Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Avoir deux enfants du même sexe : ressenti et analyse sur la question


Publié le 1 juillet 2019 par Étoile

Aujourd’hui, j’ai décidé de venir avec mon petit drapeau et sur mon cheval pour batailler. Contre quoi ? Contre les aprioris, contre les déceptions, contre les remarques un peu trop maladroites quand tu annonces que ton deuxième enfant est « encore » un garçon ou une fille. Dans mon cas, c’est « encore un garçon ». Et tu sais quoi ? Ce n’est ni une déception, ni un échec à mes yeux et aux yeux de mon mari.

Sauf que les réactions des autres, de l’entourage m’ont touchées et que j’ai pas mal mouliné toute seule dans mon coin. Et oui, pour certaines personnes, le choix du Roi, c’est le top; pour d’autres, il faut à tout prix une fille dans notre famille (peut-être que je n’aurai pas eu de remarques si j’avais eu deux filles?). Bref, je suis allée me torturer les méninges sur le sujet, car pour moi, avoir un enfant c’est un choix du cœur, un choix personnel qui fait que je l’ai aimé dès que je l’ai vu « même si c’est un deuxième garçon » et que je n’ai pas spécialement ressenti de déception ou autre sentiment particulier à l’annonce du sexe. Les réactions des autres m’ont touché parce que j’ai clairement ressenti que le fait d’attendre un deuxième enfant du même sexe lui « donnait moins d’importance ». Alors en maman ours / louve ou tout autre animal que tu veux, je viens défendre ici mon petit et te donner mon ressenti.

Attention, en aucun cas, je ne porte de jugement sur les mamans qui ont pu être déçues lors de l’annonce du sexe de leur bébé. Chacun son ressenti et je le respecte totalement. Nous avons tous et toutes des histoires différentes, et j’aborde uniquement mon ressenti et ainsi que celui de ma meilleure amie en troisième partie de mon article. C’est la seule personne avec qui j’ai parlé franchement du sujet.

Les réactions de l’entourage (surtout féminin) ou la projection des fantasmes familiaux

C’est très rigolo, car il y a des fantasmes familiaux dans nos deux familles que ce soit la mienne ou celle de Monsieur Etoile. Commençons par ma famille. Dans la génération de mes parents, il y a eu bizarrement beaucoup de choix du Roi. C’est clair, nous sommes tous des fratries de deux : une fille et un garçon. Encore plus perturbant, du côté de ma mère, la fille est systématiquement l’aînée ! Autant te dire que quand je suis tombée enceinte de Petit Prince, ma mère croisait très très fort les doigts pour que ce soit une fille. « Tu comprends, je rêve d’acheter de belles petites robes, de faire du shopping avec elle… » Sauf que c’est un garçon. « Tant pis, le deuxième sera une fille ». « Tu sais, Etoile, il y a des techniques pour avoir une fille ». Pour être honnête, je n’ai rien fait de spécial pour bébé 2. Quand j’ai appris que « Force tranquille » (oui, c’est son petit nom – à voir si je le lui laisse à la naissance 🙂 ) serait un deuxième garçon, j’ai vite préparé le terrain. Réaction : « Bon, et bien, tu n’as plus qu’à en faire un troisième pour avoir une fille ». Non, maman, NOUS ferons un troisième uniquement si nous avons envie. Je n’ai pas osé ajouter qu’un troisième garçon ne me dérangerait pas plus que cela. Bref, dur de se détacher de l’historique familial. Les femmes de la famille ont bizarrement toutes plus ou moins réagi comme ma mère. Heureusement que j’ai eu mon père et mon frère, qui ont été neutres comme d’habitude.

Du côté de ma belle famille, c’est l’inverse ! Il y a pas mal de fratries du même sexe; et devine quoi ? Mon mari n’a qu’un frère. Ma belle-mère a donc été ravie, en me disant que c’était juste génial d’avoir deux garçons, qu’ils avaient été tous les deux différents, et qu’elle n’aurait pas aimé avoir une fille « car les garçons, c’est plus facile ».

Pour faire simple, j’ai eu l’impression que chaque femme de la famille avait son avis, son expérience à partager. C’est MA famille, ce sont MES enfants, donc je le reconnais, cela m’a agacé. J’aurai préféré que l’on me demande en premier lieu si Force Tranquille allait bien, et surtout si nous, les parents, ont été contents.

