Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Désir de grossesse mais crainte d’être mère : le paradoxe


Publié le 7 septembre 2015 par Mme Au Conditionnel

La nature a doté les femmes (et les femelles en général) de ce don incroyable : donner la vie. Alors certes, elles ne fabriquent pas seules un petit être, il faut bien que les hommes (les mâles) s’en mêlent au début. Mais n’empêche, c’est une telle chance de porter et de faire naître un enfant. En tout cas, c’est ce que je me suis toujours dit !

D’aussi loin que je me souvienne, pour cette raison, j’ai toujours ressenti une gratitude immense envers la nature de m’avoir faite femme.

chaussons de bébé lapin

Crédits photo (creative commons) : Travis Isaacs

Mon rêve de grossesse

Depuis que je suis adulte, j’idéalise la grossesse. Les ventres ronds m’émeuvent et je dois faire attention à ne pas trop laisser trainer mon regard insistant et mon sourire benêt à la vue d’une femme enceinte ! J’envie mes amies qui attendent un heureux événement et rêve d’être à leur place.

Pourtant, je ne vis pas dans le monde des Bisounours, j’ai conscience que l’état de grossesse peut être difficile, douloureux, pénible… Que l’accouchement n’est jamais vraiment une partie de plaisir, que les suites de couches sont une épreuve, etc. J’écoute et je lis aussi bien des témoignages positifs que négatifs sur le sujet, histoire de descendre un peu de mon petit nuage et de relativiser.

Mais rien n’y fait ! J’idéalise toujours la grossesse ! Et à 28 ans maintenant, mariée et (à peu près) stable, je n’attends plus que ça, être enceinte !

Je veux ressentir l’excitation du + sur le test. Vivre les premières semaines en gardant le secret (si j’y arrive !) et en regardant mon mari avec un sourire en coin et les yeux qui brillent. Réfléchir à comment faire une annonce originale à nos proches et les voir se réjouir d’être bientôt tonton/tatie/grands-parents/parrain/marraine, etc. Voir mon ventre s’arrondir tout doucement. Même les nausées, je veux bien les avoir !

Bref, tu l’as compris, j’idéalise vraiment la grossesse ! Peut-être trop. Mais tant que je ne l’ai pas expérimentée, je n’en démords pas. Mais là, je m’égare, je repars sur mon nuage, donc revenons sur Terre…

Pour te faire un petit topo rapide de la situation : arrêt de la pilule à l’automne dernier, cycles longs et irréguliers, pas de projet qui puisse m’occuper suffisamment l’esprit et me changer les idées, donc tendance à faire de mon désir une obsession.

Et puis, il y a la peur de la stérilité, de devoir prendre des traitements, de la PMA, peur de faire partie de ces couples pour qui il ne suffit pas de désirer être parents pour le devenir. Étant donné qu’autour de moi, beaucoup de femmes tombent enceintes rapidement, je commence à vivre difficilement ces mois d’essais. Les cycles passent, et aucun signe ne me rassure sur le fait que je suis, que nous sommes bien capables de procréer.

Voilà, en résumé, où j’en suis !

Mes craintes de la maternité

D’autre part, et c’est là que se trouve tout mon dilemme/paradoxe intérieur, je suis quelqu’un de (quelque peu) stressé. La maladie et la perte de certains membres très proches de ma famille, alors que j’étais adolescente, puis adulte, m’ont rendue plus angoissée que je ne l’étais déjà par nature. J’ai peur qu’on m’enlève (encore) ceux que j’aime, peur de ne pas avoir droit au bonheur total.

Alors, depuis que j’ai l’âge d’être maman, j’ai peur d’avoir un enfant. Parce qu’au-delà de la joie d’être mère, ce que je ressens aussi, c’est la peur de la mort subite du nourrisson, de l’étouffement, ou de je ne sais quel mal dont un bébé peut souffrir.

Il ne faut pas imaginer le pire, me diras-tu. Certes, mais mon passé endeuillé a fait quelques ravages qui se manifestent encore et se manifesteront toute ma vie, je pense.

