Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Deuxième grossesse : les suites de couches


Publié le 29 septembre 2018 par Doupiou

L’avantage avec un deuxième accouchement c’est que tu es mieux préparée aux si mystérieuses suites de couches. Ce terme si secret dont on ne parle pas beaucoup… Des récits d’accouchements, il y en a autant que tu en veux ! Mais sur les suites de couches, un peu moins !

Je t’avais déjà raconté les suites de couches de ma première césarienne où physiquement ça allait plutôt bien mais psychologiquement, j’avais un gros baby blues.

Pour ce second accouchement je savais résolument à quoi m’en tenir… sauf que les circonstances n’étaient pas les mêmes !

Les montagnes russes du moral

J’ai accouché sous anesthésie générale en catastrophe. Je n’ai compris que mon fils était sorti de mon ventre que quand la sage-femme me l’a ramené au bloc. Il était déjà pesé, nettoyé, emmailloté.

Sur le coup je n’ai pas vraiment saisi. C’est lorsque que la sage-femme m’a accompagnée en salle de réveil que j’ai réalisé que je n’aurais jamais le souvenir de son premier cri. Vas savoir pourquoi cela m’a ruiné le moral. J’ai pleuré, je me suis excusée. J’en ai même fait pleurer la sage-femme qui m’a grondé, les larmes aux yeux, en disant que je n’avais pas le droit de dire ça.

Quand je me suis retrouvée dans ma chambre avec mon fils, j’ai mis du temps à « m’accrocher » à lui. Les deux premiers jours, je m’en occupais mécaniquement. Le lien a été compliqué à mettre en place. Et puis soudainement, je me suis attachée à lui comme si j’avais accouché une seconde fois. Pourquoi ? Comment ? Je ne sais pas.

A partir de ce moment-là, malgré la fatigue, j’avais le sourire aux lèvres toute la journée (et la nuit aussi). Ce qui inquiétait beaucoup les sages-femmes… La psychologue de l’hôpital et la sage-femme cadre passaient tous les jours dans ma chambre pour me faire parler. Mais je me sentais super bien ! Je souriais tout le temps, j’étais sur mon petit nuage. Dans les yeux de l’équipe médicale, j’avais l’impression qu’ils avaient une démente en face d’eux. Ils me demandaient de parler de mon accouchement, avec un air grave, mais moi j’étais déjà passée à autre chose.

Après une semaine d’hospitalisation, la veille de rentrer chez moi, je me suis dis que si mon moral était si bon, j’allais forcément le payer une fois à la maison. Je m’attendais à accueillir le baby blues…

Et bien non. Même pas. J’étais ravie de rentrer chez moi, de retrouver ma chambre, PetitePerle, mes habitudes… Je crois que mon cerveau s’est mis en mode « automatique ». Même quand deux jours après notre retour à la maison Barbouille a dû être hospitalisé pour une grosse chute de poids, j’avais un moral d’acier.

Un mental de vainqueur, une forme olympique (dans ma tête) et l’envie de faire pleins de choses, tout allait bien ! Sauf que …

Quand le physique est à la traîne

Je souffrais terriblement. J’ai eu nettement plus mal que pour mon premier accouchement.

Le premier levé post-accouchement a été vraiment difficile. Mais le pire était ma cicatrice. Elle est tout bonnement horrible : très longue (près de vingt centimètres), haute sur le pubis (elle dépasse du maillot de bain) et complètement asymétrique. Il n’y a pas un professionnel qui l’a vue sans crier au scandale. Mon gynécologue m’a même dit que je devais me faire opérer à nouveau pour la faire rattraper.

Forcément, mon ventre me fait souffrir, j’ai des hématomes sur le pubis et sur le bas du ventre. Chaque mouvement n’est que souffrance et comme je suis allergique à l’ibuprofène, c’est au doliprane que j’atténue les douleurs… Efficacité proche du néant !

Ensuite s’en vient la magique montée de lait. Je n’ai pu allaiter Barbouille que vingt-quatre heures, mes douleurs ont eu raison de la mise au sein. En plus, les crevasses ont à nouveau fait leur apparition. La montée de lait a été brève mais intense. Du coup j’ai eu très mal mais uniquement sur une journée et une nuit.

Autant à l’hôpital je rongeais mon frein en sachant que les douleurs disparaîtraient rapidement une fois chez moi, autant à la maison je me sentais complètement diminuée. Heureusement que ma sage-femme venait tous les deux jours pour vérifier la prise de poids de Barbouille et ma cicatrisation, j’étais incapable de faire plus de dix pas d’affilé. Je me rappelle avoir tourné au doliprane pendant plus d’un mois.

