Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Se débarrasser de la tétine


Publié le 14 juillet 2015 par Sweetday

Aaah la tétine ! Ou tototte, tutute, sucette, comme on veut ! Un sujet aussi controversé et commenté que l’allaitement ou le choix du mode de garde (bon peut-être pas autant, mais pas loin). Elle favoriserait les problèmes bucco-dentaires, les nez bouchés, les otites, les déformations, la salivation excessive… Bref, le diable en personne.

La découverte de l’objet maudit

Avant d’être maman, je disais : « Chez nous, la tétine, jamais ! » (pour toutes les raisons évoquées ci-dessus). D’ailleurs, les six premiers mois de mon fils, nous n’avons pas eu recours à la tétine. Il n’en avait pas besoin pour s’endormir, il la rejetait, même (nous avons fait quelques essais). Le bonheur, quoi !

Et puis, à 6 mois, le bambin commence à faire ses dents. Il souffre beaucoup. On lui donne des choses à mâchouiller, et il s’avère que rien n’est plus efficace que la tétine pour ça… Un morceau mou pour presser la dent douloureuse, parfait !

Voilà donc comment tout a commencé chez nous : la tétine, c’était à mordiller, pour les dents du bébé.

Et puis, l’inévitable s’est produit : le réflexe de succion. Et le bien-être qui en découle… Durant l’année où mon fils a fait ses dents, la tétine était son moyen de moins souffrir. Et petit à petit, c’est devenu son moyen de s’endormir, associé à son doudou nounours.

La culpabilité

Le temps a passé et aujourd’hui, le bébé a bien grandi. Si quand on se promène dans la rue avec un nourrisson, personne ne fait de remarque sur ce qu’il a dans sa bouche, à partir de 2 ans, ça devient plus compliqué.

On a droit aux commentaires d’inconnus, qui pensent la plupart du temps nous aider avec des réflexions comme :  « Mais tu es trop grand pour avoir ça dans la bouche ! » ou « Ah, mais tu as les dents écartées, c’est à cause de la tétine ! » Et dans la famille proche, c’est la même chose. Par exemple, les grands-parents qui font un commentaire à chaque fois qu’on vient les voir : « Ce n’est pas encore fini, la tétine ? »

Comme si c’était simple de dire à son enfant de 2 ou 3 ans : « Bon, maintenant, ça suffit ! Ce qui t’a donné du réconfort pendant tant de temps, c’est terminé, on jette ! »

Alors j’ai culpabilisé. Culpabilisé de lui avoir donnée à 6 mois, alors qu’il pouvait s’en passer à l’époque. Culpabilisé de ne pas savoir comment lui retirer quelque chose qui peut lui faire du mal. Culpabilisé de le frustrer quand je lui retirais.

D’autant que, je le vois, sa mâchoire en a souffert : ses dents de devant n’ont pas poussé correctement. C’est réversible, à condition d’arrêter la tétine avant ses 4 ans…

Les solutions

Déjà, arrêter de culpabiliser !

La tétine a été un moyen, à un moment X, de soulager notre enfant de ses douleurs ou de ses angoisses. J’ai fait à cette époque ce qui me semblait le mieux pour lui. Idem pour de nombreux parents : le réflexe de succion est très fort chez les nourrissons et certains en ont un besoin plus grand que d’autres.

Ça ne sert vraiment à rien de se blâmer. Lorsque ça devient un problème, trouvons des solutions !

Cimetière de sucettes

Crédits photo (creative commons) : Jacob Bøtter

Si possible, « sevrer » l’enfant avant ses 6 mois.

Après, il devient plus difficile de s’en séparer.

Une amie à moi l’a fait : chaque nuit, elle n’en pouvait plus de se réveiller pour redonner la tétine à son fils. Elle a alors décidé de passer quelques nuits à le bercer, lui parler, afin qu’il se rendorme seul… et elle a réussi !