Heureusement, ces craintes du pire ne me bouffent pas la vie non plus, je suis capable (et heureuse) de faire la nounou quand l’occasion se présente, de m’occuper d’enfants sans pour autant m’enfermer dans une bulle aseptisée avec assistance respiratoire et électrocardiogramme à portée de main !!

Il y a peu, j’ai également pris conscience que j’ai aussi tout simplement peur qu’un petit être vienne perturber notre quotidien. Oui, j’appréhende parfois en pensant qu’au terme des neuf mois, il y aura quelqu’un dont nous serons responsables pour toujours, quelqu’un dont il faudra s’occuper, qui deviendra une priorité, qui bousculera nos habitudes.

À ce jour, je n’ai à me préoccuper que de moi-même. Mon mari et moi allons régulièrement au cinéma, et de temps en temps manger au restaurant. Nous aimons aussi passer des journées entières à regarder des films dans notre salon, et faire la grasse matinée. Des activités qui, certes, peuvent encore se faire quand il y a un enfant à la maison, mais quand même beaucoup moins facilement !

Aurai-je suffisamment de patience pour donner tout mon temps à un enfant ? Suis-je égoïste d’avoir de telles pensées ? Ce sont ces questions qui me turlupinent.

Oui, mais alors, que faire ?

Tous ces tiraillements dans mon esprit, c’est bien gentil, mais comment assouvir mon envie de grossesse, si l’envie d’être mère n’est pas (encore) une évidence ?!

Tu me diras peut-être (comme me l’a dit une amie il y a quelques jours) : « Va à l’étranger et deviens mère porteuse ! »

Alors certes, c’est une possibilité, mais en fait, si je cherche bien, là, quelque part dans mon cœur et mon corps, j’ai envie d’être maman ! Ben oui, évidemment, je le sais, je le sens, c’est juste que mes accès d’angoisse me freinent un peu trop souvent !

Mais moi aussi, je veux voir naître un petit être qui ne serait qu’à moi (qu’à nous !). Moi aussi, je veux choisir un prénom, préparer une jolie chambre. Moi aussi, je veux entendre une petite voix dire « Maman » et que ce me soit adressé.

Je veux avoir un enfant à moi sur les photos de famille. Je veux que l’ordre des choses soit respecté, que j’aie mon premier enfant avant mes petits frères et sœurs (déjà en âge d’en avoir). Il n’y a certes aucune règle à ce sujet, les aînés n’ont pas forcément des enfants avant leurs cadets, mais dans mon cas, je vivrais assez mal le fait d’être tatie avant d’être maman.

Le désir d’enfant n’est pas inné, il germe en soi (ou pas), il se construit… Non, ce n’est pas une évidence… Enfin, je ne crois pas. Je peux d’ailleurs tout à fait comprendre les femmes qui choisissent de ne pas avoir d’enfant, comme Fleur-Joséphine, qui a écrit à ce sujet pour Sous Notre Toit.

Heureusement, les mois et les années passant, je mûris, je suis aussi plus en contact avec des nourrissons. Beaucoup de mes amies deviennent mamans, alors ça me rassure. Je me dis que si les autres y arrivent, il n’y a pas de raison pour que je n’y arrive pas. Je me dis aussi que je suis bien entourée, et qu’il y aura toujours des conseils à prendre autour de moi si je doute ou si je suis perdue.

Mon mari est prêt, et comme il est tout l’inverse de moi, jamais angoissé, il saura me rassurer. J’ai envie que ce soit mon tour, j’ai envie de faire le cadeau à ma maman d’être grand-mère (elle est prête, elle aussi, elle l’attend !). Je veux que les prochains Noël soient ceux où je reçois des cadeaux pour mon enfant, et plus uniquement où c’est moi qui en fais aux autres.

Voilà, tout plein de petites et de grandes choses qui font que, malgré mes angoisses, qui sont et seront toujours là, j’attends, j’espère, je guette et rêve d’un bébé pour 2016 !!

