Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Des débuts d’essais bébé plus compliqués qu’on l’espérait…


Publié le 29 janvier 2015 par MadameDeLaForêt

Je t’ai déjà raconté notre envie de lancer les essais bébé, essais qui finalement ont débuté un peu plus tôt que prévu, à 3 mois du mariage…

Malgré notre envie folle d’avoir un petit bout, on décide de ne pas trop se prendre la tête, du moins au début. De toute façon, la dernière ligne droite des préparatifs fait que, même sans le vouloir, notre esprit est très occupé… Et puis il parait que c’est lorsqu’on n’y pense pas trop que ça arrive, non ?

Le 1er cycle se passe normalement, sans que j’y fasse réellement attention. Le 2e est beaucoup plus long que le précédent (46 jours)… Je dois t’avouer que j’ai failli y croire, à un moment… Allez, c’est pas grave, probablement le stress du mariage et le temps que la machine se mette en place.

Le suivant est encore plus long : 52 jours… Et je ne comprends pas, je ne comprends plus mon corps… Je le vois se dérégler au fur et à mesure des mois qui passent…

C’est dans ma tête, il parait, tu y penses trop, qu’ils disent… Qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir me donner leur avis sur la question, franchement ? Toutes ces phrases qu’on nous sort comme des vérités absolues, qui font mal, qui culpabilisent…

Car au final, ça veut dire quoi ? Que c’est de ma faute ? Si je ne suis toujours pas enceinte à presque 6 mois d’essais et avec des cycles détraqués, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même ? Qu’ai-je fait de mal ? Qu’est-ce que j’ai pu les maudire tous… Je me rappelle d’ailleurs de l’article de Clémentine Je veux un bébé ! Mais le bébé ne vient pas…, qui m’avait fait grand écho…

quand les essais bébé ne se passent pas aussi bien qu'espéré

Crédits photo (creative commons) : Ginny

Les tests de grossesse négatifs à répétition, les faux conseils, ces cycles interminables, mes maux de ventre… Mais enfin, va-t-on m’expliquer ce qui se passe ? Certes, le corps doit se débarrasser des hormones de la pilule, mais je sens que quelque chose cloche, surtout que plus jeune, avant de prendre la pilule, j’avais des cycles parfaits… Et je dois dire que depuis le début de nos essais, mon 6e sens a toujours été d’une fiabilité incroyable…

En novembre (donc à environ 6 mois d’essais, je sais, c’est rapide), je décide d’envoyer un mail à ma gynécologue pour lui faire part de mon inquiétude quant à mes cycles très longs. Oui attention, ne te méprends pas : il était évident pour moi qu’il n’y avait absolument rien d’alarmant dans le fait de ne pas être enceinte au bout de 6 mois, ce n’était pas pour ça que je la sollicitais. Elle me répond de ne pas trop m’inquiéter, que c’est normal les premiers mois après l’arrêt de la pilule, et de revenir la voir vers 8 ou 9 mois d’essais (donc vers janvier)…

En farfouillant sur le net et en discutant avec mes copines de forum, je me rends compte que je corresponds en pas mal de point aux symptômes des OPK (ovaires polykystiques). Comme je sais qu’au rendez-vous de janvier, la gynéco va me faire les examens s’y afférent, j’anticipe et vais voir mon généraliste pour qu’il me les prescrive, afin de gagner du temps. Ainsi, lors de mon rendez-vous, on aura déjà un certain nombre d’éléments pour avancer… Je t’avais prévenu : je n’aime pas quand ça traine !

Il me prescrit donc une écho pelvienne (ça c’est facile, pas de souci…) et un bilan sanguin à faire lorsque j’aurai mes règles… Là, ça se corse… « Quand j’aurai mes règles », oui tiens d’ailleurs, j’aimerais bien savoir quand est-ce qu’elles vont enfin débarquer, celles-ci ! Bon allez on se calme, on arrête de s’agiter, et on prend les étapes une par une… D’abord l’écho, pour la prise de sang, on verra après…

Me voilà donc en cabinet de radiologie pour faire un point sur mes ovaires… Le verdict tombe, et comme je m’en doutais, il semblerait selon le radiologue que je sois OPK. Ce pré-diagnostic est à confirmer par la prise de sang. Ah, la voilà, on y revient donc… Je ne pensais pas un jour les attendre avec autant d’impatience !