Faire progressif

Au début, notre fils emportait la tétine partout. Pour faire les courses, dans la poussette, dans la voiture… Vers ses 2 ans, nous avons restreint la tétine à la maison et à la voiture, puis vers 3 ans à sa chambre. La voiture, ça reste occasionnel (s’il est très fatigué en fin de journée, par exemple). Cette restriction de l’espace a été très bien comprise et acceptée, car ce n’est pas un interdit strict.

Depuis peu, il n’a sa tétine que pour s’endormir, et pas avant. Nous lui retirons lorsqu’il s’est endormi. L’étape actuelle (qu’on expérimente en ce moment et qui est un peu fatigante) c’est de ne pas lui redonner la nuit s’il se réveille et la réclame, mais de l’aider à se rendormir seul. C’est parfois du sport ! J’avoue que je suis beaucoup moins à l’aise que le papa là-dessus. Cette nuit, par exemple, j’ai cédé… au bout de dix minutes de pleurs, je lui ai redonnée.

Ne pas culpabiliser l’enfant

Lui n’y voit qu’un moyen de se calmer et se détendre, il faut juste lui apprendre à s’en sevrer. C’est comme une drogue pour lui, qui lui envoie des endorphines (les hormones du plaisir) en continu ! Imagine-toi te priver d’un coup de quelque chose qui te fait du bien…

En revanche, on le félicite à chaque fois qu’il fait un pas en avant. S’il « rechute », tant pis, on lui rappelle juste les règles en douceur, et on ne cède pas (un peu comme pour la propreté, en fait).

Le prendre comme un jeu

Fabriquer une boîte à tétine (où l’enfermer pour dormir), ou donner la tétine à une peluche qui va lui garder durant son absence…

Un ami m’a parlé un jour d’une histoire qu’il a utilisée pour ses filles : la petite souris des tétines. C’est le même principe que pour les dents : une tétine déposée = un petit cadeau. Attention : la tétine ne revient jamais ! Sinon ça perd tout son intérêt. Il a bien expliqué à ses enfants que la souris prendrait bien soin des tétines, car elle en avait besoin, elle. Une histoire à tenter, je ne l’ai pas encore fait !

Lire ensemble des albums sur le sujet (qui peuvent vraiment aider l’enfant à faire son cheminement)

  • Nénègle sur la montagne de Benoît Charlat. L’histoire d’un petit aigle qui, pour pouvoir s’envoler correctement, doit se débarrasser de son doudou, son camion rouge, son biberon… et de sa tétine !
  • La tétine, c’est fini ! de Sabine Minssieux. Un livre animé où, page après page, un des huit enfants laisse sa tétine au vestiaire. De jolies illustrations, plutôt pour les petits (2 ans environ).
  • La tétine de Nina par Christine Naumann-Villemin. Nina veut emporter sa tétine partout. Elle ne s’en séparera jamais, même quand elle sera grande, le jour de son mariage ! Un livre pour les enfants un peu plus grands (à partir de 3 ans).

Il existe de nombreux autres livres sur le sujet, à retrouver dans les bibliothèques ou les librairies !

Et pour finir… prendre son temps !

Rome ne s’est pas construite en un jour, comme on dit. Alors défaire ce qui a accompagné les trois ou quatre premières années de la vie de son enfant… Personnellement je compte beaucoup sur la rentrée à l’école maternelle pour aider mon fils dans son sevrage.

Et toi ? Tu as aussi un bébé accro à la sucette ? Tu culpabilises ? Tu as d’autres solutions pour venir à bout de l’objet maudit ? Dis-nous !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

21   Commentaires Laisser un commentaire ?

Athénadora

Hi ih ton histoire de souris me rappel comment mes parents m’ont moi même fait arrêter.

Je devais avoir environ 3 ans et c’était la vieille de Pâques. Mes parents m’ont dit d’aller dans le jardin déposer ma tutute là où je voulais mon toboggan et que si j’avais été bien sage, les cloches me l’apporterai.
Je me suis donc endormie sans tétine sans souci en pensant à mon super toboggan qui allais arriver.
Le lendemain matin, dans le jardin il y avais pleins de chocolat bien sur mais aussi un super toboggan vert et orange fluo trop chouette.
Et les cloches avaient emporter ma tétine.