Et toi, tu voudrais un enfant là tout de suite maintenant ? Tu te poses des questions, tu as des angoisses, ou bien tu abordes la chose très sereinement ? Au contraire de moi, la grossesse te fait peur ? Viens partager avec moi tes sentiments…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

19   Commentaires Laisser un commentaire ?

Maud R.

En lisant ton article j’ai l’impression de me lire moi-même ! Je n’accroche pas du tout avec les enfants, en revanche j’ai toujours rêvé d’être enceinte. Avec mon mari nous avions peur d’avoir un enfant et que notre vie heureuse bascule étant donné que dans notre entourage nous entendions beaucoup de parents se plaindre, ça ne donnait pas envie !
Et puis il y a eu les amis pour qui l’arrivée d’un bébé n’est pas une si grande contrainte ainsi que notre mariage l’année dernière qui nous a fait réfléchir à notre avenir… pour mon mari l’envie de devenir papa s’est faite progressivement sur une année, pour moi ça a été le déclic un mois où je me suis cru enceinte.

J’ai eu de la chance de tomber enceinte rapidement et de vivre une grossesse épanouie même si notre Minnie-Bout nous a fait quelques frayeurs en cours de route et à quelques jours de l’accouchement, mes craintes sur notre quotidien à trois ressurgissent. Mais comme toi je me dis que pleins d’autres sont passés par là avant nous, nous sommes bien entourés et il paraît que lorsqu’il s’agit de son enfant à soi, on voit les choses bien différemment.
Dans quelques jours seulement je pourrais me faire ma propre opinion et j’ai hâte de découvrir notre fille !

Je te souhaite de pouvoir vivre rapidement une belle grossesse !

le 07/09/2015 à 08h24 | Répondre

Lolo

Chère Mme au Conditionnel, Oh que moi aussi je me reconnais dans ton témoignage !
Une envie folle (à 31 ans) d’avoir notre petit bout rien qu’à nous, mon mari et moi. Un pti machin qui sera le parfait mélange de nous 2, et de tout l’amour qu’on se porte. Un pti machin qui nous remplirait d’amour, et qui scellerait notre famille.
Et en même temps, des craintes si fortes sur ce qu’il sera, sur ce qu’il transformera de moi, et sur ce qu’il changera dans notre petit cocon à 2 avec mon mari.
Peur de la maladie grave, de la malformation à la naissance ou détectée ensuite, peur des décès prématurés, peur terrible de l’accident, peur que son arrivée dans notre vie change notre mignon petit équilibre à tous les 2, et nous fasse perdre par manque de temps ou d’énergie tout ce qui rend notre couple si beau…

Moi aussi, j’attends depuis quelques cycles (7 mois d’essais). J’ai eu la chance immense de tomber enceinte cet été, mais ça n’a pas tenu, j’ai fait une fausse couche précoce après quelques semaines de grossesse.

Et je me rends compte que ces mois d’attente sont si importants pour ma construction… Si j’étais tombée enceinte du premier coup, ou si je n’avais pas fait cette fausse couche, je crois que je n’aurais pas compris aussi bien que maintenant le miracle de la vie (ça fait gnangan de dire ça hein 😉 ). Plus les semaines passent, plus cette envie de bébé se précise et se renforce en moi. Et plus je me sens prête à « changer ma vie » à l’arrivée d’un petit bout de l’amour de mon mari et moi. Je crois qu’en positivant les choses, l’attente d’une grossesse est une étape très positive dans sa propre construction (hors la terrible déception à chaque fin de mois, et tout le psychotage les jours d’avant…).

