Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Et c’est parti pour les essais !


Publié le 6 février 2018 par Bibichu

Un peu plus d’un an après mon mariage, je suis sur la fin de mes études. Enfin ! Je vois le bout du tunnel, ma vraie vie d’adulte va pouvoir commencer. Même si avec monsieur nous parlons bébé depuis plusieurs années, nous aimerions attendre que je décroche un travail pour se lancer. Malheureusement, le marché du travail verra cela autrement…

6 mois de recherche

Juillet 2016, je dépose mon mémoire de maitrise. C’est le top départ de mes recherches. Même si cela fait quelques mois que je « sous-marine », cette fois ci je décide de prendre le taureau par les cornes. Je suis des coaching professionnels, je fais lire mon CV, je le modifie, je résaute, je mets toutes les chances de mon côté. Mais 6 mois plus tard, toujours rien… Je me rapproche donc d’un organisme d’aide aux devoirs, histoire d’avoir quelques mandats pour aider des élèves et mettre un peu de sous de côté. Je rêve de me payer un appareil photo. Je vais y arriver grâce à ce boulot (et pas grâce à mon premier vrai salaire… Mais bon…).

C’est à la fin de l’hiver que monsieur me dévoile son plan : on commencera les essais en mars. COOL ! Finalement, si on attend que je trouve un boulot, on n’aura pas de bébé avant un moment, donc autant se lancer maintenant ! Et comme monsieur a eu une augmentation, allons-y !

6 mois d’essai

C’est à ce moment-là que va s’amorcer une double période d’attente pour moi. Tout en poursuivant mes recherches d’emploi, et donc en attendant une bonne nouvelle, je débute cette fameuse période d’attente du +.

Si au début nous sommes tous les deux très euphoriques à l’idée de devenir parents, nous allons très vite commencer à nous calmer. 1 cycle, 2 cycle, 3 cycle… Rien… Ça ne marche pas. Pourtant on fait tout pour….

4e cycle, j’essaie les tests d’ovulation. Ah tiens ! J’ovule un peu tard dans mon cycle. C’est bon à savoir… 5e cycle… Rien. Bon ce n’est pas grave. Mes cycles sont au moins redevenus normaux. Et puis, après avoir pris la pilule pendant des années, je vois bien que mon corps doit reprendre ses droits. Et en même temps, je décroche un entretien d’embauche dans une très grosse boite, et les étapes se passent super bien. 6e cycle… Rien. Dommage. On y croyait pourtant. Petit coup dur. Je n’ai pas eu le poste non plus. On pleure un peu (beaucoup). Un an que je cherche du travail… La rentrée scolaire approche, je me remets en lice pour mon boulot d’aide aux devoirs dans les écoles primaires. Mais avant ça nous allons au mariage de ma sœur, en France. Des vacances ! Ça va nous faire du bien !

Les vacances en France

Nous voilà donc en septembre 2017, en France. 7e cycle. Si tout va bien nous avons de bonnes chances pour concevoir durant ces quelques jours. Le programme est hyper chargé : mariage de ma sœur, vacances dans le Sud-Ouest et en Dordogne, gros week-end avec les copains de promotion de monsieur (pile dans ma fenêtre de fertilité). Nous sommes tellement occupés que ce cycle sera celui où nous serons le moins actifs. On mange comme des ogres, on boit comme pas possible (en même temps en France, tu veux faire quoi à part manger de la nourriture délicieuse et boire du très très très bon vin !). Bref, on fête !

Et puis le retour au Québec arrive… Les vacances, c’était vraiment super !

La fin de l’attente

1er octobre. J’ai déjà 4 jours de retard. C’est louche. Moi je suis un coucou suisse. Mes cycles étaient redevenus normaux… Ai-je trop fêté ? La bouffe française m’a déréglée ? Les vacances m’ont tellement détendu que mon corps s’est mis en mode « vacances » ?…

Bon, pas la peine de tourner autour du pot, je fais un test… J’attends… Au PUT*** ! *Mode québécois ON* Y-a-tu-une ligne ? TABARNAK !!! C’EST-TU VRAI ? *Mode québécois OFF*. Je prends une photo, parce que monsieur ne va pas se lever maintenant (c’est le week-end, la grass’ mat’ c’est sacré ici), et j’ai trop peur d’halluciner, ça me prend une preuve au cas où la ligne disparaisse.

Je fais tout de même savoir à monsieur que le test est positif. Il est content. Mais pas d’explosion de joie des deux côtés. Il est tôt, on est fatigué, on ne réalise pas trop. Quand monsieur va se lever, il va même douter de la lisibilité de la ligne… Assez pour me faire douter moi aussi. Suis-je vraiment enceinte ?

Le lendemain je décide donc de faire un test digital. Et là, pas de doutes :

Photo personnelle

JE SUIS ENCEINTE !!!! OMG !!!!

Ok ok… Mais… Je fais quoi maintenant ?


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Bobette (voir son site)

Finalement, ça arrive souvent quand on s’y attends le moins! Ca a été le cas pour nous aussi après 15 mois d’essais… Je peux te dire qu’on y croyais plus 😉

le 06/02/2018 à 12h10 | Répondre

Claire (voir son site)

Alors, moi aussi, c’est arrivé le mois où je m’y attendais le moins (et à la limite, j’aurais préféré que ça ne fonctionne pas ce mois-là)
Et comme, toi, je suis très réglé et je n’ai pas mis mon retard de règle sous le coup d’une grossesse tout de suite !!!
En tout cas, j’ai hâte de lire vos aventures 🙂

le 06/02/2018 à 12h46 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?