Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Partir à l’autre bout du monde lorsqu’on est enceinte… Pendant le voyage


Publié le 25 janvier 2019 par Flash

Ça y est, tu es prête et tu pars en vacances avec ton amoureux et le futur bébé, bien au chaud dans ton ventre (et peut-être aussi les grands frères/sœurs du mini en construction ?). Quelques conseils de globe-trotteuse à globe-trotteuse, pour t’éviter quelques frayeurs et profiter au mieux de ton voyage !

 

Conseil n°1 : Lève le pied !

Si tu es comme moi, du genre à remplir tes journées de vacances de tout plein de chouettes trucs à faire… au-delà du raisonnable, alors stop ! Comme dirait le Doud, « en temps normal tu es fatigante, mais là tu es fatiguée… on lève le pied ! »

Crédits photo : Pixabay

Donc non, tu ne pourras pas faire tout Kyoto en 2 jours, et ce n’est pas grave : parce qu’une pause chocolat chaud (ou glace ?) c’est aussi ça les vacances.

Pour finir de te convaincre, après une belle journée à crapahuter partout dans une forêt et escalader des escaliers en folie, le lendemain j’étais barbouillée, fatiguée, grognon. Cerise sur le gâteau à 13h, j’étais incapable de manger, mon ventre se contractait et j’avais des douleurs. J’ai commencé à avoir vraiment peur lorsque les douleurs étaient telles qu’il m’était impossible de poser le pied par terre sans grimacer. Et là, c’est tout un tas de choses désagréables qui te passent par la tête : « Et si Minipuche débarque maintenant ? mais non il est trop petit ! », « Et si on a trop forcé et qu’il ne va pas bien ? », « Et si on devait aller à l’hôpital ? », « Et s’il faut rentrer en France ? » … Notre programme de la journée s’est fini en : on rentre à la maison et dodo. Coup de chance, ça allait bien mieux après une après midi et une nuit à dormir… mais c’est dire si en vrai j’étais fatiguée.

 

Conseil n°2 : Transforme ton amoureux en mule

En mule… pas pour son côté têtu mais pour son côté portage. Parce que tu fatigues plus rapidement enceinte, et que si vous voulez profiter de la journée ça serait bien que tu ne sois pas au bout de ta vie à 11h30.

Crédits photo : Pixabay

Nous sommes partis en mode sac à dos au Japon. Donc les jours de changements de ville, pas le choix, il faut porter le sac. Nous avions allégé nos sacs dès le départ (plus simple de faire des lessives que de porter 20kg !), mais pour ces jours où il était inévitable que je porte une charge, nous avions réparti : 5kg pour moi, 10 pour lui. Pas juste, oui ! Mais comme dit le Doud « toi tu portes Mini ! »

Pour les jours sans nos gros sacs, ma charge se limitait à mon appareil photo. Et le Doud portait : le sac, nos k-ways, les bouteilles d’eau, le guide de voyage…etc. Autant dire, TOUT.

 

Conseil n°3 : Limite le dénivelé

Si toi aussi, tu te sens essoufflée au bout de 10 marches… que tu mets 1/4 d’heure à récupérer ton souffle et un rythme cardiaque dignes de ce nom… Limite les dégâts ! ça ne sert à rien de te faire monter dans les tours pour rien.

2 solutions :

  • tu fais à ton rythme = doucement !
  • tu te transformes en détecteur d’escalators/ascenseurs…

Crédits photo : Pixabay

Oui, oui, ça fait mamie… mais je te rappelle que ton colocataire pompe sur ton circuit, et oui ça fatigue !

 

Conseil n°4 : Surveille ton assiette

Nous sommes partis au Japon. Et si je te dis Japon, tu penses ? SUSHIS ! et moi « j’adôôôôre les sushis ! »

Crédits photo : Pixabay

En voyage j’ai quelques principes sur la bouffe, tu peux être aventureuse sur le goût mais pas sur l’hygiène… et enceinte, c’est pire ! Du coup, on a évité les « boui-bouis » des allées sombres, les endroits où tout colle (les tables, les couverts, les chaises…), ou où en entrant tu te demandes si la poêle a été lavée cette semaine. Dans les restau un peu « borderline », parce que parfois tu n’as pas le choix ou alors le budget est carrément abusé, j’ai choisi les plats très cuits (les Japonais aiment la friture) et si on me servait quelque chose à boire dans un verre, les glaçons finissaient invariablement à la poubelle avant de servir la boisson (qui était soit un soft, dans une bouteille/canette fermée – soit du thé chaud).

