le 16/09/2016 à 09h04 | Répondre

Mlle Moizelle

Il y aurait tant à dire en réaction de ton message… Pour résumé, je suis à 100%… pas d’accord! 😉 Juste une remarque: sur l’histoire de l’humanité, le lait en poudre n’existe que depuis 50ans… Heureusement que les mères de nos grands-mères, et nos ancêtres depuis la préhistoire n’ont pas attendu cette « invention » »! (qui soit dit en passant, est encore très très très, etc loin d’égaler la richesse et la complexité du lait maternelle, et cela est prouvé scientifiquement depuis plusieurs années déjà, et donc moins bien assimilé par les bébés, etc.) Tout simplement, aujourd’hui nous avons tellement tout « intellectualisé » et étouffé sous les conventions sociales (et patriarcales) que nous n’entendons plus (ou ne voulons plus entendre) nos instincts. Mais ils existent, sinon nous ne serions pas là!!! ^^

le 17/09/2016 à 16h58 | Répondre

Walter

Non elles n’ont pas attendu, elles avaient les nourrices qui étaient là. Petit retour sur l’histoire, jusqu’au 18ème siècle jusqu’à 1/4 des enfants étaient abandonné. On connaît mieux son enfant tout simplement.

le 17/09/2016 à 18h26 | Répondre

Mariounche

Ton témoignage me serre tellement le cœur… Quel épreuve, heureusement vous avez su voir les signes de votre fils et écouter vos ressentis, mais c’est dur de douter et de laisser son enfant si on ne se sent plus en confiance…
C’est une des choses qui me faisait le plus peur, en confiant mon aîné à 6mois, je me disais qu’il ne pourrait rien me dire si ca n’allait pas…
Heureusement il a été avec une super nounou, c’était le premier enfant qu’elle gardait et elle est investie, écrit dans un cahier ce qu’il fait avec des photos et tout, bref, elle garde maintenant ma fille et je suis heureuse d’avoir trouvé une nounou chez qui les enfants sont heureux d’aller.
J’espère que vous avez maintenant trouvé un mode de garde où confier votre bébé en toute confiance.

le 15/09/2016 à 20h33 | Répondre

Étoile (voir son site)

Oui, tout va bien maintenant et nous sommes ravis 🙂 Heureusement que notre situation n’arrive pas à tout le monde, mais cela me tenait énormément à cœur d’écrire cet article. Si cela peut permettre à certains parents juste d’être un peu plus vigilants en cas de doutes. Il y a des personnes dans ces métiers formidables, qui le font par vocation et je compte bien en parler dans un prochain poste 🙂

le 16/09/2016 à 16h17 | Répondre

LiLi Confetti (voir son site)

Instinct maternel, instinct parental … nous avons tous une petite voix, un feeling, des pressentiments, 6eme sens … il y a de nombreux noms pour ce « phénomène ». Faut ne pas oublier qu’on ne sait qu’une infime partie des fonctions de notre cerveau. Lorsqu’on n’a pas confiance en soi on étouffe cette petite voix et généralement le résultat est plutôt négatif (déception boulot, amour, amitié …) mais cela permet aussi d’apprendre de ses erreurs et à se faire plus facilement confiance ensuite.

J’ai une connaissance qui a eu la même expérience. A l’entretien, le feeling ne passait pas spécialement et elle a même réussi à faire culpabiliser la maman sur certaines choses ce qui l’avait fait pleurer… L’assistante maternelle agrée s’est sur vendue : elle allait faire des miracles avec cette petite fille de 1 an 1/2 passé qui est de nature très réservée, qui marchait à peine et qui ne voulait pas manger de la nourriture solide.
Le papa était partant et puis au niveau de l’organisation (lieu et horaire) tout était ok.

Et puis la petite s’est renfermée de plus en plus, des fesses rouges, des pleurs la nuit (mais des doutes sur les poussées dentaires). L’assistante mentait sur des sorties et ça été prouvée puisqu’elle lui avait dit qu’elle l’emmenait les mercredis matins à la bibliothèque pour les séances lecture de conte et moi j’y allais aussi. Je ne l’ai jamais vu durant ses séances ( il n’y a qu’une salle). Au début d’année elle gardait 2 enfants puis elle s’est retrouvée avec 2 bébés en plus du coup terminées les sorties au parc car trop compliquées. Elle disait à la maman qu’il faisait trop froid, qu’il faisait trop chaud, qu’elle avait fait de la fièvre … toujours de fausses excuses. La petite était malade toutes les 2 semaines.
Au jour d’aujourd’hui, elle ne parle toujours pas en publique (heureusement elle parle bien à la maison).
Elle y est restée un an et les parents ont compté les jours.
ALORS JE FINIRAIS PAR UN CONSEIL : ECOUTEZ CETTE PETITE VOIX et surveillez bien le moindre changement de comportement et même physique (rougeur fesses, eczema, maladie …)
Puis quittez la même si c’est difficile au niveau du boulot et que ce n’est pas simple de trouver un plan B.

x LiLi Confetti x

le 16/09/2016 à 12h02 | Répondre

Étoile (voir son site)

Entièrement d’accord 😉 On a pas hésité du jour au lendemain à tout arrêter même si c’était compliqué !

le 16/09/2016 à 16h23 | Répondre

Maminsrinx

Merci pour cet article. Ici aussi mauvaise expérience de nounou qui nous a embobiné sur ses nombres de jours de congés, qui nous faisait culpabiliser de lui faire garder notre enfant, plusieurs manquements de sécurité, enfant au soleil en été pour que la nounou se baigne à la plage, enfants attachés dans les sièges la plupart de la journée car il y avait les escaliers et pas de place par terre… bref depuis que je l’ai retiré du jour au lendemain mon cœur de Maman ca beaucoup mieux. Bébé a toujours des pleurs pour le change depuis cette fin de garde, mais plus de rougeurs au siège (donc c’est bien qu’elle le laissait dans ses selles), d’énormes progrès en motricité dès la semaine suivante, la plagie a peu à peu disparue aussi… je ne comprends pas comment on peut attribuer des agréments pour 4 enfants en même temps chez une seule nourrice. Ce n’est pas possible pour le développement des enfants.

le 24/02/2017 à 00h27 | Répondre

Fandi

Bonjour,
Je suis dans une situation similaire. Nounou à domicile, qui me mentait sur ce qu’elle faisait avec bebe. Elle inventait des promenades. Et me racontait le baîn. J’ai la certitude et la preuve qu’elle ne lui a jamais donné de bain.. (elle ne l’a gardé que deux jours, j’ai vite par chance remarqué lorsqu’elle me mentait) elle m’a avoué sans faire exprès, que lorsqu’il ne dormait pas elle le laissait sur son tapis de jeu tout seul toute la journée hormis le moment du bib. Et je doute et j’ai peur qu’elle le laissait pleurer toute la journée tout seul. Je précise qu’elle était avec son ordinateur et ses écouteurs..
ma question est comment avez vous réagit avec bébé? N’a t’il pas été déboussolé après s’être senti abandonné ?
Merci de vos réponses

le 31/08/2017 à 01h09 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?