Lorsque j’ai pu recommencer à bouger, je suis allée faire des séances de rééducation abdominale chez une super kiné qui me travaille la cicatrice pour supprimer les adhérences. C’est très douloureux mais rudement efficace !

crédit photo : Free-Photo

L’un de ne va pas sans l’autre

Les suites de couches de cet accouchement sont complètement à l’inverse de celles de mon premier bébé.

J’avais envie d’aller me promener en poussette, de faire du ménage, de cuisiner mais mon corps me rappelait à l’ordre trop souvent. J’ai eu beaucoup de mal avec cette envie viscérale de bouger mais cette incapacité à le faire.

Je me rappelle une fois, à quinze jours post-accouchement, je me suis fais violence pour sortir me promener. Au bout de trente mètres je pleurais de douleur et j’ai mis plusieurs jours à m’en remettre.

Je dirais qu’il a fallu presque deux mois pour que je retrouve ma forme !

Et toi ? As-tu souffert physiquement des suites de couches ? Etait-ce plutôt le moral ? Ou au contraire, est-ce que tout s’est bien passé ? Dis-nous tout !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame C

Merci pour un tel témoignage. Clairement les suites de couches et les douleurs post-cesarienne sont affreuses…

Petite question technique: tu as commencé le kiné seulement 15 j après l’accouchement ? Combien de séances?

le 29/09/2018 à 08h51 | Répondre

Doupiou

J’ai commencé les séances environ 2 mois après l’accouchement. C’était des séances de massages pour retirer les adhérences, des ventouses et un peu d’exercices de respiration pour travailler les abdos. J’ai eu environ une grosse vingtaine de séances dont les 2/3 étaient surtout basées sur le travail de la cicatrice pour éviter de repasser par la case opération !

le 29/09/2018 à 10h00 | Répondre

Madame C

La case laser et piqures n’etait pas top pour moi, mais sans doute mieux que l’operation.

le 29/09/2018 à 22h43 | Répondre

Doupiou

Les piqures ? Je suis curieuse ! De quoi ? Comment ça fonctionne ?

le 01/10/2018 à 08h51 | Répondre

Loutre

Je suis désolée des douleurs que tu as endurées. Mais je suis très rassurée que ton moral était si bon. Pour ma première grossesse j’ai connu un gros baby blues de 3 mois. Pour cette seconde grossesse, je suis à nouveau très fragile émotionnellement. J’espère vraiment connaître cet état de bien être post accouchement. Car je culpabilise énormément de me sentir si faible.

le 01/10/2018 à 11h42 | Répondre

Doupiou

Surtout ne reste pas seule face à tes inquiétudes. Le baby blues ou la dépression du post-portum sont des réalité. Peux-tu te faire aider ? Par ta sage-femme, un psy, un proche ? Ne culpabilise pas, tu viens de donner la vie. De faire un acte extrêmement épuisant sur le physique et sur le moral.
Prends le temps qu’il te faut et respire : tu es une guerrière !

le 02/10/2018 à 16h41 | Répondre

Madame C

Dès micro piqûres avec des seringues de pédiatrie sur toute la longueur de la cicatrice, aller et retour.
Une torture…

Un mal nécessaire car l’adherence A disparu ensuite. Quant au niveau esthétique, la cicatrice s’est estompée au bout de deux ans.

le 02/10/2018 à 22h50 | Répondre

Nala

Ton article est très touchant Doupiou. Le moral est primordial dans les suites de couches, mais on fait bien trop souvent l’impasse sur le côté physique… qui peut parfois jouer sur l’apparition d’une dépression du post-partum 🙁
J’ai connu à peu près le même ressenti que toi, après ma première césarienne. Ma cicatrice surtout, était un véritable déchirement pour moi ! Je ne supportais plus de me voir dans un miroir et je souffrais terriblement… J’ai subi une nouvelle césarienne pour ma seconde grossesse, qui m’a plus ou moins bien réconciliée avec l’acte chirurgical en lui-même mais aussi sur l’après 🙂 Ma cicatrice ne se voit pratiquement plus et j’ai pu reprendre une vie normale, quelques jours seulement après notre retour à la maison.

Ta force de caractère t’a aidée à surmonter un second baby blues et à aller de l’avant, en particulier d’un point de vue physique. Tu as su te prendre en main 🙂

le 03/10/2018 à 11h49 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Je suis heureuse de lire que finalement, tu as très bien surmonté cette épreuve psychologiquement! Je ne sais pas si j’aurais été si bien à ta place…
Mais qu’Est-ce que ça a du être difficile physiquement. Je me suis très bien remise de ma césarienne donc j’ai un peu de mal à imaginer. Ca ne t’a pas fatigué moralement?
Je trouve que tu as eu une sacré force de caractère!!!
J’espère qu’aujourd’hui ta cicatrice ne te fait plus souffrir et qu’elle s’est un peu améliorée esthétiquement parlant!

le 03/10/2018 à 13h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?