Crédit photo (creative commons) : TheVirtualDenise

Les réactions des tiers ou un modèle de société de référence : le choix du Roi

Je crois que les réactions de tiers extérieurs m’ont encore plus agacé. Venant de la famille, je l’attendais, mais des gens extérieurs… Elles ont TOUTES un avis sur la question. Oui, car c’est à nouveau une histoire de femme. Dès que je rentre dans une boutique, j’ai le droit au traditionnel : « c’est votre premier ? », « c’est quel sexe? ». A chaque fois, je suis très fière de dire que c’est un petit garçon, mais quand je dis que le premier est aussi un garçon, j’ai eu des « ah, dommage… », « ah, ce n’est pas grave… », « il faudra faire un troisième… ». Désolée de l’expression, mais WTF !?!? Je crois qu’avec du recul, j’aurai mieux fait de dire que je ne connais pas le sexe. Sauf que moi, je suis très contente d’attendre ce deuxième petit mec !

En plus, il aime bien se montrer dixit les médecins. Oui, oui, s’il y a une partie du corps qu’on a toujours réussi à voir sans problème, c’est bien ce qui fait de lui un petit garçon 🙂

Pourquoi ce fantasme d’un enfant de chaque sexe ? Si on remonte au Moyen-Age, c’est simple le garçon permettait de transmettre le nom & une petite fille d’apporter des terres ou plus de richesses si celle-ci faisait un mariage « intéressant ». Nous sommes bien loin de cela aujourd’hui, mais j’ai déjà entendu dans la famille la problématique de « transmettre le nom » lorsqu’on a un garçon. En effet, il m’est arrivé d’entendre dans nos amis des pères n’ayant que des filles, dire que leur nom s’éteindra. Argument aujourd’hui complètement réfutable puisqu’une femme peut garder son nom de jeune fille. Mieux, elle peut le transmettre à ses enfants. J’ai pas mal entendu aussi l’argument sur le fait d’avoir des rapports différents en ayant des enfants de sexe différent. Alors je dois admettre que ce sera peut-être plus compliqué de faire du shopping avec mes fils, mais au fond, cet argument est largement réfutable. Chaque enfant est différent avec son propre caractère. Il y autant de richesse que d’enfants, au-delà de la question du genre. Après, oui, je le reconnais, les petites « robes boules » pour filles sont canons, mais bon, ce n’est pas un élément de frustration satisfaisant à mes yeux ou du moins qui pèse assez lourd dans la balance.

Les réactions des futurs parents : nos ressentis en fonction de nos histoires personnelles

Je vais m’avancer avant tout sur ce que j’ai ressenti moi. J’ai sondé aussi ma meilleure amie qui elle, a deux filles. C’est la seule personne à qui, j’en ai clairement parlé en plus de ma maman. Pour être honnête, ce qui me perturbe dans cette histoire, c’est le poids de l’histoire familiale avant tout.

De mon côté, je suis l’opposée de mon histoire familiale, et reproduit celle de ma belle-famille. J’étais certaine de la réaction de ma belle-mère, comme si sa propre histoire familiale allait se « reproduire » chez nous. Je ne me sens pas spécialement proche de l’éducation / de l’enfance que semble avoir vécu mon mari; et un moment, il m’est arrivé d’avoir cette peur irrationnelle : si moi aussi j’ai deux garçons, est-ce que je ne vais pas vivre la même histoire familiale ? Crainte juste irrationnelle qui m’a effleurée l’esprit au début. Concernant la déception de ma mère, je la connais, et quant elle a vu à quel point, j’aimais déjà cet enfant et à quel point la déception que je pouvais percevoir chez elle ou les autres, me décevait, elle a très vite dépassée ses sentiments et c’est bien rendu compte que le genre d’un enfant n’est pas si important. Elle aussi, elle l’aime ce petit gars et a hâte de le serrer dans ses bras.

Ma meilleure amie, elle, l’a vécu différemment. Elle reproduit le schéma de sa famille et l’opposé de sa belle-famille. Pour sa part, elle n’a eu aucune remarque de la famille, mais a plutôt mal vécu les réactions extérieures, alors que comme moi, elle n’a jamais éprouvé spécialement de déception. Elle a eu ce sentiment assez fort que c’était un « échec » pour certains tiers, qu’une famille parfaite est une famille avec deux enfants de sexe différent. Quant à son mari, la fameuse question de la transmission du nom a fait qu’il a été déçu au début, mais aujourd’hui, il aime sa petite deuxième plus que tout.

Et mon mari dans tout ça ? Indifférence la plus totale. Du moment que bébé va bien, ça lui va et je n’en attendais pas moins de lui sur le sujet. C’est un détail pour lui.

