Menu
A la une / Sélection culture

Elf On The Shelf : on suit la tendance ou pas ?

Noël c’est, pour beaucoup de gens, synonyme de fête familiale, de trop nombreux cadeaux, de dîners somptueux, de Père-Noël, de lutins aux bonnets pointus, de rouge, de vert, de traditions, d’enfants sages et de cette frénésie de l’Avent.

Et s’il y a bien un endroit où le consumérisme est heureux en cette saison, c’est bien outre-Atlantique. C’est une explosion de lumières et de décorations qui parent les maisons passé le Black Friday. C’est à qui mieux mieux. J’ai même vu des maisons décorées toute l’année de lumières et guirlandes de Noël (bah… En même temps, le Canada, c’est un « un peu » le pays du Père-Noël). Ils se ruent (un peu comme nous) sur les galeries marchandes et remplissent leurs chariots de provisions et de présents. Les père-Noël ne sont pas rares à vous héler dans les rues et vous sonnent la cloche quand vous faites un quelconque don pour une quelconque œuvre bienfaisante. Il y a de nombreuses célébrations en tout genre et on trouve toujours une excuse pour faire la fête (soirée de Noël d’entreprises, « Ugly Christmas Sweater Party », Soirée « Secret Santa » etc).

Ils ont une tonnes de traditions qu’on a pas – encore – adoptées en France. Genre les chaussettes à poser sur le manteau de la cheminée avec plein de mini-cadeaux (nous, on a les chaussons au pied du sapin après tout) ; les chorales de Noël, vêtues comme au XIXième siècle, qui te chantent « Joy To The World » devant ta porte ou dans la rue ; les films de Noël (ok, ça, M6 a carrément adopté) ; les spectacles de Noël trop choupinous d’enfants de 8 ans déguisés en étoile ou en elfe ; les cartes de Noël (quoiqu’on avait déjà les cartes de vœux de la nouvelle année)… Bref, ils ont une multitude de traditions. Certaines ressemblent aux nôtres ; d’autres pas du tout. Et c’est de l’une d’entre elle que je vais te parler aujourd’hui.

Crédit photo : Mark Baylor

L’elfe de ce bon vieux Santa Claus. Tu le connais non ? C’est celui qui squatte nos télévisions depuis quelques semaines ! Et bah, il débarque chez toi maintenant. Il surveille les enfants et rapporte tout au Père-Noël (bouh le cafteur!). Je l’ai découvert au Canada par ma colocataire. Et depuis peu, ça devient tendance chez nous, grâce à certaines influenceuses (elles n’ont jamais aussi bien porté leur nom, tiens). Allez, assez tourné autour du pot.

Depuis un peu plus de dix ans, une tradition est née. Elle est basée sur le livre à succès Elf On The Shelf, écrit par Carol Aebersold et Chanda Bell (qui sont mère et fille dans la vraie vie). Ce livre est écrit d’après leur propre tradition au sein de leur propre famille. Il raconte que chaque jour (après Thanksgiving), un petit elfe descend du Pôle Nord jusqu’à chez toi et espionne tes enfants la journée. Le soir, il file tout raconter au vieux barbu (qui peut donc remplir sa liste des gentils et des méchants de façon omnisciente). Ce petit elfe est tout sage. Il aime boire des chocolats chaud, manger de la guimauve, lire des contes et faire de jolis dessins. Bref, tout ce qu’on attend d’un enfant voyons.

Crédit photo : Amazon

Et tu peux même choisir à quoi ressemble TON elfe : sexe, couleur de peau, de cheveux, des yeux, sa tenue …

Concrètement, ça se traduit dans les foyers de gens par l’apparition soudaine de ce petit lutin au look vintage. Il y a quelques règles à respecter. Il faut, dès le premier jour, nommer ton petit elfe. Celui de ma colocataire canadienne s’appelait Candy Cane par exemple. Tu peux l’enregistrer « officiellement » sur le site internet (et tu reçois un certificat d’adoption décerné par le Père-Noël).
Deuxième règle très importante : pour que la magie opère, tu ne dois PAS toucher le petit lutin. Non, jamais. Sinon, il perdrait sa magie et ne pourrait plus revenir au Pôle Nord cafter rapporter sa journée au Père-Noël. Et ce serait dommage vois-tu ! Le petit lutin ne bouge que la nuit ; le jour, il reste parfaitement immobile pour pouvoir tout observer du comportement des petits « anges ».