Je te souhaite en tout cas beaucoup de bonheur, dis-toi que tu as la chance de te poser ces questions ! A mon avis, elles vont t’aider à être une future maman formidable !

le 07/09/2015 à 09h07 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je me reconnais dans tes angoisses et franchement, cela me soulage de lire que je ne suis pas la seule avec ces angoisses là.
J’ai vraiment peur qu’il arrive quelque chose au bébé pendant la grossesse ou après.

le 07/09/2015 à 11h21 | Répondre

Madame l'Abeille

Je trouve ton paradoxe plutôt normal! Il montre que votre décision d’avoir un enfant est réfléchie, et que vous êtes prêts à l’accueillir avec son lot de chamboulements dans votre vie « d’avant ».
Attendre et avoir un enfant, c’est prendre des risques (risque par exemple d’enfant pas parfait) et les assumer. Je trouve important de l’avoir à l’esprit. Si on veut un « risque zéro », mieux vaut s’abstenir d’en faire!
Mais je trouve important aussi de se dire que la plupart du temps, ça se passe bien, et de se rassurer comme tu le fais au contact de tes amies mamans et de leurs bébés.
Je te souhaite de découvrir rapidement la maternité.

le 07/09/2015 à 12h45 | Répondre

Madame Vélo

C’est vrai que l’arrivée d’un enfant perturbe l’harmonie d’un couple. Je m’en doutais mais étais loin d’imaginer comment ! Il faut recréer un équilibre : équilibre à trois, mais aussi équilibre à deux. Et ça prend du temps. Surtout qu’au tout début c’est le bébé qui est au centre de l’attention. Mais c’est important de ne pas oublier, quand on se sent prêt, de recréer une complicité du couple et de l’entretenir. Mais comme tu le dis si bien, d’autres s’en sortent très bien, alors pourquoi pas nous ?! 🙂

le 07/09/2015 à 15h07 | Répondre

Doupiou

Eh bien ! Nous sommes nombreuses à ressentir ce terrible paradoxe ! Je suis maman depuis 2 mois et cette sensation de peur de la maternité ne pas quitté depuis le petit + jusqu’à l’accouchement. Et si ça m’a beaucoup fait culpabiliser, maintenant je me rends compte que ça m’a fait grandir car je ne suis pas infaillible dans ma maternité!

le 07/09/2015 à 15h23 | Répondre

Mme Beebop

c est pas un paradoxe c est normal ! on devient maman… on n est jamais prête !

le 07/09/2015 à 18h44 | Répondre

Mme Au Conditionnel

MERCI À TOUTES !
Je suis contente de lire que mes craintes ne sont pas si exceptionnelles que ça, que nous sommes plusieurs à nous poser ces questions.
Je vous remercie de penser que mes craintes et interrogations sont une preuve de maturité, je ne voyais pas les choses comme ça !
J’espère que tous vos souhaits de maternité pour moi se réaliseront ?. Peut-être aurais-je la chance de devenir chroniqueuse grossesse moi aussi !!
Pleins de bonnes choses à vous toutes aussi, que vous soyez sur le point d’être maman ou que vous le soyiez déjà ?

le 08/09/2015 à 13h50 | Répondre

issabill (voir son site)

Peut-on vraiment se sentir prête un jour? Lorsque nous avons essayé de faire un enfant, mon envie première était d’être enceinte, pas d’avoir un bébé. Avoir un enfant me faisait peur : saurais-je m’en occuper? Y aura-t-il de la place pour lui au sein de mon couple?
J’ai passé une grossesse idyllique, je ne me suis jamais sentie aussi bien dans mon corps, dans ma tête… J’ai été déclenchée sur un dépassement de terme d’une semaine, il est bien possible que ce soit lié au fait que j’aurais voulu garder mon petit bébé encore des mois et des mois dans mon ventre!
Quand mon fils est né, je n’ai pas ressenti l’amour inconditionnel et immédiat que certaines mamans décrivent. Un attachement profond, peut-être, mais pas cette bouffée d’amour. Puis, baby-blues aidant, je me suis un peu mise à lui en vouloir de m’avoir « volé » ma grossesse en naissant.
Puis, petit à petit, j’ai pris de l’assurance dans mon rôle de maman, et, sans m’en rendre compte, l’amour est venu, chaque jour un peu plus fort.
Aujourd’hui, il a 6 mois, je pense sincèrement être une bonne maman et je peux l’affirmer : oui, j’aime mon fils d’un amour inconditionnel qui dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer.
Et je n’ai aucun regret sur le déroulement de notre histoire… 🙂