Voilà, j’espère que je n’ai blessé personne dans ma manière d’écrire les choses. Pour moi, cela me semblait important de rédiger cet article, parce que c’est ma manière à moi de dire au bébé que j’attends que je l’aime autant que son frère, et que les réactions de l’entourage juste « pour une histoire de genre » m’ont touché. Je comprends aussi pourquoi certains parents gardent la surprise. En fait, c’est un peu comme le prénom quant on choisit de le dire avant : tout le monde a sa petite idée et son avis sur la question ! Enfin quand je relis cet article avec un peu de recul, je souris, car cela me fait penser au livret de famille sur lequel il y a une image d’une famille avec deux enfants : une fille et un garçon. Vive la pression, hein 😉

Et toi, comment as-tu vécu les réactions de ton entourage suite à l’annonce du sexe de ton bébé ?

Commentaires

29   Commentaires Laisser un commentaire ?

Vee

En fait le truc c’est que je crois que quoi qu’on ait comme « combinaison », les gens auront touuuuuujours quelque chose à dire dessus ! Tout le monde t’aurait dit « génial le choix du roi bla bla » si tu avais un de chaque, ou « Ohlala et ça va le papa avec toutes ces filles ? » si tu avais eu deux filles. Je crois qu’avec les enfants c’est juste pas possible d’échapper aux commentaires des gens… Et c’est fou les préjugés, c’est tellement ridicule l’histoire de la transmission du nom (on a donné le mien à notre fille d’ailleurs, na)

Nous c’est plutôt quand on dit qu’on ne veut qu’un enfant qu’on surprend, personne n’a encore rien osé dire mais on sent que les gens sont étonnés, voire que certains se disent que je dis ça parce que ma fille est petite et que je changerai d’avis quand elle fera ses nuits / sera propre / ira à l’école ou que sais-je encore, alors que c’est une volonté de notre part depuis bien avant sa naissance ! Comme quoi, l’entourage trouvera toujours quelque chose 🙂

le 01/07/2019 à 07h20 | Répondre

Madame l'Abeille

2 filles ici et pas trop de réflexions . On ne connaissait pas le sexe avant la naissance, je pense que ça a évité des remarques. On avait bien dit autour de nous pendant la grossesse que nous n’avions pas de préférence, que nous serions heureux avec une 2eme fille. Elles ont d’ailleurs des personnalités très différentes.
J’ai du mal à comprendre que des personnes déjà parents fassent des réflexions. Quand on sait le bonheur que nous apporte un enfant, quelle est l’importance de son sexe?

le 01/07/2019 à 07h21 | Répondre

Viviane

Le choix du roi pour nous, garçon puis fille, et pas mal d’incompréhension pour notre troisième. Pourquoi diable faire un troisième si on a déjà garçon et fille ? Quoi qu’on fasse, il y a toujours des gens pour commenter.

le 01/07/2019 à 07h56 | Répondre

Marinette

Même combat ici : 2 petits garçons et dès la maternité (on ne connaissait pas le sexe pendant la grossesse) j’ai eu droit aux « ah dommage » « il faudra faire un 3ème pour la petite fille », j’en passe et des meilleurs…
Mais en fait ça nous va très bien 2 petits garçons ! Peut être qu’on fera un 3ème mais clairement pas spécifiquement pour avoir une petite fille… Par contre si c’est un 3eme garçon j’appréhende déjà la réaction des gens. Alors que moi qui ait une relation un peu compliquée avec ma maman, je crois que j’aurais peur de reproduire la relation que j’ai eu avec elle… Donc de mecs ça me va bien !
(mais je te cache pas quand même que les petites paires de sandales et les petites robes me font de l’œil dans les magasins ! Heureusement que j’ai une petite nièce 😉 )

le 01/07/2019 à 08h04 | Répondre

Mère Renarde

C’est très intéressant ce que tu dis. Ici on est partagé pour un second. J’aimerais beaucoup avoir une seconde fille, mais avoir un garçon ne me derangerait pas non plus. Mon mari par contre souhaiterait vraiment qu’on ait un garçon. Par contre comme pour la première nous garderons le sexe pour nous jusqu’au bout pour se préserver des commentaires blessants (comme pour le prénom d’ailleurs).

le 01/07/2019 à 09h13 | Répondre

Nala

Je rejoins les commentaires précédents, je pense que peu importe le sexe de nos enfants on n’échappe pas aux réflexions (blessantes ou juste casse-pieds)…

