Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les démarches pour accueillir un(e) au pair


Publié le 1 avril 2016 par Claire Gezillig

Bon, alors, tu as très envie d’accueillir un(e) au pair ? Et là, tu te demandes comment on fait en pratique. Je vais essayer de t’aider.

Nous allons parler majoritairement des démarches à faire en France. Je ne suis pas forcément une spécialiste, mais je me suis intéressée au sujet par curiosité. Il va falloir t’accrocher un peu, car la question légale n’est pas des plus simples.

Trouver une jeune fille au pair

Crédits photo (creative commons) : Andrew-Writer

Les statuts possibles en France :

Trois statuts légaux sont possibles en France :

  • Salarié au pair : ce statut est très peu utilisé, car il consiste à ne payer l’au pair qu’en nature (gîte et couvert). Il faut donc que le travail demandé soit vraiment minimal et corresponde à quelques heures par semaine seulement.
  • Stagiaire aide familial étranger : cette fois, on peut demander à l’au pair de travailler pour un maximum de 5 heures par jour et 30 heures par semaine. On doit permettre à l’au pair de suivre des cours de langue. Et en plus du gîte et du couvert, on donne entre 264 et 316,80€ d’argent de poche par mois. Mais il faut ajouter dans les coûts les cotisations sociales à l’URSSAF (notamment pour la sécurité sociale de l’au pair), qui revient à environ 200€ par mois.
  • Une dernière possibilité : déclarer l’au pair comme garde d’enfants à domicile. C’est alors un peu comme embaucher une nounou. Il faudra un contrat de travail et le payer au moins au SMIC horaire, mais les avantages en nature pourront être défalqués. Ce dernier statut ne permet pas de demander un visa pour quelqu’un qui en a besoin pour entrer en France (alors que les deux premiers le permettent). Par contre, il permet d’avoir droit aux aides de la CAF.

Avoir un(e) au pair en France revient donc assez cher. Beaucoup de familles contournent le problème en prenant un jeune de l’Union Européenne (pas besoin de visa) et en partant du principe que c’est comme accueillir un ami chez eux… Pas de déclaration, donc. Mais du coup, c’est du travail au noir !

Tu n’habites pas en France ?

Renseigne-toi, les conditions varient d’un pays à l’autre. Le site AuPairWorld pourra te fournir des informations précises et claires par pays, pour te faire une première idée.

Comment on trouve l’au pair parfait(e) ?

Pour trouver un(e) au pair, tu as deux voies possibles : passer par une agence ou passer par un site d’annonces.

L’agence sélectionnera pour toi des profils et t’aidera dans les démarches administratives. Mais bien sûr, ça a un coût. Le site d’annonces, lui, te permettra de sélectionner toi-même les profils qui t’intéressent, mais ce sera à toi de faire toutes les démarches de recrutement et pour déclarer ton au pair.

Un des arguments des pro-agence, c’est que tu as moins de chances de tomber sur quelqu’un de pas sérieux. Oui et non. Disons qu’une agence va écarter pour toi les candidats pas sérieux, mais ce n’est pas une garantie d’avoir quelqu’un qui te correspond parfaitement. Sur un site, il y a beaucoup beaucoup de candidats, il faut faire le tri soi-même parmi les profils, mais on a aussi plus de choix.

Les questions à se poser sont donc :

  • Temps versus argent : une agence coûte bien plus cher, mais te fait gagner du temps (surtout si pour une raison X ou Y, tu dois (re)trouver un(e) au pair plus tôt que prévu).
  • Liberté versus sensation de sécurité : une agence choisit pour toi et est là pour répondre à tes questions. Sur un site d’annonces, en revanche, tu peux contacter beaucoup plus de candidats et prendre le temps que tu souhaites pour discuter et choisir.

