Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Notre diversification alimentaire très permissive


Publié le 29 avril 2016 par Miss Chat

Suite à mon article sur nos sacro-saints principes parentaux, quelques lectrices avaient relevé la manière dont nous avions instauré la diversification alimentaire de notre fille. J’avais donc envie de t’expliquer plus en détail le principe de cette diversification, et ce qui nous avait motivés à l’adopter.

Toutefois, c’est un sujet délicat : ce qu’on a appliqué tient plus du domaine médical que d’une préférence éducative. Nous avons fait ce choix sur la base de sources médicales et scientifiques, sur la base de l’héritage allergique de notre fille, etc. C’est donc un choix réfléchi et mesuré, et je recommande à tout parent de d’abord en discuter avec son pédiatre, ou de très bien se renseigner en amont.

Tout donner pour la diversification alimentaire

Crédits photo (creative commons) : Michael Stern

La diversification « permissive », c’est quoi ?

Le but de la diversification permissive (elle n’a pas de nom officiel, évidemment, c’est une appellation 100% originale de ton auteur dévouée – moi-même), c’est de diminuer l’apparition des allergies alimentaires.

Comment ?

En profitant de ce qu’on appelle la « fenêtre de tolérance » du bébé : entre 4 et 6 mois, on soumet le système immunitaire de l’enfant au contact du plus d’aliments possible, dans le but de développer sa tolérance aux différents allergènes qu’il pourrait rencontrer.

En très vulgarisé, un allergène est une substance pouvant déclencher une réaction allergique chez la personne qui y serait sensible. Un allergène peut donc être très dangereux pour certaines personnes, et absolument inoffensif pour d’autres !

Pendant la période 4-6 mois, donc, le système du bébé est censé pouvoir faire passer les allergènes en douceur et progressivement habituer l’enfant à les rencontrer sans réaction excessive.

D’où sort cette théorie ?

Cette méthode de diversification se base sur les découvertes les plus récentes en allergologie, qui ont pointé du doigt l’augmentation drastique des allergies depuis une dizaine d’années.

Selon une bonne majorité de la communauté scientifique, la tendance des années 2000 à repousser l’introduction des aliments et à en éliminer carrément certains de l’alimentation des bébés a joué un rôle majeur dans l’augmentation du nombre d’allergies chez les enfants. Des études ont donc été menées, on a comparé les pratiques dans le monde entier… et, conclusion, on fait marche arrière et on tente une nouvelle approche !

Il s’agit donc de faire manger le plus d’aliments possible au bébé entre 4 et 6 mois : tous les fruits, légumes, viandes, poissons, produits de la mer, laitages, céréales, féculents… tous !! Oui oui, je te vois venir : oui aussi aux huîtres, à la cacahuète et à l’œuf !

Bon, il ne faut quand même pas oublier qu’on parle de nourrir notre bébé de 4 mois, donc on garde quelques règles en tête : on réduit tout en purée ou en petits morceaux fondants pour faciliter l’ingestion, et surtout, si ça ne passe pas, on ne force pas !

Pourquoi nous avons fait ce choix ?

C’est notre pédiatre allergologue qui nous a expliqué tout ça, quand le sujet de la diversification est venu sur le tapis. Ayant appris que mon mari avait été chercheur et travaillait dans le domaine pharmaceutique, il a dû trouver cet interlocuteur à son goût, puisque une discussion de dix minutes a suivi sur les allergènes, les protéines et des mots-bizarres-que-moi-petite-littéraire-pas-comprendre (je t’ai déjà parlé de ce que ça faisait d’être mariée à un docteur en chimie quand tu n’as jamais réussi à retenir les règles de nomenclature ?).

On est ressortis de cette visite avec des références d’articles et d’études à aller consulter, et avec la curiosité bien aiguisée ! L’idée de pouvoir donner de tout à notre Croquette, aussi tôt, nous semblait super attirante et intrigante. Après moult lectures et recherches, l’homme a donc décidé de sauter le pas et de se lancer dans l’aventure.