Comme, enceinte, les restrictions alimentaires sont parfois un peu compliquées (entre la salmonelle, la légionelle et la toxoplasmose), avant de partir, j’ai refais le point avec la sage-femme sur les « j’ai le droit / il faut éviter ».

 

Conseil n°5 : Ecoute ton corps, et soulage-le

Debout toute la journée, à crapahuter et marcher, avec les changements de ton corps… il se peut que certaines douleurs apparaissent justement pendant ces supers vacances au bout du monde : sciatique, symphyse, contractions, douleurs ligamentaires…

De mon côté, j’aurai bien aimé savoir – avant de partir – comment gérer et soulager toutes ces nouvelles douleurs que mon corps inventait pour mon plus grand déplaisir. Surtout qu’à l’autre bout du monde, trouver un ostéo/un médecin n’est pas toujours chose aisée… Voici donc quelques douleurs qui peuvent apparaître et quelques petites astuces pour les gérer.

  • La sciatique

Celle-là, j’en ai beaucoup souffert au Japon, en fin de journée lorsqu’on a beaucoup marché… elle n’est pas sympathique.

Elle ressemble à quoi ? Celle-là en principe tu vas la reconnaître, elle est caractéristique. Un point dans le bas du dos, au dessus de la fesse, lorsque tu poses le pied, qui pince ou qui t’envoie comme une décharge électrique, et est localisée ou alors qui te lance dans toute la jambe. Un vrai bonheur !

Crédits photos : Pixabay 

Pourquoi ça fait mal ? Enceinte, ton poids change et se déplace vers l’avant. Le muscle piriforme travaille et se contracte, ce qui peut compresser le nerf sciatique qui est niché au cœur de ce fameux muscle. C’est cette compression qui fait mal.

Comment je la soulage ? Il faut détendre le muscle piriforme. Voici ce qui m’a été conseillé par mon ostéo comme petit exercice à faire seule à ou à deux pour aider ce muscle à se détendre :

Pour pouvoir expliquer correctement – dans la suite, pars du principe que tu as mal au nerf sciatique au dessus de la fesse droite.

Allonge toi sur le dos, jambes allongées aussi. Replie légèrement tes jambes en gardant tes pieds à plat (au sol, sur le lit… je te laisse le choix) : en gros tu fais 2 petites pyramides avec tes jambes, genoux serrés. Tu vas décoller (en douceur) ton pied droit du sol, en replier ton genou vers ta poitrine (sans forcer, tu as un gros bidou, mal au nerf… l’idée ce n’est pas de se lancer dans une séance de sport mais dans un étirement doux). Tu gardes l’autre au sol, pour l’équilibre.

Si tu le fais seule, attrape ton genou avec tes bras; si tu le fais avec ton amoureux, dis lui de poser sa main sur ton mollet, sous ton genou (et rappelle lui d’être doux).

Maintenant, on passe au moment où ça travaille : tu vas pousser ton genou vers le bas (droit vers tes pieds pour la direction), contre tes bras qui entourent ton genou (ou contre la main de ton amoureux). Il faut que tes bras, ou ton partenaire d’étirement fasse de la résistance. Tu pousses en respirant bien pendant 5 à 10 secondes. Et tu relâches. Puis tu recommences encore 2 fois.

Il faut ensuite faire la même chose, mais dans la direction de la diagonale (comme si tu poussais ton genou vers le bas à droite).

Puis tu recommences vers le côté (donc tout à ta droite).

L’idée c’est que tu n’y ailles pas comme une bourrine, surtout si tu as déjà mal. Mais gentiment, ça va détendre ton muscle piriforme et normalement ton nerf sciatique va décompresser et tu auras moins mal.