Voici une liste d’agences (mais Google t’en donnera sans doute d’autres par chez toi…) :

Et en ce qui concerne les sites d’annonces :

  • AuPairWorld (je n’ai pas d’actions chez eux, mais c’est le meilleur pour moi : beaucoup de choix, un site clair avec des informations précises, un système bien fait, et plein de langues disponibles, dont le français)
  • Aupair.com
  • GreatAuPair

Une fois que tu as sélectionné la meilleure solution pour chercher, n’oublie pas que le meilleur moyen de trouver l’au pair parfait, c’est de prendre vraiment le temps de discuter et de se poser des questions.

Alors, envie d’étudier cette solution ? Oui ? Non ? Pourquoi ? Viens en discuter !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Comme souvent en France (mais je ne connais pas la politique des autres pays là dessus), je trouve les démarches assez complexes (comme pour la garde d’enfant en somme).
Néanmoins, je pense que c’est une expérience enrichissante pour tout le monde d’accueillir une ou un au pair.

le 01/04/2016 à 08h37 | Répondre

Hellodie

Merci Claire pour cet article! Ça me donne vraiment envie, manque plus que la chambre pour se lancer! Je rebondis sur le coût (bonne surprise pour moi!) : non, ce n’est pas si cher, enfin, tout dépend du nombre d’enfants dans la famille. Avec un seul enfant, c’est sur que le coût est plus élevé qu’une garde classique. Par contre, avec mes jujus, une assistante maternelle 4 jours à temps plein chez elle me revenait à 500 euros par enfant, une fois les aides déduites. Bah du coup, il etait plus intéressant dans mon cas d’arrêter de travailler. Un(e) au pair est alors financièrement intéressant, et avec en plus tous les échanges que cela permet. Autre avantage que je vois, si l’hypothétique chambre en plus est prise par un(e) au pair, alors la dite chambre n’est plus dispo pour belle-maman! Haahaaaha ! (Bon, elle est quand même très gentille…)

le 01/04/2016 à 10h08 | Répondre

Virginie

ouch ! du coup, je me demande si ça me correspond vraiment car mon intérêt est de trouver quelqu’un qui peut m’aider quand je pars en déplacement… donc en général une vraie grosse journée qui n’en finit pas voire une nuit + une journée quand mon mari est appelé d’urgence sur un chantier, donc en déplacement lui aussi. Attention, pas d’esclavagisme non plus, le reste du temps, je suis à la maison.
En conséquence, quand je lis 5 heures par jour maximum, je ne vois plus trop l’intérêt…

le 01/04/2016 à 10h10 | Répondre

Claire Gezillig (voir son site)

Je ne sais pas vraiment comment sont calculées les 5 heures de travail, je ne suis pas sûre qu’être présent à garder l’enfant est compté comme des heures pleines (s’il dort etc). La CAF pourra peut-être te renseigner.
Après, tu peux passer par le statut, « garde à domicile » si tu as besoin de plus d’heures 😉

le 01/04/2016 à 15h35 | Répondre

Virginie

c’est ce que je me disais mais je n’ai pas compris l’histoire des avantages en nature défalqués, on paie quand même des charges sur les avantages en nature. Quand on en sera là, je me renseignerai plus précisément, j’ai mis ton article en favori 😉

le 01/04/2016 à 16h17 | Répondre

Miss Chat

Avec les liens que tu avais donnés la fois passée, j’avais regardé pour la Belgique et ici aussi, ça représente beaucoup de démarches et des contraintes de taille… Par exemple, l’au-pair ne peut travailler plus de 20h par semaine, l’argent de poche doit être de minimum 450€ par mois, il faut lui payer des cours de langues, des assurances santé (qui doivent couvrir plus de soins que ce que mon mari et moi avons pour nous !) et préparer un « programme culturel » à soumettre à la région… tu m’étonnes que les gens cherchent des au-pair au black :/
Bref l’expérience en vaut plus que probablement la peine, j’en suis sûre donc c’est à considérer ! Merci pour ces articles très instructifs 🙂

le 01/04/2016 à 10h29 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?