Ce soir là j’ai juste pleurer un peu au moment d’aller me coucher, sans tétine je n’avais pas l’habitude, mais dès le lendemain j’était sevré, après tout j’avais un super méga trop génial toboggan…

le 14/07/2015 à 08h21 | Répondre

Miss Chat

Merci pour ton article !!! Il fait du bien par où il passe hihi 😀 C’est bête mais je me sens rassurée quand je lis qu’il ne faut pas culpabiliser parce que notre enfant a eu besoin de cette tétine à un certain moment… C’est vrai mais ce n’est pas facile à accepter !
Nous aussi, on avait juré qu’aucune tétine ne franchirait le pas de la porte mais notre fille a révélé un besoin de succion énorme les premières semaines, qui la faisait pleurer en permanence dès que je lui retirais le sein. On a donc craqué après 1 semaine… Elle va avoir 3 mois et maintenant, elle ne l’utilise presque plus que pour s’endormir. J’espère qu’elle s’en débarrassera seule mais au pire, je reviendrai lire tes conseils 😉 Hop, en favori !

le 14/07/2015 à 08h47 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour cet article, très bonne idée de thème ! Je crois que je reviendrai le lire d’ici deux ans. Mon fils a aussi une sucette mais je ne culpabilise pas pour le moment. J’ai constaté à quel point ça apaisait ses angoisses le soir. Je pense a priori utiliser une stratégie semblable à celle proposée ci-dessus (avec l’exemple du toboggan) lorsqu’il aura trois ans… Moi j’ai sucé mon pouce jusqu’à huit ans et je me souviens très bien de la pression de l’entourage proche ou moins proche c’était horrible. En ce sens je voulais en revanche absolument éviter le pouce (beaucoup plus difficile à supprimer…). Mais finalement toutes les expériences sont bonnes à prendre, je m’en suis ensuite souvenue quand j’ai arrêté de fumer !

le 14/07/2015 à 09h02 | Répondre

Chipie

Ah, cet article me parle… Merci!!!
Je ne suis pas maman et cette situation n’est pas prête de changer, mais il m’arrive parfois de réfléchir au choix que j’aimerais faire, notamment en voyant les bébés de la famille. En ce qui concerne la tétine, c’est par experience personnelle que je la maudis (du moins l’utilisation jusqu’à très tard) : En effet, à cause de cette dernière et de mon sacré caractère (je ne voulais pas m’en passer), j’ai les dents de devant déformées et écartées. Apparemment ça ne gêne pas mon chéri, mais c’est vraiment pas joli!!! Mais je l’ai gardée très longtemps… On ne refuse rien à la petite dernière !
Pourtant, j’ai bien fini par m’en séparer, alors je vous partage la technique de ma maman : La donner au père noël! On la dépose dans les chaussures et il vient la chercher en échange d’un petit cadeau… Attention : Ne l’oubliez pas! La première fois, ma maman l’a laissée, vous n’imaginez même pas la joie à ce moment hinhinhin… C’était un signe du père noël pour moi!!!! Finalement, je l’ai jetée par moi-même plus tard…
On me l’avait donnée dès la naissance car je hurlais trop, même les infirmières étaient d’accord… Ma sœur avait couru jusqu’à la pharmacie!! J’étais vraiment un petit monstre…
Bonne chance en tout cas! Si même moi je l’ai jetée, il ne faut pas perdre espoir! 😛

le 14/07/2015 à 09h17 | Répondre

Marie Obrigada

Bien bien, ma fille approche des 6 mois et elle commence seulement à accepter la tétine au lieu du doigt. J’étais contre aussi mais je reconnais que ça devient appréciable de pouvoir la laisser s’endormir plus ou moins seule même si pour l’instant ça reste rare et seulement pour la nuit. Elle ne se réveille pas pour la réclamer (ou en tout cas je lui donne une tétée si besoin mais pas la tétine) mais j’ai bien conscience que ça peut vite évoluer dans un sens comme dans l’autre, donc on verra.