Ici j’ai eu 2 princesses d’une précédente union. Lorsque je suis tombée enceinte de mon nouveau compagnon, nous avons choisi de garder le sexe secret jusqu’à la naissance. Cela n’a pas empêché les réflexions nous « souhaitant » un petit mec !
J’ai finalement mis au monde un petit Prince, la plupart de nos proches en l’apprenant nous ont félicités : « ah enfin ! Vous devez être les plus heureux avec un petit garçon ! » Certes, mais nous l’aurions été tout autant avec une petite fille 🙂

le 01/07/2019 à 09h23 | Répondre

madame fuschia

Maman de 2 petits boys aussi ! et je suis si fière d’être leur maman! et la seule fille de la maison. Je ne connaissait pas le sexe avant la naissance. Mais à l’annonce de la naissance du 2ème les gens m’ont dit pas trop déçue….J’ai pas compris…. Il était en bonne santé et c’était bien évidement le plus beau bébé de l’hôpital 🙂

le 01/07/2019 à 09h25 | Répondre

Andrea

Nous avons un garçon et une fille et le « oh c’est le choix du roi » m’a toujours agacée car nous n’avons pas choisi le genre de nos enfants. En revanche, nous avons choisi d’avoir deux enfants et nous sommes heureux qu’ils soient en bonne santé, c’est aussi simple que ça !

le 01/07/2019 à 09h26 | Répondre

Ines

2 filles pour moi !
J’avoue qu’avant de connaître le sexe de la deuxième, je me disais qu’un petit gars pourrait être sympa, pour avoir « le choix du roi ». Mais à l’annonce du sexe, j’ai été très contente, presque soulagée, car les filles, je connais !
Ma famille a été un peu decue, tout le monde voulait un petit garçon (déjà pour la première ma mère été persuadée que j’attendais un garçon). Mais tout le monde est maintenant très content des deux merveilleuses petites filles que j’ai mis au monde (modestie quand tu nous tiens).
Mais effectivement, au niveau des personnes extérieures, c’est très Souvent la même remarque qui ressort : « va falloir lancer le petit troisième pour viser le petit mec ». Merci, mais non merci. Deux enfants, ça nous convient très bien, et comme tu l’as si bien dit, si nous décidons d’avoir un troisieme enfant un jour, ça ne sera pas pas dans l’espoir d’avoir un garçon, mais bien parce que nous avons envie d´agrandir notre famille pour avoir encore plus d’amour ! ❤️

le 01/07/2019 à 09h33 | Répondre

Madame Irbis

Avec mes 3 garçons, j’ai toujours droit à plein de réflexions. Les gens me plaignent la plupart du temps, il semblerait que 3 garçons soit plus dur à élever que 3 filles (LOL !)
Je n’ai que des frères et j’ai beaucoup évolué dans des milieux masculins pendant mes études. Alors j’ai été vraiment contente d’avoir un garçon en premier. Mon deuxième garçon m’a rassuré, je savais faire et j’allais pouvoir ré utiliser tous les vêtements ! Par contre, l’annonce du troisième garçon a été un vrai coup dur, j’en ai pleuré. Il ne m’a fallu que quelques jours pour accepter ce petit garçon, mais j’ai toujours une pointe de regret.
Les réflexions de l’entourage plus ou moins proche n’ont pas aidées c’est sur. Mais ils doivent se dire que dans notre cas, c’est pathologique 😂
Mais 9 mois après la naissance de mon troisième, je suis partagée. Ravie de ma fratrie masculine, rassurée sur l’éducation future (sexualité, sorties…). Mais en même temps, un peu triste et jalouse, je pense aux moments que je partage avec ma mère que je ne partagerai pas, le lien qui peut être beaucoup plus fort à l’âge adulte (je pense au mariage et enfants) et de manière plus légère je suis triste pour les prénoms et les vêtements jamais utilisés…

le 01/07/2019 à 09h39 | Répondre

Weena (voir son site)

Même schéma que Mme Irbis, 3 garçons … Pour le premier, je m’y attendais donc ça allait, le deuxième c’était ok, même si on a eu beaucoup de réflexion « faudra faire une fille en troisième, ça tombe bien, on voulait une famille nombreuse …
L’annonce d’un troisième garçon a été plus dur à encaisser, on a un prénom de fille en coup de coeur depuis le début, tout le monde nous plaind (comme si c’était si terrible une fratrie de 3 garçons), bref, finalement le plus dur, c’est d’encaisser les regards extérieurs 😒

