Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Education : faire comprendre les interdits à un bambin de 18 mois


Publié le 18 août 2014 par Anne Delacour

« J’ai l’impression de dire non à mon bébé de 18 mois sans arrêt… Et franchement, j’ai l’impression que ça ne marche pas. Je me retrouve à toujours répéter la même chose et lui, il continue.

Comment faire pour lui faire comprendre qu’il y a des choses qu’il ne doit pas faire ? »

Lisa, maman de Tibo

conseil éducation - apprendre le non à un enfant de 18 mois

Crédits photo (creative commons) : Graniers

Lisa, je compatis à 100% ! Parfois j’ai l’impression d’être un disque rayé.

« Non, ça c’est mon téléphone et je veux pas que tu joues avec. »
« Non, ne mets pas les pieds dans la gamelle du chien ! »
« Non, tu ne peux pas te détacher quand tu es dans la poussette. »

J’ai envie de me fabriquer des pancartes que je pourrais brandir en cas de besoin pour éviter de radoter toujours la même chose.

(Surtout que sans vouloir te décourager, ça continue bien après 18 mois, hein. Range ta chambre, fais tes devoirs, lave-toi les dents, dis bonjour à la dame, dis merci au monsieur, ne tape pas ta soeur… Ce n’est pas un hasard si Dutronc en a fait une chanson.)

Toujours répéter la même chose, c’est vraiment pénible. Mais malheureusement, c’est vraiment indispensable.

La capacité d’attention d’un bébé de cet âge-là est très réduite, quelques minutes tout au plus, et ils oublient vite. Et de même qu’ils apprennent petit à petit à parler en entendant chaque jour encore et encore les mêmes mots, ils apprennent petit à petit à retenir et respecter les interdits en s’y confrontant chaque jour, encore et encore.

La patience est donc l’astuce numéro un. Promis ça vient. Un jour ils arrêtent de vouloir manger les croquettes du chien et ils comprennent que jeter des cailloux au square n’est pas acceptable.

En attendant, je peux quand même te donner les tuyaux les plus efficaces que j’ai glané au fil de mes 1001 lectures sur l’éducation des enfants et que j’ai testé sur mes (presque 1001) enfants.

Toutes ces techniques ont fonctionné pour moi (et fonctionnent encore : ma petite dernière de 16 mois est en plein dans cette phase), mais pas forcément au même moment, donc n’hésite pas à tester et à voir ce qui marche le mieux pour toi et ton bébé.

Expliquer pourquoi c’est interdit (et y croire)

C’est la base de la base mais ça vaut le coup de le dire parce que parfois on oublie que nos enfants ne naissent pas avec les interdits inscrits dans les gênes.

Il faut tout leur expliquer.

Et par expliquer, je ne veux pas dire qu’il faut leur faire de grands discours sur « tu te rends compte, mon fils, tes cheveux sont très bouclés et si tu y écrases ta tartine de miel dedans, ça va coller et ça va être horrible à nettoyer et tu auras mal et tu vas pleurer et tu ne veux pas pleurer, hein, n’est-ce pas mon petit chéri, tu ne veux pas que maman te fasse pleurer, hein, alors sois gentil et arrête de mettre ta tartine dans les cheveux ».

Non. Un « la tartine va dans la bouche » suffit largement. Ne t’inquiète pas, bientôt il saura parler et s’il n’a pas encore compris pourquoi la tartine doit aller dans sa bouche plutôt que sur ses cheveux, il va te le demander. Comme plein d’autres choses.

« Expliquer », à 18 mois, ça veut aussi souvent dire « montrer ». Dire « ne t’approche pas du feu, ça brûle », c’est bien. Prendre sa petite main et l’approcher un peu (sans le brûler bien sûr !) pour qu’il sente que c’est chaud, c’est encore plus efficace.

Par contre, rien ne sert d’expliquer que quelque chose est interdit si tu n’y crois qu’à moitié. Si au fond de toi, en vrai, ça te fait bien rire quand ton fils fait la patouille sur sa tablette de chaise haute ou que tu trouves mignon qu’il éclabousse partout dans le bain, tu auras beau expliquer que c’est interdit, ça ne risque pas de marcher très bien. Garde ta salive pour les choses qui te tiennent vraiment à coeur.

Donner une alternative

Dire non à un enfant, c’est bien. Essentiel même. Mais ça ne lui dit pas ce que tu veux qu’il fasse à la place !

  • Tu ne veux pas qu’il te tape ? Rien de plus normal ! Prends lui sa main et montre-lui comment caresser ton bras en disant « caresse ».
  • Tu ne veux pas qu’il tape bruyamment avec sa cuillère sur la table ? Montre-lui qu’il peut taper sur son set de table qui amortit les chocs.
  • Tu ne veux pas qu’il déchire tes livres ? Donne-lui un vieux magazine à déchirer à la place.

De manière générale, tu peux t’entraîner à parler « au positif ». Dire « tu peux faire ça » au lieu de « ne fais pas ci », globalement, c’est toujours nettement plus efficace et ça te servira aussi quand il sera plus grand.