le 14/07/2015 à 11h17 | Répondre

naninette

Ah la culpabilité ! On est aussi passés par là ! Et finalement, comme toi, on a restreint la tétine de plus en plus juste pour la nuit et la sieste.
Et puis pour s’en débarrasser complètement nous avons mis à contribution le père Noël l’année de la petite section de maternelle. Elle a donné une tétine au père Noël (de la main à la main) et l’autre tétine a été déposée dans le sapin pour que le père Noël la récupere si par hasard il passait aussi par là… Le lendemain le père Noël avait laissé un petit mot pour remercier ma fille pour sa tétine qui allait aider d’autres bébés…
Elle était très fière d’elle, et surtout préparée depuis des mois ! Les 2 premières nuits ont été difficiles et ensuite c’était terminé.
J’avais peur qu’elle « replonge » avec l’arrivée de la petite soeur.. mais non, je lui ai simplement demandé de choisir la tétine de sa petite soeur et c’est passé comme une lettre à la poste ! 🙂 nous verrons si ça fonctionne aussi bien avec la 2e demoiselle !

le 14/07/2015 à 14h11 | Répondre

Maman poule

Ma fille ainée était aussi accro à la tétine mais on avait limité l’usage pour dormir. Régulièrement elle parlait de mettre sa tétine à la poubelle ou de la donner au Père Noël comme ses copains, mais elle n’arrivait jamais à passer à l’acte. Comme elle avait très envie de se faire percer les oreilles on lui a dit qu’elle pourrait une fois la tétine arrêtée parce qu’il faut être grande pour avoir des boucles d’oreilles et que les grandes filles n’ont pas de tétine. Elle n’arrivait toujours pas à s’en passer.
Et puis un soir au moment du coucher, en vacances, elle nous dit que sa tétine est trouée. On ne pouvait pas lui laisser et on n’en avait pas d’autres. Elle n’a pas eu d’autre choix que de dormir sans tétine. Et une fois rentrée à la maison elle n’a pas voulu en reprendre alors qu’elle en avait une autre. Je crois qu’elle était prête à s’en passer et que cet incident à servi de déclencheur.
Et elle n’avait pas oublié la promesse pour se faire percer les oreilles 🙂 On a attendu quelques temps pour être sûr qu’elle ne reprendrait pas sa tétine et puis on l’a emmené comme promis.

le 14/07/2015 à 17h40 | Répondre

Chéhérazade

la fameuse tétine du diable !!! je l’ai donné assez tôt à mon fils dès la maternité et j’ai eu le droit au reproche de part et d’autre… comme toi si je l’ai donné c’est qu’il y avait une raison … chez nous la tétine c’était quand il est fatigué et pour dormir vers ses 1an, sinon avant cétait à la demande effectivement ça soulage les dents. vers 2ans on a limité en prévision de l’école (tutute interdite pendant les siestes) vers ses 2ans et demi sa tétine préférée a craqué et plutôt qu’en donner une autre on a a demandé à notre fils de la jeter en lui expliquant que c’était un grand garçon et qu’il n en avait plus besoin. et depuis il en a plus besoin on a eu de la chance c’est passé tout seul là je suis dans la propreté on a fait un petit bout de chemin je pense qu’il sera prêt pour la rentrée bon courage !

le 14/07/2015 à 18h33 | Répondre

Muriel S.

oulala…alors moi, aucune culpabilité !
On lui a donné la tétine dès la maternité car elle avait un fort besoin de succion.
Jusqu’à ce qu’elle fasse ses nuits, on lui donnait à n’importe quel moment de la journée, ça la calmait en dehors des biberons et quand je n’étais pas disponible et puis d’elle même, elle la relachait quand elle s’endormait.
Et puis quand elle a commencé à faire ses nuits, les premières fois, elle la réclamait, mais comme on n’a pas voulu tomber dans un cercle vicieux, on l’a laissée pleurer deux nuits, la troisième on ne l’a plus entendue !
Maintenant (elle a 8 mois), elle ne l’a que dans son lit (comme les doudous d’ailleurs), quand je la prends le matin, je lui enlève la tétine et je lui dis : « hop ! on enlève la tétine, la tétine, c’est dans le lit ! »