le 08/09/2015 à 14h16 | Répondre

Magalie

Arrêtez, arrêtez! J’en veux unnnnnn!!! Oui, je me retrouve complètement dans ce que tu dis! Voila maintenant 5mois que nous essayons et chaque cycle infructueux me rappèle ces angoisses… Mais je veux être maman! Mon mari sera un formidable papa et je sais que notre couple est arrivé a l’étape ou la maison et le bébé sont les 2 choses qui vont continuer à nous renforcer notre couple et nous faire exploser notre quotidien par l’amour et le bonheur (bon… malgré les larmes, les nuits blanches, quelques petits vomis: ca fera parti du jeu!^^) Que j’ai hate de voir le 2e baton sur les tests….

le 08/09/2015 à 19h05 | Répondre

Marie

Je suis incroyablement surprise par cet article : c’est complétement inconcevable pour moi de vouloir être enceinte… Vouloir avoir un bébé, un petit bout à dorloter, oui, ça ça me parle… Mais être enceinte pour moi c’est surtout être malade, traumatiser son corps… être parasitée de l’intérieur (je n’exagère pas, biologiquement c’est littéralement ce qui se passe, contrairement à tous les autres mammifères nous avons un placenta un peu particulier qui fait que c’est le bébé qui contrôle ce qu’il puise et non la maman qui contrôle ce qu’elle donne)… Bref, je suis scotchée!
Par contre la peur de la maternité, je suis tout à fait d’accord, je pense qu’on passe toutes par là !

le 09/09/2015 à 11h16 | Répondre

Sarah

Coucou Mme Au Conditionnel! C’est marrant moi aussi je me pose toutes ces questions, sauf que pour le moment je bloque complètement et j’ai trop peur de franchir le pas. Peur de ne jamais retrouver ma vie, peur que cette nouvelle étape n’apporte plus de contrainte que de bonheur, et surtout peur de devoir abandonner ou mettre de cote ma passion des voyages pour trop longtemps… Et par conséquent j’ai peur de retourner cette frustration sur un petit être qui n’a rien demandé! Par contre, paradoxalement, comme toi je rêve de connaître la grossesse. C’est bête à dire mais si je pouvais être enceinte sans assumer le bébé ensuite, juste ‘pour voir’ ce que ça fait je le ferais … J’espère que tu nous annonceras une Bonne Nouvelle sous peu !

le 09/09/2015 à 20h36 | Répondre

Madame Vélo

Une de tes phrases fait écho en moi « peur de retourner cette frustration sur un petit être qui n’a rien demandé ».
J’ai un peu le tempérament de toujours trouver un « coupable » quand quelque chose ne va pas, je ne le fais pas avec méchanceté mais j’imagine que ça me permet de canaliser ma frustration/colère. Bref, mon mari en sait quelque chose ! Et j’avais vraiment peur d’en vouloir au bébé si j’étais malade pendant la grossesse, si l’accouchement ne se passait pas bien, si j’étais fatiguée, ou à la moindre difficulté une fois qu’il serait là. Et maintenant que Bébé est là je peux te dire qu’à aucun moment je ne l’ai « accusé » de quoique ce soit, ni « rejeté » pour quelque chose de son fait (mais pas de sa faute !). On s’y attache tellement à ces petits bouts de nous qu’on pourrait tout leur pardonner !! (même d’avoir chamboulé notre vie d’avant… mais en même temps du moment que c’est une décision qu’on assume, il n’y a pas de raison…)

le 10/09/2015 à 08h55 | Répondre

Mme Au Conditionnel

« Si je pouvais être enceinte sans assumer le bb après, juste pour voir ce que ça fait je signe tout de suite » !!! Ah ah Sarah tu me fais rire ☺ ! Mais tu vois je suis bien d’accord lol, on devrait pouvoir faire ça !
A bientôt ?