Mais on n’a pas fait ça n’importe comment non plus : le but, c’était d’habituer Croquette doucement aux allergènes potentiels, pas de lui fourrer une huître crue en bouche pour son premier repas solide ! On a donc suivi les recommandations de notre pédiatre, complétées par d’autres trouvées dans quelques études.

(Parenthèse pour parer aux questions : les études que nous avons consultées ne sont pas toujours accessibles au grand public, mais tu peux trouver facilement celles qui le sont en faisant une recherche sur Google Scholar, un moteur de recherche topitop pour trouver des articles scientifiques sur tout et n’importe quoi !)

Comme je l’avais expliqué dans mon article précédent, si l’enfant est déjà allergique à sa naissance, cette méthode de diversification ne sert à rien ! Elle ne fera pas disparaître l’allergie. Par ailleurs, les enfants dont les parents sont eux-mêmes allergiques présentent un terrain plus propice : le risque étant plus grand, il faut être encore plus vigilant et en discuter avec du personnel médical.

Cette méthode implique aussi d’être particulièrement attentif aux signes et à la santé de l’enfant, pour pouvoir réagir vite et bien en cas de réaction allergique.

Enfin, c’est évidemment mieux de tenir compte, pour le confort de l’enfant, de la facilité avec laquelle il peut manger ou non certains aliments. La cacahuète, par exemple, ce n’est pas facile quand tu as 4 mois et aucune dent, donc on conseille plutôt de faire goûter une pâte de cacahuète, sans sel ajouté (et soyons fous : bio, idéalement).

Mise en pratique : la (dure) réalité du terrain !

Mon mari et moi ne sommes allergiques à rien (lui est parfois un peu sensible aux laitages, mais c’est tout). Notre fille n’était donc pas dans une situation à risque, et nous pouvions nous permettre de pratiquer cette méthode de diversification. Depuis ses 4 mois, notre fille mange donc de tout, en purée (on a essayé les morceaux, aucun succès : elle commence à peine à essayer de les manger à 10 mois). Enfin, de presque tout…

Même si l’idée de lui refiler une tartine au beurre de cacahuète nous branchait, on n’a finalement pas sauté le pas : paradoxalement, ça nous semblait vraiment bizarre de lui donner cet arachide si décrié ! On n’a pas essayé les huîtres non plus : question de logistique, surtout. Mais on a donné du scampi et des coquillages, qui ont rencontré un grand succès. Notre fille n’a fait aucune réaction à ces aliments, et continue d’en manger régulièrement. Au grand dam de la directrice de la crèche, qui trouvait inconcevable de donner des crustacés à un bébé de 5 mois et a essayé de nous convaincre d’arrêter…

Croquette raffole également des légumes et les digère très bien, rien à signaler, donc… à l’exception des champignons ! La première fois qu’on lui en a donné, elle a pleurniché tout le repas, puis a fait une légère réaction cutanée sur ses petites fesses dans les heures qui ont suivi. On voyait clairement qu’elle était dérangée. On a attendu quelques semaines, puis on a réessayé de lui donner des champignons de Paris, cuits et mixés dans sa purée journalière. Elle a goûté une cuillerée, puis a carrément refusé de manger. C’était clair et net : le champi, c’est pas pour bibi ! Nous avons décidé de ne plus lui en donner avant au moins 12 ou 15 mois. On refera un test alors et on avisera, petit à petit…

Croquette n’est pas vraiment une grande fan de fruits. Elle mange de la pomme, de la banane, parfois un peu de poire, elle boit du jus d’orange… mais c’est à peu près tout. Notre tentative avec un kiwi, par exemple, s’est soldée par exactement le même résultat qu’avec les champignons ! Puisqu’elle réagit au kiwi, il y a un risque d’allergies croisées : ça veut dire qu’il y a de fortes chances pour qu’elle réagisse également à la fraise et au latex, par exemple. Nous sommes donc prudents par rapport à ces éléments (enfin, surtout par rapport à la fraise… le latex, elle découvrira elle-même en temps et en heure, si tu me suis). La fraise en confiture ou en yaourt n’a aucun effet sur elle, mais le jour où on lui donnera une vraie fraise à manger, on le fera avec beaucoup de précautions et en observant attentivement les réactions de son petit corps.