Pour l’instant, je ne m’inquiète pas pour plus tard, on verra bien…

Il faut arrêter de culpabiliser, on fait au mieux pour nos enfants !

le 14/07/2015 à 20h48 | Répondre

madame vélo

ah ah eh bien nous c’est tout le contraire, on ne veut pas de la tétine et tout le monde autour de nous semble ne pas comprendre notre choix. A chaque fois j’ai le droit à une longue litanie sur la praticité de la tétine, comme pour me convaincre de la donner à mon fils. C’est assez pénible à la longue. Mais je préfère que mon fils trouve son pouce tout seul, en attendant on lui donne le petit doigt quand il en a besoin, et c’est vrai que parfois la tétine serait plus facile, mais quand il aura son pouce ça changera tout ! et pour s’endormir il a parfois le besoin de succion, mais parfois ça marche avec un calin, la tétée ou un bercement, ou bien tout seul. Alors non, je ne céderais pas à la tétine 😀

le 15/07/2015 à 09h39 | Répondre

Madame l'Abeille

Chez nous aussi, on a fait le choix d’essayer sans tétine et j’ai eu le sentiment d’être jugée par certains (un peu du genre « oh la mère indigne qui prive son bébé de tétine » ). Je pense que quel que soit le choix il doit être respecté, car en général il a été réfléchi en amont. On fait pour le mieux pour nos enfants et pour nous! Et les commentaires prouvent qu’on peut avoir une utilisation très « raisonnée » de la tétine.

le 15/07/2015 à 15h05 | Répondre

Madame D

The sujet !
J’en avais acheté une enceinte au cas où que j’ai emmené à la maternité. Mais la conseillère en allaitement nous avait plus que déconseiller l’utilisation de la tutute car le bébé pouvait « oublié de manger ». Puis finalement après 2 jours de babyblues accentué par un bébé qui tétait non-stop sans manger, je lui ai donné la tutute. Et hop, elle s’est endormie et moi je suis sorti du babyblues instantanément.
18 mois plus tard, elle en a toujours besoin. Et malgré les remarques de la famille je continue de lui donner quand elle le souhaite. je vais commencer doucement a limiter les lieux dès la rentrée pour en douceur l’amener a une forte réduction d’ici sa rentrée en maternelle l’année prochaine.

le 15/07/2015 à 10h14 | Répondre

Louna

Merci pour cet article et pour tous tes conseils !

En effet, quel vaste sujet, cette histoire de tétine ! De notre côté, on n’était ni pour ni contre par principe, car on avait entendu de tout sur le sujet. Du coup, on a attendu de voir comment ça se passait (même si je suis quand même partie à la maternité avec une sucette dans mes bagages, sur les conseils de ma meilleure amie qui venait tout juste d’accoucher d’un petit bout très très demandeur !).

Les premiers mois, notre fille n’en a pas voulu, et préférait notre petit doigt. Mais comme elle arrivait à s’endormir sans et que c’était juste pour la calmer dans les moments critiques, tout se passait bien.
Et puis, un peu plus tard, vers 3 ou 4 mois, elle s’est mise à se réveiller la nuit, à avoir du mal à retrouver son sommeil. Nous lui avons donc reproposé la tétine, et son apaisement était tellement visible que nous l’avons adoptée. A vrai dire, ça correspondait aussi aux débuts à la crèche, au retour au boulot pour moi, aux premières maladies infantiles : bref, une période de stress généralisé pour toute la famille.
Par contre, dès le début, nous avons limité son utilisation uniquement au lit (siestes ou nuit) et aux périodes pénibles (transports en commun, voyages en train ou en voiture lorsqu’elle a du mal à trouver son sommeil). Notre fille le comprend et l’accepte très bien (c’est d’ailleurs les mêmes règles à la crèche) et c’est même elle qui laisse sa tétine dans le lit à son réveil. Et autre effet bénéfique, elle est ravie d’aller au lit, car elle sait qu’elle y retrouve sa tétine !