  • La symphyse pelvienne

Cette douleur-là est arrivée pour moi au moment où nous étions au Japon… et je peux te dire que je n’ai pas aimé. Elle pique un peu !

Elle ressemble à quoi ? Le bassin est composée de plusieurs os soudés entre eux : les iliaques, le sacrum, le coccyx… à l’avant du bassin, les os ne sont pas soudés : il n’y a un petit interstice, dont les deux bords sont reliés par des ligaments. Cet endroit stratégique : c’est la symphyse pelvienne. Pour reconnaître la douleur à cet endroit là : en posant le pied, tu as très mal au niveau du pubis vers l’avant, mais au repos tout va pas trop mal.

Crédits Photos : Wikipédia 

Pourquoi ça fait mal ? En temps normal, l’interstice de la symphyse pelvienne fait 2 à 3 mm, car les ligaments font leur boulot. Mais enceinte, tu as les hormones en ébullition : la progestérone et la relaxine détendent les muscles et les ligaments. A cela ajoute la gravité de ton bidou (et de son occupant) sur ton bassin… L’interstice s’ouvre, et les os commencent à frotter et c’est ça qui fait mal.

Comment la soulager ? Il faut pouvoir éviter que les os frottent l’un sur l’autre. Alors il existe des ceintures pour cela (Physiomat en est un exemple), mais si tu es à l’autre bout du monde voici une autre solution : une écharpe ou un foulard que tu vas nouer au niveau de ton bassin, assez fort (pas à la taille, pas sous le ventre… au niveau du bassin : il faut que ça serre au dessus du pubis).

  • Les douleurs du ligament rond

Celui-là m’embête depuis le premier trimestre, dès que je suis fatiguée ou en voiture…

Elle ressemble à quoi ? Un tiraillement en bas du ventre, souvent sur les côtés.

Crédits photos : Tummytime

Pourquoi ça fait mal ? Toujours ces coquines d’hormones (la progestérone et la relaxine) et leur copine la gravité. Les vibrations (liées à la voiture, ou à la marche) peuvent amplifier le phénomène : en gros, l’utérus va tirer sur ces ligaments en rythme, et au bout d’un moment… c’est la douleur !

Comment la soulager ? Du repos ! Personnellement, je n’ai pas d’autres solutions que de diminuer mon rythme de marche et de faire des pauses régulièrement. C’est ton corps qui fatigue, et il faut l’écouter.

 

Voilà pour les quelques conseils que je peux te donner pour profiter au mieux une fois sur place… Si tu en as d’autres, n’hésite pas à les partager avec la tribu dans les commentaires. 

Mais mon plus précieux conseil : Profites-en au maximum !

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Cricri2j

Je vais tester ton étirement sur ma sciatique (même si je ne suis pas enceinte mais je la traîne depuis ma dernière grossesse)

le 25/01/2019 à 21h18 | Répondre

Flash

Tu reviens me dire si ça marche pour toi ?

le 26/01/2019 à 20h53 | Répondre

Madame l'Abeille

Merci pour tes conseils et tes explications ! Un livre plein de conseils m’avait aidé pour ces petits maux de grossesse : Accouchement, la méthode de Gasquet.

Je me permets de te rectifier : il s’agit de la symphyse pubienne et non pelvienne, et la legionnelle n’a rien à voir avec des restrictions alimentaires ni avec la grossesse (c’est une bactérie qui peut se trouver dans des circuits de climatisation et qui donne des infections pulmonaires chez des personnes fragiles sur le plan respiratoire ).

le 25/01/2019 à 22h21 | Répondre

Flash

Ah oui j’ai fait un lapsus entre legionelle et listériose merci pour la correction. Et merci pour l’autre correction sur la symphyse, effectivement c’est ma symphyse pubienne qui fait une douleur pelvienne.
🙂 et merci pour le conseil de livre je suis sûre que ça aidera beaucoup les futures mamans qui passent par ici, on râle quand même presque toute sur notre sciatique !

le 26/01/2019 à 20h51 | Répondre

Elodie

j’allais dire pareil 😉
symphyse pubienne et listéria

le 26/01/2019 à 09h30 | Répondre

Flash

J’ai un peu honte du coup 😉

le 28/01/2019 à 13h05 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?