le 01/07/2019 à 12h50 | Répondre

Olcalima

Ici aussi 3 garçons, donc forcement des remarques sur ma « déception » j’en ai eu des tonnes. Sauf que je n’ai jamais été déçue, même pas lors de l’annonce du sexe du 3ème. Ça me convient vraiment très bien d’avoir 3 garçons. C’est peut-être du au fait que c’est un schéma familial auquel je suis habituée. Si j’ai une soeur et un frère, dans ma famille les garçon c’est la norme et les filles l’exception. En plus j’ai fait des études avec seulement 20 % de filles et je travaille dans un milieu masculin. Donc je me sens bien au milieu de mes garçons même si j’aurai été aussi contente avec une ou des filles. Et ça ne me manque absolument pas d’avoir une fille.
Le genre de mes enfants c’est vraiment quelque chose qui ne m’a jamais préoccupé en temps que tel pendant mes grossesses. Ma seule inquiétude venait de la santé. Mon frère étant handicapé sans cause identifiée (donc potentiellement génétique) j’ai toujours été un peu plus inquiète pour leur santé du fait que ce soit des garçons (et donc dans ma tête association du garçon au handicap de mon frère). Mais mes craintes se sont envolées à leur naissance.
Et pour ce qui est des difficultés d’élever 3 garçons je suis plainte par les gens que je croise très très régulièrement. Pourtant je suis convaincue que les difficultés ou non à élever des enfants n’a rien à voir avec garçon ou fille. Mes 2 aînés ont des caractères tellement différents l’un de l’autre que je vois mal en quoi il pourrait y avoir plus de différence avec le caractère d’une fille. Pour le 3ème, à un an, je ne me prononce pas encore sur son caractère même s’il semble encore différent. Chaque enfant est unique donc on ne peut pas anticiper les difficultés seulement en fonction de leur genre.

le 01/07/2019 à 14h22 | Répondre

Mlle Mora

Je vous donne le schéma inverse alors ! Ici, on a 3 filles !
Donc dans ce cas-là, c’est plutôt mon mari qui a droit aux réflexions du type « mon pauvre, 3 filles à la maison + ta femme ! » ou remise en cause de sa virilité parce qu’il n’a pas « su » faire de garçon…
De mon côté, on me dit toujours : « 3 filles ? Eh bah, c’est le papa qui doit être content, c’est le roi à la maison… » et trucs du genre.
On ne me plaint pas trop par contre, en général, les gens trouvent que c’est cool. Je sais pas pourquoi, en tout cas, c’est toujours assez flatteur quand on sort tous ensemble et que les gens nous disent des choses gentilles sur notre brochette de filles !
Et sinon, faut croire que 3 enfants c’est pas assez, vu qu’on nous dit régulièrement qu’il va falloir faire un quatrième pour avoir un garçon… Mais non merci, 3 ça ira, on est bien comme ça. Quand j’ai su que j’attendais une 3ème fille, j’ai eu un moment de « déception » ou plutôt en mode « zut je saurai pas comment c’est d’élever un petit mec », mais maintenant je n’y pense plus, j’ai 3 filles, c’est très bien comme ça, et toutes les combinaisons sont top car elles sont imprévisibles et c’est bien ce qui est chouette : de ne pas choisir (enfin… jusqu’à quand…?)

le 01/07/2019 à 16h39 | Répondre

Nilith lutine

Héhéhé… Mon père a eu trois filles. Les enfants de la première portent le nom de leur père. Les enfants de la deuxième aussi. Et ceux de la dernière (moi !)… Le nom de leur mère. Ce qui fait que le nom ne s’inteindra pas ! 🙂 Ça a sucité pas mal d’étonnement !

Sinon nous avons deux filles, et les plus déçus étaient manifestement les voisins. XD (Déjà ils n’arrivaient pas à croire que le sexe du deuxième, gardé surprise, nous était réellement égal…) Qu’est-ce que ce sera si le troisième est UNE troisième !

le 01/07/2019 à 09h39 | Répondre

Olcalima

Serait-ce une annonce ?

le 01/07/2019 à 14h23 | Répondre

Nilith lutine

Oups, non non non ! C’est prévu mais pas encore en cours (ni grossesse ni essais). 😉

le 02/07/2019 à 13h37 | Répondre

Zébulette

Je viens d’une famille de 4 filles, alors je n’imagine pas les réflexions que mes parents ont eu à l’annonce de chaque sexe… Et puis, ça continue avec les années : « le papa doit être chouchoutée avec toutes ses filles » ou alors « quelle horreur, ça ne vous manque pas un garçon »…. tout ça devant nous bien sûr, finesse quand tu nous tiens.

