Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Les montagnes russes de ma courte et première grossesse


Publié le 31 mai 2019 par lin-li-ai

Si tu es en train de vivre une fausse couche ou le deuil d’une fausse couche, tu ne sauras que trop bien que l’on est jamais « rassasié » d’articles, de témoignages à ce sujet. Peut-être que tu fais actuellement une boulimie d’informations sur le sujet.. alors j’espère pouvoir t’éclairer un peu ou au moins, te donner l’espace dont tu as besoin pour échanger avec d’autres « mamanges » qui traversent cette épreuve.

Comme je te le disais dans ma présentation, j’ai fait une fausse couche lors de ma première grossesse. Mais comment je l’ai appris ? Comment ça s’est passé ? Viens, je t’emmène dans le passé !

Chéri, je suis enceinte !

J’ai toujours voulu des enfants et je ne rêvais que du moment où Chéri et moi lancerions ce projet. Sauf que Chéri n’était pas au même stade que moi et avait besoin de profiter avant : de quoi ? je n’ai jamais eu la réponse !

Nous nous sommes mariés et j’ai secrètement espéré que ce sujet serait remis sur le tapis mais sans succès… et puis un matin, au réveil (je te jure), il m’a dit qu’il était prêt ! On a donc démarré les essais bébé le lendemain de mon ovulation théorique (oups) et évidemment, je ne suis pas tombée enceinte le premier cycle. Pas grave, j’étais préparée à mettre entre 6 mois à 1 an pour tomber enceinte.

Au cycle suivant, je n’ai pas mes règles le jour tant attendu alors que je suis réglée comme un coucou suisse (malgré les 12 ans de contraception !) et je décide de faire un test : négatif. Je le jette à la poubelle. Sauf que Chéri veut voir à quoi ressemble un test de grossesse et je me retrouve à fouiller dans la poubelle pour le lui redonner.

 » Comment tu sais si c’est négatif ? »

 » Tu dois voir apparaître 1 barre sur chaque case : la barre témoin et une autre barre si tu es enceinte  »

 » Ben y a une ombre sur la deuxième case  »

Source : Pixabay

Je prend le test… j’ai beau le tourner dans tous les sens à la lumière naturelle ou sous une lampe, la case est blanche et archi-blanche pour moi. J’en veux à Chéri de m’avoir mis un faux espoir mais je n’en parle plus de la journée. On part faire du shopping tout l’après-midi puis sur le chemin du retour, nous passons devant une pharmacie : « En fait, on peut acheter un autre test de grossesse ? Celui avec le enceinte/pas enceinte écrit en toutes lettres. Tu m’as mis le doute et je n’ai toujours pas mes règles ».

Et voila comment je me retrouve à faire un nouveau test de grossesse en fin de journée sans grand espoir. Et puis le résultat arrive. En 5 minutes, ma vie est transformée. Je fond en larmes aux toilettes. Je sors et Chéri comprend : je suis enceinte !

Un test sanguin le lendemain confirmera bien la grossesse et me laissera définitivement sur mon nuage.

L’instinct, plus fort que tout

Puis, je me réveille un matin avec un sentiment que quelque chose ne va pas avec cette grossesse. Je n’ai aucun symptôme, je ne me sens pas enceinte et je sens vraiment qu’il y a un problème. Autour de moi, les rares personnes qui savent me disent que je suis parano. Sauf qu’une fois cette idée en tête, je n’arrive plus à passer à autre chose.

Je décide alors de refaire un test sanguin sans ordonnance à 6 SA et j’attends fébrile les résultats toute la journée… Les résultats tombent et même si cela a augmenté depuis le dernier test (à 4 SA), le taux de bHCG est très faible (2 300). J’appelle en larmes ma gynéco pour lui dire…. et je sens qu’elle me trouve complètement folle « Non mais le taux, on s’en contrefiche tant que ça évolue ». Comme je vois qu’elle ne me prend pas au sérieux, j’invente des douleurs imaginaires pour pouvoir avoir une échographie en catastrophe : la gynéco ne peut pas me voir mais elle m’envoie par mail une ordonnance pour en faire une au centre de radiologie d’à coté.

Je quitte mon travail immédiatement pour faire mon échographie en catastrophe. Dans la salle d’attente, j’en suis malade. Je sais qu’il va me dire que c’est fini.