Les semaines passent… Toujours rien… Et puis, mon rendez-vous de janvier avec la gynéco arrive. Elle me confirme donc le pré-diagnostic à la vue de l’échographie, et me met sous progestérone pour déclencher mes règles afin de faire mon bilan sanguin.

Ça y est ! Après près de 90 jours, elles sont enfin là ! J’attends les résultats de la prise de sang avec impatience. J’ouvre l’enveloppe avec fébrilité… Tout à l’air ok. Ah bon ?! Comment est-ce possible ? Ah non attends, la dernière petite ligne, là en bas, AMH, quézako ? Mon taux explose le plafond requis.

Après quelques petites recherches, j’apprends qu’il s’agit de la « réserve ovarienne »… Trop bas, je me serais doutée que c’était pas glop, mais trop haut, ce c’est pas bon non plus apparemment.

La gynéco m’appelle pour me confirmer ce que je savais déjà : j’ai des ovaires mutlifolliculaires, qui m’empêchent d’ovuler convenablement, ou ovuler tout court. C’est un soulagement et une source d’inquiétude en même temps. Un mélange de « Ouf, ce n’était pas dans ma tête ! », « Comment ça se fait, alors que j’avais des ovaires nickel avant de prendre la pilule ? » « Bon… en avant la galère… ».

Et je ne croyais pas si bien dire… Mais avant de commencer les choses sérieuses, nous partons en voyage de noces avec Monsieur DeLaForêt, au bout du monde, pour se ressourcer, se vider la tête, et profiter en amoureux de ces quelques jours de repos avant le grand chamboulement qui nous attend en rentrant.

Et toi ? Tu as des ovaires polykystiques ? Tu le savais avant de commencer les essais bébé ? Viens en parler…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

18   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mme Beebop

aïe… les cycles Longs la galère… j’ai de la Chance, cycle réguliers de 27 jours… ovulation…mais 11ème cycle et toujours rien… dans deux mois, rdv chez le gygy…
c’est Long tout ça… hâte de lire la Suite, j’attends le happy end! 😉

le 29/01/2015 à 09h30 | Répondre

Claire

Bienvenue au club ! ça m’a pris 3 ans et demi pour avoir mon Loulou, et j’en ai versé des larmes… je suis OPK lié à une hyperplasie congénitale des surrénales… ça leur a pris 3 ans à trouver, j’ai vu 11 docteurs différents, sillonné les couloirs de PMA… et là, je rêve d’un bébé 2, et après 6 mois d’arrêt pillule, j’attends toujours mes règles… bref, c’est reparti pour la galère ! Sauf que maintenant, je sais que c’est possible, même si c’est long 😉 Ne baisse pas les bras !! ça vaut le coup !! ^^

le 29/01/2015 à 09h47 | Répondre

isavoyage

Ah, le fameux « c’est dans la tête, arrête d’y penser » ! Je n’ai pas rencontré de difficultés de ce type, mais plusieurs amies qui ont eu de longs parcours de PMA ont énormément souffert d’entendre cette phrase, encore et encore.
D’ailleurs, je ne sais pas si cela a déjà été fait sur cet excellent blog, mais l’une de vous a-t-elle écrit un article pour aider les proches à dire des choses qui aident les couples en cours de PMA ?