le 14/09/2015 à 08h56 | Répondre

Mme Au Conditionnel

Coucou les filles !!
Juste un petit retour par ici pour vous dire que depuis la publication de mon article en septembre dernier, j’ai eu le bonheur de découvrir mi octobre… que j’étais enceinte !!!
Papillons dans le ventre, larmes de joies, paillettes, tout ça tout ça !!! Un an et quelques jours après le début des essais bébé, voilà qu’enfin ça marchait ! Alors voilà, tout s’est bien déroulé jusqu’à présent (pas parfaitement non plus hein, je suis passée moi aussi par l’étape nausées, douleurs gastriques et perte de poids !). Je suis à ce stade dans mon 6ème mois (déjà !), j’expérimente enfin cet état si mystérieux qu’est la grossesse ! Moi qui idéalisait la chose, je peux donc maintenant savoir que ce n’est pas si idyllique que cela ! Qu’il y a des changements physiques et physiologiques difficiles, en ce moment j’expérimente notamment les très pénibles douleurs dorsales toutes les nuits 🙁 vraiment pas cool et rien qui ne me soulage.
Je ne vais pas vous raconter toute ma grossesse ici (même si j’aurai adoré, j’avais postulé pour être chroniqueuse DMT !) mais voilà je me suis dis, si je retournais quand même annoncer la bonne nouvelle à celles qui s’étaient intéressées à mon article ^^.
Je voulais aussi dire que mes craintes d’être mère se sont effacées depuis que je suis enceinte. De nature angoissée, là je suis étonnamment plutôt zen. J’ai bien sûr toujours quelques interrogations et peurs quand je pense au retour à la maison avec bébé, comme tout le monde j’imagine, car c’est l’inconnu total ! Et puis parce qu’on ne sait jamais comment sera notre bébé ; facile à vivre ou au contraire difficile.
Mais l’amour de ce petit être qui grandit en moi a été tout de suite inconditionnel (il l’est encore plus dès qu’on commence à sentir bébé bouger) et il prend le dessus sur les craintes. J’ai hâte de rencontrer mon bébé, de voir sa petite bouille, de le serrer contre moi. Hâte d’être maman tout simplement 🙂

le 12/03/2016 à 16h24 | Répondre

Mme l'angoissée

C’est dingue en lisant vos postes je vois que les questions sur la maternité et les angoisses touchent beaucoup de femmes…
Pour ma part ça fait 4 ans que je désire un enfant mais jusqu’il y a 7mois mon compagnon n’était pas d’accord… Ce qui m’a fait bondir de joie rendez vous gynéco pour voir si tout va bien avant de lancer le « processus » car vous l’aurez compris je suis très stressée comme fille et la pas de chance frottis anormal 6 mois plus tard retour chez gynéco pour contrôler du à se frottis anormal et la bonne nouvelle apparemment tous va bien ce qui signifie que en août nous nous lançons dans la nouvelle aventure qu’est de concevoir un bébé sauf que maintenant j’angoisse j’ai pleins de questions… Serais je une bonne mère ? Supporterais je la grossesse et les changements de mon corps ? Arriverais je à accoucher en sachant que je suis extrêmement douillette… ? Serais je lui offrir tous ce dont il où elle a besoin? Je n’ai aucuns doutes concernant mon compagnon qui lui sera un père formidable mais Ça me stress et en même temps j’en ai très envie… et parfois malgré tout je doute de vouloir un enfant à cause de toute ses question je me dis que je ne suis peut être pas prête après tout…. Est ce normal de tant stressée alors que je ne suis même pas encore enceinte…. ?