Mon nom finit par être appelé et l’échographie démarre… « vous voyez, ça c’est le cœur qui bat ». Je pleure sans m’arrêter : « il est vivant ? ». « Oui mais… »

L’échographiste poursuit sans rien dire pendant quelques minutes avant de m’expliquer qu’il faudra qu’on se revoit dans 1 semaine pour vérifier l’évolutivité de cette grossesse. « Comment ça ? »

Il m’explique qu’il est très tôt pour poser un diagnostic mais que pour le moment, le cœur bat très faiblement (90 bpm) et que l’embryon a la taille de 5 SA – que c’est peut-être juste « une ovulation tardive et les tout début du cœur »… mais qu’il faut se revoir la semaine prochaine.

La semaine passe et je retourne faire une deuxième échographie : le cœur bat toujours faiblement mais l’embryon a grandi « logiquement » en considérant une ovulation tardive à J21. Il note dans son compte-rendu que c’est une grossesse évolutive et que je suis à 6 SA corrigé. Comme il voit que je ne suis absolument pas rassurée, il me propose de me voir une 3ème fois… à 9SA (soit 3 semaines plus tard).

Une semaine plus tard, j’ai des pertes roses. Tout Google me dit de ne pas m’inquiéter : « tant que ce n’est pas rouge, ce n’est pas alarmant ». J’essaye de rester calme…mais cela dure depuis 2 jours sans s’arrêter et je finis par me rendre aux urgences gynécologiques car on est en plein milieu du week-end. Aux urgences, les sage-femmes me disent que les saignements/pertes semblent s’être arrêtés. Et lors de l’échographie, l’interne voit un cœur qui bat (toujours faiblement) et d’une taille qui lui semble normal… Sauf qu’elle m’estime à 6SA+2. « Impossible, au vu de mes dernières règles, je devais être à 8SA+2 et l’échographiste a déjà corrigé à 7SA+2 justement. Je ne peux pas encore perdre une semaine ! Il y a un retard de croissance, ce n’est pas possible ! »

Sauf que pour l’interne « j’ai un cœur qui bat » et ça suffit à me renvoyer chez moi.

2 semaines après, j’ai le fameux rendez-vous à 9SA avec le centre de radiologie « pour me rassurer ». J’ai demandé à Chéri de venir absolument à ce rendez-vous parce que j’ai un très mauvais pressentiment. Chéri est très optimiste et pense que je m’inquiète pour rien. J’attend en salle d’attente et il n’est toujours pas là…. « j’ai dû finir un truc au boulot, j’arriverais en retard mais je te rejoindrais dans la salle d’écho si tu te fais appeler ». Là, j’ai vu rouge. Mais pas le temps de m’énerver, je suis immédiatement appelée… L’examen démarre et je comprend. « On va passer en endo-vaginale… je ne vois rien ».

Source : Pexels (Rafal Herszkowicz)

Je sais pourquoi il ne voit rien. Il ne voit pas de cœur.

Il passe en endo-vaginale… Il confirme. Pas de cœur. La grossesse s’est arrêtée. La grossesse s’est arrêtée il y a environ 2 semaines – probablement le lendemain des urgences. Chéri arrive tout sourire dans la salle et voit ma tête. Le radiologue lui explique. Il poursuit d’un air détaché que « ça arrive tout le temps, que je ne suis pas la première ni la dernière ». Complètement sonnée, je parviens juste à lui demander « Et je fais quoi maintenant ? ». Il répond qu’il en a aucune idée.

Je rentre en silence avec Chéri chez nous. Sur le trajet, j’envoie un sms concis à nos familles (au courant de la grossesse) : « La grossesse s’est arrêtée. Merci de ne pas appeler ». Arrivée à la maison, à peine un pied chez nous, je m’effondre. Je ne fais que pleurer… puis je deviens hystérique : « ça » doit sortir. Je ne veux plus de « ça » dans mon ventre. Je porte maintenant la mort. Il faut que quelqu’un fasse quelque chose.

Chéri appelle les urgences gynécologiques… qui nous demandent de ne pas passer avant demain matin, qu’ils ne pourront rien faire ce soir.

Je ne dors pas de la nuit. Je suis morte de l’intérieur et pourtant, ce n’est que le début…

Et toi, as-tu vécu une fausse couche ? As-tu eu ce sentiment très fort que quelque chose n’allait pas durant ta grossesse ? Raconte !

Commentaires

28   Commentaires Laisser un commentaire ?

Élodie A.

Je te comprends tellement sur l’ascenseur émotionnel et le fait de ne pas réussir à ne pas être rassurée…
J’ai « la chance » de ne pas avoir eu besoin d’attendre si longtemps avant que mon début d’espoir ne s’arrête (j’ai eu mes règles 3 jours après avoir fait un test de grossesse positif et une PDS…) Mais malgré tout je l’ai mal vécu…

le 31/05/2019 à 08h29 | Répondre

lin-li-ai

Je comprend completement que tu puisses l’avoir mal vécu.. surtout que dans le cas d’une FC précoce (avant 12 semaines), on se sent moins légitime « à souffrir ».