Entre nous, l’expression « le choix du roi » est déjà bien lourde de sens, j’ai décidé de la bannir de mon vocabulaire : je l’ai trouve complètement déplacée et désuète.
Il est grand temps que les gens apprennent qu’il est préférable de ne pas faire d’enfant pour avoir un garçon ou une fille mais pour fonder une famille heureuse. L’important c’est d’avoir un enfant heureux et de savoir lui donner de l’amour… et pour le reste, comme tu le dis, chaque enfant est unique.

le 01/07/2019 à 09h56 | Répondre

Nolwenn

J’ai eu « le choix du roi », un garçon en premier puis une fille. Et à l’annonce du sexe de ma deuxième mon conjoint et moi avons été presque déçus ou du moins surpris tellement nous étions persuadés d’attendre une deuxième petit gars (notre sixième sens est très affûté… ahem) Ce sentiment s’est vite estompé et depuis 6 mois que notre bichette est née nous n’avons pas regretté un seul instant son genre. Par contre ce qui m’a vraiment agacé ce sont tous les commentaires voir les « félicitations » concernant le choix du roi… Déjà nous n’avons pas fait exprès donc pas la peine de nous féliciter pour ça et ensuite je trouve cette expression et ce qu’elle suggère très rétrograde voir même sexiste. J’ai essayé le plus possible d’expliquer à mes proches pourquoi cela me gênait mais la plupart n’ont pas compris…

le 01/07/2019 à 10h01 | Répondre

Mme Coati

Nous aussi avons eu le choix du roi, mais cette expression ne me dérange pas plus que ça, à part que techniquement ce n’est pas un choix. La plupart des gens qui l’utilisent savent que c’est une référence à une époque ancienne et ne le disent pas en pensant que c’est la meilleure combinaison du monde, mais juste pour faire un commentaire en accueillant la nouvelle. En tout cas c’est comme ça que je l’ai pris!
Mais j’ai découvert que certains utilisaient une nouvelle hiérarchie, et mon mari s’est vu attribuer les « golden balls »! Et la deuxième marche du podium ce sont les silver balls avec une combinaison fille-garçon au lieu de garcon-fille. N’importe quoi, mais bon si ça fait marrer les gens et que ça reste bienveillant…

le 03/07/2019 à 09h16 | Répondre

Allyia

C’est fou comme tout le monde a un avis (et le donne !) quand on est enceinte ou avec des enfants !
Maman d’un petit garçon de 15 mois, l’envie d’un deuxième enfant commence à se faire sentir. Pour le premier, nous n’avions pas voulu savoir le sexe et la découverte à la naissance nous a enchanté. Mais pour le deuxième, j’hésite…
Pour l’instant, je sens que je serais un peu déçue par un deuxième garçon. Est-ce qu’il vaut mieux le découvrir à l’écho et avoir le temps de se faire à l’idée (et potentiellement avoir un pincement au cœur ac les réflexions de l’entourage (qu’ils sachent ou non le sexe d’ailleurs)) ou le découvrir à la naissance mais qd on a son bébé en bonne santé dans les bras, fille ou garçon, on s’en fiche, non ? Mais si la déception est trop forte à la maternité, le bébé ne risque-t-il pas de le sentir ? Ah la la, je me fais des nœuds au cerveau ! Enfin, pour l’instant, bébé2 n’est même pas en route, ça laisse du temps de réflexion :p

le 01/07/2019 à 10h03 | Répondre

Lilou

C’est LA question qu’on entend systématiquement pour le 2ème !!! Et chacun a son propre avis à chaque fois… donc je réponds toujours que pour moi ça n’a pas d’importance… Je crois que c’est une manière polie de s’intéresser à la grossesse quand ce ne sont pas des personnes proches.
Ce qui me choque moi, et c’est valable pour un premier, c’est qu’à chaque fois qu’on évoque la possibilité d’une fille on parle des vêtements, à croire qu’on va jouer à la poupée !

le 01/07/2019 à 10h39 | Répondre

Clara

Ici, on a une fille puis un garçon, mais ce n’est pas le sexe des enfants qui nous rend heureux! Comme dit plus haut, tant que nos bébés étaient en bonne santé, le sexe nous importait peu! Ce sont les réactions des gens qui m’ont choquée, les mamies qui semblaient soulagées qu’on ait un garçon, « ouf vous n’aurez pas à faire un troisième enfant », …. Je trouve ces réflexions complètement déplacées!!

