Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Être mère


Publié le 25 mai 2018 par Melimelanie

Récemment, en parlant avec une vieille connaissance maman depuis un peu moins d’un an, elle m’a expliqué qu’être mère lui donnait le vertige parfois.

Donner le vertige: Donner le tournis (par sa hauteur, sa profondeur, son mouvement). (Définition du Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales)

On peut dire que le maternité est étroitement liée au vide.

On dit souvent que faire un enfant c’est comme sauter dans le vide. Et maintenant être mère donne le vertige.

Je me suis alors demandé ce que mes deux petits amours avaient vraiment impacté dans ma vie et dans ma façon d’être.

Ce qu’être mère a changé pour moi

  • Indépendante

Je n’ai besoin de personne. Je l’ai assez répété aux gens que j’aime et les ai assez blessé en leur faisant comprendre que je me débrouillais très bien sans eux.

J’ai mis fin à des amitiés prenant une grande place dans ma vie du jour au lendemain.

J’ai tout reconstruit ailleurs.

Je peux ne pas donner de nouvelles à ma famille pendant très longtemps si je boude.

Et puis non.

Je ne peux plus vivre sans mes enfants. J’ai même du mal à ne pas pouvoir leur dire bonne nuit tous les soirs (si je rentre tard du boulot par exemple).

Je n’ai laissé Petit Habitant que pour aller accoucher de Petit Excité.

Je suis devenue totalement dépendante de mes enfants… et de Monsieur Génial.

Mon dernier cauchemar qui m’a fait me réveiller entrain de faire une crise de panique?

Je me réveillais 10 ans plus tôt en ayant juste rêvé ces dix dernières années.

Au début je râlais de devoir repasser mes concours et de devoir vivre chez mes parents.

Puis je réalisais que je devais attendre deux ans pour rencontrer Monsieur Génial et je commençais à pleurer.

Puis je m’écroulais en réalisant que je n’allais pas avoir mes enfants avant plusieurs années.

Je me suis réveillée en pleurs avec l’impression qu’on m’arrachait le cœur de la poitrine.

Je pense qu’on peut dire que je suis devenue complètement dépendante.

La foule, le monde, les lieux publiques très peu pour moi.

Je déteste les rassemblements, le bruit, la promiscuité.

Je n’éprouve aucun plaisir à aller en boite de nuit, dans des stades, en concert.

Même pire c’est ma hantise, et si j’y suis obligée, ça va me rendre malade plusieurs jours avant le jour J.

Depuis que j’ai des enfants la solution « rester enfermée » n’est plus forcément viable. (Tout parent d’un enfant de deux ans doit comprendre de quoi je parle).

Et alors sortir au parc c’est une chose.

Mais la dernière fois j’ai carrément proposé d’aller dans un parc de jeux en intérieur pour enfants.

Tu sais le truc ou on est tous les uns sur les autres. Plus bruyant il n’y a pas.

Et tout ça sans y être obligé! Clairement mes enfants me poussent à accepter des choses jusque là impensable pour moi.

  • Grosse Dormeuse

Ha mon lit!

Qu’est ce que j’aime passer du temps dans mon lit à lire, regarder des séries et dormir surtout!

C’est une tradition familiale chez moi! Le dimanche on dort et on en profite!

Les vacances on partait « aux aurore » à 10h du matin.

Le sommeil c’est sacré!

Bon.. On en parle du petit lutin de deux ans qu’on a entendu faire sa vie dans le salon a 5h50 du matin?

Les nuits de 12h c’est fini! Je ne peux plus passer mes dimanches au lit à récupérer des réveils matinaux de la semaine.

Et au final je le gère plutôt bien.

Moi qui pensait que sans mes minimum 9h de sommeil en semaine et 12h en week-end je n’étais bonne à rien je m’étonne moi même!

Et c’est au final tellement plus agréable de se lever tôt le week-end! On a l’impression qu’il dure plus longtemps et qu’on en profite plus!

  • Accro aux séries

Je suis complètement accro aux séries. Quand j’en commence une j’ai beaucoup de mal à décrocher.

Je fais passer beaucoup de choses après mes séries.

Mes devoirs quand j’étais étudiante, mes tâches ménagères, mes amis, Monsieur Génial.

Ha ça je l’ai entendu pester Monsieur Génial que je n’étais pas capable de décrocher d’une série.

Surtout que je les regarde souvent en anglais ce qui me demande un minimum de concentration. Je ne peux pas en même temps ranger le lave-vaisselle ou passer le balai.

Il est bien loin ce temps ou je regardais le dernier épisode de ma série le lendemain de sa sortie aux États-Unis…

Maintenant j’ai plusieurs saisons de retard et si j’arrive à regarder un épisode par semaine c’est un exploit!

Mais j’ai tellement de chose plus jolies à faire avec mes fils qu’au final ça ne me manque pas.

Crédits Photo : rawpixel (CreativeCommons)

Ce que ça a renforcé

Bon alors oui effectivement forcément devenir maman a changé des choses dans ma vie mais pour certaines ça a juste permis de les épanouir encore plus!

  • Fan de cuisine

J’ai toujours adoré cuisiner!

Et il parait que le résultat est souvent assez bien réussi.

