Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Et crever le silence, quand c’est à toi que je pense…


Publié le 28 septembre 2018 par Sarabi

Ma dernière chronique publiée ici commence à dater. Plusieurs mois se sont écoulés depuis. Et aujourd’hui, je viens te donner quelques nouvelles et surtout, t’expliquer les raisons de mon silence.

Devenir Mère….

Devenir mamam... et rester femme

Crédit photo: Les portraits d’Adalyne

Tout d’abord, sache que Simba grandit bien. Il approche des deux ans (déja!!) et devient un petit garçon en pleine forme. Il est plein d’énergie, plein de vie et nous prend nous aussi beaucoup d’énergie et de temps.
Et face à un petit gnome qui grandit, il a fallu prendre nos marques. Bouleverser le quotidien, réussir à se poser le soir pour se retrouver à deux, trouver du temps pour moi dans tout ce temps consacré à lui.

Et rester Femme.

J’ai un métier qui m’amène à avoir des horaires décalés. Alors, c’est vrai que le matin quand je ne travaille pas je gère le quotidien de la maison: le ménage, les lessives, les papiers… Et quand je suis à la maison le soir, je passe du temps avec Simba et Mufasa, mais aussi je sors avec mes amies, je bois une bière avec ma voisine…. C’est tout un rythme de vie qu’il a fallu prendre. Et forcément, avec ce quotidien chronophage, je n’ai pas réussi à prendre vraiment le temps de venir publier ici.

L’arrivée de Simba m’a aussi chamboulée intérieurement au plus profond de moi. C’est difficile de devenir mère. D’apprendre. De s’oublier parfois. D’avoir envie de pleurer de fatigue. Certes, ses sourires et les rires que nous partageons compensent tout ça, mais je ne te cache pas que c’est aussi difficile.

En mars 2017, j’ai sombré. Tout me paraissait insurmontable. Il m’aura fallu des rendez-vous chez le psychiatre, des séances d’osthéo mais surtout le soutien de Mufasa et de mes proches pour, petit à petit, sortir la tête de l’eau. Et ça, je viendrais t’en reparler plus tard.
L’année 2018 m’a permis de remonter la pente, mais vraiment en douceur. En mars mon corps a dit stop et j’ai eu droit à une semaine d’arrêt de travail pour me reposer.

Aujourd’hui, 14 septembre 2018, je regarde en arrière et je vois le chemin parcouru. Je vois ces moments de doute, encore présents. Je vois l’organisation du quotidien qui se met petit à petit en place. Je vois nos vacances à 3 que je viendrais te raconter bientôt. Je vois la force que Simba m’a donné malgré toute l’énergie qu’il a pu me prendre.
Je crois qu’en fait, c’est cela être mère. C’est accepter de tout chambouler tout en gardant son espace. C’est s’oublier soi pour s’occuper de l’Autre. C’est malgré tout continuer à penser à soi pour mieux s’occuper de son enfant. C’est sourire, rire, vibrer, aimer. C’est aussi réussir à être fière de soi et de ce qu’on transmet à cet enfant. L’être humain n’est pas une machine. On n’a pas le mode d’emploi qui nous est fourni à la naissance. On apprend sur le tas. On a le poids de la société, le regard des autres.

Mais je crois que le regard le plus important, c’est celui qu’on porte sur soi. Toi qui lis ces lignes, toi qui doutes, toi qui a envie de mordre l’oreiller pour ne pas crier, toi qui culpabilise… Tu es quelqu’un de bien. Tu fais du mieux que tu peux.

Devenir mamam... et rester femme

Crédit photo: Céline Skowron Photgraphie

Je ne sais pas si j’arriverais encore à écrire sur la grossesse. J’ai quelques articles en attente, notamment celui sur la naissance. Mais promis, je reviens bientôt de raconter quelques bribes de la vie de Simba.

Et toi, comment as-tu vécu les premiers mois de ton enfant? Comment as-tu concilié vie de femme et vie de mère? Quel regard portes-tu sur toi?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

7   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Ton article est criant de vérité. On te demande d’être une bonne mère, ne pas oublier ton statut de femme et tenir ton foyer. L’arrivée d’un petit peut être un vrai chamboulement et à titre personnel, je me suis aperçue que c’était complètement vrai pour un premier enfant. Mais à l’arrivée du deuxième, j’étais bien plus sereine et cela s’est mieux passé que pour le premier !
J’ai besoin de sortir de ma famille deux heures par semaine : faire un tour de moto me permets de me vider la tête et de revenir plus reposée et plus patiente vers mes enfants.
Je porte un regard sur moi bien moins dur qu’après mon premier enfant…
En tout cas je pense qu’il faut laisser le temps au temps et surtout se faire confiance et se permettre de ne pas être à 100% tout le temps !

le 28/09/2018 à 08h44 | Répondre

Mme Espoir

Dans mes lectures sur l’adoption, il y a une question qui m’a marquée. De qui faut-il prendre soin en premier lieu ?
1/du conjoint
2/de l’enfant adopté
3/de soi-même
4/de l’entourage

J’ai répondu l’enfant bien sûr ! Faux. Tout faux. C’est de soi qu’il faut prendre soin. Car si on s’oublie complètement, si on se néglige au point que la santé se détériore, si le moral ne suit plus, c’est tout le monde qui en pâti : conjoint, entourage et surtout l’enfant !

Il ne s’agit pas de sombrer dans l’égoïsme, juste de se préserver pour que l’équilibre familial soit le meilleur possible. Après, je reconnais que le savoir et l’appliquer sont 2 choses différentes !

le 28/09/2018 à 09h33 | Répondre

Madeleine

Tout à fait d accord. Prendre soin de soi, puis de son couple, puis de l enfant. Dans cet ordre ! (d ailleurs le plus souvent un enfant avec une maman qui va bien et avec un couple parental qui va bien… C est un enfant qui va bien!)

le 28/09/2018 à 15h53 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

Merci d’avoir écrit un article aussi honnête qui casse avec tous les articles roses bonbon des premiers temps de la maternité. Ca peut se passer très bien (et tant mieux si c’est le cas), mais parfois non et on garde une grande culpabilité

le 28/09/2018 à 13h49 | Répondre

Mlle Mora

On veut toute garder la face souriante et sereine, et ce n’est pas toujours évident d’admettre que ça ne va pas aussi bien qu’on l’aurait imaginé. Il faut du temps pour prendre son nouveau rôle de maman, qui vient s’ajouter à tous les autres. Ne pas s’oublier, je pense que tu l’as bien dit, autrement, tout l’équilibre s’effondre.

le 28/09/2018 à 15h26 | Répondre

Aurélie G.

Un ami me disait : ma vie, c’est 40% de moments si beaux que je ne pensais pas pouvoir vivre ça, 50% de moments un peu durs mais ok, et 10% de pure terreur. Il parlait de voyage au long cours, mais ça s’applique aussi très bien au fait d’être parent, non ? Merci pour ton bel article.

le 30/09/2018 à 10h53 | Répondre

Julie

Merci pour ton article! Même s’ il n’y a rien de bien terrible qui se passe, oui on peut sombrer. On continue son petit chemin, on se prend un peu plus de temps pour soi, on respire un peu mieux… et un jour on se rend compte du chemin parcouru depuis ces jours sombres, et on savoure enfin.

le 02/10/2018 à 05h39 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?