J’en parle plus dans le détail dans ma chronique suivante mais je me suis heurtée à des commentaires type « s’il n’a pas tenu, c’est qu’il devait en être ainsi ». Je n’avais pas le « droit » d’être triste parce que ça arrivait souvent, tout le temps..

Est-ce que tu as pu retomber enceinte depuis ? Si oui, comment s’est passé ta grossesse suivante ?

le 31/05/2019 à 16h15 | Répondre

Élodie A

Ma fausse couche date d’il y a 10 jours seulement… Et avec ma femme nous sommes en parcours PMA à l’étranger. C’était ma 4e IAD là. Nous faisons donc une pause (psychologique et financière) avant de repartir.
Mais oui, mine de rien j’ai mis un peu de temps à accepter que j’avais le droit d’être triste, même si je n’avais pas été enceinte bien longtemps…

le 31/05/2019 à 16h58 | Répondre

lin-li-ai

10 jours… c’est extrêmement récent 🙁
Je suis sincèrement désolée que tu sois en train de vivre cette épreuve.
Tu as parfaitement le droit d’être triste – d’autant que ton/votre parcours est déja long maintenant.

J’espère sincèrement que tu arriveras à te relever « moralement » et qu’il y aura de la lumière pour vous deux au bout.
Beaucoup de courage à toi :-*

le 03/06/2019 à 16h58 | Répondre

Elodie A.

Merci à toi ! On prends le temps de se poser et on espère repartir dans l’été.
(Et sinon désolé pour les réponses en doublons… Je croyais que mes réponses ne fonctionnaient pas… ^^)

le 03/06/2019 à 22h21 |

Élodie A

Ma fausse couche date d’il y a 10 jours donc c’est tout récent… Et avec ma femme nous sommes dans un parcours PMA à l’étranger. Là c’était notre 4e IAD… Donc nous allons faire une pause car psychologiquement et financièrement c’est nécessaire !
En tout cas oui, il m’a fallu quelques jours pour accepter que j’avais le droit moi aussi d’être triste, même si je n’avais pas été enceinte bien longtemps…

le 01/06/2019 à 09h19 | Répondre

Elodie A.

Ma fausse couche est très récente puisqu’elle date d’une dizaine de jours maintenant. Nous sommes en parcours PMA à l’étranger avec ma femme et là c’était ma 4e IAD. Nous allons repartir, mais là nous nous octroyons une pause, parce que psychologiquement et financièrement c’est nécessaire !

En tout cas, pour ce qui est du fait de se sentir moins légitime de souffrir, c’est exactement ce que j’ai ressenti… Aujourd’hui je sais que j’ai le droit d’être triste de cette épreuve.

le 01/06/2019 à 10h57 | Répondre

Virg

J’ai eu la « chance » de vivre ça avec un oeuf clair que j’ai porté jusqu’aux 3 mois. À la fin du 2ème mois, j’ai également eu cette sensation du « je ne suis plus enceinte ».
Je croise les doigts pour qu’ils ne t’aient pas donné du cycothèque (sais plus comment ça s’écrit mais ça reste un des pires souvenirs de ma vie … d’autant que ça n’a pas fonctionné, j’ai fini au bloc pour une aspiration …).

le 31/05/2019 à 15h57 | Répondre

lin-li-ai

Tu as fini par le découvrir à l’échographie du 1er trimestre ?

Et…spoiler… si ! J’ai du prendre du cytotec mais qui « par chance », a parfaitement fonctionné chez moi. Mais au vu des retours (nombreux!) d’internet, j’etais terrorisée à l’idée de souffrir avec le cytotec pour que ca ne fonctionne même pas et donc garder « l’embryon mort » encore plusieurs jours.