Alors certes, peut-être qu’on va le regretter au moment où il faudra qu’elle apprenne à s’en passer, mais comme pour toi, cet objet (de malheur ?!) a vraiment été la meilleure solution que nous avons trouvé, à un moment particulièrement critique : nous étions littéralement épuisés, son papa et moi, et il fallait vraiment vraiment trouver rapidement une solution pour notre bien-être physique et psychique !

En ce qui concerne la culpabilité, je ne le vis pas trop mal pour l’instant. Je pense que le fait de limiter l’utilisation de la tétine au lit permet d’éviter pas mal de remarques plus ou moins bienveillantes de la part de l’entourage. Ça devient un rituel du coucher comme un autre, et ça reste en général au sein de la famille papa-maman-bébé.

le 15/07/2015 à 14h03 | Répondre

Claire (voir son site)

Sacrée Tétine!!
Moi j’étais absolument contre. Je préférais qu’elle trouve son pouce. Mais ma fille avait un besoin de succion tel que j’ai cédé après 2 jours à la maternité, mon mari est parti en acheter une. J’allaite mais ma fille n’a jamais confondu les deux. Il faut dire, j’ai un réflexe d’éjection fort, et la pauvre se prenait des grands jet de lait alors qu’elle voulais juste tétouiller le sein. Elle sait jeter la tétine quand elle veut manger et refuser le sein quand elle a juste un besoin de succion et que le sein ne lui permet pas. Elle a maintenant 6 mois et je lui donne juste quand elle le demande vraiment. l’utilisation est très variable mais en ce moment elle fait ses dents et ça la soulage bien!
Enfin, après on fait ce qu’on peut!

le 15/07/2015 à 15h43 | Répondre

Banane

Nous avons 2 enfants sur 3 accros à la tétine.
Le premier a une malformation de la bouche, donc son cas est à part, mais les 2 autres avaient un énorme besoin de succion (mes seins se souviennent encore de la première nuit avec notre 2ème…)
Je n’ai jamais culpabilisé pour ça. J’aurais préféré qu’ils prennent le pouce, mais avec 1 puis 2 autres enfants à gérer en plus, je ne supportais pas les cris à longueur de journée (le temps qu’ils arrivent à attraper le dit pouce).
Bref, c’était clairement la solution de facilité, mais c’était du bien être pour tout le monde.

Nous n’avons pas tellement restreint notre 2ème (enfin, depuis le début c’était « pas dans la rue » dès qu’elle a su marcher), c’est l’école qui a fait le premier pas (tétine uniquement à la sieste).
Elle a eu beaucoup de mal à s’en passer pour dormir, elle n’a réussi que cette année à presque 5 ans. Comme technique pour arrêter on avait essayé « la donner au Père Noël », à partir de la première année d’école. Echec cuisant, trop dur pour elle.
Ca lui est venu d’un coup, en voyant sa cousine du même âge dormir sans rien.
Pour notre dernier, je crois qu’il passe sa journée avec, à la crèche. A la maison on ne lui donne que pour dormir ou quand il est bien fatigué (il a 18 mois) mais c’est une goutte d’eau dans sa semaine. Nous verrons en temps et heure.

Par contre, je peux dire que la déformation de la bouche évolue très vite dans le bon sens : notre 2ème avait la mâchoire du haut décalée par rapport à celle du bas, avec un espace correspondant à la tétine (c’était assez flagrant). En même pas 5 mois cet espace a disparu : elle ferme les mâchoires comme si de rien n’était, actuellement. Pour déculpabiliser un peu plus les mamans… 🙂

le 16/07/2015 à 12h04 | Répondre

PinkPeonia

Pour mon fils, c’est le père noel qui a emporté la tétine l’année de ces 4 ans (il ne l’avait quand mm que pour dormir). Les 2 premières nuits difficile et ensuite terminé ! On fera sans doute pareil à pour ma fille.