Je suis aussi une fan de pâtisserie (passion légèrement mise à mal par la découverte de mes intolérances..)

Et alors depuis que Petit Habitant mange « comme un grand » c’est un vrai plaisir de le voir se régaler de mes gâteaux et petits plats.

Ses « cuisine maman bon » me font craquer et je n’ai qu’une envie c’est de cuisiner encre plus pour lui.

J’ai hâte que Petit Habitant commence à manger un peu plus comme nous pour pouvoir avoir un deuxième petit goûteur!

  • Généreuse

J’aime énormément faire plaisir.

A une époque ça en était même pathologique parce que ça me mettait dans des situations compliquées.

Et alors depuis que j’ai mes enfants je veux leur transmettre ce goût de faire plaisir.

Donc je leur fait très (trop?) souvent plaisir.

Je m’oublie parfois pour pouvoir leur faire plaisir mais au final leur joie vaut souvent toutes les contraintes.

  • Maternelle

Oui je te vois te crisper derrière ton écran.

« La maternité a renforcé son côté maternelle c’est évident quoi ». Et là je te réponds que pas forcément.

Bien avant d’être mère on me répondait souvent (pour me taquiner) « oui maman » à certaines de mes tirades, attitudes.

J’ai toujours eu ce côté protecteur avec les gens que j’aime.

J’ai tendance à tout prendre en main, à être un poil autoritaire (ho je vous vois rire dans le fond mes proches. Oui j’ai dit « un poil » ce qui n’est pas faux vu que je n’ai pas donné son épaisseur), un peu trop mature et raisonnable.

Du coup ce rôle de maman c’est mon évidence.

Ma révolution.

Je ne me suis jamais sentie autant épanouie que maintenant.

J’ai l’impression de n’avoir vécu que pour ce rôle là. Je ne me suis jamais senti déboussolée ou perdue.

Être mère m’a semblé être ma normalité.

Et depuis que j’ai mis au monde les deux plus beaux petits garçons du monde (j’ai jamais dit que j’étais objective) je peux enfin totalement assumer cette part de ma personnalité!

 

Au final, même si être mère me demande de gros efforts parfois (la privation de sommeil cette torture), je dois dire que je me suis rarement sentie autant à l’aise dans la vie que depuis que je suis enfin maman.

 

Et toi alors? Ce rôle c’est une évidence ou un apprentissage de tous les jours?

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marjolie

C’est un article qui me parle et qui résonne pas mal par rapport à mes questionnements sur la parentalité (ah le manque de sommeil!!). La fin en particulier me donne à réfléchir et je dois dire qu’elle donne envie! J’aimerais pouvoir dire ça un jour! (dans l’absolu d’ailleurs, pas forcément grâce à la maternité) Mais bon,comme c’est pas garanti… je vais continuer à hésiter je crois 😀

le 25/05/2018 à 08h59 | Répondre

WorkingMutti (voir son site)

Ton article me parle vraiment. Surtout la partie « sauter dans le vide ». Bizarrement je suis aussi devenue une grosse dormeuse quand je suis devenue maman … Juste quand mon côté insomniaque m’aurait été utile !

le 25/05/2018 à 11h52 | Répondre

Madame D

Perso j’ai sacrifié le sommeil pour garder mes séries 😂😂😂.
Mais je te comprend totalement. Même si c’est épuisant j’ai aussi cette impression que je suis faite pour ce rôle ! Très joli article !

le 25/05/2018 à 14h21 | Répondre

Clette

Je suis assez protectrice avec ma fille mais je ne suis pas « accro » ou complétement dépendante d’elle … le fait que mon boulot hyper prenant ne me permette que de la voir 30 min le matin en semaine et pas du tout le soir (soit au total entre 2h30 et 3h par semaine …) joue peut être ?
Je pense que je suis malgré tout une bonne maman (je récupère sur les week-end et les vacances ) mais la journée au travail je n’y pense pas vraiment … je me demande si je suis vraiment une maman en fait, je crois que je suis plus dans ce que la société attend d’un père au niveau émotionnel …
Parfois je trouve que je sens mes sentiments trop distants d’elle et il suffit qu’elle se mette dans une situation un poil dangereuse ou qu’elle se fasse un peu mal pour que je me rende compte à quel point je l’aime.
Mais me poser quelque part, penser à elle et me dire « je l’aime à ce point-là » c’est pas un reflexe naturel … peut être que je dois travailler là dessus ?
Je ne pense pas être radine avec elle dans les marques d’affection en tout cas (elle a son lot de câlins bisous et autre 🙂 )

le 25/05/2018 à 18h56 | Répondre

Madame Vélo

C’est une belle déclaration d’amour ton texte 🙂
De mon côté c’est ni tout blanc ni tout noir. Pas vraiment une évidence de tous les jours, il a fallu que j’apprenne à être mère (et j’ai pas fini d’apprendre !). Mais tout comme toi, mes enfants m’ont changé, j’ai appris beaucoup de choses sur moi grâce à eux. Mais clairement j’ai vécu des périodes pas faciles de stress, de remise en doute, de panique, de manque cruel de confiance en moi. Heureusement, ça va mieux avec le temps et en ce moment on vit une période épanouissante tous les 4 !

le 25/05/2018 à 21h10 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?