Notre fille n’a que 10 mois, et par conséquent, nous n’avons pas encore assez de recul pour dire s’il y a un impact réel sur sa tolérance aux aliments. Quel que soit le résultat, cette expérience a au moins le mérite d’être intéressante pour tous, autant pour le parent, qui n’a pas à se limiter en cuisine, que pour l’enfant, qui a la possibilité de découvrir plein de nouvelles saveurs !

Et toi ? Ça te semble vraiment bizarre, de donner de tout à un si petit bébé ? Ou tu pourrais tenter une telle diversification ? Allez, dis-moi que je t’ai un peu convaincue !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

38   Commentaires Laisser un commentaire ?

Hermy

J’avais lu des articles en effet sur le fait de commencer la diversification un peu plus tôt et en introduisant le maximum d’aliments. Bon dans les faits à part les céréales qu’on a commencé tôt, le reste ça a attendu les 6 mois du choupi. Après notre pédiatre ne nous a pas vraiment restreint sur les fruits et légumes. La viande et le poissons un peu plus.
J’ai bien rigolé pour les morceaux, on a le même à la maison (en pire même, nous il a commencé à vraiment accepté vers 15 mois).

le 29/04/2016 à 08h08 | Répondre

Miss Chat

On vous avait restreint la viande ? Ah ça, je ne savais pas que ça se faisait. C’était quoi par exemple ?
15 mois, ça promet 🙁

le 03/05/2016 à 14h22 | Répondre

Marie g

Bonjour, article tres interressant pour moi car nous sommes dans un petit dilleme avec ma fille, ma puce vient d’avoir 6 mois et nous avons detecter une allergie au PLV et aux oeufs ! Apres prise de sang et tests cest officiel ! …. Notre pediatre allergologue aimerait que l’on commence a introduire la cacahuète car elle n’a pas d’allergene aux arachides. d’après les etudes recentes si on introduit les cacahuetes maintenant il y a moins de chance quelle soit allergique aux arachides plus tard . Je ne sais pas trop quoi en penser nous allons sans doute tester une petite quantite ce we…

le 29/04/2016 à 08h17 | Répondre

Miss Chat

Vu que ta puce a déjà des allergies, ça peut en effet être intéressant d’essayer d’en prévenir d’autre. Si vous suivez l’avis de votre pédiatre, reviens nous raconter comment ça s’est passé !

le 03/05/2016 à 14h24 | Répondre

Melimelanie

Alors là tu m’intéresses!!! Je suis en plein questionnement sur la diversification alimentaire de petit habitant. Et je dois dire que sur ce sujet ma médecin n’est pas directive du tout! Elle nous a seulement dit de commencer à 5 mois (elle a tranché entre 4 et 6 lol).

Du coup je compte commencer jeudi prochain (profiter du week end prolongé vu que j’ai la possibilité de faire le pont) mais je ne sais pas du tout par ou commencer.
Ton approche m’intéresse encore plus étant donné que j’ai certaines allergies et que j’ai très peur de lui avoir transmis et tu m’a permis de répondre à certaines de mes questions 🙂

Merci pour cette article.

le 29/04/2016 à 08h26 | Répondre

Miss Chat

5 mois, ça me semble bien aussi haha ! Tiens-nous au courant, ça m’intéresse d’avoir d’autres retours d’expérience sur le sujet 🙂
J’ai trouvé ça très difficile de commencer la diversification… Il y a tellement de possibilités. Si je me souviens bien, on avait commencé en douceur par une purée patates-courgette (sans protéine donc, pour l’habituer au goût des légumes) et c’est passé comme une lettre à la poste !

le 03/05/2016 à 14h28 | Répondre

Flora

Merci pour les précisions, j’aime bien l’idée, je vais garder ça dans un coin de ma mémoire 🙂
Sinon moi je mange la cacahouète à toute les sauces et si ça t’intéresse je peux te donner des idées. Mixer des cacahouètes grillées et mettre un peu de poudre dans une sauce ou purée par exemple.