le 29/01/2015 à 11h02 | Répondre

Alice la lutine

Bonjour Isavoyage,
Nous n’avons pas encore publié de tel article, mais c’est en effet une très bonne idée. 🙂 Avis aux inspirées ! 😉

le 29/01/2015 à 11h09 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oh oui une super idée ! Je suis une jeune maman et ma meilleure amie qui avait commencé les essais en même temps que moi commence elle maintenant un parcours PMA… Je ne sais vraiment pas toujours comment m’y prendre…

le 29/01/2015 à 14h16 | Répondre

Mamzelle

Ho que oui les phrases des proches peuvent êtres assassines ! Comme si dans ces moments on n’a pas assez de difficulté à gérer ses propres émotions ! Pour ma part, j’ai eu tellement de difficultés a bien vivre cette attente que j’ai consulté une psy spécialisée, ha bien sur ce n’est pas ça qui va me faire tomber enceinte plus vite, mais ça me fait un bien fou! Courage pour la suite !

le 29/01/2015 à 13h32 | Répondre

Mademoiselle D

A force de lire vos histoires si difficiles, j’ai presque honte d’avoir autant de chance.
Depuis que j’ai 15 ans ma plus grande peur c’est bien celle de ne pas reussir a avoir des enfants ou en tout cas d’avoir une grossesse.
Mais je suis quelqu’un de tres optimiste. Et je part du principe qu’il n’y a pas de raison que les choses ne marche pas simplement. ça m’évite de me « prendre la tete ».
Mais parfois cet état d’esprit ne suffit pas …
Bon courage a toutes celles qui rencontrent des problemes !

le 29/01/2015 à 11h19 | Répondre

MadameDeLaForêt

c’est une super idée isavoyage effectivement!

le 29/01/2015 à 11h21 | Répondre

Madame fuschia

Je viens de passer la barre des 17 mois d’essai .. c’est très très long … au bout de 6 mois comme toi j’ai commencer à m’inquiéter. Je connais les cycles très long, avec toujours l’espoir que peu être CE mois là est le bon !!! mais non toujours pas. Visiblement je ne suis pas OPK, rien n’a était trouvé au examen donc nous attendons sans savoir….

le 29/01/2015 à 11h48 | Répondre

MadameDeLaForêt

quand tu dis que tu n’es pas OPK, qu’ont-ils vérifié exactement? car à ma pds la LH et FSH étaient corrects, seul l’AMH déconnait et apparemment les médecins ne vont pas systématiquement demander un dosage de l’AMH donc ça ça peut être difficile à diagnostiquer parfois…

le 29/01/2015 à 11h50 | Répondre

Madame fuschia

La gyneco m’avait fait une écho et une prise de sang mais tout était bon. je vais regardé se soir mes résultats….

le 29/01/2015 à 15h09 | Répondre

Mademoiselle-Cool

Article qui tombe à pic, je viens d’être diagnostiqué OMPK et je n’attendais pas mes règles car on avait vu une ovulation à l’écho, elles m’ont fait espérés mais ont débarqués! Enfin mon cycle de 124jours prend fin et pour la suite on verra..On se lance dans l’aventure des traitements avec Chéri seulement en Juillet car on ne veux pas se prendre la tête et que je m’étais fixé un an d’essai!
Ton article résonne tellement en moi et je suis super curieuse de suivre ton histoire! Qui je l’espère sera remplie de rires d’un petit bout 😉
Grosse déception du coups ce mois ci de mon côté mais plus j’y réfléchit plus je me dis que je vais essayer de ne plus me focaliser la dessus mais plus sur notre projet d’achat d’une maison!
Bisous

le 29/01/2015 à 12h31 | Répondre

MmeExpat

PMA ici aussi, pas pour la même raison (c’est du côté de Monsieur que c’est compliqué). On a déjà fait une FIV-ICSI et 3 TEC, résultat négatif à chaque fois. 4 Petits « esquimaux » attendent leur tour (prochainement).

Les phrases des proches, tout un poème. Nous avons très tôt de faire le choix d’en parler pour éviter les questions qui blessent. On a eu quelques remarques pas toujours très délicates mais rien du plus. Je crois que les proches hésitent à nous en parler, de peur de nous blesser, quitte à ce que cela devienne un sujet tabou. Et c’est dommage.