C’etait vraiment ça ma principale angoisse : garder la mort en moi ^^; (pas du tout dramatique la fille..hum..)

le 31/05/2019 à 16h17 | Répondre

Virg

C’est ça, découverte à l’écho du premier trimestre. Gygy m’a proposé de m’hospitaliser une nuit pour essayer le cycotec pour me garder sous le coude au matin si ça ne fonctionnait pas. Il n’était pas convaincu parce que mon corps « bosse bien », c’est-à-dire que, excepté l’absence de foetus, tout le reste correspondait bien à une grossesse de 3 mois et demi (il a laissé passer 2 semaines entre 2 échos au cas où). Et j’ai accepté parce que je ne voulais pas garder « ça » dans mon corps, un style de rejet.
Du coup, une nuit d’enfer à l’hosto; pas préparée, à jeûne, les nanas ont attendu que je fasse un malaise sur les WC à minuit pour me mettre une perf …. no comment.
En revanche, je suis retombée enceinte au 2eme cycle suivant (gygy nous avait demandé d’attendre un cycle pour que tout se nettoie correctement) et cela s’est très bien passé. J’ai demandé une écho dès que possible pour vérif de la grossesse évolutive. Je ne voulais surtout pas revivre ça et mon pire cauchemard aurait été du coup un déclenchement.

le 01/06/2019 à 09h00 | Répondre

lin-li-ai

Si je comprend bien, ils t’ont annoncé une grossesse non évolutive à la T1…mais le gyneco a quand même souhaité attendre 2 semaines de plus ?
Ca n’a pas été trop dur sur le coup de devoir vivre avec « ça » ? tu gardais un espoir ou tu sentais que c’était fini ?

le 03/06/2019 à 17h20 | Répondre

virg

Me connaissant parfaitement en termes de cycle, puis ayant vécu deux mois enceinte et un mois « je ne suis plus enceinte », je n’y croyais pas 3 secondes. Cependant, gygy espérait aussi que, m’ayant fait prendre conscience de cela, le corps travaillerait tout seul. mais ça n’a pas été le cas.

le 03/06/2019 à 17h23 | Répondre

Emilie

4 grossesses, 3 Fausses-couches et toujours l’intime conviction que quelque chose n’allait pas.

le 31/05/2019 à 19h08 | Répondre

lin-li-ai

Et toi non plus, à part cette conviction, tu n’avais aucun signe avant-coureur ? 🙁

le 03/06/2019 à 17h26 | Répondre

Emilie

Si, les seins qui changent. Ça à toujours été le premier signe.

le 03/06/2019 à 20h03 | Répondre

Madamé c

2 prises de cytotec pour la même fausse couche et ça n’à pas fonctionné. Mais chez certaines, l’effet est immédiat !

le 31/05/2019 à 21h47 | Répondre

Madame C

@ Virg
Cytotec pris à la maison puis ensuite journée de travail. Un enfer, sur les toilettes toutes les 10 mn, vomito et pertes… une de mes pires journees.

Mesdames, demandez au moins un arrêt à défaut d’une hospitalisation.

le 01/06/2019 à 10h33 | Répondre

Emilie

Ah oui je confirme que vidage au boulot c’est juste une horreur. Je l’ai vécu pour l’avant dernière FC je crois que j’ai consommé plus de PQ ce jour-là qu’en 13 ans de boîte !

le 01/06/2019 à 10h36 | Répondre

Virg

Non mais carrément, on ne devrait même pas avoir à le demander l’arrêt de travail, c’est inadmissible ! Je rentre dans le gore pour vous alerter les lectrices : c’est comme une intoxication alimentaire à laquelle on rajoute une fausse couche, donc perte de sang et de caillos ++++++, sachant que le cycotec provoque des contractions, donc ça fait maaaaaal

le 01/06/2019 à 17h18 | Répondre

Virg

J’ai été hospitalisée parce qu’apparemment ce n’est pas « normal » de garder un oeuf clair aussi longtemps. Donc nuit cycotec, matin au bloc ….

le 01/06/2019 à 17h22 | Répondre

lin-li-ai

J’ai du quémander un arrêt de travail à l’hopital après ma fausse couche.
J’ai eu des robots en face de moi : j’etais en larmes à bien me demander comment j’allais sortir de cette épreuve pendant qu’on me demandait pourquoi je voulais être arrétée.

Ce n’est qu’en montrant que j’avais des déplacements à l’étranger qu’ils se sont dit que ca serait quand même pas terrible comme situation… Sans blague.
L’aspect psychologique a completement été mis de côté et je pense que ça ne m’a pas aidé à remonter la pente – au contraire !