le 29/04/2016 à 09h29 | Répondre

Miss Chat

Ah oui des idées, je prends !! Pour le moment, on n’a toujours pas tenté… Si on le fait, ça sera plus pour le fun qu’autre chose donc mais du coup, je veux bien quelques pistes 😉

le 03/05/2016 à 14h32 | Répondre

pitch

c’est très intéressant surtout que je pense que ca s’appliquait deja pour nous, je ne pense pas que ma maman ait jamais fait attention a ce qu’elle me donnait à manger. il parait que j’adorais les cornichons et la moutarde 🙂 sinon pour le latex, on en trouve même dans des produits pour les nourissons, comme les sucettes/ tétines de biberon, couches (et oui!), ballons de baudruches …

le 29/04/2016 à 09h51 | Répondre

Miss Chat

… ou dans les lunettes ! On peut en retrouver en effet dans beaucoup de produits différents mais comme les quantités varient, il est possible de ne pas réagir à tout apparemment (je n’ai qu’une amie comme référence en matière d’allergie au latex donc mon savoir se limite à cela 😉 )
La moutarde, c’est quand même inhabituel vu que c’est fort ! Tu étais un bébé valeureux 🙂

le 03/05/2016 à 14h41 | Répondre

Madame Vélo

J’avais en effet lu et entendu que le monde médical revenait en arrière concernant les recommandations alimentaires pour les bébés. A vrai dire moi je me suis basée sur une chose : puisque j’allaite et que je ne me prive de rien, mon bébé est en contact de tout ce que je mange, ce qui lui permet de s’approprier les goûts et d’habituer son corps à tout. J’ai donné de l’oeuf entier (jaune + blanc) dès le début des protéines, sans savoir que c’était potentiellement allergène. En fait je lui cuisine ce que j’ai sous la main, ce qui se vend au marché des producteurs, et ce qu’on mange nous-même, et pour l’instant tout est passé (ou presque !). Merci pour ton article, ça permet de se conforter dans ce qu’on fait, et de ne pas avoir peur de donner quelque chose « si décrié » comme tu dis ! (Ceci dit je n’oserais pas lui donner des moules si tôt quand même ^^)

le 29/04/2016 à 10h00 | Répondre

Miss Chat

Entièrement d’accord avec toi pour l’allaitement qui met en contact, c’était une des mes motivations pour allaiter ! Je pense sincèrement que le fait de leur présenter naturellement des aliments différents leur permet de mieux appréhender la nourriture les années suivantes… On verra si cette impression se confirme !
Pour les moules, testées ici … et pas appréciées ! Mais c’était le goût qui ne passait pas 😉

le 03/05/2016 à 15h59 | Répondre

Madame D

Quand je pense qu’on nous a demandé de faire tout l’inverse … Pas de fruit exotique avant ses 1 ans et pleins d’autres trucs …
Tu m’as convaincu pour un deuxième !

le 29/04/2016 à 10h32 | Répondre

Miss Chat

J’ai hâte de savoir comment ça se passera 😀

le 03/05/2016 à 16h00 | Répondre

Madame Irbis

C’est marrant, mais je suis plus de l’école « attendre un peu plus longtemps mais donner de tout » !
Mais gros terrain allergique dans nos deux familles. Donc chouchou est resté au bib (sans PLV !) jusqu’à ses 6 / 7 mois et depuis on diversifie un peu comme ça vient.
Je lui ai donné de tout sans aucune restriction, sauf le lait de vache (et tout ce qui en contient) où j’ai commencé tout doucement pour augmenter et finir avec du lait pur.
Nous avons eu des réactions pour la tomate (pas de boutons, mais une digestion perturbée), après quelques mois d’attente tout est rentré dans l’ordre. Et j’ai cru deviner que la patate douce n’était pas à son goût ^^
Par contre, je te rejoins entièrement sur le fait de faire goûter de tout !

le 29/04/2016 à 10h54 | Répondre

Miss Chat

Oui, honnêtement, je ne crois pas que j’aurais tenté le coup avec un bébé déjà allergique et la génétique dans le camp adverse ! Du coup, je comprends que ton fils boit maintenant du lait « normalement » ? Je ne pensais pas que tu pouvais inverser cette allergie.