le 18/06/2016 à 00h07 | Répondre

Maud R

Oui c’est normal de se poser des questions lorsqu’on est angoissé. En ce qui me concerne j’ai eu le déclic lorsque toutes les contraintes que je voyais avec l’arrivée d’un bébé se sont envolées et que l’envie d’un bébé m’a prit aux tripes. Et mis à part la fatigue des débuts qui n’a duré que 2 mois, notre nouvelle vie est merveilleuse. Je n’imaginais pas l’intensité de l’amour que l’on peut ressentir pour son enfant et ça ça fait oublier beaucoup de choses ! Au début on ne sait pas comment faire avec ce tout nouveau bébé, on se remet en questions, on doute etc mais les bons gestes viennent plus rapidement qu’on ne le pense. Et pour reprendre une phrase d’une copine pendant ma grossesse : « la meilleure maman pour ton enfant ce sera toi » 🙂

le 19/06/2016 à 20h45 | Répondre

Krykry

Coucou tous le monde
Rooh oui! Je me reconnais à fond la dedans !
Je vous avoue que je me sentais « honteuse » à penser ça. Comme tu dis, moi même j’idéalise la grossesse, l’emotion que sa apporterais, mais les crontrainte aussi nausées vomissement, en gros comme à la télé, mais quand je pense à la suite, j’ai un blocage.
Récement j’ai crus être enceinte et la PAF! Une claque, des angoisses ont grandis subitement et j’en ai même pleurer à me dire qu’est ce que j’ai fais? Je culpabilisais du faite que je désire tellement et que tout à coup je n’en voulais plus, du faite que toute ma vie se chamboulerais, la peur de l’inconnu sans doute?J’ai même été honteuse d’avoir crier de joie quand ma prise de sang c’est avéré négative ( au désespoir de chéri) Alors POURQUOI je réagissais ainsi? Ca fais Plus d’un an que nous somme en essaie j’en ai même fais une dépression que ce loulou n’arrivait pas… Et la, après cet épisode, Je ne comprenais pas pourquoi je réagissais ainsi hors que moi, j’aime et adore les enfants! <3 Je garde souvent les petits bout de ma soeur, la encore je suis frustrée de ma réaction … Je me demande si je suis normal? Capricieuse ou même égoïste d'agir comme tel ?" On ne naît pas mère on le devient " "Quand c'est ton enfant c'est pas la même chose" Plein d'interrogation qui se pose encore et encore, ce qui me perturbe encore et encore, et j'avoue, être tomber sur se post me fait du bien 🙂
J'ai même hésiter à reprendre ma contraception Arg! Y à un blocage!
En tout cas, ca me fait un bien fou d'en parler 🙂
La grossesse est une étape que je rêve de passer, mais l'après épisode Nop … Bloquée! pourtant je me répété, je veux être mère, alors pourquoi réagir ainsi?
Pourtant j'espère toujours tomber enceinte mais vus comment j'ai réagis face au "faux positif" Je me demande si j'ai vraiment l'envie d'être mère ou juste être enceinte …
Presque pas paumées la fifille !!!!
En tout cas ca m'a bien fais sourire 🙂

le 20/06/2016 à 16h55 | Répondre

FéeLyne

Je suis ravie de découvrir ta chronique et d’en avoir un suivi avec l’annonce de ta grossesse…
Je suis également en plein dilemme, plutôt en pleine distorsion: cela fait 14 mois qu’on essaye d’avoir un bébé, et toujours rien… Les nerfs s’usent, l’estime de soi aussi puisqu’il y a une difficulté médicale pr l’instant qu’on n’explique pas, ce côté obsession apparait souvent et j’essaye de le tempérer autant que possible, d’autant plus que nous ne sommes que 2 dans notre cercle de famille/amis à en être au stade: « Nous essayons depuis plus d’un an, depuis le mariage, d’avoir un bébé » et très peu de gens dans notre entourage comprennent donc notre envie… Au contraire, certains de nos plus proches amis n’arrêtent pas de dire et de répéter leur dégoût par rapport aux enfants… Donc niveau soutien, c’est très faible et les questions et doutes ne cessent de s’accumuler…
Du coup, ca fait du bien de voir que par certains points, d’autres personnes sont passées par cet état d’esprit et sont désormais épanouies… <3

le 12/08/2016 à 12h12 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?