le 16/07/2015 à 15h01 | Répondre

Sophie

Ici je n’avais jamais été catégorique: je préférais même qu’ils prennent la tétine, plutôt que le pouce (j’ai mis 12 ans à me débarasser du suçottage de pouce la nuit, et apparemment quand je suis très fatiguée, je le prends encore pendant mon sommeil-et j’ai 30 ans).
Par contre pour moi c’était clairet net : à 4 ans, plus de tétines.
Pendant les 2premières années, pas de restrictions que ce soit au niveau doudou ou tétines. Mais passés les 2 ans, on a instauré la boîte à tétine et à doudou.
Le matin, après le dodo, ils déposaient leur tétine et doudou dans la boîte, et ils la récupéraient que pour la sieste et le dodo.
A l’école, ils déposaient tétine et doudou dans leur lit d’appoint.
Et puis ils n’ont plus fait de sieste assez vite (à 3 ans), donc on laissait tétine et doudou dans la boite.

6 mois avant leur 4è anniversaire, on les préparait à se séparer de leur tétine. je leur ai expliqué maintes et maintes fois qu’à leur 4 ans, ils seraient trop grands pour dormir avec une tétine, qu’ils n’en avaient plus besoin.

pour mon aîné, j’ai cru que je n’allais jamais y arriver, et qu’il n’y arriverait pas non plus: 15 j avant ses 4 ans, il dort chez mamie. J’ai oublié la tétine. Impossible de faire l’aller retour. Mamie a du chercher une vieille tétine à ma soeur, laver stériliser, parce que mon grand n’arrivait pas à s’endormir.
J’ai eu très très peur 🙁
Et puis, à ses 4 ans, on était chez Mickey (petite tradition ici: à chaque anniv, on y passe une belle journée) pour tout le we. J’avais un peu la frousse qu’il ne veuille pas me donner sa tétine.
Le matin de son anniv arrive, il se lève, se plante devant moi et me dit: « tiens maman, j’ai 4 ans aujourd’hui, je suis trop grand pour avoir une tétine, je te la donne ».
Et il ne l’a plus jamais prise. Trop fière de lui!

Pour mon deuxième, on a procédé exactement de la même manière, et ça c’est passé exactement comme son grand frère: le matin de ses 4 ans, il m’a donné de lui même sa tétine. Même si le soir même il était un peu triste de ne plus avoir sa tétine, c’est très vite passé.

Arrive ma 3è puce. Elle a 4 ans dans 6 mois, et honnêtement, je pense qu’elle n’est pas prête du tout à se séparer de sa tétine. Avec son retard psychomoteur, je pense qu’on va attendre ses 5 ans, ou attendre qu’elle ait les capacités pour comprendre pourquoi elle n’a plus besoin de tétines (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui).

le 26/07/2015 à 11h44 | Répondre

Anne-Lolotte

Bon bah grâce à cet article j’ai fais arrêté la tétine a mon fils de 3 ans. Ultra motivée et lui super réceptif en deux jours c’était fini !
Les cousins qui n’ont plus de tétines ça a bien aidé 😉
Mais nous avons réussi Yihaaaaaaa

Alors merci pour cet article qui m’a motivé !

le 27/07/2015 à 21h44 | Répondre

Louna

Yesssssss !! Bien joué !! 🙂

le 28/07/2015 à 15h54 | Répondre

Céline

Bonjour, moi j’ai un petit garçon de 28 mois. Je lui ai arrêté la tutute il y a une semaine car à la crèche à la sieste il n’ en a pas eu besoin. Mais je me pose la question si je peux lui redonner la tutute car pour dormir le soir, c’est des pleures, crises et il s’endort avec moi… ensuite je le mets dans son lit et si il se réveille a ce moment-là il pleure… j’attends vos conseils

le 11/09/2016 à 05h17 | Répondre

Claire (voir son site)

Je pense qu’il faut t’écouter et faire ce que tu pense être le mieux. Ton fils se passera bien de sa tétine un jour 😉

le 11/09/2016 à 21h09 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?