le 03/05/2016 à 16h04 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’aime bien cette idée aussi et en tant que chercheuse, cela me parle énormément tout comme ce que tu disais vis à vis de la réaction du médecin. Quand je dis que je suis chercheuse en biologie, les médecins ont tous tendance à me parler plus et à m’expliquer !!!
Pour un enfant, je retiens cette méthode. Je suis souvent un peu frustrée de ne pas pouvoir donner telle ou telle chose à un enfant surtout quand il est jeune.

le 29/04/2016 à 11h25 | Répondre

Miss Chat

Hihi oui tu dois connaître ça aussi ! Surtout si tu es en bio en plus (mon mari est biochimiste donc j’imagine très bien).
Il faut se lâcheeeer ! 😉 Bon, sans trop exagérer normalement (hier, elle a eu quelques cuillerées de Danette au chocolat, c’est mal 🙁 )

le 03/05/2016 à 16h09 | Répondre

Doupiou

Chouette ! J’adore les articles sur la diversification ! Tu m’as convaincue!
Moi qui me prends la tête et qui suis scrupuleusement les quantités et les légumes / fruits à ne pas intégrer trop tôt, je pense que je serais beaucoup plus permissive pour un second !
En fait j’adore le terme de « permissive » ! C’est top !

le 29/04/2016 à 11h30 | Répondre

Miss Chat

Je crois que ce n’est peut-être pas trop tard pour augmenter le nombre d’aliments que tu lui donnes, si ça vous intéresse. Au pire, si ça ne passe pas, tu laisses passer quelques mois 😉
Pour les quantités, on a pris le parti de ne pas écouter le pédiatre par contre donc je ne suis pas de bon conseil pour ça… (et même en donnant plus, notre fille est quand même une crevette)

le 03/05/2016 à 16h45 | Répondre

Chacha d'avril

Ohlala ! Rien à voir avec ce que je fais actuellement avec Petite Fleur !
Ici, comme Doupiou, je suis à la lettre les recommandations du médecin : avant 6 mois seulement certains légumes, ect…
Je n’ai même pas encore commencé les protéines et les féculents (Petite Fleur a vomi les céréales qu’on lui a donné et on a pas réessayé depuis).
Peut-être que pour un second je me prendrais moins la tête, en sachant qu’en plus ça peut être bon pour éviter les allergies (nombreuses dans la famille de l’Homme).

le 29/04/2016 à 11h39 | Répondre

Miss Chat

Je comprends que les médecins s’attachent encore à ces habitudes alimentaires car le recul sur cette pratique-ci est encore assez faible. Mais c’est dommage qu’ils ne creusent pas plus le sujet à mon sens.
Pour les féculents, même les pommes de terre ? Bon je ne te force pas évidemment mais pour les protéines et les féculents, même en suivant les recommandations habituelles, tu peux donner du jaune d’oeuf, du jambon et des pommes de terre sans souci normalement, c’est bizarre que votre médecin ait dit ça 🙁

le 03/05/2016 à 16h52 | Répondre

Albertine (voir son site)

J’adore ton article ! Même si je suis encore loin de la diversification alimentaire j’avoue que ce que tu décris me conforte complètement dans ce que j’avais lu et envie de faire. Grâce à toi je suis entièrement convaincue et je n’hésiterai pas à faire pareil surtout que nous n’avons aucun terrain allergique de notre côté. Bref : merci merci merci !!!

le 29/04/2016 à 13h08 | Répondre

Miss Chat

La diversification arrive plus vite que ce qu’on ne croit hahaha ! Je me réjouis de savoir ce que tu en penseras dans ce cas 😉

le 03/05/2016 à 16h53 | Répondre

Emilie

Ma pédiatre ma dis pour la visite du 6 ème mois de ma fille, que je pouvais dorénavant lui donner de tout à manger (toujours sous forme de purée et cuit bien sûr)…
Je lui ai demander si pour les oeufs, les fruits rouges, les aliments un peu sensibles… si ce n’était pas trop tôt et elle a répondu qu’il fallait qu’elle est goûté à tout vers ses 9 mois.
Du coup je teste et je regarde en fonction de ses réactions… mais jusqu’à présent notre fille qui va sur 7 mois aime tout 🙂