Ce qui m’aide le plus (en dehors de Monsieur) c’est le soutien de ma meilleure amie. La seule au courant qui suit tout (la seule au courant des détails).

le 29/01/2015 à 13h53 | Répondre

two love

J’ai moi-même un ovaire MPK qui était bourré de follicules mais pas d’ovulation et pas de cycle du tout ( mais un tas d’autres trucs pas très sympas).
Bref, pour moi, le traitement a marché, il y a donc de l’espoir. Alors je te souhaite à toi et à toutes celles qui galèrent d’avoir un beau bébé très vite, je sais combien l’attente est longue et comme on peut se sentir vide de ne pas réussir à tomber enceinte (2ans pour nous d’attente).
Quand aux remarques, nous avions fait le choix de ne pas en parler pour éviter ce genre de chose.
Et puis, une hospitalisation nous a forcée à l’avouer à nos proches et ils ont très bien réagit.
Je suis d’accord que parfois, les gens ne savent pas quoi, ils essayent de dédramatiser et du coup, ils font des boulettes!!
Bon courage en tout cas!

le 29/01/2015 à 15h03 | Répondre

Dine

Olala mais ça fait peur tout ça !
Et les gens autour de soi qui disent toujours « ça va marcher, y a pas de raison ! » ben si quand même, yen a des raisons qui font que les essais bébé ça ne marche pas toujours vite et facilement, malheureusement.
En tout cas je vois qu’on est toutes pareils, au bout de quelques mois d’essai, on se pose toutes les mêmes questions ; suis-je normale ? Est-ce que c’est dans ma tête ? Est-ce que j’y pense trop et que c’est pour ça que ça ne fonctionne pas ? Etc.
Et les gens autour de soi, qui ne réfléchissent pas, qui balancent leur réflexion, c’est insupportable. Moi j’ai 27 ans (bientôt 28) je suis mariée depuis 7 mois, le voyage de noces est passé alors voilà tout le monde attend que maintenant j’annonce un heureux événement à venir ! Mais zut à la fin, c’est pas sur commande ça, ça fait bientôt 4 mois que j’ai arrêté la pilule, les 2 premiers cycles naturels ont été réguliers et puis le 3ème a été bien plus long (moi aussi j’ai cru que j’étais enceinte et puis ça été la désillusion en voyant le test négatif). J’ai peur que.mon chéri et moi fassions partie de cette (trop) grande catégorie de couples qui peinent à avoir un enfant. Après tout, il y en a tellement…
Passé 8 mois, je demanderai à mon médecin de faire des analyses (pour moi et pour chéri, parce que bon c’est pas toujours la femme qui a des problèmes, hein !), parce que ne pas savoir si on va pouvoir donner la vie ou pas c’est difficile à supporter. Et le temps pass, je ne voudrais pas dépasser les 30 ans pour enfin être maman.
Bon courage à toutes en tout cas !

le 29/01/2015 à 18h52 | Répondre

Lili

Ton article m’intéresse particulièrement, car j’ai arrêté ma pilule il y a 6 mois et comme toi j’ai bien peur d’avoir des OPK car j’ai eu 2 fois des règles qui ressemblaient à peu près à des règles (mais rien à voir avec celles que j’avais étant ado niveau abondance…), et au milieu 4 mois de spottings arrivant tous les 30 jours. Du coup je me demande si des spottings peuvent être considérés comme des règles… J’ai rendez-vous chez le gynéco dans 10 jours, on verra déjà ce que ça donne à l’écho! Et c’est là que je commence à regretter d’avoir pris la pilule pendant 10 ans…

le 29/01/2015 à 18h58 | Répondre

MadameDeLaForêt

je suis vraiment heureuse en tout cas de lire tous vos messages de solidarité qui s’adressent à nous toutes! il faut y croire!

le 29/01/2015 à 19h12 | Répondre

Madame Bretonnie

Nos proches ne savent pas quoi nous dire… d’ailleurs quand ils nous en parlent, ils le font mal, et quand ils ne disent rien, nous avons l’impression qu’ils s’en fichent … (c’est mon point de vue 😉

psy, meilleure amie, copines de forum 😉 il faut juste simplement trouver la ou les oreilles attentives lorsque l’on en a besoin !

le 30/01/2015 à 23h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?