le 01/07/2019 à 14h04 | Répondre

MamanSsa

Merci pour ton article. C’est tellement ça. 2 garçons: 2008 et 2015. Bébé 3 en route pour août 2019 et c’est un garçon. J’ai eu droit à des « oooooh », « noooon! » ou même « Seigneur! » Aussi des « pourquoi tu n’as pas calculé tes jours? » , « pourquoi tu n’as pas fait de régime », « pourquoi tu n’as pas calculé ta position? »… car soi disant ça peut se calculer pour avoir le sexe que l’on veut.
Je précise que bébé 2 a mis 2ans pour s’accrocher.
Suite à ça, tout ce que je souhaitais c’était de tomber enceinte sans re-vivre les durs moments où je pleurais, je stressais, je jalousais les femmes enceintes…
Bébé s’accroche? Bébé va bien? Oui, Alors tout roule…
L’entourage et la famille « nous souhaitaient » une fille, de connaître ce bonheur… blablabla.
Donc le jour où on m’a dit « garçon », j’étais très contente mais ça commençait mal > la sage femme qui me dit « vous ne pleurez pas (de déception) ? C’est un 3ème garçon madame! » … euh non, pourquoi? « Ah eh bien ce sera du boulot! Et j’en ai vu des femmes dans mon cabinet en pleurs car encore un garçon. Ensuite s’est suivi une dépression. Le 4ème sera le bon »
Et s’en est suivi les commentaires des amis, famille, collègues… j’en passe car ça m’a rendu dingue pendant un moment. Mon enfant n’a rien demandé. Nous voulions 3enfants, point. 3 garçons, 3 filles ou 2 filles 1 garçon ou…. c’est nous qui allons leur donner tout notre amour, c’est nous ses parents qui allons les éduquer, veiller sur eux, faire tout notre possible et même l’impossible pour eux alors je ne comprends pas ces gens qui se plaignent pour nous, pour moi ou pour mes enfants…
Pas de petite robe, pas de bandeau, pas de couette, pas de paillette… Et aloooors? Laissez nous kiffer notre vie avec nos 3garçons.

le 01/07/2019 à 14h55 | Répondre

Jubijoba

Ici 2 garçons et effectivement j’ai eu toutes les réflexions classiques ! Avec un détails, apparemment on doit absolument vouloir une fille quand on est la mère, et être fier d’engendrer des garçons quand on est le père ( faut croire que c’est le summum de la virilité 😯). Le pire c’est que rapidement j’ai pris le pli d’annoncer en coupant court :  » je suis enceinte d’un garçon c’est mon deuxième et on en est super heureux  » et malgré ça les gens se sentaient obligés de me consoler … Faut croire qu’ils sont sourds !! Je n’envisage pas de 3e à priori, si c’est le cas un jour j’imagine que j’aurais envie de voir quel modèle fille on peut fabriquer, et en même temps avoir des enfants du même sexe permet de bien distinguer leurs personnalités sans mettre ça sur le compte du genre et je trouve ça très chouette !

le 01/07/2019 à 16h07 | Répondre

Sarah

Les gens ont souvent des schémas de famille idéale dans la tête qu’ils projettent sur les autres. « Le choix du roi », quelle expression débile! Les gens qui ne sont pas au courant de nos problèmes de fertilité nous posent parfois des questions « sur à quand le 2ème » en ajoutant qu’il faut que ce soit un garçon (nous avons une fille). Alors que nous, on se fout complètement du sexe, et on s’estimerait déjà hyper chanceux si on réussit contre toute attente à avoir un 2ème.

le 01/07/2019 à 16h42 | Répondre

Camille

Je n’ai qu’un enfant, ma fille (qui est bien sûr merveilleuse). Avant d’être enceinte, j’avais en tête que j’aurai un garçon (mais pourquoi?). Et bizarrement, à partir du moment où j’ai su que ce bébé était installé, son genre n’a plus eu aucune importance. Je ne voulais même pas le savoir. Pour mon mari, c’était nécessaire pour pouvoir se projeter (et ne pas chercher deux prénoms inutilement).
Dans ma famille, on fait principalement des filles. Ce qui m’a valu par ma grand mère et mon oncle la douce remarque de « encore une pisseuse » à l’annonce du sexe… J’ai envie de dire sans commentaire.
Mon beau père était déçu parce que « si ça avait été un garçon, je lui aurais acheté un château fort et un train ».
Avec mon mari, nous luttons contre les stéréotypes de genre, bec et ongle. Donc tout le monde a été remis à sa place. Ma fille n’a pas encore de château fort, mais elle adore les trains, les véhicules et son bateau pirate (elle a 17 mois). Et au parc aujourd’hui on m’a demandé son sexe « parce qu’entre les chaussures dorées et la casquette batman, vous brouillez les pistes »
Bref, tout le monde a un avis, et le partage, même les vieilles voisines des grands tantes qui ont demandé à mon mari s’il n’était pas déçu d’avoir une fille.
Mais tout le monde se rassure, le deuxième sera forcément un garçon (en plus ma sœur à eu une fille en premier et un garçon en deuxième, donc c’est scientifique).
Bref, les stéréotypes ont la vie dure. Mais dans tous les cas, j’aime mon bébé (qui est parfait) et si j’arrive à convaincre mon mari d’en faire d’autres, nous les accueillerons pour qui ils sont, et non pour leur sexe. En attendant, je ne désarme pas et je bataille pour ma fille et nous essayons de la « protéger » d’une éducation trop genrée. Et ça fait de moi une « bizarre » (et agressive en plus 😉