le 29/04/2016 à 13h34 | Répondre

Madame Louli

Ma pédiatre fonctionne pareil.
Alors très vite ma fille a goûté à tout. Elle mangeait des morceaux dès 9 mois et a dévoré des fraises l’an dernier par exemple.
Aujourd’hui elle a 20 mois et continue à manger de tout. MAIS j’ai l’impression qu’elle fait des petites réactions à la tomate et aux fruits rouges. Elle commence à avoir une espèce de dartre autour de la bouche. Mais on surveille. Nous verrons avec son pédiatre la prochaine fois que nous la verrons.
En revanche on n’a pas osé les arachides encore. Mais c’est à peu près le seul ingrédient allergène qu’on n’a pas testé.

le 29/04/2016 à 14h30 | Répondre

Mlle Mora

J’avoue que pour ma fille on devait respecter certains aliments à donner ou pas avant un certain âge, mais à 6 mois elle était curieuse de tout, donc elle a gouté à tout (on a cependant pas donné de lait de vache avant ses 18 mois, et pas de gâteaux, coca et autres joies ultras sucrées, je parle uniquement des fruits/legumes/poisson/viande)
Résultat des courses à 2 ans, pas d’allergie du tout, elle adooore les moules (étonnant !), elle veut bien goûter à tout, mais ses goûts commencent à s’affiner et elle n’aime plus tout comme avant, mais bon c’est qu’elle grandit aussi !

le 29/04/2016 à 13h56 | Répondre

LiLi Confetti (voir son site)

Billet intéressant. Je dois dire que je ne me suis pas vraiment posée de questions avec ma fille. Elle avait quelques coliques douloureuses et j’avais lu que la diversification alimentaire pouvait la soulager. Nous avons commencé à introduire du « solide » vers 3mois 1/2 Naturellement, j’ai voulu lui faire goûter le plus possible différents aliments surtout qu’ à un certain âge les enfants ont la néophobie alimentaire.Par contre je n’ai jamais osé lui faire goûter des crustacés. Elle a 2 ans 1/2 et elle n’a jamais mangé de moules, de crabes … Elle a juste goûté une fois une crevette.
On essayera d’introduire en petite quantité et observer s’il y a une réaction.

x LiLi Confetti x

le 29/04/2016 à 15h07 | Répondre

Alice

Quid des recommandations de l’oms ?

le 29/04/2016 à 15h34 | Répondre

Sooshi

Article très intéressant 🙂 Aurais-tu les liens des articles en question, par hasard ? Je suis étudiante sage-femme, j’aimerais bien en discuter avec mes profs ^.^

le 29/04/2016 à 19h37 | Répondre

Weena (voir son site)

Je savais aussi que les dernières études revenait en arrière en matière d’introduction des différents aliments.
Avec FeuFolet, j’ai surtout fonctionné au feeling : légume et fruit de saison, en fonction des occasions, ect. c’est comme ça qu’un week-end à pâque, il s’est enfilé une bonne dose de blanc-mangé aux amandes avant que quiconque percute qu’on lui avait donné des fruit à coque XD. Pour l’instant, aucune réaction à signalé, mais ni son père, ni moi n’avons d’allergie alimentaire. Par contre, son père à un terrain allergique aux pollens, mais là, je ne vois pas comment prévenir ce risque …

le 29/04/2016 à 21h52 | Répondre

Karine (voir son site)

Très intéressant, en tant que diet j’avais entendu parler de cette nouvelle vague pour la gestion (ou pas) des allergies. Je vais filer sur Google Scholar voir ce que les etudes en disent (si tu as de bonnes ref je suis preneuse).

le 30/04/2016 à 03h23 | Répondre

Claire (voir son site)