(Bonus : figure-toi que ça marche aussi avec les adultes, y compris avec les compagnons et les maris. A bon entendeur…)

Supprimer les tentations

Moins il y a de bêtises à faire, moins ton bébé fera de bêtises. C’est mathématique.

J’entends parfois des gens qui disent « oui, mais faut qu’il apprenne ! » Certes. Mais il faut savoir quel est ton objectif.

Personnellement, la qualité de la relation avec mon enfant et, accessoirement, ma tranquillité, sont bien plus importantes pour moi que le fait d’avoir une multitude de bibelots fragiles sur la table basse. Oui, c’est moins joli quand la gamelle du chien est posée en hauteur sur le tabouret du bar, mais si cela peut m’éviter de crier sur ma fille de 16 mois qui adore prendre des bains de pieds dedans, je peux vivre avec le fait que ma cuisine ne ressemble pas à une page de Elle Décoration pendant 1 ou 2 ans.

(Oui, parce que dès que mes enfants ont plus de 3 ans, par contre, c’est toujours impeccable et parfaitement décoré, chez moi. Jamais de bazar, tout est toujours assorti et rien n’est jamais cassé. Bien sûr. Evidemment. Dans mes rêves ! Mais je m’égare…)

De même, quand j’en ai eu assez de dire à ma fille d’arrêter de se mettre debout dans le caddie parce qu’elle me filait des sueurs froides (et me valait les regards désapprobateurs des mamies environnantes), j’ai fini par emporter systématiquement avec moi une vieille écharpe pour l’attacher dans le siège du caddie. Un jour elle comprendra qu’il faut rester assise. En attendant, je peux faire mes courses sans craindre pour sa sécurité ni lui crier dessus. (Et en prime, les mamies me disent qu’elle est mignonne. C’est pas beau, ça ?)

Connaître les limites de ton enfant (et les tiennes !)

Un enfant qui a faim, soif ou qui est fatigué peut se mettre à chouiner en se frottant les yeux, mais il peut aussi bien se mettre à faire toutes les bêtises possibles et imaginables. Peut-être pour attirer ton attention. Peut-être parce qu’il se sent bizarre parce qu’il a faim et qu’il cherche un moyen de faire sortir le mal-être. Je ne sais pas.

Je ne dis pas qu’il faut systématiquement fourrer un biscuit dans la bouche d’un bébé un peu turbulent, hein, au contraire ! Mais c’est vrai que parfois, il suffit de donner un peu d’eau ou une compote à un bébé pour que tout à coup il s’apaise et arrête de vouloir toucher à tout.

A un an et demi, mon fils cadet devenait une véritable pile électrique dès qu’il était fatigué. Et plus il était fatigué, plus il était surexcité. Il m’a fallu du temps pour comprendre que ça voulait juste dire qu’il fallait aller le coucher !

De même, parfois c’est nous qui sommes fatiguées ou irritables. Dans ces cas-là, les petites choses qui nous font sourire d’habitude peuvent être ultra agaçantes. Par exemple, quand elle veut quelque chose, ma petite dernière a pris l’habitude de dire « maman, maman, maman, maman, maman » en boucle jusqu’à ce qu’elle obtienne mon attention.

Quand je suis en forme je trouve ça super attendrissant (rhooo, mon petit bébé d’amour dit mamaaan !!). Quand je suis fatiguée, en revanche, j’avoue que j’ai plutôt envie qu’elle se taise. Et plus vite que ça, s’il te please.

Avoir conscience de mes besoins m’aide à rester calme (la plupart du temps, hein, je suis humaine) et surtout, à trouver des solutions, soit en prévention (« tiens, mon bébé, un jouet que j’avais caché dans mon sac ») soit en curatif (« mon chériiiiiiiiii, ta fille veut que tu lui changes sa couche ! »).

Détourner son attention

Ton bébé a une capacité d’attention de 34 secondes ? Sers-t’en !

« Oh, regarde ce magnifique jouet qui fait du bruit quand on appuie dessus ! »
« Oh, regarde le joli petit oiseau ! »
« Et si on chantait [oui, ok, pour la 348ème fois] bateau sur l’eau ? »

C’est pas toujours joli joli (« Oh, le bon petit biscuit !! ») mais parfois c’est exactement ce qu’il faut pour garder tout le monde en sécurité et de bonne humeur.

Tu peux aussi détourner son attention physiquement. En faisant attention à ne pas être violent, on peut utiliser la force pour rediriger gentiment mais fermement un enfant qui s’approche d’un objet interdit ou dangereux.

Regarder le monde à travers ses yeux

Un bébé de cet âge est dans la découverte et l’exploration du monde qui l’entoure. Il veut connaître les objets et comprendre les relations de cause à effet. Il veut apprendre, tout simplement !

En revanche, son objectif n’est PAS d’embêter ses parents. C’est à mon avis essentiel (même si c’est parfois difficile !) de garder cette vérité en tête à tout moment. A 18 mois, ton enfant ne fait pas des bêtises pour te faire suer, tu peux en être sûre !