le 01/07/2019 à 21h39 | Répondre

Lisa

C’est vrai que la maternité, le genre de nos enfants font beaucoup parler et ce n’est pas toujours en subtilité c’est assez incroyable.
On a deux garçons, le premier j’étais ravie, je me voyais maman d’un garçon en premier. Pour le 2e, l’annonce a été difficile, pas d’avoir un 2e garçon que j’aime inconditionnellement mais la peur de ne pas avoir de fratrie mixte, d’être une maman uniquement de garçons. Je pensais que ce serait bien d’avoir les 2 pour que les garçons comprennent mieux les filles et vice versa. Et puis tout l’entourage qui était déçu, ce n’est pas évident à gérer. Ensuite, ma grossesse s’est compliquée, a basculé dans les grossesse à risque avec risque d’img. Alors là, j’ai beaucoup culpabilisé de ma réaction et je me suis accrochée à mon bébé plus que tout et j’étais si fier de mon garçon qui était si fort et se battait. Puis j’ai commençé à voir les avantages d’avoir 2 garçons, que ça serait chouette pour mon premier d’avoir un camarade de jeux, un complice … et ça me permettait de ne pas reproduire nos schémas familiaux, de se différencier. On attend notre 3e enfant et on hésite, je ne sais pas si on souhaite connaître le sexe avant la naissance, je me suis dis que plus jamais je réagirais comme je l’ai fait car je me suis fais du mal inutilement mais parfois on ne maîtrise pas ses émotions. Je me prépare aux deux éventualités. Donner la vie, c’est précieux c’est un merveilleux cadeau, j’ai plein de gratitude pour ça. Le plus dur à gérer finalement c’est le regard des autres.

le 02/07/2019 à 09h39 | Répondre

Charivari

Je me faisais justement la réflexion ces derniers temps. Enceinte de mon deuxième, c’est un petit garçon après une petite fille. Et tout le monde, je dis bien tout le monde nous félicite comme si c’était un grand accomplissement. On m’a même dit un jour « ah vous réussissez vraiment tout! »…ahem!! Oserais-je leur dire qu’au départ, je souhaitais avoir une deuxième petite fille? (Et mon mari m’a avoué il y a peu que…lui aussi!)
Je trouve ça fou cette pression sociale, comme si on devait collectionner les enfants… et je ne parle même pas des stéréotypes « ah il va être plus turbulent », « il pourra jouer au foot avec son papa », etc…
Ça m’agace royalement!

le 02/07/2019 à 11h01 | Répondre

La Piu

Ici deux filles. Deux grossesses complètent différentes. Pour piu one javais envie d’un garçon et pour piu two, d’une fille. Comme quoi avoir une fille m’a montré à quel point c’était chouette une fille. Fille ne veut pas que dire rose, paillette et poupée… j’aime bien titiller les gens en montrant ma fierté d’avoir ces deux jolies poupettes. Elles ont 20mois d’écart et j’adore leur mettre les mêmes petites tenues, chapeaux etc… C’est tellement craquant ! finalement ma belle-soeur qui s’était littéralement moquée de moi a l’annonce des sexes (à la naissance enfait) et qui se vantait d’avoir eu son petit mec tant espéré, me jalouse aujourdhui ! Je lui ai vendu le truc du mariage et des grossesses… plus dur a partager avec un fils, non ? J’aime bien prendre les gens à contrepied et leur renvoyer leurs propres maladresses. Ça en coince plus d’une en tout cas… Jamais je ne laisserais les gens me dire ce que je dois ressentir face aux sexes de mes enfants. C’est déjà bcp a gérer pour soi, pour son couple, pour notre famille.

Personnellement oui, j’aimerais avoir un petit mec pour un 3e, je ne vais pas mentir…mais si c’est encore une fille, je saurais l’aimer également et elle fera mon plus grand bonheur ! Chaque enfant en pleine forme est un tel cadeau du ciel !

le 09/07/2019 à 01h30 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?