Merci pour ton article très intéressant.
Avec ma fille, je n’ai pas commencé la diversification alimentaire avant ses 6 mois mais je l’allaite donc tout ce que je mange, elle goute aussi du coup. Par contre, il est vrai qu’elle a toujours été intéressé par ce qu’il y avait dans nos assiette donc je lui ai toujours un peu fait gouter. Jamais dans de grande quantité car ce qui l’intéressait, c’étais juste gouter.
Maintenant, elle a 15 mois et et lui arrive de temps en temps de manger exactement la même chose que nous et pour le moment on a pas trop eu de soucis. En fait, je pense qu’il faut arrêter de se prendre trop la tête. Enfin, ça c’est ma devise. Parce que de toute manière, les recommandation change tous les 4 matin. Je pense qu’il faut surtout écouter son enfant et s’écouter non même. Si notre enfant n’est pas prêt, il saura se faire entendre et s’il a envie de quelque chose, je ne voit pas pourquoi je suis refuserait! (Bien sur sauf si cela met sa sécurité en danger 😉 )

le 30/04/2016 à 15h20 | Répondre

Madame l'Abeille

Merci pour ton article très intéressant, on voit que toi et ton mari vous avez « documenté » votre choix de diversification et je trouve ça chouette d’avoir des sources fiables.

J’ai été récemment à une formation en allergologie où j’ai découvert cette façon de faire (je me rends compte que je la pratiquais déjà sur ma fille parce qu’elle a toujours goûté ce qu’on mange). L’allergologue conseillait que l’enfant ait goûté de tout entre 6 et 12 mois.

Petite remarque par rapport à la fraise : contrairement à l’arachide et au kiwi par exemple, il s’agit d’une fausse allergie. Le fait d’en manger peut donner des signes d’allergie (urticaire par exemple) mais moins sévères qu’une vraie allergie alimentaire. La fraise peut déclencher une libération non spécifique d’histamine qui donne ces signes allergiques sans gravité, mais elle ne met pas en jeu de réaction immunitaire avec des anticorps comme dans les vraie allergies alimentaires.

le 30/04/2016 à 23h51 | Répondre

Étoile (voir son site)

Article très instructif ! Petit Prince a sept mois et demi, et nous devons juste éviter d’après notre pédiatre : le saumon (même si il a déjà goûté par deux fois…), les fruits exotiques (idem je ne savais pas donc j’ai donné de la mangue une fois et plein de fois du kiwi !!!) et les céréales car Monsieur est bien portant ! Par contre, je ne teste pas certaines choses comme les cacahouètes tout simplement, parce que je n’ai pas de réelles occasions d’essayer !

le 01/05/2016 à 09h51 | Répondre

Banane

Juste une remarque rapide (j’ai sommeil 🙂 ) : un de mes collègues était allergique au latex, je crois me souvenir qu’il y en a dans l’avocat aussi.

le 19/05/2016 à 22h45 | Répondre

amariss

Merci pour cet article très intéressant. Cela rejoint ce que m’a dit la SF. Ma puce a 3 mois 1/2, et nous commençons à envisager la diversification, notamment parce qu’elle n’aime pas son lait (lait à base d’acides aminés, car grosse suspicion d’iplv, et terrain familial favorable aux allergies, son grand frère était iplv, allergique à l’oeuf, mais c’est passé, et tjs allergique à la pistache et à la noix de cajou).
Nous avons un pédiatre allegologue pas loin, je pense prendre rdv (ce n’est pas lui qui suit notre grand). Quand on pense que dans les années 80 on diversifiait les enfants à 2 mois… on est entre temps passé d’un extrême à l’autre… 4 mois me semble pas mal !

le 26/07/2016 à 13h59 | Répondre

Rébecca

Bonjour,

Merci pour cet article qui fait déculpabiliser. Ma fille a 5mois et demi et je n’en peux plus de lire tout et son contraire sur la diversification…
Du coup, quand elle tend la main pour goûter à ce qu’on mange, je lui donne et basta! Si elle fait une réaction là on avisera.
Après vous avoir lue je compte essayer les crustacés. En période de Noël ça serait chou de la voir manger des crevettes ou du saumon avec nous à table.
En tout cas merci, je me sens plus légère et sereine quant à mener la diversification de ma princesse comme je l’entends !
Bonne continuation

le 10/12/2017 à 04h49 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?