Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Quand petit koala s’installe plus tôt qu’on le prévoyait


Publié le 22 avril 2019 par Mère Renarde

La dernière fois, je t’expliquais que j’étais stressée à l’idée de ne pas réussir à tomber enceinte.

Au mois de juillet 2017, nous avions finalisé notre déménagement et pratiquement vider tous les cartons et monter les meubles. Nous avions aussi reçu les résultats des test hématologiques qui confirmaient qu’il n’y avait aucun risque de thalassémie pour nos enfants (du moins, ils seraient juste porteurs sain). A partir de ce moment, nous avions décidé d’être plus souple. Ne prenant plus de contraceptifs personnellement depuis plus de 4 ans, nous nous disciplinions à utiliser le préservatif quand c’était nécessaire et à éviter ma période d’ovulation. Je fais partie des femmes qui sentent leur ovulation et donc, j’ai toujours su repérer la période quand il ne fallait pas que nous ayons des rapports.

Crédit: NIKOLAY OSMACHKO – Pexels

 

Quand l’envie devient trop forte

Dès juillet donc , nous nous sommes permis de faire moins attention, même si évidement, je gardais en tête que mon diabète n’était pas parfaitement équilibré et que chaque mois « gagné » ferait une grossesse un peu moins à risque.

Et puis, septembre est arrivé. J’en ai eu marre d’attendre, d’être frustrée. Même si l’équilibre n’était pas parfait, mes glycémies à jeun étaient quand même relativement stable, aux alentours de 1. Mon Hémoglobine glyquée (la valeur référence pour savoir l’équilibre sur 3 mois) était à 6,5, ce qui n’était pas mauvais non plus.  Je n’en pouvais plus d’attendre et je voulais qu’on lance réellement les essais parce que je voulais un bébé en 2018, et que je savais qu’en moyenne il fallait 6 mois pour que ça « fonctionne ».

J’ai dit à mon mari « et si on faisait un bébé? ». Il a réfléchi 3 secondes, et m’a dit « juin c’est un bon mois pour naître. Ok » (oui, pour Lhomme, il était évident que ça marcherait directement). J’étais surexcitée par cet inconnu dans lequel on se lançait. Combien de temps ça allait prendre, qu’est-ce que j’allais ressentir?

Cette discussion a eu lieu en début de mois, tandis que ma période d’ovulation tombait en fin de mois. J’ai classiquement des cycles longs de 34 jours, ce qui fait que j’ai trouvé ces 3 semaines interminables, jusqu’au soir où j’ai ressenti la douleur typique d’ovulation. Je l’ai dit à mon mari et c’était parti pour l’aventure.

 

Les prémices d’une nouvelle aventure

Après cette soirée, j’ai passé 10 jours très étranges. Je ne savais pas vraiment comment me comporter. Ma période post-ovulatoire était différente de d’habitude, mais je ne voulais pas m’enflammer et surtout, j’avais peur que ce ne soit que mon cerveau qui se fasse des idées. Pourtant, je le sentais qu’il y avait eu un changement. J’étais bien plus lunatique, je passais mon temps à aller faire pipi, et surtout, j’avais faim, tout le temps. Pour moi qui ne grignote pas, ne prend pas de petit déjeuner, et mange de très petites assiettes, c’était nouveau. J’avais tenu ma semaine de boulot sans trop de soucis, mais le vendredi arrivé, j’étais épuisée parce qu’en plus j’avais chopé une bronchite qui ne faisait que s’aggraver.

Mon médecin m’a arrêté une semaine en voyant que j’avais une tension aux ras des pâquerettes, et alors que je me traînais chez moi, j’ai commencé à avoir des tiraillements dans le bas du ventre, typique de l’arrivée de mes règles quelques jours plus tard.

A ce moment-là, je me suis dit que c’était raté pour cette fois, mais j’ai décidé de faire quand même un test au cas où. J’avais acheté un stock de bandelettes de test précoce à pas cher sur Amazon, et je me suis dis que ça ne coûtait rien d’en utiliser un, au moins pour être fixée. J’ai fait le test, j’ai regardé un temps la migration chromatographique avec fascination (ça m’a rappelé des souvenirs de la fac) et comme rien de particulier ne se passait, je l’ai posé, et je suis retournée à ma vie. Je l’ai même complètement oublié à vrai dire. Mais quand je suis retournée dans la salle de bain plusieurs minutes après, quelle ne fut pas ma surprise de voir une barre légère affichée. Tellement légère, que j’ai carrément été au soleil pour être sure.

Crédit: Photo perso

 

Incrédule, j’ai pris une photo que j’ai partagé à mes 2 meilleures amies qui m’ont confirmé voir également une barre positive. Tempête cérébrale, j’étais sous le choc même si au fond de moi, j’en étais quasiment sure. Je n’ai d’abord rien dit à Lhomme, parce que je ne voulais pas lui faire de faux espoirs. J’ai laissé passer quelques heures, et j’ai refait un test Clearblue cette fois, qui s’est instantanément révélé positif. Cette fois c’était sur, une petite vie était en train de se créer dans mon ventre.

Et toi, es-tu tombée enceinte plus vite que tu ne le pensais? 


Pssst : porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

4   Commentaires Laisser un commentaire ?

Elisa

C est super Quand ça arrive aussi vite. Pour les miens ça a mis entre 1 mois et 4 mois donc je m estime chanceuse (Je les ai eu tard aussi 32, 35 et 40 ans). Mais je n’ai jamais laissé faire la nature. Je connaissais mes cycles par coeur, j utilisais des test d ovu a pas cher et je me concentrais plus sur les jours d ovu. Et bien sûr ne jamais confier au papa que c est la bonne période sinon ça marche pas (panne, manque d envie…). En tout cas tres bonne grossesse à toi.

le 22/04/2019 à 14h11 | Répondre

Murielle (voir son site)

Dès le premier cycle ! C’est ton conjoint qui avait raison 🙂 ! Quelle folle et belle aventure.

le 22/04/2019 à 22h15 | Répondre

Maud (voir son site)

Oui, pour moi aussi ce fût rapide. J’ai même failli jeter mon test car la barre était très très légère. 2 mois seulement pour ma 1ère.

Et pour ma 2e, elle est arrivée par surprise, nous en discutions mais sans plus. En fait, dans mon inconscient j’étais prête et l’envie était très présente. Car alors, mes cycles étaient très réguliers et ne prenant pas de contraception, je surveillais ça de près. Et bizarrement, le jour de notre rapport, j’avais occulté que j’étais en période d’ovulation. Et seulement quelques minutes plus tard, je retrouvais mes esprits. Oh zut !! (ou pas ^^)

le 23/04/2019 à 09h15 | Répondre

Audrey

après 15 ans de pilule, je le suis décidée à l’arrêter fin juin 2018.
Il a fallu attendre début septembre pour que mes règles reviennent et que mon corps reprenne son fonctionnement.
Je suis tombée enceinte fin septembre, donc sur le 1er vrai cycle.
Moi qui pensait que ça allait prendre au moins 10 mois ! Comme toi j’ai fais un test juste comme ça, sans y croire, et paf, surprise !

le 23/04/2019 à 14h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?