Pourquoi c’est important ? Parce que quand on regarde le monde à travers les yeux d’un bébé, c’est plus facile d’être indulgent lorsqu’on découvre qu’il encore vidé tous les tiroirs de la commode par terre et que le sol de ta chambre est jonché de slips et de chaussettes. Mais bon sang mais c’est bien sûr, il faisait des expériences pour appréhender des concepts essentiels. Dedans et dehors. Caché et découvert. Ouvert et fermé.

Respire un bon coup et dis-toi que « chouette, il a appris plein de choses ! » (Oui, il faut respirer un bon coup – ou plusieurs – pour arriver à se dire ça, mais je t’assure, ça vaut le coup !)

Mieux encore, cela ouvre d’autres perspectives. Parce que si tu pars du principe qu’il ne fait pas ça pour « faire du bazar » mais juste pour « explorer et découvrir », tu peux alors voir qu’il sera tout aussi content de remettre les vêtements dans les tiroirs et de tout refermer ensuite. Plus de bazar dans ta chambre et il a appris encore d’autres choses ! Du gagnant-gagnant comme je les aime !

En rire dès que tu peux !

Je me souviens d’une fois où à 19 mois, mon fils aîné avait trouvé un flacon de vernis à ongle (rouge vermillon, tant qu’à faire) et s’était amusé à repeindre le parquet de mon appartement (où j’étais locataire, tant qu’à faire). Sur le coup, je t’avoue que j’ai eu beau respirer une dizaine de gros coups, je n’ai pas du tout vu les jolis motifs qu’il avait fait (tu es un artiste, mon fils !), ni le fait qu’il avait visiblement appris à dévisser un petit bouchon de ses gros doigts encore maladroits (quelle force tu as, mon fils !).

Non non. Je n’ai rien vu de tout cela. J’ai juste pêté un cable en voyant le désastre.

Aujourd’hui ? J’en rigole bien ! Et ça me fait une amusante histoire à raconter.

Alors parfois, quand je me rends compte que ma fille a consciencieusement vidé 2 paquets de 100 mouchoirs pour en tapisser le salon, je me permets d’en rire directement. Après tout, je sais que je vais en rire plus tard, alors pourquoi attendre ?

Eviter les punitions

Tu as peut-être remarqué que je n’ai pas mis de punitions (ni de temps mort ou d’isolement forcé) dans cette liste de solutions. C’est parce que je pense que punir un bébé de cet âge fait rentrer tout le monde dans un rapport de force qui n’est bon pour personne. Au mieux, ces méthodes sont inutiles, au pire elles sont néfastes.

Je suis persuadée (et les dernières études sur le développement du cerveau du bébé le confirment) qu’un enfant de cet âge ne peut pas faire le rapprochement entre son acte et la punition ou l’isolement qu’on lui impose. Certes, il comprend que tu es fâchée et il voit bien qu’il est isolé, mais il y a toutes les chances pour que la véritable raison lui échappe. Et en cherchant une raison dans sa petite tête, il arrivera même peut-être à la conclusion que c’est parce qu’il est quelqu’un de mauvais, ou parce que sa maman ne l’aime pas, ou dieu sait quelle autre raison logique pour un enfant de 18 mois.

De toutes façons, quand bien même il ferait l’association entre son acte et la punition, cela ne l’aiderait pas forcément à changer son comportement. Cela pourrait même être tout le contraire : « Quand j’éclabousse avec l’eau dans le bain, maman me sort du bain en criant. Est-ce que c’est comme ça que je dois faire si je veux sortir du bain ? ».

Donner une alternative (« tu peux éclabousser contre le mur ») ou supprimer les tentations (mettre un rideau de douche, mettre très peu d’eau, donner plutôt une douche) sera probablement plus efficace pour changer son comportement sur le long terme tout en préservant la relation entre ton fils et toi.

Pour aller plus loin

Il y a de nombreux livres sur l’éducation des bambins. Je te conseille notamment de lire les excellents livres d’Isabelle Filliozat :

  • J’ai tout essayé : des conseils illustrés, bien expliqués et faciles à mettre en pratique, le tout organisé par tranche d’âge de 1 à 5 ans.
  • Au coeur des émotions de l’enfant : une grande aide pour apprendre à voir le monde à travers les yeux d’un enfant et comprendre ce qui peut bien se passer dans leur petite tête… et parfois aussi dans la nôtre !

Et toi, quelles bêtises fait ton bambin ? Quelles solutions as-tu trouvé pour l’en empêcher ? Partage-les avec nous dans les commentaires !

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour cet article ! De très bonnes pistes à explorer… J’essaierai le moment venu 😉

le 18/08/2014 à 10h39 | Répondre

Cécile (voir son site)

Merci pour cet article, j’adore Isabelle Filliozat et c’est clair que ça marche pas mal (les alternatives surtout). J’avais retenu aussi ne pas dire « non » mais dire « stop », qui est plus efficace et évite un peu plus tard (aux fameux 2 ans) que bébé dise non à tout tout le temps.
Ceci dit, le plus dur c’est de changer nos comportements réflexes !

le 18/08/2014 à 15h20 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?