Chaque soir, il change de place et les enfants (et leurs parents, qui ne sont pas du tout dans la confidence, non non) le cherchent. Ils font bien attention à bien se comporter (le gros chantage du « je dis tout au Papa Noël » fonctionne bien à priori). C’est ludique, c’est drôle et mignon. Et le #elfontheshelf est un succès chaque année (tendance, je te dis) !

Crédit photo : Pamjpat

Mais c’est lisse. Purée, qu’est-ce que c’est ch*ant de voir ce bonhomme très sage je trouve. Mes autres coloc cachaient Candy Cane ailleurs dans la maison, à l’insu de sa propriétaire et le mettait dans des situations bien plus drôles (type le petit elfe a déroulé tout le papier toilette, il faisait « l’ange » dans du sucre étalé sur le plan de travail de la cuisine ou il a dévoré – le coquin – tous les biscuits de sa propriétaire). L’histoire du conte est, de mémoire, particulièrement lissée aussi. Tout est très sage, il faut être très sage, mignon, et faire bien son lit tous les jours.

Honnêtement, pour le côté un peu gestapo, je crois que j’aurai détesté petite. Mais pour le côté « ludique » et drôle de retrouver chaque jour son elfe quelque part dans une nouvelle situation surprenante (oui, j’imagine que mon elfe à moi aurait aussi fait des bêtises) façon chasse au trésor, ça m’aurait plu.

Je suis un peu partagée du coup. Est-ce que je vais succomber à la tentation d’acheter ce petit elfe vintage (et pourtant, je rappelle qu’il est « né » en 2005 hein) pour mon fils ? Je ne sais pas. Peut-être. Cookie a deux ans et demi et est au courant de l’histoire du Père-Noël même si je doute qu’il y croit. J’aime le côté sympathique du petit elfe « qui fait des bêtises » (oui, non, le petit tout sage, toujours posé derrière son livre, c’est trop ennuyant pour moi je crois) qu’on doit trouver chaque jour. J’aime l’idée de devoir trouver, en tant que parent, chaque jour une position et environnement sympa (d’ailleurs, j’ai déjà jeté des coups d’œil à Pinterest, qui fourmille d’idées sympas).

Crédit Photo : Pinterest

Mais je suis réticente au consumérisme entourant cette histoire. C’est un vrai business (je te laisse aller checker le site officiel si tu veux comprendre). Et, je ne sais toujours pas si j’ai vraiment envie que mon fils soit persuadé que le père-Noël existe et qu’il doit être sage pour avoir des cadeaux. Ne te méprends pas, j’aime que mon fils soit calme mais… J’aime pas le chantage. On verra l’année prochaine ! Peut-être.

Et toi ? Tu connais l’Elf on the shelf ? Est-ce que tu as succombé à la déferlante d’apparition du petit bonhomme ? Est-ce que tu es calé.e en traditions américaines ? Est-ce que tu penses que je devrais en acheter un pour Cookie ? Donne-moi ton avis !

A propos de l’auteur

26 ans, mariée depuis quelques mois, en couple depuis six ans et maman d'un bébé chat et d'un bébé (plus si bébé) Cookie né en avril 2016, je suis prof de français pour migrants, optimiste, bordélique, passionnée de voyages, de contes, de cuisine et de tout ce que essayer de faire avec mes dix doigts, je fatigue (légèrement) mon entourage. Mais c'est souvent pour la bonne cause ! Pour me contacter : Instagram : @djawene Email : freesiabdv@gmail.com