le 03/06/2019 à 17h31 |

Elodie

Ici aussi fausse couche à 7 sa lors de ma première grossesse. J’ai été très triste mais pas aussi effondree que toi. Je suis sage femme et je suis tombee enceinte au c2 donc j’ai plus relativise en me disant que mon corps fonctionnait parfaitement, qu’il n’y avait pas de raison que ça ne fonctionne pas la prochaine fois etc par contre comme toi je voulais que l embryon sorte rapidement et le cytotec à vite et bien fonctionné sur moi. En fait je l ai pris comme un brouillon mais sur le coup j’ai été très attristée mais j’ai vite rebondi. Je suis de nouveau tombée enceinte au c2 post fausse couche et bébé à 2 ans et j’ai saigné jusqu’à 13sa. .. Donc je stressais pas mal…

le 02/06/2019 à 11h28 | Répondre

lin-li-ai

Je pense que j’étais tellement dans un état d’esprit de « ça n’arrive qu’aux autres » que je suis tombée de haut.
Pour moi, les fausses couches étaient très très rares (en même temps, ça semble tellement tabou que personne n’en parle jamais..). Ce n’est qu’en en faisant une que j’ai pris connaissance des chiffres : 1 femme sur 4 !
De la même manière ou c’est en en parlant autour de moi que j’ai découvert que ma tante avait fait 5 FC, que ma cousine en avait fait 2, que 2 de mes collègues en avaient fait… et ainsi de suite :s

Pour ta grossesse suivante, tu as pu avoir des écho régulières du coup ?

le 03/06/2019 à 17h35 | Répondre

Elodie

Désolée je vois juste ton commentaire. Disons que j’ai la chance d’avoir un echographe et de faire de l echo donc j’avoue que j’ai souvent regarde si tout allait bien surtout que je saignais regulierement…Mais finalement je ne sais pas si c’est judicieux de tout analyser et surveiller comme je l’ai fait mais sur le coup ça m’a semblé bien.

le 17/06/2019 à 09h12 | Répondre

Maud - a Step to a Gentle Life (voir son site)

Je me permets de commenter alors que j’ai eu la chance de ne pas avoir vécu de fausse couche, juste pour te dire que ton article m’a beaucoup touché, j’en ai eu les larmes aux yeux, sensibles à ce que vous toutes, concernées, pouvez ressentir. Surtout que ça a du être long toute cette attente. Je l’ai vécu pour des grossesses médicalisées, alors que je pensais que tout allait très bien. En attente de diagnostic, je sais que les jours sont longs dans ces cas là. Alors quand l’issue est malheureuse, je ne peux imaginer…

le 02/06/2019 à 20h37 | Répondre

lin-li-ai

Merci beaucoup Maud, ton commentaire me touche énormément :-*
Si ce n’est pas indiscret, je peux te demander ce qu’il s’est passé lors de tes grossesses ? J’espère en tout cas qu’aujourd’hui tout va mieux pour toi et tes bébs <3

le 04/06/2019 à 09h21 | Répondre

Maud - a Step to a Gentle Life (voir son site)

Pour ma 1ère, au 5e mois on a détecté un retard de croissance intra-utérin important. L’échographe m’a dit que c’était soit du surmenage soit une trisomie (hic). heureusement, suite à une écho de contrôle 3 semaines après mon repos a été efficace, elle avait repris un poids suffisant et la trisomie a été écartée. Mais pendant ces 3 semaines il y a eu une attente un peu difficile même si ma gynécologue m’avait rassurée, elle ne croyait pas à la trisomie.
Ensuite à 7 mois j’ai été en MAP. Au final ma fille est née à J+2 !

Et pour ma 2e, placenta praevia. Léger donc je n’ai été en arrêt seulement 1 mois avant le congé maternité. Césarienne programmée, j’ai espéré pendant 2 mois y échapper mais non (finalement qui a eu lieu en urgence quelques jours avant).

Donc grossesses médicalisées, légèrement mais j’aurais voulu que ce soit naturel. Maintenant, nous sommes toutes les 3 en très bonnes santé et c’est quand même ça le plus important à mes yeux 🙂

le 04/06/2019 à 09h48 | Répondre

AB

Comme nous sommes sensées ne pas en parler avant 3 mois, je crois que c’est pour ça que je pense encore à ma fausse couche. Ne pas en parler est pire finalement. Je suis tombée enceinte après 3 mois d’essai…de jumeaux! Battements de coeur à l’écho des 6 semaines avec la gynéco, mais à 8 semaines avec l’écho, plus qu’un battement de coeur sur 2. On a du attendre 2 semaines et revenir pour le 2ème…qui lui aussi ne battait plus. 2 semaines d’attente horrible. Puis curetage la semaine suivante, à 10 s.a On ne vous donne que 3j d’arrêt, dont 1 pour l’opération même donc seulement 2 au final. C’est beaucoup trop court. Mais heureusement pour moi, je suis retombée enceinte 4 mois plus tard. Mais c’est horrible quand on vous dit « oh ça arrive très souvent »

le 04/06/2019 à 22h11 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?